AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jeanne Etoré (Traducteur)
ISBN : 2080813706
Éditeur : Flammarion (1998)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 6 notes)
Résumé :
A côté de la théorie de la relativité d'Einstein ou de la psychanalyse freudienne, l'éthologie, science dont Kontad Lorenz s'était fait l'initiateur et qui étudie le comportement animal de manière comparative, appartient désormais à la culture occidentale. Oeuvre profondément personnelle, le présent volume est une véritable " somme " de la pensée de Lorenz. Dans l'introduction, Lorenz illustre à grands traits les directions du développement de l'éthologie et ses pro... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (1) Ajouter une critique
Nastasia-B
16 décembre 2012
  • 4/ 5
Voici encore un très bon livre de Konrad Lorenz, pas spécialement facile à lire mais très instructif quand on passe la barrière première du langage.
Cet ouvrage s'adresse surtout à des étudiants qui pourraient être tentés par l'expérience de la recherche, mais peut aussi intéresser bien au-delà de ce cercle.
Le titre est particulièrement bien choisi et, pour avoir côtoyé le milieu de cette recherche, je trouve que beaucoup de chercheurs ont spécialement oublié ces fondements. Toute la première partie de l'ouvrage est consacrée à la méthodologie. Certes, autres temps autres moeurs me direz-vous, mais cette éthologie, telle que nous la présente Lorenz, totalement dénuée de visée de rentabilité, empreinte du seul soucis de découvrir ce qui se cache sous un comportement a quelque chose de plus que celle qui est pratiquée aujourd'hui. Il utilise fort à propos l'expression "un prétendu amateurisme", car selon lui, les amateurs sont quelquefois (voire toujours) plus "pro" que les véritables pro du domaine, tout simplement parce qu'ils ne sont pas contraints par le temps où le couperet d'une publication à remettre dans tel ou tel délai, par le carcan théorique dans lequel on essaie de "plier" les faits concrètement observés.
La deuxième partie entre plus directement dans la catégorie "cours d'éthologie", et, bien qu'elle soit un peu datée désormais, revêt toujours un très grand intérêt scientifique. Elle est intitulée " Mécanismes physiologiques du comportement programmé phylogénétiquement ". Dit autrement, la partie du comportement qui est directement issue de nos gènes. Vous aurez donc compris que la troisième et dernière partie relève quant à elle du domaine de l'éthologie qui étudie les comportements directement issus de l'expérience des individus, acquis au cours de l'existence, bien que préparés génétiquement, un élément environnemental externe est nécessaire à leur accomplissement. Cette dernière partie s'intitule : "Modification adaptative du comportement".
Bien que je sois sans hésitation sur la qualité de l'ouvrage, je redis et j'insiste sur le fait qu'il ne s'agit pas véritablement d'un livre de vulgarisation et qu'il peut parfois s'avérer ardu à comprendre si l'on est pas du domaine. Mais tout ceci, bien sûr, n'est que mon avis, c'est-à-dire, pas grand-chose.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
Citations & extraits (1) Ajouter une citation
Nastasia-BNastasia-B23 juin 2013
Il faut une LONGUE PÉRIODE d'observation totalement détendue et objective pour rassembler et retenir la masse d'informations dont notre appareil de calcul [N. B. : il parle du cerveau humain] a besoin pour distinguer la forme du fond. Même un sage tibétain, rompu aux exercices de patience, ne réussirait jamais à fixer sans relâche son attention sur un aquarium, un étang peuplé de canards ou à demeurer à un poste d'observation spécialement ménagé dans la nature le temps qu'il faudrait pour recueillir la quantité d'informations dont l'appareil perceptif a besoin. Seuls peuvent fournir cet effort soutenu ceux qui sont fascinés par la beauté de l'objet qu'ils contemplent. Et cela nous conduit à évoquer l'immense valeur scientifique du prétendu " amateurisme " : les grands pionniers de l'éthologie, Charles Otis Whitman et Oskar Heinroth, étaient de grands " amateurs " de leur objet et ce n'est pas un hasard si tant de découvertes importantes de l'éthologie ont été faites sur la classe des oiseaux. L'une de nos plus grandes erreurs consiste à mettre dans l'expression " scientia amabilis " une note péjorative vis-à-vis de la science en question.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Videos de Konrad Lorenz (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Konrad Lorenz
Remise du prix Nobel à K. Lorenz
>Zoologie>Zoologie générale>Vie diurne et nocturne (Zoologie) (52)
autres livres classés : ethologieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Pas de sciences sans savoir (quiz complètement loufoque)

Présent - 1ère personne du pluriel :

Nous savons.
Nous savonnons (surtout à Marseille).

10 questions
222 lecteurs ont répondu
Thèmes : science , savoir , conjugaison , humourCréer un quiz sur ce livre