Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique


> Corinne Atlan (Éditeur scientifique)
> Zéno Bianu (Éditeur scientifique)

ISBN : 2070413063
Éditeur : Gallimard (2002)


Note moyenne : 4.22/5 (sur 89 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Poesie-Gallimard/Haiku
Né il y a trois siècles au Japon, le haiku est la forme poétique la plus courte du monde. Art de l'ellipse et de la suggestion, poème de l'instant révélé, il cherche à éveiller en nous une conscie... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (12)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par paroles, le 14 octobre 2013

    paroles
    J'adore ce souffle poétique, cet envol éphémère vers la beauté, cette buée chaude qui s'efface aussitôt.
    Souffle poétique
    Instantané de l'esprit
    Voilà l'haïku
    Ici le thème principal est la nature. D'ailleurs les parties de ce livret sont construites en fonction des saisons.
    Leur tournure peut être grave, pleine d'humour, reposante, violente, emplie d'amour, triste...
    Printemps :
    Sur le sable du rivage
    à chaque trace de pas
    le printemps s'allonge (Masaoka Shiki)
    Eté :
    Sur la terre comme au ciel
    les cerisiers fleurissent -
    et moi je tousse (Nomiyama Asuka)
    Automne :
    Monstre
    il montre son cul rond
    le potiron (Natsume Sôseki)
    Hiver :
    Un coup de hache
    dans la forêt d'hiver -
    l'odeur me prend (Yosa Buson)
    Hors saison :
    Dans l'assiette de verre
    le cliquetis des arêtes -
    une famille ordinaire (Nagashima Yasuko)
    Le haïku, la plus courte des formes poétiques, est composée de trois phrases de 5, 7 et 5 syllabes.
    Son origine est lointaine et remonte aux alentours de l'an 760, avec pour ancêtre le tanka composé de deux parties : la première évoque la nature, la seconde un sentiment ou une émotion. C'est cette première partie qui donnera naissance, sous une forme indépendante, au haïku.
    Beaucoup plus tard, vers les années 1930, les poètes japonais se démarqueront de ce thème traditionnel ( la nature ou la saison) et s'inspireront de la société, de la politique...
    Pendant la guerre de 40, le pouvoir musellera les anti- traditionalistes allant jusqu'à arrêter certains d'entre eux pour "entrave à la sécurité de l'Etat".
    Après Hiroshima, le Japon se tourne peu à peu vers l'Occident. Les poètes anti- traditionalistes reprennent vie et les haïkus partagent alors les références culturelles occidentales. Des écrivains de toutes nationalités vont à leur tour adopter l'écriture de ces courts poèmes.
    Et des lecteurs du monde entier admireront la légèreté de ces petites plumes emportées par le vent de l'esprit.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          7 22         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Bibliolibra, le 16 décembre 2011

    Bibliolibra
    Car ils ont compris ce qu'était la sagesse, les japonais ont donné naissance à de réelles petites merveilles de la vie, de la nature et des choses: les Haïkus.
    Une fois qu'on en a lu un, qu'on l'a ressenti, qu'on a humé une partie de son essence, on effleure alors cette sagesse unique, véritable pierre précieuse qui se fait rare de nos jours...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 20         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par dancingbrave, le 26 janvier 2015

    dancingbrave
    très belle anthologie formant elle-même un petit bonheur
    A mon sens la poésie est un art - la littérature étant une technique - et j'avoue ne pas être sensible à cette forme artistique, seul le haïku, quand il titille ma sensibilité, a le don de me bouleverser au point de verser une larme.
    Le haïku, lui, est à la fois art et technique. Son principal charme, en tous cas pour ceux de cette anthologie, traduits du japonais, étant son pouvoir évocateur des éléments de la nature, des saisons, de certains sentiments, de la futilité et de l'impermanence. Serions-nous japonisants que les sonorités, les rythmes, viendraient compléter la force de ces bijoux. Tous cela dans 17 syllabes, le temps d'un souffle.
    Alors certain traducteurs souhaitant préserver ces dimensions vont faire abstraction de la contrainte syllabique afin de pouvoir choisir les mots et les sons les plus justes.
    Qu'importe. le résultat est là sous forme de cette magnifique anthologie dans laquelle nous naviguons doucement, entrainés de poème en poème par le petit fil ténu des saisons et des sujets.
    Sous forme d'introduction, les auteurs nous font une belle présentation du haïku, de ses particularités et de sa force, de son imprégnation bouddhiste essentielle et, sous forme de postface, ils nous gratifient d'une courte histoire de cette forme si particulière de poésie.
    Un très bel ouvrage, en édition de poche, dans lequel, néophyte ou amateur chevronné, trouvera son bonheur
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 13         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par kimberlite, le 26 novembre 2012

    kimberlite
    Une oeuvre qui regorge de poésie, de finesse et d'humour pour certains haïkus. Ces pages nous familiarisent avec une technique d'écriture propre à la culture japonaise et que l'on peut apprendre puisqu'elles nous en donnent le mode d'emploi, la technique et les conseils pour tenter de les écrire soi-même. Comme beaucoup d'autres, j'ai tenté moi aussi l'expérience, mais j'avoue que cette écriture brève, cette rédaction des paradoxes ou des mots inattendus doit leur ressembler plus, c'est passionnant, je leur laisse leur technique qui leur va si bien. Et j'encourage la lecture de cette petite anthologie qui permet de saisir le sens de cette poésie merveilleuse.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par ATOS, le 21 juin 2015

    ATOS
    Le poème court japonais c'est le tintement du monde, un claquement pur, un rebond, une majuscule singulière qui ouvre l'intempérance d'une seconde. Ça relève du prodige… voir simplement..en si peu et paradoxalement en toute chose. C'est un volte face rapide, facétieux, irrésistiblement audible.
    Une note, un trait, le point qui fait entendre toute l'amplitude de ce qui s'inscrit et qui demeure insaisissable. Il nous manque beaucoup dans la traduction pour bien recevoir toute cette intelligence.
    Trois cygnes passent le canal, et la berge ne bouge pas. Et pourtant la lumière transperce. Nous sommes le chat qui se tient à la barrière et qui regarde une lettre dans le vent. Six siècles de poèmes courts, plus de cent trente auteurs, mille façons de dire, d'étendre la respiration du monde.
    Et pourtant toujours le même amour, la même tendresse, la même sagesse, la même passion.
    Ça ne s'explique, ça se lit, si possible à intelligible voix puisque ce que nous devons deviner c'est bien l'articulation de ce qui nous traverse, bien plus que l'architecture que nous tentons de dresser et sous le poids de laquelle nous devenons incapable de respirer.
    Superbe anthologie . Pour «  un monde qui souffre sous un manteau de fleurs » il faut bien «  Foudre et tonnerre ! À chaque éclair le monde guérit » Kobayashi Issa.
    Vivre et sourire, il n'y a donc rien à choisir.
    Astrid Shriqui Garain
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

> voir toutes (87)

Citations et extraits

> Ajouter une citation







Sur Amazon
à partir de :
3,57 € (neuf)
3,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Haïku : Anthologie du poème court japonais par :

  • Mail
  • Blog

Découvrez la collection Folio

> voir plus

Lecteurs (174)

  • Ils veulent l'échanger (1)

> voir plus

Quiz