Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Brice Matthieussent (Traducteur)

ISBN : 2757805789
Éditeur : Points (2007)


Note moyenne : 3.37/5 (sur 51 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Accusé d'avoir éventré le shérif Call, Hillary Van Wetter attend la mort dans une prison de Floride. Eperdument éprise du condamné, Charlotte clame son innocence auprès du Miami Times qui dépêche deux journalistes sur place... Glamour, torride, réaliste et violent, Pape... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (6)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par lehane-fan, le 27 octobre 2012

    lehane-fan
    Alors là , si c'est pas coller à l'actu que d'avoir lu un bouquin dont le pendant pelliculaire vient à peine de sortir sur grand écran , je ne m'appelle plus Jean- Jésus-Marie-Judas de Roquefort la Bédoule de La Motte Beuvron !
    Ok , on a qu'à dire qu'il s'agit d'un heureux concours de circonstance et on en parle plus . de toute façon , j'étais pas fan , fan de Jean...alors...
    Dexter , troisième !
    Auteur noir , cynique , maîtrisant parfaitement l'art de vous claquer une sale ambiance propre à rendre dépressif un Julien Lepers sous ecstasy , il signe ici un grand roman qui , à défaut d'être majeur , aura eu le mérite notoire de faire cogiter du bulbe l'apathique lecteur décérébré que je suis quant à l'acquisition d'une certaine notoriété journalistique et le travestissement personnel et historique qu'elle suscite .
    Hillary van Wetter , chasseur d'alligators shériffopathe reconnu coupable d'avoir dessoudé un représentant de la loi à la gâchette facile notoirement raciste et dont la seule boulette avérée fut de s'en prendre , une fois n'est pas coutume , à un blanc apparenté , qui plus est , à l'un des plus violents membres de la famille van Wetter , attend sagement son exécution dans les couloirs de la mort . Charlotte , nymphomane également multirécidiviste , de par le fait , ne jure que par l'innocence de son Hillary de futur mari qu'elle ne côtoie qu'épistolairement . Intrigué par tant de fougue désintéressée , le Miami Times charge deux de ses plus talentueuses plumes de faire toute la lumière sur cette détonante affaire qui pourrait , au final , s'avérer tristement révélatrice d'un système judiciaire en pleine déroute !
    Deux journalistes sur le déclin , l'un talentueux mais fortement dilettante , l'autre beaucoup plus besogneux mais intègre . Une affaire qui pourrait bien leur valoir le Paul - Loup , enfin le pulitzer ! Une famille van Wetter qui ferait passer les joyeux autochtones de Délivrance pour de classieux aristocrates ! Une Floride intérieure à mille lieues des clichés soleil - bronzette – juvéniles retraités bodybuildés promenant leur caniche nain – véritables usines à déféquer sur pattes - le long de Miami Beach . Des personnalités affirmées et torturées au service d'une histoire beaucoup plus complexe et subtile qu'il n'y paraît et pourtant , le compte n'y est pas cette fois-ci . le vilain fautif ? Un faux rythme poussif en diable , seul et unique responsable d'un avis beaucoup moins enthousiaste pour le coup !
    Il n'en reste pas moins que ce roman noir d'investigation s'inscrit pleinement dans la droite ligne des précédents opus de l'auteur à savoir une histoire riche , prenante , reposant sur des personnages nuancés , sortes de fifty shades of grey journalistiques ou probité , intégrité et Maïté auraient fort à faire pour résister aux sirènes d'une renommée internationale bigrement tentatrice !
    Un Dexter moindre mais un Dexter quand même ! Santé !
    Paperboy : demandez l'programme !
    3,5 / 5
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 43         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par encoredunoir, le 31 janvier 2012

    encoredunoir
    C'est dans le comté de Moat, quelque part dans le fin fond de la Floride qu'Hillary van Wetter a été arrêté pour le meurtre du shérif puis jugé et condamné à mort. Dans le Sud Profond, à la fin des années 1960, c'est le genre d'histoire qui a tôt fait de finir aux oubliettes, surtout quand, comme ici, le crime a trait à une apparente vendetta familiale. Elle finit pourtant par attirer l'attention de deux étoiles montantes du Miami Times interpelées par la fiancée de l'accusé et qui voient là l'occasion de faire dans le nouveau journalisme et de gagner encore en reconnaissance. L'un, Yardley Acheman, se prend pour un écrivain tandis que l'autre, Ward James, dévoué jusqu'à l'obsession à la quête de la vérité, est de plus originaire du comté. Accompagnés par le jeune frère de Ward qui leur sert de chauffeur et qui est le narrateur de cette histoire, les deux jeunes hommes s'engagent dans une enquête qui va les hanter bien après qu'ils aient achevé leur article.
    En choisissant le jeune Jack comme narrateur, Pete Dexter donne à l'histoire le recul nécessaire et une certaine innocence à cette description d'un monde en mutation mais encore bien enraciné dans ses mœurs anciennes faites de ségrégation, de repli, de violence et de petits arrangements entre notables. Ainsi nous immerge-t-il dans une Floride étouffante, suffocante parfois, dans une vie provinciale qui ressemble comme deux gouttes d'eau à un panier de crabes que n'aurait pas renié Jim Thompson où se mêlent violence des sentiments et tensions sexuelles.
    « Chaque soir, après le travail, je rentrais en voiture à Thorne jusqu'à la maison de mon père, en pensant sans arrêt à Charlotte Bless. Peut-être avez-vous vu des chiens se rouler dans l'herbe sur une charogne pour imprégner leur poil de son odeur. Moi, je la désirais de cette manière ».
    Si le décor est primordial, tout comme la description d'Hillary van Wetter et de son clan de dégénérés consanguins qui vivent au milieu des marécages, là n'est pas tant le sujet principal du roman de Dexter. Derrière lui, et en suivant le fil conducteur que représente cette contre-enquête en faveur d'un accusé détestable et dont on finit par se soucier assez peu de savoir s'il est vraiment innocent tant cela paraît improbable, Pete Dexter revient à ses thèmes de prédilection : l'amour fraternel et filial et ses limites, les différentes faces de la vérité, ou comment les faux-semblants peuvent à leur manière refléter cette vérité, la description d'une folie et d'une violence socialement acceptées et, bien entendu, en résonnance avec sa propre expérience, jusqu'où le journaliste peut payer de sa personne.
    Partie sur un rythme indolent et aussi pesant que la moiteur de ce coin de Floride, l'intrigue s'accélère peu à peu pour nous révéler toujours un peu plus l'âme des personnages et en particulier de ce duo dissemblable et complémentaire de journalistes qui suivent des quêtes bien différentes – la vérité pour l'un, la gloire pour l'autre – avec la même opiniâtreté.
    Comme de coutume, Pete Dexter nous offre donc un roman singulier doté en particulier d'une narration faussement naïve mais admirable qui ferait de Jack une sorte de gonzo-journaliste infiltré chez les tenants provinciaux du nouveau journalisme.
    Avec ce petit truc en plus, cette description toujours forte chez Dexter, de la difficulté de personnages faussement monolithiques à exprimer l'amour et à s'extraire de la noirceur, et quelques explosions d'une violence terrible même si elle n'est pas toujours physique. Sans un mot en trop, sans artifices. Si vous n'avez pas encore eu l'occasion de lire Pete Dexter, dites vous qu'il serait dommage de passer à côté.


    Lien : http://encoredunoir.over-blog.com/article-paperboy-de-pete-dexter-98..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par robiouane, le 17 mars 2013

    robiouane
    Dans une Floride endormie, un sud des Etats-Unis poisseux et sensuel, une folle hypersexuée demande à un journaliste d'enquêter sur le meurtre qui a envoyé son promis derrière les barreaux: elle est persuadée que cette brute notoirement violente est innocente.
    Paperboy, journaleux. Sous les yeux impuissants de son frère, jeune athlète à l'équilibre psychique fragile, le journaliste s'enfonce dans l'enquête, cherchant désespérément la vérité d'un scoop pour assumer les vérités de sa vie. Plus il avance, plus la vérité se dérobe...
    Mais l'élucidation de ce meurtre n'est pas la pièce capitale du roman, - même si je vous rassure, la fin de son livre délivre son lot d'explications, histoire de ne pas flouer complètement le lecteur. Car pour Pete Dexter, la vérité vraie n'est au final pas très importante, peut-être tout simplement parce qu'elle est impossible à agripper.
    Alors ce qu'il nous raconte avec force et âpreté, ce sont des marécages cernant ces deux frères, leur famille disloquée, une nymphomane de quarante cinq ans qui fantasme sur un sadique, des cajuns hostiles qui vivent dans les "swamps" comme si le temps n'existait plus, le rapport des journalistes à leurs histoires... Ce que les gens sont et vivent.
    Le livre flirte avec un imaginaire border et évite les clichés, malgré une surenchère de situations trash. La structure du roman est classique, le monde que donne à voir Pete Dexter ne l'est pas, ni non plus les réponses qu'il donne aux questions qu'il pose. Lisez le, c'est vraiment super bien.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          4 11         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par gridou, le 29 août 2013

    gridou
    Voici un livre décevra les amateurs d'enquêtes complexes, de suspens et d'action. On est ici complètement dans le roman noir. le roman d'ambiance et la critique (acerbe) du journalisme d'investigation.

    Deux jeunes journalistes du Miami Times sont contactés par Charlotte Bless, la fiancée d'un condamné à mort, pour qu'ils écrivent un article qui l'aiderait à échapper à la peine capitale. Elle est persuadée de son innocence.
    Un homme jugé à la va-vite pour le meurtre sanglant d'un shérif dans un petit bled, il y a là matière à pondre un article qui pourrait faire grand bruit. le duo de journalistes se rend donc dans le comté de Moat pour enquêter plus avant sur cette histoire...
    Très vite, ils s'aperçoivent que la fiancée en question est une paumée qui prend son pied en correspondant avec des prisonniers, les plus dangereux possibles. Elle fait une fixette sur Hillary van Wetter, qu'elle tient absolument à épouser, bien qu'elle ne l'ait jamais rencontré. Ce dernier, du fond de sa prison, ne se montre pas très coopératif avec les journalistes, c'est le moins qu'on puisse dire et apparait même, dès la première entrevue, comme un type pervers et dangereux qui pourrait bien être coupable.
    Peu importe. Les journalistes sont venus écrire leur article et ont bien l'intention d'aller jusqu'au bout de leur mission. Ils commencent alors une minutieuse reconstitution des faits. Leur travail, fait de lectures de compte-rendus et de recherches de témoignages, progresse très lentement.
    Le témoin clé qui pourrait faire avancer leur enquête est introuvable et van Wetter, plein de mauvaise volonté, refuse de leur donner la moindre information. Pourtant il faudra bien boucler l'article...
    A travers ce récit sur le travail de journaliste d'investigation ( c'est bien le thème principal, comment s'écrit un article-enquête), Dexter nous plonge au coeur de la ruralité américaine des années 70, dans une petite ville où il ne fait pas bon avoir une opinion divergente ( sous peine d'exclusion sociale) ni se mêler des affaires d'autrui.
    Il nous régale d'une galerie de personnages typiques ( ou plutôt atypiques) rencontrés au cours de l'enquête ( la secrétaire revêche à l'accueil chez les flics, le vieil avocat incompétent, la famille de dégénérés de van Wetter...).
    Les personnages principaux ne sont pas en reste, eux aussi sont bourrés de tares.
    En fait la plume de Dexter est sans concession. Tout le monde y passe.
    Comme un journaliste malin, il vient glisser par bribes des éléments qui éveillent la curiosité (insinuations concernant la sexualité d'un des personnages), qui intriguent; il répand des rumeurs en somme et ça suffit à captiver le lecteur, malgré le rythme de progression très lent de l'intrigue.
    La rumeur, les dégâts qu'elle peut causer, les conséquences d'un article dans le journal, l'intégrité dans le travail...C'est de tout ça que nous parle Paperboy.
    Du vrai roman noir à l'ancienne....
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par carre, le 04 février 2012

    carre
    1965. Hillary van Wetter attend dans une prison de Floride son éxécution, il a été reconnu coupable d'avoir assassiné un shériff (salopard reconnu d'avoir tuer dans ces fonctions, mais principalement des noirs !!!). Son dernier forfait le meurtre du cousin d'Hillary aura été de trop. Deux journalistes d'investigation de Miami vont reprendre l'enquête aidés par Charlotte Blood la fiancée D'Hillary. Pete Dexter prend son temps dans cette histoire, entre polar et enquête journalistique, la vérité n'est pas aussi simple. Dexter nous décrit tout, sans jugement moral, mais dresse un portrait glaçant de cette Amérique
    ségrégationniste. Un polar réussi dont le seul défaut est le manque de rythme.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

> voir toutes (3)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par encoredunoir, le 31 janvier 2012

    Chaque soir, après le travail, je rentrais en voiture à Thorne jusqu’à la maison de mon père, en pensant sans arrêt à Charlotte Bless. Peut-être avez-vous vu des chiens se rouler dans l’herbe sur une charogne pour imprégner leur poil de son odeur. Moi, je la désirais de cette manière.

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par RobinsonFlo, le 31 juillet 2013

    Comme n'importe quoi d'autre, une enquête journalistique est plus excitante vue de haut quand elle démarre, que lorsque vous trimez dessus et vous vous bagarrez avec les détails.

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par RobinsonFlo, le 31 juillet 2013

    - Il semble heureux, dis-je, mais il passe tellement de temps à faire semblant d'être heureux qu'on ne peut jamais savoir.

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
7,60 € (neuf)
3,50 € (occasion)

   

Faire découvrir Paperboy par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (91)

  • Ils sont en train de le lire (1)

> voir plus

Quiz