Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2845831552
Éditeur : Astoure (2006)


Note moyenne : 3.5/5 (sur 4 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Hélène Jégado est l'une des plus grandes empoisonneuses de tous les temps. Son exécution à Rennes en 1852 met fin à une carrière commencée 18 ans plus tôt dans son Morbihan natal. Ses victimes se comptent par douzaines : des hommes, des femmes, des enfants, des curés...... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (3)

> Ajouter une critique

    • Livres 4.00/5
    Par Woland, le 31 décembre 2007

    Woland
    Le 26 février 1852, à 7 h 30 du matin, au Champ-de-Mars, à Rennes, Hélène Jégado était exécutée pour s'être rendue coupable de nombreux vols domestiques (eh ! oui, à l'époque, telle était la condamnation habituelle) mais aussi, mais surtout pour avoir empoisonné trois personnes et avoir attenté à la vie de quatre autres. Elle était en outre fortement suspectée d'avoir commis, dix à quinze ans plus tôt, plus de dix autres empoisonnements.
    Jusqu'au bout, devant le tribunal, dans son français émaillé de parler breton, Hélène Jégado devait nier avec superbe. Dans la confession qu'elle fit cependant avant de mourir à l'abbé Tiercelin qui l'assista jusque sur les marches de l'échafaud, elle finit par admettre l'essentiel des crimes qu'on lui reprochait, sauf celui de sa propre soeur, Anna. Elle s'accusait également d'avoir écouté, au début de sa sinistre carrière, une "méchante femme" qui, si ce qu'elle raconte est exact (et, devant la Mort, on peut accepter ses dires), l'avait initiée à l'arsenic et à l'antimoine.
    Hélène Jégado était donc bel et bien coupable et le livre de Peter Meazey - un Gallois qui vit à Dinan depuis 25 ans - ne remet pas ses aveux en question. Il s'interroge en revanche sur la façon dont fut mené le procès et force est de reconnaître que, eût-elle été jugée de nos jours, qu'Hélène Jégado aurait sans doute pu aller en appel pour vice de forme.
    L'Affaire Jégado intervient, rappelons-le, après l'affaire Lafarge pour laquelle les différents "experts" en poisons de l'époque ne parvinrent en fait à rien prouver attendu que l'arsenic, la chose commençait à se savoir, est dékjà présent dans le corps humain et, bien entendu, dans la terre des cimetières. Sans doute obsédés par le problème que leur causaient les particularités arsenicales, les accusateurs d'Hélène Jégado passèrent vraisemblablement à côté du poison qu'elle privilégia : l'antimoine. Mais, de toutes façons et peut-être sous la pression de l'opinion populaire, ils étaient bien décidés à la faire condamner à mort.
    Le député Baudin, témoin capital de la défense, ayant trouvé la mort à Paris, sur les barricades du 3 décembre 1852, et le Dr Raspail (qui s'était déjà illustré face à son confrère Orfila lors de l'affaire Lafarge), également cité par la défense, ayant été emprisonné pour ses convictions politiques, le procès aurait dû être ajourné. De fait, lorsqu'il s'ouvre le 6 décembre, c'est bien ce que l'avocat d'Hélène Jégado, M° Magloire Dorange, qui fera par la suite une plaidoierie époustouflante d'humanité, demande au Premier président.
    Mais intervient alors le Procureur général, qui fait pencher la balance en sa faveur, chose que, soulignons-le, son homologue contemporain ne pourrait pas même rêver d'accomplir. Et le Premier président maintient la tenue du procès, alors même que la défense doit reconstituer ses troupes.
    C'est bien là que pèche l'Affaire Jégado. A la lecture de l'ouvrage de Patrick Meazey, le lecteur ne doute pas un instant de la culpabilité de la cuisinière bretonne même s'il s'interroge sur ses mobiles : si elle s'est en effet bien souvent attaqué à des gens qu'elle détestait ou qui, selon ses propres dires, lui avaient fait "des crasses", elle a usé de même envers de parfaits innocents. Cela, rien que cela, plaide en faveur de la maladie mentale - maladie que les médecins défilant à la barre dénieront à la Jégado sans l'avoir même examinée.
    En revanche, le lecteur ne peut que s'étonner de l'étrange manière dont furent menés les débats. le parti pris y fut toujours au rendez-vous et, même si la culpabilité d'Hélène est indéniable, cette façon de faire entache gravement la Justice.
    Comme le dit si bien Peter Meazey, "Hélène Jégado a été jugée mais on ne lui a pas rendu justice."
    Un petit ouvrage (près de 200 pages) bien tourné et qui a le mérite d'éclairer l'une des affaires criminelles les plus célèbres et paradoxalement les plus obscures. On déplorera cependant les lacunes des documents contemporains qui n'ont conservé aucune trace sur l'enfance d'Hélène, si ce n'est la rareté (pour l'époque et pour sa condition) de son prénom ainsi que la mort de sa mère, survenue alors qu'elle n'avait que sept ans, qui contraint son père à l'envoyer chez ses tantes, employées au presbytère de Bubry, toujours dans le Morbihan.
    Est-ce suffisant pour placer là une "cassure" qui aurait agi sur le psychisme de l'enfant ? Il est trop tard pour le savoir avec certitude ou pour l'imaginer. Hélène Jégado, qui manifesta une grande force d'âme devant la Mort, reste à jamais une énigme. ;o)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 3         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par jack56, le 23 juin 2013

    jack56
    Il m'a été conseillé de lire cette version de l'histoire d'Hélène JEGADO et non pas le livre de Jean TEULLE.
    Je ne regrette pas ce choix qui m'a permis d'approcher cette histoire très bien écrite et de façon objective.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

  • Par Monobzh, le 01 avril 2013

    Monobzh
    Un livre pour tous savoir sur l'une des plus grandes criminelles au monde, la première à mon avis.
    C'est une pensée certes bizarre mais une histoire d e sa vie fascinante du fait de son parcours.

    Lien : http://servijer.net/mediaoueg/La-Jegado

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (5)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par annie, le 11 octobre 2011

    "Hélène Jégado détient le record mondial du crime au féminin. A vrai dire, elle a largement dépassé ses concurrents masculins les plus célèbres. Oublions Landru, Petiot et compagnie, ce ne sont que de petits bricoleurs, des assassins du dimanche."

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par jack56, le 24 juin 2013

    Le cas Lagargue, honnêtement, frôle le ridicule : même si Madame Lagargue était coupable, ce qui n'est pas du tout sûr, elle n'a fait que se débarasser d'un mari bien gênant. D'accord, c'est réprouvé par la loi et l'on ne doit pas encourager ce genre d'initiative, mais de là à en faire un Grand Crime, il ne faut pas exagérer !

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par annie, le 11 octobre 2011

    "Hélène Jégado, elle, n'est pas une dame de la haute société, loin s'en faut. Elle est pauvre, illétrée et, selon plusieurs témoins, laide et grossière."

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation

  • Par jack56, le 24 juin 2013

    Lempoissonemetn comme crime est devenu, de nos jours, extrêmement rare : en partie grâce aux progrès dans les méthodes de détection, mais aussi parce que nous avons maintenant les produits de substitution que sont le divorce et la contraception.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par jack56, le 24 juin 2013

    Une domestique de trente ans se fait renvoyer par Monsieur Conan, curé de Séglien, parce qu'elle se livre immodérément à la boisson. Ce n'est pas le fait de boire qu'on lui reproche, çà c'est normal, mais le fait de le faire "immodérément".

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation










Acheter sur Amazon
   

Faire découvrir La Jegado l'empoisonneuse bretonne par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (9)

> voir plus

Quiz