Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2205054252
Éditeur : Dargaud (2006)


Note moyenne : 4.37/5 (sur 751 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Ne tournons pas autour du pot, le Combat Ordinaire est un Chef d’œuvre.
À travers l’histoire d’un jeune photographe de presse s’interrogeant sur ce qu’il doit faire de sa vie, Larcenet brosse une comédie parfois drôle, parfois triste sur le passage à l’âge adulte... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (65)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par jeranjou, le 03 novembre 2013

    jeranjou
    Mesdames, Messieurs, bienvenue à tous à Sal Gasvé (1) !
    A milieu du ring, Marco (ou Georges pour les intimes), un mètre soixante, 50 kilos tout mouillé, cheveux couleur châtain, visage au nez très allongé.
    Bref, un combattant déclassé en catégorie poids plume.
    Aujourd'hui, diffusé en exclusivité par les éditions Dargaud, Marco va livrer le combat de sa vie un peu seul contre tous.
    Depuis huit ans qu'il se prépare toutes les semaines sur un canapé, Marco envoie direct à son psy qu'il se sent enfin prêt à voler de ses propres ailes. Whaouuuu !
    Vivant de la photographie depuis des lustres, il décide sur un coup de tête d'abandonner son métier. Oh réprimande de l'arbitre pour geste dangereux !
    Quand tout le monde converge vers les villes, Marco ose faire un crochet par la campagne pour oxygéner ses poumons profondément. Expirez, inspirez…
    Durant son entrainement à travers les champs, Marco devra esquiver les assauts répétés de son chasseur de voisin qui ne sera pas loin de mettre KO son chat fidele qui ne s'appelle pas Castro mais Adolf. Arrêt de l'arbitre : 1, 2, 3…
    Heureusement, Marco réussit à relever Adolf avant le 10ième coup de l'arbitre et l'emmène d'urgence chez une vétérinaire, Emilie jolie, qui baissera trop sa garde devant le charme discret de Marco. Hoooooooooooooo…
    STOP ! Je vous laisse découvrir la suite de ce combat ordinaire qui se révèle au quotidien une lutte sans merci contre soi-même.
    Recevant Blast comme un uppercut en pleine figure, j'avais découvert avec fracas l'auteur de cet album Manu Larcenet. Aussi, je me suis laissé happé par cet album pourtant aux dessins presqu'enfantins avec des personnages comme la vétérinaire qui me fait penser aux dessins animés de mon enfance.
    Malgré cette apparence trompeuse, « le combat ordinaire » délivre un message plus profond qu'il n'y parait. Vraiment drôle, souvent tendre, par moment baba cool, parfois même plutôt triste ! Bref, le sel de la vie.
    Alors, même si vous préférez largement le beurre à la margarine, si vous utilisez le sans plomb plutôt que l'essence ordinaire, ne passez pas à coté du « combat ordinaire »…
    Cette bande-dessinée boxe véritablement dans la catégorie des poids lourds !
    (1) L'envers de Las Végas
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          7 46         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par lehane-fan, le 08 janvier 2013

    lehane-fan
    Il vous est déjà surement arrivé de refermer un bouquin avec le prégnant sentiment que le temps s'était arrêté ? Sorte de bulle cotonneuse dont vous émergez , un ridicule sourire au lèvres , que vous perdez instantanément à la vue horrifiée des douze cadavres de paquets de gâteaux à fort pouvoir émiettant jonchant désormais votre vieux canap' 0% cuir ! Petit rappel , la promotion voulant que pour 30 paquets achetés , il y ait 30 paquets...de payés , se termine fin Janvier ! Dépêche-toi vite !
    Le Combat Ordinaire , c'est Charles Aznavour qui en parle encore le mieux : mes amis , mes amours , mes emmerdes...
    Marco , photographe célibataire , n'a plus vraiment envie d'immortaliser la mort .
    Marco aspire désormais à un peu de solitude , histoire de se retrouver et partager quelques bons moments avec Adolf , son con de chat affutant régulièrement ses griffes sur le tarin de son maître !
    Ses parents vieillissent . Son frangin Georges ! Georges ! parait tirer beaucoup mieux son épingle du jeu . Marco , seul et expatrié dans cette nouvelle maison de campagne qu'il vient d'acquérir , est au creux de la vague et semble peiner à se souvenir de ses lointaines leçons de natation .
    BD touchante car s'adressant au plus grand nombre . Traitant intelligemment de la vie d'un p'tit gars attachant peinant à se dépatouiller avec ses problèmes journaliers , elle interpelle de par sa simplicité et sa pertinence . le trait est , à l'instar du titre , ordinaire mais sied à merveille avec le propos . Et que dire de cet humour omniprésent venant talentueusement contrebalancer avec un récit qui , s'il ne fait pas dans le misérabilisme , donne à réfléchir .
    Marco est à la croisée des chemins . Comme tout un chacun , il aura à faire des choix . Larcenet vous convie brillamment à cette tranche de vie semblant tristounette mais nécessaire car génératrice de grands bonheurs futurs .

    Le Combat Ordinaire : petite musique entêtante à l'écho persistant...
    http://www.youtube.com/watch?v=M4mf3bU7bLA
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          3 45         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par marina53, le 23 novembre 2012

    marina53
    Combat ordinaire ou l'histoire d'un homme ordinaire...
    C'est l'histoire de Marco qui a tout quitté : Paris pour la campagne, son boulot parce qu'il en avait marre de faire des photos de cadavres et son psy parce qu'il se considère soigné malgré sa névrose...
    C'est l'histoire simple de Marco qui va rendre visite à ses parents. Sa mère s'inquiète toujours pour lui et son père, lui, perd la mémoire...
    C'est l'histoire de Marco qui va rendre visite à son frère pour fumer des pétards et jouer aux jeux vidéo toute la nuit...
    Combat ordinaire, c'est simplement l'histoire de Marco, jeune trentenaire un peu fragile et paumé qui cherche sa place dans la société...
    Combat ordinaire est un album frais, mélancolique, émouvant, souriant, tendre et humain. le dessin de Larcenet est tout en rondeur et légèreté. Les couleurs aux tons pastel ajoutent encore de la légèreté à cet album. Les personnages sont attachants et marrants, dessinés au plus simple...
    Mais derrière cet album léger, il y a le combat ordinaire de la vie, selon Larcenet.
    Un talent peu ordinaire pour un album extra-ordinaire...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 36         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par milado, le 16 novembre 2012

    milado
    Cette BD est restée longtemps sur ma "wishlist", je l'avais déjà repéré et feuilleté en bibliothèque mais son dessin enfantin ne m'avait pas accroché et je n'avais pas franchi le pas. Que s'est-il passé ce jour là ? ...j'étais pressé, pas le temps de fouiller les rayons, je savais où trouver celui-là, je me suis laissé tenter.
    Quelle claque !
    Sous ses dehors "niais" ce livre aborde de multiples thèmes, c'est une vraie leçon de vie, d'humanité... de quoi remplacer bien des livres de philosophie. Foncez !!!
    "Garde-toi, tant que tu vivras,
    De juger des gens sur la mine."
    allez, pour faire plaisir à Manu Larcenet :
    http://www.youtube.com/watch?v=X2NXMj0o8CE
    OUAIH !!!
    GROS PÉTARD GEORGES !!!!!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 38         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Coriolis, le 03 décembre 2014

    Coriolis
    Bon nombre d'écorchés vifs, de marionnettes désarticulées glissent sur la vie manquant sans cesse de trébucher. Tel est le cas de Marco Louis, un être trop humain pour faire partie des hommes. Marco survit en exerçant la profession de photographe et contemple le film de son existence au lieu d'en être acteur. Il est mal dans sa peau et mal dans son quotidien. Il lui est difficile de trouver sa voie. La psychanalyse l'a aidé en partie mais ne lui a pas livrer les outils pour parvenir à vivre correctement avec « lui », avec son mal être, ses angoisses et ses interrogations. Il déambule continuellement sur la terre au lieu de s'y arrimer. Entre une mère inquiète, un père malade, un frère qui, lui, semble réussir sa vie de couple, un travail qui ne le passionne plus et un chat pas toujours tendre, Marco doute et traîne un spleen quasi permanent qui le ronge. Marco vit seul. Il lui est déjà assez compliqué de vivre avec lui-même, inutile d'ajouter des difficultés supplémentaires. Pour autant, il ne refuse pas l'amour. Il est prêt à aimer mais sous certaines conditions...La peur de se risquer à être deux, sans doute... D'accepter que quelqu'un entre dans son univers et vienne dérégler la mécanique bien huilée de sa routine...Peut-on seulement dicter sa loi à un sentiment aussi imprévisible que l'amour ? L'amitié va elle aussi frapper à sa porte mais pour avoir des amis, il faut admettre l'Autre sans conditions et commencer par s'accepter soi...
    Le combat ordinaire de Marco c'est peut-être cela : parvenir à être lui, aller à l'encontre de son chemin, tendre une main à l'Autre et accepter de faillir... Parce qu'il n'est rien de plus difficile que d'être au monde, parce que la vie ne fait pas toujours de cadeaux et parce que le simple fait d' exister est souvent douloureux.
    Plus qu'un magnifique album, le Combat ordinaire c'est l'histoire de la vie d'un Monsieur Lambda et c'est aussi l'histoire de nos vies. Porté par des dialogues et des introspections percutants, ce premier tome est un véritable puits d'émotions. le dessin cautionne brillamment le récit grâce à un coup de crayon des plus animés. Les couleurs mettent en exergue la puissance narrative et les ressentis des personnages. du rouge, du noir, des dégradés de sépias renforcent le quotient émotionnel de cette œuvre captivante.Il faut avoir lu le Combat ordinaire, suivre le destin de Marco, funambule désabusé, anti-héros par excellence. Il faut avoir vécu à ses côtés les instants cruciaux de son existence pathétique et se reconnaître un peu en lui.Parce qu'il est peu d'œuvres aussi saisissantes et aussi humaines. Quelles que soient nos vies et quels que soient nos âges nous sommes ou avons été un Marco à un moment ou à un autre.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 27         Page de la critique

> voir toutes (45)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par maliberte, le 13 décembre 2014

    Ooooh mais tu m'as l'air bien pâle! Tu ne dois pas bien manger, toi. Depuis tout petit, tu as des problèmes avec la nourriture. Et ta constipation, ça va mieux? Ooh! Et puis tu ne t'es pas rasé et tes vêtements ne sont pas repassés...
    Qu'est ce que je suis contente de te voir!
    Moi aussi m'man.

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la citation

  • Par Junie, le 12 novembre 2012

    J'ai fait huit années d'analyse sans jamais parler des femmes. Quel exploit. Mes histoires d'amour m'ont montré que j'aime la solitude. J'ai toujours été fasciné par l'absence, tant la présence m'ennuie.
    Il est difficile d'expliquer à quelqu'un que j'aime l'incroyable complexité dans laquelle cette relation me plonge.. Elles n'ont jamais pu supporter très longtemps ma totale incapacité à un minimum de sérénité.
    ...Je ne peux d'ailleurs pas leur en vouloir: je m'insupporte assez profondément moi-même!
    Sans même parler de sexualité, qui reste, pour moi, quelque chose de mystérieux, assez attirant mais très intimement violent.
    Il m'est déjà pénible d'adopter un comportement anodin avec ma boulangère dont je ne sais rien, alors comment m'y résoudre avec quelqu'un que je connais génitalement?
    J'ai encore pas mal de choses à éclaircir si je ne veux pas être réincarné en plaque d'égout....
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la citation

  • Par Verdorie, le 27 septembre 2013

    - Je vous aimais bien, moi, je vous faisais confiance...et vous m'avez raconté n'importe quoi !
    - ARRÊTEZ ÇA !! Contre qui êtes-vous en colère ? Contre moi parce que je ne suis pas tel que vous le vouliez, ou contre vous pour ne l'avoir pas vu ?! Je ne vous ai pas menti...vous n'avez vu que ce que vous vouliez voir !

    Commenter     J’apprécie          2 29         Page de la citation

  • Par colimasson, le 26 août 2011

    Conduire sur les autoroutes m’a longtemps fait très peur. En fait, j’en étais totalement incapable : je voyageais par les nationales où j’étais curieusement plus à l’aise. J’en ai beaucoup parlé au psy parce que je ne comprenais pas pourquoi j’avais tellement peur, et aussi parce que c’était un vrai handicap pour le boulot et dans la vie en général. Et c’est un des rares sujets sur lesquels il a daigné me donner son avis… Il m’a dit qu’à bien y regarder, une voiture avait de nombreux points communs avec un cercueil… Que foncer à des vitesses pas naturelles sur une route où on ne sait rien des gens qui pilotent les autres cercueils donnait à réfléchir… Et que, dans ces conditions, il lui paraissait plutôt légitime d’avoir peur. Depuis, je n’ai plus peur. C’est rigolo, la psychanalyse…
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par jeranjou, le 03 novembre 2013

    - Moi aussi je suis content de te retrouver.
    Matou miteux... Chaton mignon... Fieffé greffier... ♥
    - Fschhhh (le chat Adolf griffe son maître)
    - Con de chat ! Allez, casse toi... Va faire chier les rongeurs !

    Commenter     J’apprécie          0 30         Page de la citation

Lire un extrait







Sur Amazon
à partir de :
12,00 € (neuf)
7,00 € (occasion)

   

Faire découvrir Le Combat ordinaire, Tome 1 par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (1401)

> voir plus

Quiz