Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2226172289
Éditeur : Albin Michel (2006)


Note moyenne : 4.5/5 (sur 2 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :

Au XIXe siècle, sous l'ère Meiji, le Japon s'ouvre à l'Occident. Epris d'absolu, le jeune Mitsudô cherche d'abord au monastère du Mont Koyala la voie de la " pure conscience primordiale " prêchée par l'école Shingon. De... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (1)

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par brigittelascombe, le 11 septembre 2012

    brigittelascombe
    "Quelle valeur a le renoncement de celui qui ignore à quoi il renonce?"
    Le Monastère de l'aube relate justement le renoncement de Nobuo Tamagawa, futur novice devenu moine bouddhiste sous le nom religieux de Mitsûdo. Renoncer aux plaisirs de la chair, se "libérer du désir et de la colère", faire la paix dans son coeur, voilà les étapes de ce renoncement.
    Mais celui qui se tient à l'écart du monde en connait-il la valeur?
    De Kyoto au temple bouddhiste de la montagne d'où les femmes sont exclues, puis vers l'Inde où il cherchera"l'éveil", puis vers le Népal pour suivre les traces de Bouddha et trouver la "sagesse dans les soutras", c'est un parcours initiatique, une métamorphose que nous conte ici Corinne Atlan.
    Kamala, la danseuse désirable aux étranges pouvoirs, saura-t-elle guider Mitsûdo dans la quête sacrée de son "Tibet intérieur"?
    Le fond historique (deuxième partie du XIX° siècle) de ce roman est très intéressant:le shogun de Kyoto trahit et ne respecte pas le règne de l'empereur ce qui entraine assassinats, anarchie et incendie pour lutter contre les terroristes.
    Le contexte religieux aussi: au départ, avant 1850: shintoïsme et bouddhisme cohabitent au Japon, vers 1872, le bouddhisme (importé de Chine et de Corée) est interdit, par la suite les Chrétiens pourront à nouveau pratiquer au Japon, mais les préceptes que Mitsûdo ramènera de ses voyages, en 1890, ne seront pas encore prêts à être acceptés.
    Le début de Le Monastère de l'aube décrit au lecteur le déchirement ressenti par ces enfants futurs novices arrachés à leur famille parce qu'ils ne sont pas les ainés devant succéder au père. On pense à Lobsang Rampa puis la quête intérieure évoque le voyage de Sidharta.
    J'ai vraiment apprécié ce roman, pour toutes les raisons évoquées ci dessus ainsi que pour son florilège d'émotions, son dépaysement et sa poésie (Corinne Atlan l'a parsemé de délicats haïku: Rêve de fleurs/ Les cerisiers tendent leurs branches/Vers l'horizon). Je tiens également à préciser l'influence d'Haruki Murakami sur l'auteur. Corine Atlan est en effet l'un de ses traducteurs( elle a traduit Les amants du Spoutnik l'un de mes préférés).
    Bref, pour un premier roman, Le Monastère de l'aube est une réussite!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

> voir toutes (7)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par brigittelascombe, le 11 septembre 2012

    Le coeur de celui qui aime oscille entre bonheur et souffrance, dit Kamala comme si elle avait lu dans ses pensées.Crois-tu pouvoir t'ouvrir à l'amour sans t'ouvrir au chagrin?

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par brigittelascombe, le 11 septembre 2012

    Mais il était moine,il avait fait voeu de renoncement.Toutes ces formes visibles autour de lui n'étaient autres que le fruit du karma,et lui,Mitsudô,était à la recherche du Bouddha pur,étincelant,caché derrière ces multiples enveloppes d'illusion.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par brigittelascombe, le 11 septembre 2012

    Devant la splendeur de ce paysage dépouillé et silencieux,un vers d'un poème que Maître Shodo aimait citer,lui revint en mémoire:

    La Terre et le Ciel récitent sans cesse un soûtra non écrit.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par brigittelascombe, le 11 septembre 2012

    Ce soir,dans l'obscurité silencieuse,je me répète ce haïku de Ryokan:

    Seul au sommet
    Je me dresse
    Vent d'automne

    Il y a au fond de ma poitrine une douleur qui ne me quitte pas.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par brigittelascombe, le 11 septembre 2012

    Vivre c'est goûter la beauté du monde. Bois ce lait fermenté,et cette nuit tu rêveras de hauts plateaux, où paissent des yaks gris, et de lacs turquoise au pied des pics enneigés!

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
19,28 € (neuf)
2,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Monastère de l'aube par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz