Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2253177369
Éditeur : Le Livre de Poche (2013)


Note moyenne : 4.04/5 (sur 2180 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Le 20 juin 1942, Anne Franck reçoit un journal pour son anniversaire. Elle y écrit d'abord pour combler sa solitude.

Ayant entendu à la radio que le gouvernement hollandais prévoyait de réunir à la libération les témoignages, racontant la vie au jour le... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (140)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Huckleberry, le 22 mai 2009

    Huckleberry
    Cette jeune fille avait un énorme talent d'écrivain, elle raconte son quotidien sans se douter qu'il serait lu un jour. Quant à nous lecteurs, bien que l'on connaisse la fin tragique, on garde espoir tout au long du livre et on essaye de soutenir Anne Frank et sa famille, puis on pleure inévitablement.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 63         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par cicou45, le 15 mai 2011

    cicou45
    Anne est une enfant juive de 13 ans lorsqu'elle commence à écrire son Journal le 12 juin 1942. Elle y raconte sa vie clandestine au quotidien, obligée de se cacher avec sa famille dans «l'annexe» du bureau paternel. Se sentant terriblement seule et recluse et obligée de vivre dans des conditions plus que précaires, Anne s'invente une amie imaginaire, Kitty, a qui elle confie ses peurs et les déboires que les juifs sont obligés de subir au quotidien. Elle raconte également à Kitty des choses plus banales mais importantes pour une enfant de son âge, à savoir par exemple son amourette avec le jeune Peter. Étrangement lucide et très précoce pour son âge, Anne a, pourrait-on dire, le malheur de comprendre tout ce qui se passe et la détresse de ses parents qui se retrouvent impuissants devant la barbarie nazie et devant leur incapacité à protéger leurs enfants.
    Le Journal s'achève le 1er août 1944 et Anne mourra peu de temps après dans le camp de Bergen-Belsen à l'âge de 15 ans.
    Magnifique ouvrage dont la lecture ne laisse pas le lecteur indemne. Anne est une enfant très lucide en ce qui concerne l'un des pires évènements de l'histoire mondiale, à savoir le génocides des juifs.
    L'écriture est légère puisqu'écrite de la main d'une jeune fille mais terrifiante à la fois pour ce qui est du contenu. À lire !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 51         Page de la critique

    • Livres 2.00/5
    Par isajulia, le 03 mai 2013

    isajulia
    Bon tant pis si je me fais huer par les fans de ce livre, ma devise étant "même pas peur" je me lance : je n'ai pas aimé !
    Il ne m'a pas été imposé, je l'ai lu de moi-même quand j'étais adolescente c'est donc dépourvue de préjugés que je me suis plongée dans le Journal de cette adolescente juive.
    Elle écrit bien, très bien même mais son histoire ne m'a pas marquée plus que ça.
    C'est triste pourtant, je prends très à coeur la condition des juifs pendant la Seconde Guerre Mondiale mais là je ne dirai pas que je suis restée de marbre mais il s'en est fallu de peu.
    Ce n'est que mon sentiment de lectrice mais je trouve qu'il y a des livres bien plus poignants sur les drames juifs.
    J'ai mis deux étoiles pour la qualité de l'écriture et le style, le reste je n'ai vraiment pas adhéré, désolée.
    A défaut de le conseiller, je dirait qu'il est à découvrir après tout les goûts et les couleurs ça ne se discute pas, c'est pas parce qu'il m'a déplu qu'il ne plaira pas à d'autres lecteurs.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          10 41         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par paroles, le 09 avril 2014

    paroles
    Nous étions cachées toutes les deux. Elle, dans une espèce de réduit qu'elle appelait l'annexe. Moi, sous mes couvertures avec une lampe de poche pour continuer la lecture de son livre. Il ne fallait pas badiner avec l'ordre paternel d'éteindre les lumières.
    Nous avions sensiblement le même âge et c'était là notre seul point commun.
    L'adolescence est l'âge de tous les rêves, de toutes les possibilités qui s'ouvrent à vous. On a envie de liberté, de tomber amoureux, de partir à la découverte de tout et de rien.
    Mais pour elle, ce ne fut qu'enfermement, promiscuité, faim, peur, découverte du racisme.
    De nombreux adolescents écrivent leur Journal intime, mais le sien est bouleversant parce que l'on sait qu'elle ne fera pas les expériences que son âge lui promet...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 39         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Aline1102, le 10 mai 2014

    Aline1102
    Le Journal d'Anne Frank, c'est un livre dont tout le monde a entendu parler. Ma soeur l'a lu quand elle était plus jeune, et j'ai parfois feuilleté son exemplaire, lu quelques pages par-ci, par-là, mais sans approfondir ma découverte.
    J'ai donc profité d'une lecture en duo avec une connaissance pour le découvrir plus en détail.
    J'ai été très étonnée du "ton" employé par Anne. Je m'attendais à lire un témoignange très sérieux et très mûr. le sérieux est là, bien sûr (vu le moment de l'histoire dont Anne nous parle), mais le Journal est aussi plein d'humour et de légèreté : Anne est une jeune fille qui aime s'amuser, rire, fréquenter ses ami(e)s, participer à des fêtes chez ces derniers. Elle s'intéresse aussi aux garçons. C'est une jeune fille très vive et amusante que j'ai découvert en lisant les pages de ce Journal.
    Je me suis pourtant parfois sentie mal à l'aise en lisant la manière dont Anne était traitée par sa mère et sa soeur. J'ai eu l'impression, à certains moments, que les adultes coincés dans l'Annexe se sentaient frustrés de leur enfermement et en profitaient pour "passer leurs nerfs" sur Anne. La jeune fille nous raconte les reproches que les adultes (surtout sa mère et Mme van Daan) et sa soeur lui adressent et, parfois, ils sont franchement exagérés.
    Le Journal, c'est aussi un témoignage privilégié sur la Seconde Guerre mondiale et le drame vécu par les Juifs à l'époque. Je ne lancerai pas dans de grands détails, car nous savons tous ce qu'il s'est passé durant ces années de guerre. Mais j'ai trouvé qu'Anne Frank nous parlait de cette époque avec, à la fois, beaucoup de pudeur et de justesse. A travers certaines de ses remarques, en lisant notamment ses inquiétudes au sujet des gens qu'elle connaît et qui sont restés dans le monde "extérieur", on comprend à quel point le stress était constamment présent pour les Juifs (et les autres victimes de la folie nazie).
    Ce Journal était donc une lecture particulièrement émouvante, instructive et passionnante. J'ai apprécié le fait de le découvrir (enfin) et je le relirai certainement avec plaisir et émotion.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 30         Page de la critique

> voir toutes (92)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Pacifik, le 26 juillet 2014

    J'espère pouvoir tout te confier comme je n'ai encore pu le faire à personne ; j'espère aussi que tu seras pour moi un grand soutien.

    Commenter     J’apprécie          0 11         Page de la citation

  • Par Jcequejelis, le 23 septembre 2011

    samedi 20 juin 1942 : Il y a plusieurs jours que je n'ai pas écrit ; il me fallait réfléchir une fois pour toute à ce que signifie un Journal. C'est pour moi une sensation bien singulière que d'exprimer mes pensées, non seulement parce que je n'ai jamais écrit encore, mais parce qu'il me semble que, plus tard, ni moi, ni qui que ce soit d'autre ne s'intéresserait aux confidences d'une écolière de treize ans. Enfin, cela n'a aucune importance. J'ai envie d'écrire, et bien plus encore de sonder mon cœur à propos de toutes sortes de choses. ” Le papier est plus patient que les hommes.” Ce dicton me traversa l'esprit alors qu'un jour de légère mélancolie je m'ennuyais à cent sous de l'heure, la tête appuyée sur les mains, trop cafardeuse pour me décider à sortir ou à rester chez moi. Oui, en effet, le papier est patient, et, comme je présume que personne ne se souciera de ce cahier cartonné dignement intitulé Journal, je n'ai aucune intention de jamais le faire lire, à moins que je ne rencontre dans ma vie l'Ami ou l'Amie à qui le montrer.

    Me revoilà arrivée au point de départ, à l'idée de commencer ce Journal : je n'ai pas d'amie. (…)

    C'est la raison d'être de ce Journal. Afin de mieux évoquer l'image que je me fais d'une amie longuement attendue, je ne veux pas me limiter à de simples faits, comme le font tant d'autres, mais je désire que ce Journal personnifie l'amie. Et cette amie s'appellera Kitty.

    Het Achterhuis

    [Le Livre de Poche, n° 287, 1950 - p. 15]
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 47         Page de la citation

  • Par Carosand, le 13 novembre 2012

    Les lois antijuives se sont succédé sans interruption et notre liberté de mouvement fut de plus en plus restreinte. Les juifs doivent porter l'étoile jaune ; les juifs doivent rendre leurs vélos, les juifs n'ont pas le droit de prendre le tram ; les juifs n'ont pas le droit de circuler en autobus, ni même dans une voiture particulière ; les juifs ne peuvent faire leurs courses que de trois heures à cinq heures, les juifs ne peuvent aller que chez un coiffeur juif ; les juifs n'ont pas le droit de sortir dans la rue de huit heures du soir à six heures du matin ; les juifs n'ont pas le droit de fréquenter les théâtres, les cinémas et autres lieux de divertissement ; les juifs n'ont pas le droit d'aller à la piscine, ou de jouer au tennis, au hockey ou à d'autres sports ; les juifs n'ont pas le droit de faire de l'aviron ; les juifs ne peuvent pratiquer aucune sorte de sport en public. Les juifs n'ont plus le droit de se tenir dans un jardin chez eux ou chez des amis après huit heures du soir ; les juifs n'ont pas le droit d'entrer chez des chrétiens ; les juifs doivent fréquenter des écoles juives, et ainsi de suite, voilà comment nous vivotions et il nous était interdit de faire ceci ou de faire cela. Jacque me disait toujours : "Je n'ose plus rien faire, j'ai peur que ce soit interdit."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 28         Page de la citation

  • Par Carosand, le 15 novembre 2012

    Je ne veux pas, comme la plupart des gens, avoir vécu pour rien. Je veux être utile ou agréable aux gens qui vivent autour de moi et qui ne me connaissent pourtant pas, je veux continuer à vivre, même après ma mort ! Et c'est pourquoi je suis si reconnaissante à Dieu de m'avoir donné à la naissance une possibilité de me développer et d'écrire, et donc d'exprimer tout ce qu'il y a en moi ! En écrivant je peux tout consigner, mes pensées, mes idéaux et les fruits de mon imagination.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 53         Page de la citation

  • Par Zinaida, le 22 mars 2011

    Pour tous ceux qui ont peur, qui sont solitaires ou malheureux, le meilleur remède est à coup sûr de sortir, d'aller quelque part où l'on sera entièrement seul, seul avec le ciel, la nature et Dieu. Car alors seulement, et uniquement alors, on sent que tout est comme il doit être et que Dieu veut voir les hommes heureux dans la nature simple, mais belle.

    Commenter     J’apprécie          0 63         Page de la citation

> voir toutes (9)

Videos de Anne Frank

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Anne Frank

Pendant quelques instants, on aperçoit Anne Frank à la fenêtre.











Sur Amazon
à partir de :
6,75 € (neuf)
6,67 € (occasion)

   

Faire découvrir Journal d'Anne Frank par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (5455)

> voir plus

Quiz