Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 235910196X
Éditeur : Ankama jeunesse (2011)


Note moyenne : 3.75/5 (sur 4 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Tout le monde a besoin d’amour. Mais comment faire si le moindre contact tourne au drame ? C’est ce que vit le Soleil car personne ne veut plus s’en approcher de peur de se brûler mortellement. Sa tristesse devenue intolérable, il décide de partir et laisse place à la n... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (6)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par Lolokili, le 30 novembre 2011

    Lolokili
    Comme tout le monde, le soleil a besoin de câlins ! Mais personne ne veut l'approcher car il brûle tout ce qui bouge, le maladroit !! Accablé de tristesse, va-t-il vraiment s'en aller ?...
    A partir de cette idée amusante et touchante à la fois, Jeremyville propose aux petits une histoire plutôt mélancolique, manière d'hommage au soleil sous forme de poème illustré.
    Sans rien connaître de Jeremyville, artiste branché et designer-star venu d'Australie, j'ai tout de suite aimé ses dessins tout en rondeurs. Originaux, poétiques et très joliment colorés, ils occupent une belle partie de cet ouvrage.
    Le texte en lui-même, par contre, ne m'a qu'à moitié conquise. A moitié exactement car, petite précision, chaque page dévoile une strophe en anglais accompagnée de son (presque) équivalent en français.
    La version (originale) anglo-saxonne se savoure avec bonheur, comme une comptine acidulée. Les mots chantent avec beaucoup de poésie et une attendrissante musicalité.
    La transcription en français, par contre, manque gentiment d'inspiration. Il est sans doute difficile de traduire un poème en respectant le sens et l'esprit de la version initiale ; ici, malgré une louable tentative de versification, le rythme est pauvre et le texte parfois bien maladroit.
    Cette réflexion mise à part, s'il ne s'agit pas d'un livre destiné à enseigner l'anglais à nos little froggies, le texte original pourra certainement les initier tout en douceur et en poésie à la langue de Shakespeare. Should be read by an authentic british nanny, of course !
    Ҩ
    Merci à Babelio / Masse critique et aux éditions Ankama Jeunesse
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par alicejo, le 23 décembre 2011

    alicejo
    Le soleil en mal d'affection décide un jour de s'éclipser laissant la place à une longue nuit noire et glacée.
    Pour ne pas être hors délai pour la remise de ma critique, je n'ai pas encore lu cet album à ma fille qui le découvrira au pied du sapin dimanche.
    Cet album coloré ravira, j'en suis certaine, cette petite lectrice de quatre ans. Les illustrations originales toute en couleur et le côté très nature de certaines pages (arc-en-ciel, fleurs...) sauront capter son attention. La mélancolie qui se dégage du texte saura émouvoir son petit cœur (je l'entends déjà "pauvre soleil, c'est trop triste !").
    Pour ma part, bien que trouvant cette histoire très mignonne je trouve également que la traduction du poème original (mis en parallèle à chaque page) souffre de quelques faiblesses donnant quelques vers un peu bancals. Peut-être aurait-il était judicieux parfois de prendre quelques libertés avec le texte en anglais.
    Je remercie Babelio et les éditions Ankama pour ce joli cadeau de Noël.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

  • Par luthien, le 27 décembre 2011

    luthien
    La couverture de cet album, plutôt simple, reflète bien l'intrigue générale. Au centre se trouve le Soleil, triste de ne recevoir aucun câlin. le nuage de couleur foncée montre bien sa morosité. Au-dessus de lui se trouve le titre de l'album, en deux langues puisqu'il s'agit d'une version bilingue ! le titre français prend le plus de place, en grandes lettres capitales noires. le titre anglais est plus en retrait, écrit en plus petit et en blanc, donc moins perceptible. Pourtant, à l'intérieur de l'album, les deux langues prennent la même place. J'aurais donc peut-être plutôt vu deux titres de la même taille, avec tout de même le titre en français en noir pour le démarquer.
    L'histoire de cet album est transcrite en deux langues. La version originale est gardée en plus de la traduction française. D'ailleurs, cette dernière s'écarte beaucoup de l'anglais, privilégiant les rimes. Par exemple, voici la première page du livre :
    Ce matin, le soleil
    se sent un peu à bout,
    car il n'a jamais eu
    la douceur d'un bisou.
    The Sun woke feeling blue
    something we've never seen,
    it had never been kissed
    by any human being.
    J'apprécie d'avoir les deux textes. Cet album nous offre ainsi deux poésies différentes, tout aussi jolies l'une que l'autre. Cette idée apporte vraiment quelque chose de supplémentaire à ce livre. Je préfère par ailleurs le texte en anglais, les mots sont très justes, choisis avec précision. La traduction s'en éloigne parfois trop. Je ne reviendrai pas sur l'intrigue, le synopsis présent eu début d'article en révèle bien assez.
    Pour ce qui est des dessins, ce n'est pas vraiment un style graphique que j'aime habituellement. J'avoue ne pas m'y être attardée plus que nécessaire. Beaucoup de couleurs sont utilisées. Les graphismes sont plutôt sombres, entre autre avec la présence de la nuit. Mais même quand le soleil est présent, ce n'est pas toujours très vif. L'attention est toutefois toujours centrée sur le soleil, d'un jaune éclatant. de nombreux détails sont à repérer dans les dessins les rendant ainsi très intéressants. Par exemple, un tableau d'un soleil naturel dans la maison du Soleil ou encore la route qui au lieu de se terminer au loin finit dans l'œil du Soleil qui s'appuie sur la vallée. Bref, les images ont beaucoup de choses à dire et accompagnent parfaitement le texte.

    Lien : http://andimagine.wordpress.com/2011/12/27/le-soleil-qui-avait-le-bl..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par monana28, le 29 décembre 2011

    monana28
    Cet album pour enfants est plutôt original et a plusieurs atouts. Il est en version bilingue, démontrant à nos chères têtes blondes que chaque mot a son équivalent ou non, auquel cas c'est bel et bien au traducteur de trouver le texte qui s'en approche le plus. Ensuite, le texte est une jolie poésie en vers qui pourrait se transformer en comptine à chanter tous les matins dès e le soleil nous offre quelques rayons de soleil. le dessin aux traits ronds et enfantins tranche avec les couleurs assez sombres (peut-être lié au choix d'un papier buvant l'encre et les couleurs). le texte en lui-même rappelle la tolérance face aux personnes différentes de soi et offre un contrepoint optimiste aux détails d'illustrations sinistres par moment (crânes jonchant le sol, animaux marins monstrueux etc.). Hymne au soleil, source de vie pour chaque chose, cet album est fort sympathique, et détourne un posulat poe départ qui aurait pu être très niaiseux our une version moins édulcorée mais plus percutante. A découvrir autant en français qu'en anglais dans le texte pour s'amuser à trouver les équivalents d'une version à l'autre.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

  • Par Gallisse, le 29 octobre 2012

    Gallisse
    Aujourd'hui, le soleil n'a pas rendez-vous avec la lune, et pourtant, il aurait bien besoin d'un peu de réconfort, car le soleil est en manque… de tendresse ! Ça ne s'invente pas ! Vous iriez, vous, faire un câlin ou un bisou à cette bonne grosse étoile, au risque de finir carbonisé ? Lassé et dépité, le soleil en arrive même à déserter son poste, laissant derrière lui une ville condamnée à hiverner toute l'année. Heureusement, un courageux aventurier va partir à sa recherche pour enfin lui apporter ce qu'il désire tant, un peu de chaleur… humaine. Quand un artiste de la trempe de Jeremyville se penche pour la première fois sur l'univers des livres pour enfants, cela donne un résultat brillant et enthousiasmant. Cet album est une promenade douce et poétique dans l'univers de ce graphiste mondialement connu, que l'on peut faire en français ou en anglais.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

> voir toutes (1)

Citations et extraits

> Ajouter une citation







Sur Amazon
à partir de :
10,95 € (neuf)
6,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Le soleil qui avait le blues : The yellow sun was blue par :

  • Mail
  • Blog

Autres livres de
Jeremyville(1) > voir plus

> voir plus

Quiz