AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070204731
Éditeur : Gallimard (1956)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Une Suédoise et un prince russe émigré, ancien général, conspirateur, escroc, mythomane, se rencontrent à Paris, unissent leur solitude, échangent leur amitié, se font souffrir.

Ensemble, ils traversent les événements qui ont bouleversé la France : la guerre de 1939-1940, l'occupation, la libération. Et c'est, en définitive, leurs tentatives répétées pour se faire admettre dans la communauté française, leurs luttes à l'intérieur du catholicisme, de l... >Voir plus
Critiques, Analyses & Avis (1) Ajouter une critique
LePrescripteurLitteraire
LePrescripteurLitteraire16 février 2015
  • Livres 5.00/5
Les Adieux sont le fabuleux récit des errances de deux étrangers, une philologue suédoise et un prince russe chassé par la Révolution, à travers le Paris de l'entre-deux-guerres, de la guerre et de l'après-guerre. Un Paris sombre, triste, froid ne laissant que trop peu de place à ces deux réfugiés dans la communauté qu'ils ont choisie, et hanté des fantômes du passé, des souvenirs, des non-dits, des occasions manquées.
Prix Femina 1956
Lien : https://leprescripteurlitteraire.wordpress.com/2..
Commenter    J’apprécie          00
Citations & extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
LePrescripteurLitteraireLePrescripteurLitteraire16 février 2015
Les adieux, c'est toujours comme cela, c'est lorsqu'on n'a plus la force d'espérer, lorsqu'on ne se possède plus, lorsqu'on dit "à ce soir" en sachant qu'on n'ira plus nulle part.
Commenter    J’apprécie          20
mandarine43mandarine4304 mai 2011
Les adieux, c'est ce qui fait le moins mal, lorsque personne ne vous regarde vous en aller.
Commenter    J’apprécie          30
LePrescripteurLitteraireLePrescripteurLitteraire16 février 2015
Ma vie est finie parce que je n'ai jamais cru à la vie, parce que j'ai toujours eu de grandes dispositions pour dire adieu, pour renoncer. Je n'ai jamais eu un projet, un élan, sans les voir devant moi, étalés sur un miroir qui me les renvoyait, tout creusés, avant que j'aie pu m'élancer...
Commenter    J’apprécie          00
LePrescripteurLitteraireLePrescripteurLitteraire16 février 2015
Je vois bien aujourd'hui que le vide, l'absence, entre certains êtres, crée une accoutumance qui n'est pas moindre que la possession, dans ses effets. C'est une possession, cela ressemble, du moins, à une possession. Peut-être avions-nous tous deux l'amour de la distance ?
Commenter    J’apprécie          00
LePrescripteurLitteraireLePrescripteurLitteraire16 février 2015
N'est-ce pas une maladresse que de mendier l'amour d'un homme, quand on a toujours refusé l'amour de tous les autres ?
Commenter    J’apprécie          10
autres livres classés : philologieVoir plus





Quiz Voir plus

Les classiques de la littérature française

L'homme qui rit

Honoré de Balzac
Victor Hugo
Stendhal
Gustave Flaubert

15 questions
611 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , auteur françaisCréer un quiz sur ce livre