Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : B00CIAVUXG
Éditeur : Bragelonne (2013)


Note moyenne : 3.71/5 (sur 85 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Chez Days, vous pouvez tout acheter : un livre rare, un tigre albinos, les filles du rayon Plaisir. Tout... pourvu que vous disposiez de la somme sur votre carte de crédit. Car Days est le plus grand magasin du monde, presque une ville, sur laquelle règnent sept étrange... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (15)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par InstinctPolaire, le 17 août 2012

    InstinctPolaire
    Nous sommes jeudi et les choses s'annoncent immuables dans le meilleur des mondes. A 9:00 selon un rituel bien établi, les sept fils de Septimus Days ouvriront le gigastore conçus par leur père – Magasin qui porte simplement et modestement son nom : Days. gigastore : Cette immense surface de vente de plusieurs kilomètres et de sept étages. Selon le principe édicté par leur aïeul : "Tout ce qui est mis en rayon sera vendu, tout ce qui est vendable sera mis en rayon ". Oubliez alimentation et produits ménagers, oubliez habillement et cosmétique. Pensez artisanat du monde, pensez ménagerie qui accueille animaux domestiques et sauvages. Et ne vous étonnez pas que si certains plaisirs sont tarifés à l'extérieur, ils le soient ici...
    Mais pour certains, ce jeudi est le premier jour. Et pour d'autres, le dernier. Pour Linda et Gordon Trivett – enfin surtout pour Linda – ce jour bénit est arrivé. On n'entre pas dans le premier gigastore du monde sans la carte de crédit idoine. Après de nombreux sacrifices, le couple est y est arrivé : Munis de leur précieux sésame, ils s'apprêtent a franchir les portes de ce temple de la consommation. Pour Francis – Franck – Hubble c'est l'inverse. Demain Franck sera libre. Agent de sécurité pour le magasin, il a décidé de donner sa démission. Formé par l'académie-maison il est devenu un Invisible. Au sens figuré, c'est un employé modèle doué pour passer inaperçu et arrêter les voleurs. A sens propre, il a atteint un tel degré de dépersonnalisation que plus personne ne le voit... Lui-même ne se distingue presque plus dans la glace. Alors il part avant de disparaître totalement...
    Immense magasin, Days est aussi un microcosme. Un univers impitoyable – Sue-Hellen s'appelle Sonny, mais il boit autant - . Un haut lieu de la lutte des classes où les gosses de riche maltraitent les petits consommateurs en affutant les bords de leur carte de crédit. Où les ventes flash à – 15 % deviennent le prétexte au déchainement de la fièvre consumériste. Où le rayon livre même un combat perdu d'avance – enfin en sommes-nous si sûr – contre le rayon informatique.
    Dans un style très anglo-saxon : Entre humour so british et sous-entendus profonds James Loevegrove nous donne à lire une fable moderne. Que dire sinon que tout ce qu'il expose ici pourrait être si vraisemblablement plausible. Un conte qui ne commence pas par " Il était une fois " et ne fini pas par " Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants." Mais une intéressante réflexion sur les être(s) et les avoir(s). Une lointaine parenté avec le film " The Truman Show "...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 24         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Arakasi, le 07 juin 2013

    Arakasi
    Tout peut être mis en rayon et tout ce qui est mis en rayon peut être vendu ! C'est en se basant sur cette maxime que le magasin Days, le plus grand et le plus beau gigastore d'Europe, a été construit. Fort de ses 666 rayons, le magasin reçoit chaque jour des milliers de visiteurs détenteurs de cartes Gold, Silver ou Aluminium, tous conscients de leur position d'heureux privilégiés. Car dans un monde où la pauvreté est partout, où tout va à vaut-de-l'eau en politique comme en économie, être client chez Days n'est pas seulement une commodité, c'est un rêve, le fantasme de millions de petits travailleurs désireux de s'élever au-dessus de leur caste sociale. Et ce rêve, Laura et Gordon Trivett viennent enfin de le réaliser ! Ce jeudi, ils vont mettre pour la première fois les pieds dans l'enceinte sacrée du magasin, participer aux émoustillantes ventes flash et accéder à ce statut envié de tous, celui de consommateur.
    Mais si certaines personnes brûlent d'entrer dans le magasin, d'autres n'ont qu'une envie, le quitter. C'est le cas de Franck, membre du service de sécurité de Days et si habitué à fondre sa personnalité dans celle du gigastore qu'il ne distingue même plus son reflet dans les miroirs. Avant de se perdre totalement, Franck décide de prendre la fuite : ce jeudi sera son dernier jour dans le magasin. Mais tout ne se passe pas comme prévu, pour les uns comme pour les autres. Car des rumeurs d'insurrection grondent dans les entrailles de Days... le rayon des livres a déclaré la guerre à celui de l'informatique qui ne cesse de lui voler des clients et de l'espace de vente, un conflit que les sept directeurs de Days – les sept fils de Septimus Days, fondateur du magasin – ont trop longtemps ignoré, absorbés qu'ils étaient par leurs rivalités fraternelles. Pour défendre la cause de la Littérature et se venger du gigastore qui récompense si mal ses années de loyaux services, la directrice du rayon des livres est prête à toutes les extrémités, même les pires…
    Si ce livre me fait penser à un film, c'est bien à « Brazil » de Terry Gilliam, mais là où le réalisateur américain s'attaquait avec un humour noir ravageur aux dérives de la bureaucratie, Lovegrove, lui, prend pour cible le consumérisme à outrance. Les deux œuvres ont en commun le même humour grinçant, la même foudre satirique, le même goût pour l'absurde et la même cruauté acide. Véritable temple dédié au dieu Argent, le gigastore Days est une jungle, un monde impitoyable où les plus forts dévorent sans trêve ni complexe les plus faibles, où des jeunes fils de riches balafrent le visage de pauvres bourgeois du bord aiguisé de leurs cartes Gold pour le simple plaisir de prouver leur prééminence sociale. Roman à la fois inquiétant et jubilatoire, « Days » s'avère un digne héritier de « Fahrenheit 451 » de Bradbury et de « 1984 » d'Orwell.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 18         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par fleurdusoleil, le 01 avril 2011

    fleurdusoleil
    Bienvenue dans le premier et le plus beau gigastore du monde : Days.
    James Lovegrove nous ouvre ici la porte d'un univers qui n'est pas sans rappeler notre monde. Days est avant tout un roman d'anticipation, mais sa ressemblance avec notre société où tout s'achète et tout se vend est troublante.
    Sous une plume satirique, Lovegrove dépeint les travers et les excès d'une société de consommation. Septimus Days est le "père" d'un renouveau de la grande distribution. Il voit en grand, en très grand. Il crée un univers de la surconsommation : un magasin où l'on trouve tout, et même les produits et services les plus extravagants.
    Mais la sélection des clients est draconiennes. Tous ne peuvent prétendre à l'adhésion ! Une hiérarchie s'établit dans la clientèle. Un code de cartes de crédit est établi. Chez Days c'est le système des castes sociales qui prévaut. Plus on est un client fortuné et plus important on est. C'est comme ça dans le monde de Days.
    Aujourd'hui Septimus est mort, mais ses sept fils gèrent l'empire. Elevés au rang de Demi-Dieu, ils supervisent et règnent sur ce territoire clos.
    Nous suivons donc une journée type chez Days. Et nous pouvons suivre le point de vue des trois principaux statuts de ce microcosme : le client, l'employé et le patron.
    Franck est ce qu'on appelle un fantôme, il assure la sécurité, et traque les voleurs. Il est employé dans ce gigastore depuis des années. Cette journée est pourtant un peu différente pour lui car ce doit être la dernière. Il souhaite donner sa démission. Mais contre toute attente, aujourd'hui va prendre une tournure de D-day. Rien ne va se passer normalement.
    Gordon et Linda Trivett sont les heureux détenteurs d'une carte Silver ( une des moins fastueuses cartes de crédit délivrées par le magasin ). Ils entrent pour la première fois sur "Leur terre promise". Cela fait cinq ans qu'ils se privent pour avoir le privilège de faire parti des clients. Après l'euphorie de la nouveauté, ils vont vite découvrir un monde cruel, violent et complétement décadent.
    Et Les sept frères Days ,qui dans leurs appartements situés au sommet du gigantesque batiment, règnent en toute quiétude. Ils sont le cerveau de ce brillant empire et ils sont indestructibles. du moins le pensent-ils ? Car un grain de sable dans les rouages va déclencher l'apocalypse.
    Ce roman est effrayant de part sa similitude avec notre société. Les comportements brutaux et excessifs des clients sont le reflet de situations que nous avons vécu déjà une fois, voir plus. Les techniques de ventes et de merchandising sont très approchantes de la réalité. Avez-vous déjà assisté à l'ouverture d'un grand magasin pour le tout premier jours des soldes. Moi oui, et c'est à vous glacer les sangs !
    On est donc entrainé dans le flot titanesque de consommateurs avides de bonnes affaires. Et on suit, mi amusé mi effrayé, les débordements burlesques et/ou dévastateurs de ce monstre qu'est Days.
    Je vous l'accorde, l'histoire n'est pas très active ( moins de scènes d'actions que le décor le permet ), mais l'écriture intelligente et la justesse des situations en font un excellent roman d'anticipation.
    On referme ce livre en se remémorant inévitablement sa dernière sortie "shopping". Et l'on se surprend à dire "Mon Dieu, on est vraiment pas loin de cette fiction !"
    Petit plus, j'ai bien aimé les avant-propos à chaque chapitre, faisant référence à la symbolique du chiffre 7.
    A lire donc et à méditer...

    Lien : http://lacaveauxlivres.blogspot.com/2011/04/days-james-lovegrove.html
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Gusseuh, le 03 avril 2010

    Gusseuh
    Satire cinglante de la société de consommation, Days est l'une des plus récentes résurgences de la SF sociale et revendicatrice des années 70... Dans la veine de Brunner, Spinrad ou Ballard, Lovegrove réussit à réveiller cette petite voix révoltée qui sommeille en nous, et fouette notre soif de revanche face au formatage insidieux mais irrémédiable de la société d'aujourd'hui (et hier, et demain).
    Un bouquin qui imagine la vie d'un gigantesque magasin (la taille d'une cité), devenu le point central de la vie de bon nombre de personnes, objet de fascination, mais aussi obsession névrotique pour beaucoup.
    Et dans tout ça, l'individu. Un individu lambda, agent de sécurité, qui sent sa personnalité s'effacer face à son propre reflet, et décide un jour, sous diverses impulsions, de tout envoyer bouler.
    Cet individu, c'est vous.
    Cassez tout !!
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 10         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par gruz, le 02 mars 2012

    gruz
    Écrit en 1997, mais publié seulement en 2005 en France, le thème de ce roman est toujours brulant d'actualité et sa relative ancienneté ne doit surtout pas freiner le lecteur potentiel.
    Sorte de "1984" version consumériste, une critique de la société de consommation à outrance poussée jusqu'à l'absurde. Une version effrayante, tout en restant accessible, de ce que pourrait devenir très vite l'être humain ; humain incapable de se défaire de ses pulsions de consommation et devenu totalement prisonnier.
    Le propos est fort, l'histoire lente mais ludique, l'univers crédible et intemporel, le style à la fois moderne et délicieusement suranné.
    Une expérience différente de lecture, qui n'en met pas plein la vue et qui fait réfléchir.
    Lovegrove est un réel conteur des temps modernes.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la critique

> voir toutes (11)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par InstinctPolaire, le 17 août 2012

    Dans un même mouvement à la fluidité redoutable, il dégaine son arme d'une main et de l'autre, extrait de son portefeuille l'étui en velours de son Iridium. Il sort la carte de son fourreau et l'insère dans le lecteur placé sous le canon. Une diode verte s'allume et le pistolet cesse d'être un simple assemblage de pièces métalliques inertes, pour devenir une machine à tuer prête à mordre dans la chair humaine. Franck la présence des treize balles qui, dans leur chargeur, sous son point serré, attendent impatiemment d'être enfin libérées. Il se rend alors compte qu'il tient la mort dans ses mains.. Qu'il détient un pouvoir insensé : celui de toucher cet homme à distance, de le changer, de lui faire abandonner son statut d'être humain pour celui d'amas de viande anonyme. C'est effrayant et c'est excitant à la fois. Excitant parce-qu'effrayant, effrayant parce-qu'excitant.
    Il arme l'engin de mort – clanck ! - et tend le bras. L'arme et le membre ne font plus qu'un. Comme on le lui a enseigné. Le pistolet doit devenir une extension de son propre corps. Un nouvel organe. Un souvenir ou plutôt le souvenir d'une sensation revient alors à sa mémoire. Il se rappelle l'époque où son arme n'était qu'un poids mort sous son aisselle gauche. Un corps étranger qui, de temps à autre, pour se faire remarquer, cognait avec un bruit mat contre son Sphinx. Il se rappelle,comme il se rappellerait un nom depuis longtemps oublié. Voilà ce qu'il doit faire s'il veut conserver son style de vie Iridium. Le prix ultime à payer. Réveiller ces quelques hectogrammes d'acier huilé...
    Sa main gauche se lève et vient assurer et affermir sa prise.
    Il vise et met sa cible en joue. Ses jambes sont légèrement écartée pour plus de stabilité. Viser pour blesser, l'épaule ou la cuisse.
    Il prononce la formule dictée par la loi :
    - Arrêtez-vous où je serai dans l'obligation contractuelle de tirer.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par InstinctPolaire, le 17 août 2012

    Comme source d'informations portable, autosuffisante – puisqu'elle ne nécessite aucune alimentation – accessible à tout ceux qui sont assez vieux pour lire et tourner une page, le livre est ce qui se fait de mieux. Un livre n'est pas vendu avec un mode d'emploi. Un livre n'a pas constamment besoin d'être mis à jour. Un livre n'est pas dépassé après quelques années d'utilisation. Un livre ne " plante " pas et ne demande pas à être " redémarré ". Un livre ne peut pas être accidentellement effacé si l'on appui sur la touche interdite, ou parce-qu'il se trouve près d'un champ magnétique. Existe-t-il sur Terre un objet plus – quel terme horrible – convivial qu'un livre ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la citation

  • Par Z3D, le 14 mai 2012

    Combien d'entre eux avaient réellement prévu d'acheter une poupée? Cela n'a aucune importance, car il s'agit d'une vente flash et cela ne se rate pas même si la remise n'est que de quinze pour cent. Des hordes de consommateurs affamés se ruent alors vers le même point du magasin, comme des nécessiteux courant après un camion d'aide alimentaire.

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par InstinctPolaire, le 17 août 2012

    Thruston lit alors la liste des organisations caritatives qui en appellent une fois de plus à la générosité de la famille Days. La mention de chaque association est immédiatement suivie d'un vote rapide. Ainsi la campagne pour le promotion des droits de l'homme n'obtient pas le soutien des sept frères. Les produits qui fournissent le magasin en matières premières et en produits manufacturés à bon marché sont aussi ceux qui, par une coïncidence malheureuse interprètent avec le plus de liberté le mot de " démocratie " et les frères rechignent à montrer du doigt les dictatures et autres juntes militaires qui les aident à faire des bénéfices. Les protecteurs des animaux, les défenseurs de l'environnement, les groupes de pression œuvrant en faveur d'une désarmement généralisé sont immédiatement taxés de sensiblerie politique déplacée. Restent les handicapés, le mécénat artistique et le financement de vacances à la campagne pour les gamins des quartiers défavorisés, ouvre, qui , en plus d'augmenter le prestige de l'entreprise, lui permettront d'obtenir des réduction d'impôts appréciables.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par jovidalens, le 07 septembre 2012

    Un à un, sans un mot, les yeux baissés, les Fantômes pénètrent dans la pièce, où les attendent dix rangées de chaises en plastique faisant face à une estrade. Sagement, ils prennent place en occupant d'abord les sièges du milieu, de manière à éviter à quiconque le désagrèment de se voir marcher sur les pieds, et donc d'entrer en contact physique avec un collègue. Ils ne cherchent pas à savoir près de qui ils sont assis. Entre Fantômes, il n'y a pas d'amitié, pas de favoritisme. Tous sont égaux dans leur manque absolu d'individualité.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
7,00 € (neuf)
2,99 € (occasion)

   

Faire découvrir Days par :

  • Mail
  • Blog

Autres livres de James
Lovegrove(3) > voir plus

> voir plus

Lecteurs (159)

> voir plus

Quiz