Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 221120161X
Éditeur : L'Ecole des loisirs (2010)


Note moyenne : 4.08/5 (sur 25 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Son nez n'est pas du tout crochu.
Elle ne chevauche aucun balai, ne touille aucun chaudron.
Pourtant, Ingrid est une sorcière. Et une belle. Le jour où elle débarque au village de Skelleftestad, tous les hommes tombent raides. Elle pourrait prendre celui q... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (8)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Deuzenn, le 22 juin 2012

    Deuzenn
    A Skelleftestad, Nils Swendeborg, gentil et travailleur, passerait pour un bon parti si il n'était pas aussi stupide. Aussi, c'est avec surprise que les habitants apprennent ses noces avec la belle et mystérieuse Ingrid, une étrangère fraîchement installée dans leur village.
    Ce qu'ignorent ces braves gens, c'est qu'Ingrid est une sorcière. Une vraie, sans balai, ni verrue mais capable de faire neiger dans une maison et de donner naissance à des enfants au bout de trois mois seulement.
    C'est Johanna, l'aînée de leurs trois filles, qui se fait la narratrice de leur histoire. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'on est loin du conte de fées...
    Ce premier tome enthousiasmant retrace l'arrivée d'Ingrid dans le village et son mariage avec Nils et nous permet de faire connaissance avec cette sorcière qui sort des sentiers battus. C'est un portrait critique que fait Johanna de sa mère, mais pour sa défense, elle vient de découvrir les véritables intentions de celle-ci... Un petit livre à l'humour grinçant qui tord le cou à l'image traditionnelle de la sorcière avec bonheur.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Fifibrinda, le 24 février 2014

    Fifibrinda
    Il est beau, gentil, toujours de bonne humeur, habile charpentier, bon cuisinier, fidèle, débordant de tendresse … mais d'une bêtise insondable.
    Elle est belle, mystérieuse, sexy, n'a pas froid aux yeux, affole tous les hommes et énerve toutes les femmes, … mais c'est une sorcière.
    Un couple idéal donc : elle peut lui faire gober tout et son contraire, il est à ses genoux et s'occupe de leurs filles. L'une d'elle, Johanna, raconte l'histoire de ses parents : les sorts jetés par sa mère dès qu'un villageois l'embête, les petits mystères quotidiens, les discours approximatifs de son père …
    Elle dément aussi totalement ces rumeurs ridicules sur les écoles de sorciers, les nez crochus ou les balais et rétablit quelques vérités : les sorcières pondent un œuf vert dont le bébé sort au bout de deux jours. Voilà ! Et, bien sûr, Johanna se demande quelle mouche a piqué sa mère : elle devait bien avoir une idée derrière la tête en épousant cet empoté ?
    16 ans plus tard, les trois sœurs ont affirmé leur personnalité, ce qui n'est pas sans inquiéter même leur sorcière de mère …
    Chabas renouvelle le genre « histoire de sorcière » tant par le fonds (ce couple invraisemblable et leurs filles) que par la forme (le style narratif de Johanna, les discours de Nils). On s'amuse beaucoup de la truculence des personnages, du caractère de Johanna, des sorts ahurissants jetés par Ingrid, des situations impossibles où l'amène la nécessité de mentir à Nils et à ses filles sur sa vraie nature. A ce titre, la scène de leur mariage au temple est un régal.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Biname, le 23 février 2011

    Biname
    A mon âge, on ne lit plus vraiment des romans pour les enfants mais le nom imprononçable de ce village m'a donné une folle envie de découvrir ce petit roman. J'ai plus envie de parler d'un conte décapant pour ce premier tome qu'une simple histoire de sorcière.
    Ici on ne parle pas d'une sorcière classique: Ingrid est très belle, peut faire pousser des maisons, pond des oeufs, peint une pièce en un claquement de doigts, peut être un amour comme d'une grande cruauté. J'ai vraiment apprécié ce changement radical de caractéristiques d'une sorcière.
    Dans ce premier tome on pose les personnages, le milieu de vie, la façon dont les enfants voient leur mère sorcière, aucune intrigue: juste une seule et unique affirmation, "ma mère est une sorcière et je vous le prouve."
    Il faudra donc attendre la lecture du deuxième tome pour savoir comment la première fille de la sorcière va accepter ou non le fait qu'elle devient une sorcière.
    Livre se lisant extrêmement vite, amusant mais obligation de lire le 2eme tome car aucune intrigue n'est posée dans le premier.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Lisbei13, le 02 juillet 2012

    Lisbei13
    Quand Ingrid débarque un beau jour dans le village de Skelleftestad, personne ne soupçonne sa vraie nature, même si les villageoises ont tôt fait de la vouer aux gémonies, jalouses de l'effet que provoque cette belle inconnue sur leurs hommes ... Ingrid est une sorcière. Et une vraie ... pas une gentille dame qui patouille dans son chaudron des filtres d'amour en gratouillant la tête de son crapaud de compagnie ... non, une sorcière fantasque et colérique qui ne fréquente les humains que lorsqu'elle veut en tirer quelque chose ... et ce quelque chose, elle décide que c'est ce grand benêt de Nils Swedenborg, toujours célibataire à 30 ans en dépit de sa belle figure et de ses talents de menuisier, qui va le lui apporter ... certaine que son insondable bêtise fera un antidote parfait à sa propre étrangeté, vis-à-vis du village ... et ce quelque chose, ce sont les trois filles qu'elle portera en l'espace d'une année ... trois filles totalement dépourvues de la moindre étincelle de magie...
    Un bon petit roman au ton résolument provocateur qui redonne aux sorcières un peu de leur lustre et de leur méchanceté d'antan ... raconté par la propre fille d'Ingrid, l'aînée, Johanna ... et qui se termine de telle façon qu'on a une envie dévorante de connaître la suite ... il va donc falloir que je me procure sans trop tarder le tome 2, Les Soeurs Swedenborg ... j'espère qu'il sera en rayon à la bibliothèque !!
    A recommander à vos ados si vous en avez à la maison, entre 10 et 18 ans, on va dire ! Et n'hésitez pas à le lire aussi, c'est tout à fait sympathique et mordant !

    Lien : http://www.ludinthemist.com/archives/2012/06/22/24554335.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Themahyperlibrairie, le 13 septembre 2013

    Themahyperlibrairie
    Un petit bijou de lecture. J'ai totalement adoré cette histoire burlesque de sorcières. Drôle piquant, ce livre ne peut pas se lire sans sa suite qui sera l'apothéose de conte. Je n'ose pas trop en dire mais il est clair que c'est un énorme coup de coeur pour l'équipe. Vous y verrez des sorcières pas communes, un petit village accablé d'un sort monstrueux (monstrueusement drôle), un adorable papa et une petite fille qui regrettera bien vite ses paroles. Je le conseillerai encore et encore.
    Béné
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

> voir toutes (3)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Biname, le 23 février 2011

    Si les sorcières n'ont pas toutes le nez crochu et ne chevauchent pas forcément des balais, il est encore une particularité qu'elles partagent, sans exception: pour avoir un enfant, il faut d'abord qu'elles pondent un oeuf. Elles sont ovipares, comme diraient les savants, qui sont pourtant bien ignorants en matière de sorcières.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par zazimuth, le 19 juin 2011

    Une sorcière douce et câline, ce n'est plus une sorcière, c'est un lapin angora. (p.34)

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par Tiana, le 26 octobre 2013

    Mon père n'avait bu, lui, qu'un dé à coudre. Il ne ressentait jamais le besoin de se saouler, car selon ses dires il n'avait rien de funeste à oublier, et le secours de l'alcool lui était inutile pour s'amuser, puisqu'il était gai par essence. (p.54)

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (2)

Videos de Jean-François Chabas

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Jean-François Chabas

Sublime ! Un des plus beaux albums jamais sortis pour les enfants, et les grands, sur le thème des saisons rebelles et capricieuses. Le réchauffement climatique comme vous ne l'avez jamais lu, c'est une oeuvre fantasque et belle signé David Sala et Jean-François Chabas aux Albums Casterman. une vidéo rienalire.fr








Sur Amazon
à partir de :
4,90 € (neuf)
4,95 € (occasion)

   

Faire découvrir Les sorcières de Skelleftestad, Tome 1 : L'étrange mariage de Nils Swedenborg par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz