Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2253010448
Éditeur : Le Livre de Poche (1975)


Note moyenne : 3.69/5 (sur 138 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Sherlock Holmes vient à peine de déchiffrer un message codé le prévenant qu'un certain Douglas de Birlstone Manor House, est en grave danger, qu'il apprend par l'inspecteur MacDonald de Scotland Yard que Douglas vient d'être affreusement assassiné.
Par le signata... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (22)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 2.00/5
    Par belette2911, le 27 juin 2013

    belette2911
    "La vallée de la peur" ou comment justifier, presque vingt ans après, l'existence du Tout Grand Méchant qu'on avait sorti un jour de son chapeau !
    Là, tout de suite, je vais plus vous parler des coulisses de ce livre que d'autre chose, les autres critiques étant là pour vous aider à vous faire votre propre avis (sinon, lisez-le et faites-vous vraiment votre propre avis).
    Petit retour en arrière : lorsque Conan Doyle en eu plus que marre de ce détective qui lui pourrissait la vie (lui qui ne rêvait que d'écrire des romans historiques), il décida de le tuer.
    Oui, mais, problème : il fallait un Méchant à la hauteur du détective, pas un minable voyou des rues. Il fallait un final digne du héros qui lui avait fait gagner assez d'argent que pour se déplacer en fiacre s'il le voulait. Un écrivain qui vivait de sa plume, c'était assez rare à l'époque.
    Que fit-il ? Un truc d'auteur : il inventa le Grand Méchant Napoléon du Crime Organisé de Londres. Un mec qui régnait en maître sur la pègre de la City, mais le faisait tout en se cachant derrière son métier de professeur de mathématiques. Un type tellement bien camouflé que personne n'avait entendu parler de lui, sauf Holmes.
    La preuve ? Watson ne savait même pas qu'il existait ! Noir sur blanc dans "Le dernier problème".
    Bref, Conan Doyle met tout ça en place et se débarrasse de l'encombrant détective en le faisant tomber lors d'un combat au corps à corps dans les chutes de Reichenbach. Fin de l'histoire.
    "The Adventure of the Final Problem" fut publié en décembre 1893 dans "The Strand Magazine"… Mauvais Noël que pour ses nombreux fans puisque certains portèrent même un brassard noir (et dans les hautes sphères).
    Cédant juste un peu à la pression, de août 1901 à mai 1902, Conan Doyle fit publier "The Hound of the Baskervilles", toujours dans "The Strand Magazine".
    Conan Doyle s'en tira avec une pirouette en faisant dire à Watson qu'il publiait une enquête jamais encore publiée (sans faire revenir Holmes à la vie puisque publiée du vivant du détective, mais avec un temps de retard). Rusé, l'homme !
    Il pensa même ne pas faire intervenir son diable de détective, mais lui donna tout de même un petit rôle… Voilà pourquoi Holmes est si peu présent dans ce roman là.
    En septembre 1903, dans le "Collier's Weekly" paraît le retour tant espéré de Holmes : "The Adventure of the Empty House". Et c'est reparti pour un tour pour le plaisir de tous.
    Et puis, un jour, Conan Doyle, voulant sans doute donner un peu plus de légitimité à Moriarty, le Grand Méchant dont personne n'avait entendu parler, décide de le faire intervenir dans une enquête de Sherlock, censée se passer bien avant le Grand Hiatus (hiatus = période entre sa fausse mort, le 4 mai 1891 et son retour en 1894).
    Voici donc "The Valley of Fear" (La vallée de la peur) publié entre septembre 1914 et mai 1915 dans "The Strand Magazine". 21 ans après la publication où Holmes parlait de Moriarty !
    Tout s'éclaire-t-il donc ? le Grand Méchant est légitimé ? Que nenni ! Ça ne résout rien, que du contraire, cela soulève encore plus de questions.
    Dont une importante : dans "Le dernier problème" (qui est censé se passer APRÈS "La vallée de la peur" – même si publié avant), Watson ne connaît pas du tout Moriarty !
    Extrait "Le dernier problème" :
    – Vous n'avez probablement jamais entendu parler du Pr Moriarty ?
    – Jamais ! dis-je.
    – C'est bien là ce qu'il y a de merveilleux et de génial chez cet homme ! s'écria-t-il. Il règne sur Londres et personne n'a entendu parler de lui. C'est ce qui fait de lui le criminel des criminels. Je n'hésite pas à vous déclarer, Watson, en toute sincérité, que, si je pouvais réduire ce Moriarty à l'impuissance et délivrer de lui la société, je considérerais que ma carrière a atteint son apogée et que je serais tout prêt à adopter un genre de vie plus calme. [...]
    Hors, dans "La vallée de la peur", publiée APRÈS "Le dernier problème" mais se passant AVANT, Watson connaît Moriarty !
    Extrait "La vallée de la peur" :
    – Vous m'avez entendu parler du professeur Moriarty ?
    – le célèbre criminel scientifique, qui est aussi connu des chevaliers d'industrie…
    – Vous allez me faire rougir, Watson ! murmura Holmes d'un ton désapprobateur.
    – J'allais dire : « Qu'il est inconnu du grand public. »
    Imaginez mon trouble, mon désarroi, lorsque étant gosse (j'avais 14 ans) je découvris le canon holmésien et que je tombai sur une erreur de logique pareille : un coup il le connait, un coup il ne le connaît pas du tout !
    Ce serait correct si "La vallée de la peur" avait été publiée avant "le dernier problème" (puisque Moriarty meurt) et que dans la "Vallée" Watson ne sache pas de qui on parle et que la seconde fois que Holmes cite Moriarty, il sache de qui on cause. Pas le contraire !
    Et comme Moriarty était mort dans les chutes et que "La vallée de la peur" se passait AVANT leur face-à-face mortel, j'y ai perdu mon latin.
    Watson avait-il des troubles de mémoire ou bien l'auteur avait-il fumé un truc pas net ? Voilà ce qui donne des cheveux blancs aux holmésiens… Conan Doyle avait sans doute envie que l'on s'arrache les cheveux sur cette erreur de logique, 100 ans après sa mort.
    Et le livre, qu'est-ce que j'en ai pensé ? Ben, c'est pas mon préféré…
    Bon, on cause de Moriarty mais il n'apparaît pas ! Remboursez ! Sherlock Holmes enquête sur le meurtre d'un nommé Douglas, et c'est un homme qu'il suppose faire partie de la bande de Moriarty qui l'a renseigné, mais de Moriarty, même pas l'ombre d'un poil de ses gambettes !
    La solution du meurtre, elle est révélée à la fin de la première partie… pourquoi donc s'esquinter à lire la suite qui n'a pas vraiment d'intérêt ?
    C'est comme dans "Une étude en rouge" et "Le signe des quatre", il y a une histoire dans l'histoire, mais si les deux autres étaient intéressantes, là, bof, mitigée.
    La seconde partie aux États-Unis, dans une vallée minière style trou du cul du monde, où les forces de l'ordre jouent à règlements de compte à O.K Corral avec une bande de malfrats, version société secrète "imitation maçonnique" mais eux, ils sont gore.
    Ça nous éclaire sur le passé du quidam, mais c'est assez lourd. Alors que je n'ai jamais ressenti cet ennui dans "Une étude en rouge" ou "Le signe des quatre". Là, l'auteur aurait pu trancher un peu et limiter la seconde partie.
    Holmes est peu présent dans le roman. On le voit, lui et Watson uniquement dans la première partie et dans l'épilogue…
    Mention minimale de Moriarty dans l'épilogue : on le soupçonne d'être l'expert du crime qui joue les nettoyeurs pour l'organisation américaine, mais rien n'est prouvé…
    Bref, ce roman aurait pu se contenter d'avoir la taille d'un nouvelle avec deux fois plus de page qu'une autre, mais un format "roman", il y a trop de temps mort que le plus petit retournement de situation vous fait sursauter.
    Et puis, quel affrontement avec Moriarty ?? Bref, un coup d'épée dans l'eau et à trop vouloir bien faire 20 ans après, on fait des boulettes.


    Lien : http://thecanniballecteur.wordpress.com/2013/06/27/la-vallee-de-la-p..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          7 28         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par potzina, le 09 août 2013

    potzina
    La Vallée de la peur n'est pas l'aventure holmésienne que je préfère, loin de là, et ceci pour plusieurs raisons. A l'instar d'Une étude en rouge ou du Signe des quatre, le roman est divisé en deux parties distinctes. La première étant l'enquête proprement dite, la seconde faisant la part belle aux interminables explications du mobile du crime. Ainsi, dès la fin de la première partie, l'enquête est résolue ce qui rend la seconde beaucoup moins attractive.
    D'autant moins attractive que Sherlock disparaît complètement ! Quand je lis une histoire de Sherlock Holmes, c'est pour voir mon héros à l'œuvre pas pour le perdre de vue pendant 100 pages et suivre les errements de funestes inconnus.
    Ajoutons une intrigue tarabiscotée et violente faisant intervenir Moriarty et vous obtenez une histoire médiocre.
    Je ne peux pas dire pour autant que je me sois ennuyée à la lecture de ce roman puisqu'il est bien écrit et que la partie "western" m'a tenue en haleine. Il y a du suspense et un twist final sympa qui permet de ne pas s'endormir.
    Par contre, l'épilogue prend le lecteur pour un crétin ce qui n'est pas agréable, vous en conviendrez aisément.
    La Vallée de la peur est un roman deux en un auquel il manque beaucoup de Sherlock, de Watson et même de Moriarty !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 17         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Sharon, le 20 avril 2013

    Sharon
    Ce roman est à mes yeux le meilleur roman de Sir Arthur Conan Doyle, du moins, la meilleure enquête de Sherlock Holmes. Sa construction rappelle celle d'Une étude en rouge, en plus soignée, exploitant à nouveau les noirceurs de l'âme humaine.
    Deux enquêtes, deux temps du roman. Nous sommes tout d'abord dans l'Angleterre victorienne, où un gentleman vient d'être assassiné dans d'atroces circonstances. il faut toute la ténacité, toute l'ingéniosité de Sherlock pour venir à bout de cette enquête, et démasqué le coupable, que je vous mets au défi de trouver. On me répondra que le lecteur n'avait pas tous les éléments en main. Il en avait tout de même beaucoup, et les principaux. Il devait simplement se fier aux faits, et non à leur interprétation, et autres idées préconçues.
    Après le coup de théâtre que constitue l'identité du coupable, Sir Arthur Conan Doyle nous plonge dans la Californie de l'hiver 1875. Certes, Watson et Holmes sont loin, cependant l'enquête qui y est menée est toute aussi palpitante. Dans cette vallée, renommée « vallée de la peur » par ses habitants, une société secrète sème la terreur, et plus encore. le jeune McMurdo, qui a quitté précipitamment Chicago, découvre cette société et se fait rapidement accepter par ses membres les plus aguerris, tout en ménageant les plus timorés. Il a l'âme d'un chef, que l'on ne s'y trompe pas, et gare à ceux qui se mettent sur la route des « Eclaireurs ». Mieux ou pire qu'un western, comme vous voudrez, il faudra la présence d'un autre enquêteur, lié à une organisation qui ne cesse d'inspirer les auteurs – Pinkerton – pour que cette seconde affaire, à la hauteur de la première, soit dénouée.
    Pour terminer ce billet, je mettrai simplement cette citation, encore d'actualité aujourd'hui :
    La tentation de former des théories prématurées sur des informations insuffisantes est la maladie de notre profession.

    Lien : http://deslivresetsharon.wordpress.com/2013/04/20/la-vallee-de-la-pe..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par Davalian, le 06 octobre 2012

    Davalian
    Quatrième et dernier des quatre romans qui constituent les œuvres les plus développées du canon de Conan Doyle, La vallée de la peur est une œuvre à part. Personnellement, j'ai été déçu par ce revirement. Il peut être lu à la suite de l'Étude en rouge, du Signe des Quatre et du Chien des Baskerville sans qu'il soit nécessaire de mettre les yeux dans les différents recueils de nouvelles. Mieux vaut d'ailleurs les lire après.
    Si l'ombre de Moriarty et de sa non moins mystérieuse organisation plane, elle apparait comme le prétexte pour accrocher le lecteur (et l'intrigue) à la geste de Sherlock Holmes. du moins cela se ressent après avoir lu le dernier problème. Dans cet épisode fort court (tout juste deux cent pages), le héros brille par son absence. Bon d'accord… il est bel et bien là, mais ne fait aucun effort pour conserver son rang. Il se contente de formules trop souvent lues et relues et devient cassant et franchement désagréable. C'est grande tristesse que de constater à quel point le célèbre détective se transforme de lui-même en cliché. A cet égard l'incipit est tout à fait révélateur.
    Le récit est captivant d'un bout à l'autre, même s'il faut reconnaître qu'il est une variante (habilement conçue certes) d'autres scénarii développés par l'auteur. Deux temps sont clairement marqués. D'abord la résolution d'un meurtre dans une ambiance confinée, puis un récit d'aventures vécues sous d'autres cieux qui éclaircirent la première partie. Watson se voit crédité du privilège de servir de fil rouge. Pour autant de raisons, cet ouvrage s'adressera avant tout aux fans et ne sera pas conseillé aux non-initiés.

    Lien : http://kriticon.over-blog.com/article-la-vallee-de-la-peur-arthur-co..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par letitbe, le 22 décembre 2013

    letitbe
    Dans ce 4ème opus, Sherlock Holmes a un mystérieux correspondant qui le prévient par le biais d'un message codé qu'un certain Douglas de Birlstone sera assassiné. Ce mystérieux correspondant travaille pour un certain professeur Moriarty, inconnu des services de police, mais que Holmes considère comme un génie du mal.
    En effet, un meurtre est bien commis à Birlstone et la victime est bien ce monsieur Douglas mentionné dans le message. Holmes accepte de prêter main-forte à la police pour qui l'enquête pose de sérieux problèmes. Même le célèbre détective se pose certaines questions. Il devra faire preuve d'obstination et de ruse pour dénouer les fils de l'intrigue.
    Comme pour "L'étude en rouge" et "Le signe des quatre", la clé de l'énigme se trouve dans le passé et dans un autre pays. C'est là que je trouve qu'Arthur Conan Doyle use du même canevas et que ça devient un peu mécanique. Par contre, on découvre de nouveaux inspecteurs de police ainsi que l'ombre menaçante du professeur Moriarty. J'ai été aussi captivée par la vision que Doyle avait du système judiciaire et du grand banditisme américains.
    Ce n'est pas le roman de cette série qui m'a le plus intéressée car l'auteur a un peu trop utilisé les mêmes "ficelles" pour construire son histoire pour aboutir à un épilogue abrupt et ambigü.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la critique

> voir toutes (6)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par ThibaultR, le 06 décembre 2012

    Monsieur Mac, la chose la plus pratique que vous pourriez faire dans votre vie serait de vous enfermer pendant trois mois et de lire douze heures par jour les annales du crime. Tout se répète, même le professeur Moriarty. Jonathan Wild était la force secrète des criminels de Londres, à qui il avait vendu son cerveau et ses dons d'organisateur moyennant une commission de 15%. La vieille roue tourne; le même rayon reparaît. Tout a déjà été fait, tout sera encore fait. (...)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par nanet, le 29 juin 2011

    C'était un spectacle étonnant que d'observer le visage de Cecil Barker durant l'exposé du grand détective. La colère, la stupeur, la consternation, l'indécision y avaient tour à tour transparu. En fin de compte , il opta pour une ironie quelque peu acide.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par Ishimaru, le 21 février 2015

    Là, Watson ! Que pensez-vous de la raison pure ? Si l'épicier vendait quelque chose qui ressemblât à une couronne de lauriers, j'enverrais Billy me l'acheter.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par Sharon, le 14 avril 2013

    La tentation de former des théories prématurées sur des informations insuffisantes est la maladie de notre profession.

    Commenter     J’apprécie          2 3         Page de la citation

  • Par breizhcyrano, le 18 janvier 2014

    La médiocrité n'admet rien de supérieur à elle-même, mais le talent reconnaît instantanément le génie.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

> voir toutes (44)

Videos de Arthur Conan Doyle

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Arthur Conan Doyle


MP 2014-03-13-051-003048BDD2D9.mp4
Payot - Marque Page - Arthur Conan Doyle - Visite sur les trois fronts.








Sur Amazon
à partir de :
3,80 € (neuf)
0,53 € (occasion)

   

Faire découvrir La Vallée de la peur par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (286)

{*