Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2234064651
Éditeur : Stock (2012)


Note moyenne : 3.5/5 (sur 6 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Voilà trois histoires qui se contaminent en ayant pour dessein de n’en dire qu’une. Cette histoire, c’est celle d’une Trinité constituée par Andrée, Robert et le fils.
Ce fils raconte, de sa propre naissance à la mort de sa mère, la fabrication d’une espèce de fa... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (6)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par ph_hugot, le 28 septembre 2014

    ph_hugot
    l y a, le fils, Jacques le géniteur, ailleurs, Robert le beau (le bon) père et Andrée mère tour à tour fascinante, dévorante, cruelle ou aimante. Andrée c'est « Mother », mère étrangère à sa propre vie et à la vie des autres, entre deux hommes, deux maisons, deux existences, deux chimères, femme mordante ou caressante, Andrée ne sera jamais heureuse.
    Toujours à la recherche de nouvelles expériences pour donner un sens à son existence, elle sera : Voyante extra lucide, végétarienne d'une redoutable orthodoxie, adepte de la secte « l'axe lumineux » secte d'illuminés comme son nom l'indique, ou triste Pythie attendant un éventuel déménagement chez l'un de ses supposés nombreux amants. le fils observe sa mère mais aussi Robert, le mari, témoin résigné de ces quêtes stériles, car c'est sûr Robert aime Andrée.
    Autofiction à la troisième personne ? Son écriture hachée, presque stroboscopique par moment déroute puis envoute. Phrases longues à couper le souffle, Luc Lang nous retrace une enfance chaotique à l'ombre d'une mère fantasque. Sans haine sans ressentiment il tient à distance ses personnages et nous livre aussi un tendre chant d'amour pour son « bon » père, Robert si fort et si faible à la fois. « Écrire c'est se protéger du monde et de la réalité », dans ce beau roman autobiographique, Luc Lang n'expose pas sa vie, même si tout est vrai, il invente et raconte tout simplement la vie.

    Lien : http://www.baz-art.org/archives/2014/09/28/30653341.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 23         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Melopee, le 28 août 2012

    Melopee
    Mother est un roman complexe, au texte dense, aux phrases longues et aux dialogues imbriqués dans le fil narratif. En tête d'affiche ce sont les personnages qui sont le véritable sujet du livre : il y a Andrée mais aussi Robert, son compagnon, et le fils d'Andrée (qu'ils n'ont pas eu ensemble). Ces trois protagonistes esquissent une narration qui prend des airs de conte moderne à multiples facettes. En effet, trois récits prennent place dans Mother et tous se rejoignent, tous adoptent un point de vue différent pour dégager des lignes directrices communes.
    Andrée apparait ainsi comme une femme aimante, passionnée et impulsive. Cultivant les histoires d'amour, elle ne cesse de laisser planer l'ombre de l'absent, Jacques, qui est le géniteur du fils. Mais il y en a d'autres pour qui elle serait prête à tout plaquer, quitte à laisser sur la paille le brave et compréhensif Robert, le plus solide allié du fils.
    Se dessine aussi une Andrée mystique, volontiers portée sur les séances de spiritisme et autres rituels divers. Tous la suivent, impressionés par son dévouement quasi religieux, par sa constance en matière de spiritualité. Mais derrière la femme se cache aussi une mère volcanique, volontiers possessive autant que sacrificielle. Son fils est une priorité et Andrée affirme haut et fort qu'elle a choisi Robert pour qu'il soit un bon père bien avant même qu'il ne soit un bon compagnon. C'est l'aspect familial qui prime pour cette femme de caractère qui ne s'en laisse pas conter. Les hommes évoluent donc autour d'elle comme autant de refuges, de repères stables et investis. Robert par exemple constitue bien un roc, un élément de la nature qui s'inscrit dans la longévité bien que tourmenté par les vents et marées. le fils peut donc se raccrocher, avec confiance, aux figures maternelle et paternelle, elles qui ne faillissent jamais.
    J'ai beaucoup aimé ce personnage de femme fort et intransigeant ! Même si Andrée me semblait parfois un peu trop encombrante et distraite par les autres, je l'ai aussi trouvé très charismatique et pleine d'empathie. Je dois bien avouer que sa relation avec les hommes m'a toutefois laissé circonspecte puisqu'ils semblent uniquement là pour servir ses desseins de famille parfaite. Quoi qu'il en soit, sa relation mère/fils est un portrait réjouissant d'une filiation qui s'accentue au fil des années qui passent. Moi qui suis très famille, je me suis parfaitement identifiée à ces liens privilégiés qui font primer la solidarité, l'amour de son prochain et le bonheur d'être entre soi.
    En somme, voilà un roman un peu périlleux à aborder car le texte est touffu, les dialogues parfois difficiles à identifier dans cette mise en page très “remplie”, mais le fond de l'histoire est beau. On prend un certain plaisir à voir cette famille recomposée à travers de grandes étapes de vie, dans cette difficulté d'aller de l'avant mais aussi dans ce lien indéfectible que recouvre la notion de famille.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par lisalor, le 10 décembre 2012

    lisalor
    Mon avis : C'est en me balladant sur le blog d'Agathe que j'ai vu ce livre,son avis m'a vraiment donné envie de le lire. Puis je me suis rendue compte que j'avais déja lu un livre de cet auteur en 1998 !!! : "Mille six cent ventres", j'avais beaucoup aimé c'était l'histoire d'un cuisinier dans une prison. Donc c'est avec un grand plaisir que j'ai démarré cette histoire mais elle me laisse un bilan assez mitigé.
    Trois personnages, trois histoires mais le récit se base vraiment sur Andrée la mère, elle est complétement déjantée, mythomane, nymphomane enfin le pire cauchemar d'un enfant et d'un mari.
    Nous allons la suivre sur les différentes étapes de sa vie, sa période végétarienne, sa ppèriode mystique, sa pèriode naturiste, sa pèriode voyance, sa pèriode naturopathe.
    Puis elle devient médium, radiesthésiste, chanteuse. Elle quitte son mari pour des amours imaginaires avec des amants toujours très riches, très épris,.
    Elle s'organise des vies merveilleuses, elle vit au milieu de cartons, toujours en partance pour une nouvelle vie, un nouveau déménagement ... C'est une femme épuisante pour son entourage et sa famille.
    Ce qui m'a le plus dérangée, c'est le style de l'écriture assez dense où les dialogues sont insérés dans le récit, et l'écriture devient à la longue étouffante. C'est dommage car l'histoire reste drole.


    Lien : http://lisalor.loulou.over-blog.com/article-mother-de-luc-lang-11311..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par agathe10000, le 07 septembre 2012

    agathe10000
    Mother est un livre dur et tendre à la fois.
    Plongé au cœur d'une famille, le lecteur se retrouve face aux folies, aux doutes, aux peurs d'Andrée, chef de clan, qui dirige Robert et son fils tel un tyran, au gré de ses envies et de ses lubies.
    Heureusement, le fils et Robert, le beau-père sont assez complices pour supporter ces situations parfois abracadabrantesques.
    Le roman est découpé en plusieurs parties, dans lesquelles nous suivons les envies, les lubies, les folies d'Andrée et partageons la lassitude de Robert et l'impuissance du fils.
    Que ce soit pour ses coups de folie, ses envies de rupture ou ses obsessions alimentaires, Andrée est une fanatique! Elle décide d'imposer le végétalisme à sa famille, puis fait partie d'une pseudo-secte et enfin se veut guérisseuse ! Certains passages sont oppressants d'autres vraiment hilarants! Nous rencontrons les amis d'Andrée, tous plus déjantés les uns que les autres : Christiane la danseuse de flamenco, Dominique le naturiste, Louis l'hémiplégique...
    Ce roman est vraiment une réussite et j'ai pris beaucoup de plaisir à suivre ce clan à trois, soudés malgré les difficultés à vivre avec les angoisses et lubies de cette femme tyrannique et castratrice, touchante par ailleurs.
    Le récit se fait à la troisième personne et l'écriture est remarquable, tant au niveau du choix du vocabulaire, que par la syntaxe.
    Un roman que je vous conseille !

    Lien : http://leslivresdagathe.over-blog.com/article-mother-luclang-1078679..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Piou, le 06 janvier 2013

    Piou
    A condition d'aimer les mots, de savoir s'en régaler, on peut apprécier l'écriture, les phrases très longues. Vous avez pu lire de Mother qu'elle est femme volcan , impulsive, inspirée, amante passionnée, c'est le pur tyran qui impose sans cesse par le chantage ses errances à son entourage sans qu'aucun n'ose lui résister. Cette femme se cherche et croît se réaliser mais ne lui manquerait-il pas un cœur pour simplement aimer " le fils".
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique


Critiques presse (4)


  • Liberation , le 26 novembre 2012
    Un roman ciselé, à l’oreille, au toucher, à l’humour.
    Lire la critique sur le site : Liberation
  • Liberation , le 26 novembre 2012
    Un roman ciselé, à l’oreille, au toucher, à l’humour.
    Lire la critique sur le site : Liberation
  • Lhumanite , le 24 septembre 2012
    La verve épique et satirique de Luc Lang tourne ici à plein. Qu’il s’agisse de la pléthore d’amours fantasmées de la mère [...] ou du feuilleton de ses lubies alimentaires [...], l’écriture donne continûment à éprouver la combinaison d’admiration et de répulsion qui anime 
le fils.
    Lire la critique sur le site : Lhumanite
  • Telerama , le 12 septembre 2012
    Mother est une histoire d'amour inspirée, un tombeau magnifique mais aussi une opération de reconstruction.
    Lire la critique sur le site : Telerama

> voir toutes (1)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par ph_hugot, le 25 septembre 2014

    "Sa mère l’attend, sa mort l’attend, il glisse sur la pente, il dévisse, se débat, il voudrait redessiner son visage, l’injecter de botox, le taire dans l’immobilité minérale d’un sable que la mer lisse, non, que l’océan annule, mais les yeux demeurent, les yeux et le regard, à l’identique.»

    Commenter     J’apprécie          0 7         Page de la citation

> voir toutes (3)

Videos de Luc Lang

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Luc Lang


Rentrée Littéraire Stock - Luc Lang
L'autoroute, de Luc Lang Présentation à l'Institut du Monde Arabe, juin 2014 En savoir plus sur le livre : http://www.editions-stock.fr/lautoroute-9782234075450.








Sur Amazon
à partir de :
14,00 € (neuf)
7,76 € (occasion)

   

Faire découvrir Mother par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz