Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2841114503
Éditeur : Editions Nil (2012)


Note moyenne : 3.28/5 (sur 46 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Nââândé ! ? *
*Ohlala mais que se passe t-il ! ?

Eriko Nakamura vit à Paris depuis dix ans mais chaque jours ou presque, au restaurant, dans le métro, chez le médecin, lors d'un réveillon, d'un mariage, à l'hôtel, chez le boucher, en boîte de nuit ... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (23)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 2.00/5
    Par Tomisika, le 14 novembre 2013

    Tomisika
    En fouillant dans les services presse au boulot, j'ai trouvé ce livre, qui promettait pas mal de situations cocasses et beaucoup d'informations sur la vie quotidienne au Japon. En effet, Eriko Nakamura est une ancienne présentatrice TV japonaise qui a épousé un Français il y a plus de dix ans.
    Comme beaucoup de Japonais, elle a peu voyagé et porte un regard romantique et plein de poésie sur la France. Mais depuis qu'elle y a mis les pieds, le rêve a laisser place à une réalité pas toujours flatteuse pour nous.
    Dans son récit, elle compare les comportements japonais et français dans différentes situations, comme les dîners, les toilettes publiques, les courses...
    Il faut savoir, avant tout, qu'Eriko Nakamura est une femme qu'on peut qualifier de riche, et que son train de vie ne correspond pas à 70% de la population donc certaines anecdotes laissent un peu de marbre et nous empêchent d'être en phase avec elle ou tout simplement d'apprécier ce livre. Ce barrage financier est plus important encore que le barrage culturel auquel elle fait référence. On est loin, très loin de la vie de Mme Tout-le-monde.
    Au passage, elle fait même un placement de produits de son mari... pas très classe... Et elle affiche ouvertement son amitié avec l'éditeur du livre. C'est étrange comme, même dans un bouquin dont ce n'est pas le sujet, on ressent à ce point l'idée d'un cercle fermé de gens aisés.
    Dans ce livre, il est donc question de situations quotidiennes sa vie. On y apprend que les Japonais sont très consciencieux avec les toilettes, contrairement aux Français. Ce dont je suis tout à fait d'accord : je ne comprends pas cette manie de salir les toilettes dans les espaces publics et dans les restaurants (mention spéciale pour les fastfood, j'y ai découvert l'horreur!). Mais au contraire, au Japon leurs toilettes sont tellement sophistiquées que les enfants oublient même de s'essuyer le derrière quand ils en utilisent des classiques et que cela a posé un gros problème d'hygiène dans leur pays.
    Certains passages m'ont paru un peu légers, comme celui du policier. Elle ne savait pas qu'il ne fallait pas demander son chemin à l'un d'eux...moi non plus! Lorsque je suis perdue et si vraiment je ne me repère pas avec une carte, je n'hésite pas à leur demander des informations. Son récit m'a assez surprise car ce sont des personnes qui sont les mieux placées pour nous renseigner.
    D'autres, au contraire, s'avèrent exactes. Pour avoir un bon médecin, un bon commerçant de quartier, c'est du bouche-à-oreille et du contact. Et les serveurs sont rarement aimables avec nous.
    Et puis enfin, les histoires qui étonnent. Comme ces conducteurs qui poussent d'autres véhicules sur les parking pour avoir une place, quitte à ce que celles déjà garées soient embarquées par la fourrière.
    Un récit, qui s'ajoute à tant d'autres, qui montre encore une fois qu'on est loin d'être toutes des personnes polies consciencieuses par rapport à son environnement et son entourage. Mais il suffit d'aller dans le pays voisin pour s'en rendre compte. Par contre, même si j'ai envie de découvrir le Japon, l'envie d'y naître ne m'aura pas été suscité quand je vois à quel point les comportements nous sont différents. Les couples sont rarement invités ensemble, les femmes se font peloter dans les transports en commun, et le marché des petites culottes sales marche bien.
    Allez, soyons honnête, la France et le Japon ne se résume pas qu'à cela. Eriko Nakamura n'a nullement insinué cela. Elle partage juste ses impressions et c'est quelques fois plutôt étonnant. Ce n'est pas un livre de référence en la matière, mais un témoignage qui se lit facilement et fait réagir très certainement.

    Lien : http://labibliodegaby.blogspot.fr/2013/11/naaande-les-tribulations-d..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 13         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par nataly, le 01 janvier 2014

    nataly
    L'envie de sortir un peu des styles de romans que je lis en ce moment m'a fait me pencher sur "Nââândé" que j'avais acheté suite à une attirance pour la couverture et son résumé qui promettais un bon moment.
    Eriko Nakamura, japonaise de par sa naissance, a épousé un français avec qui elle a eu 3 enfants, et par la suite des choses vient s'installer à Paris par amour, ville qu'elle considérait comme romantique, idéale.....
    A travers son roman, elle tente de nous démontrer sa découverte positive et négative de la mentalité française, et de la comparer à celle du japon. Et en effet il m'a été facile de constater au travers de ses explications et situations cocasses combien nos mentalités et comportements peuvent varier : l'éducation depuis notre enfance, le respect d'autrui et de notre environnement, nos modes vestimentaires, notre façon de vivre en couple.... il est vrai que tout n'est pas à prendre au pied de la lettre car il ne fait pas omettre que l'auteur fait toutefois parti d'un milieu privilégié tant en France qu'au japon où elle a été présentatrice d'un grand journal. En mettant cela de côté car ce n'était pas sont but ultime, j'ai bien sourit en lisant ses pages les unes après les autres à tel point que je l'ai lu d'une traite. Car à un moment donné, personne ne peut nier s'être retrouvé dans l'une des situations qu'elle nous dépeint.
    J'ai beaucoup apprécier aussi sa manière de nous dévoiler les comportements japonais qui pour elle sont complètements normaux même si elle ne les valide pas pour autant, et je dois dire que si l'on s'appliquer à conjuguer nos deux modes de vies, peut être aurions nous un monde idéal !!! Ceci dit les japonais vivent beaucoup dans l'excentricité et la modernité tout en restant attachés à leurs coutumes, et je ne suis pas sûre qu'en tant qu'occidentaux nous puissions nous y intégrer complètement. Tout comme pour Eriko Nakamura dans la ville parisienne.
    C'est avec beaucoup de plaisir vous l'aurez compris que j'ai lu ce livre. et l'espace d'un instant j'ai même pu voyager à Tokyo et comprendre leur mode de vie. merci à l'auteur pour ce bon moment de détente.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 12         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par LaBiblidOnee, le 23 avril 2014

    LaBiblidOnee
    Dans ce petit livre, une japonaise venue habiter Paris compare avec humour quelques comportements typiquement parisiens avec les comportements que les japonais auraient eu dans la même situation.
    Le titre du livre, "Nââândé !?", est une interjection de son pays natal qui lui vient à l'esprit toutes les fois qu'une attitude française l'interloque par rapport aux moeurs nippones.
    Car pour les japonais, Paris est la ville romantique par excellence, un cliché parfait que la réalité quotidienne met à rude épreuve...

    Nââândé !? Comment aller aux toilettes quand l'odeur est nauséabonde, que c'est sale, et qu'il n'y a plus de papier ?
    Nââândé !? Comment monter dans un taxi dans lequel le chauffeur a l'air d'habiter dedans...?
    Nââândé !? Pourquoi tous les invités à un repas essayent-ils de parler plus fort que les autres sans les écouter ?
    "Enlevez votre chemisier" lui demande le médecin. Nââândé !? Je peux venir avec mon pyjama la prochaine fois ?

    *****
    C’est un petit livre à la fois amusant et instructif. On y apprend quelques coutumes japonaises, on apprend à se voir avec un autre regard : Parfois la différence est amusante, parfois on se dit qu'au Japon c'est mieux, et d'autres fois on se dit qu'on est quand même bien mieux chez soi !
    Tout l'intérêt du livre réside dans le recul apporté par ce double regard, la comparaison. Les japonais ont l’air plus respectueux et polis, plus calmes aussi, mais cela peut sembler manquer de spontanéité et de liberté (uniformisme, hommes et femmes séparés dans de nombreux endroits, etc).
    D'un autre côté, nous semblons prendre en France beaucoup de libertés pour ne pas en faire grand-chose : On veut parler plus fort que les autres, on jette nos déchets dans la rue, on s’insulte pour rien, on se permet d’être en retard sans s’excuser, etc…

    Nos deux cultures ont donc beaucoup à s'apporter mutuellement !
    Ce livre ne nous épargne pas certains clichés qui parfois sont agaçants, mais hélas ils sont tellement vrais... Certains comportements parisiens nous choquent nous-mêmes, alors on peut aisément comprendre la réaction d'une personne venant d’un pays différent.
    Et puis parfois, l’auteure nous surprend : Elle préfère le métro parisien au métro nippon, la mode française, le maquillage, etc…

    Bref à travers quelques thèmes et anecdotes ciblés, l’auteure nous offre son regard d’étrangère sur nos mœurs françaises : On se reconnait bien dans ce portrait et en même temps on se découvre sous un nouveau jour grâce à son regard différent, ses repères différents.

    Lien : http://onee-chan-a-lu.publicoton.fr/naaande-eriko-nakamura-les-tribu..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par nekomusume, le 06 avril 2014

    nekomusume
    un petit livre qui recueille une suite d'anecdotes expliquant le décalage entre les modes de vie japonnais et français... ou plutôt parisien.
    Nombres de japonais rêvent de découvrir Paris mais développent un syndrome du au décalage avec la réalité.
    En effet, comparé à l'extrême discipline, la propreté et la politesse nippone, notre capitale a de quoi choquer.
    La comparaison n'est pas toujours flatteuse pour les français, mais il faut reconnaître que l'auteur est assez impartiale pour noter les défauts de ses compatriotes quand les qualités françaises les surpassent.
    C'est rapide à lire, trop d'ailleurs, mais Eriko explique les raisons de chacun des points qui l'ont choquée de façon simple.
    Très intéressant pour comprendre la culture japonaise mais trop court.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 14         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Melopee, le 18 août 2012

    Melopee
    Ce livre a été providentiel dans une période de lectures où j'avais l'impression de lire toujours les mêmes livres. Ici, le sujet est prenant d'emblée puisque l'auteur se propose de nous confier son expérience personnelle de la vie parisienne. C'est qu'Eriko Nakamura est une célébrité au Japon où elle a présenté une émission sur Fuji TV, dans les années 90. Elle a émigré en France où elle s'est mariée avec un Français avec qui elle a eu 3 enfants.
    Ici, à travers de courts chapitres, elle propose sa vision comparative des deux sociétés qui, sur bien des points, diffèrent diamétralement pour notre plus grand plaisir. Pour tout néophyte du Japon (j'en fais partie), ce livre apprendra beaucoup !
    Le livre s'ouvre sur l'explication du mot "Nââândé" qui désigne la stupéfaction d'un Japonais "face à un acte ou un comportement jugé choquant". Ainsi, on sera moins surpris lorsqu'au cours du récit, l'auteur ponctue ses expériences du fameux "Nââândé" qui prouve à quel point le décalage peut parfois être complet entre sa culture innée (le Japon) et sa culture acquise (la France qu'elle a pris comme patrie d'adoption).
    Eriko Nakamura m'a fait rire plus d'une fois par ses descriptions criantes de vérité notamment lorsqu'elle parle de l'accueil des Parisiens, en l'occurrence lors de sorties au resto. C'est que les Japonais considèrent la plupart du temps qu'ils sont coupables lorsqu'ils reçoivent un accueil désagréable. A Paris c'est de coutume d'être "cavalier" comme l'explique Eriko. Les barmen ne sont pas affables et ne se comporteraient jamais comme au Japon où des phrases chaleureuses sont de rigueur comme entrée en matière.
    Plein d'épisodes ponctuent ce livre qui sont autant d'anecdotes, mordantes et sympathiques, tout à fait vraies même si parfois, on est amené à se demander si l'auteur n'en a pas rajouté pour redorer le blason du Japon et taquiner les Français (quoique ce sont plutôt les Parisiens qui sont pris à parti).
    Un autre moment m'a fait beaucoup rire comme lorsqu'un des enfants ouvre un paquet de bonbons, en plein rayon, et que les Japonais aux alentours sont atterrés. Ce n'est pas une pratique courante et il faut alors se justifier en disant qu'on est Français et que le papa fait pareil. Je me figurais parfaitement bien la tête des Japonais !
    Voilà un livre qui se dévore littéralement car il est bourré de situations désopilantes et nous apprend beaucoup de la civilisation japonaise. j'ai trouvé l'approche d'Eriko Nakamura particulièrement fine puisqu'elle ne fait pas de reproches mais s'applique à dire comment ça se passe dans l'un et l'autre pays.
    A quand un deuxième tome? Je suis preneuse ! Bon, par contre, le bandeau rouge avec le jeu de mots particulièrement facile (et foireux), n'aurait a priori pas eu mes faveurs. Heureusement que je ne m'en suis pas tenue là !
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (6)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Sepo, le 20 avril 2014

    Une fois marié, un couple de Japonais n'est plus qu'un couple de parents. Ce qui importe entre un homme et une femme ce n'est donc pas de bien s'entendre mais d'être du même milieu social, de partager les mêmes valeurs, d'être d'accord sur l'éducation des enfants. C'est pour cela que beaucoup de mariages sont arrangés au japon. Nous avons des entremetteuses - des "marieuses" comme vous dites - qui présentent les prétendants grâce à des fiches détaillant leur famille, leurs études, leurs hobbies, etc.(p.121) (...) la vie des couples est davantage un contrat qu'une histoire d'amour. Un contrat où chacun reste figé dans son rôle.(p.122)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par fabienne2909, le 10 mars 2013

    Ces dîners sont d'autant plus éprouvants qu'on sent bien que certains invités viennent à reculons, parce qu'ils n'ont pas osé refuser l'invitation de leur hôte, quand ce n'est pas le maître de maison lui-même qui s'est senti obligé de recevoir chez lui... Je me rappelle qu'un collègue de Charles-san avait insisté pendant six mois pour qu'on vienne dîner chez lui et nous avons fini par y aller. Pendant tout le repas, je suis restée très japonaise, c'est-à-dire que je ne parlais pas, j'écoutais très poliment ce que je pouvais comprendre mais j'ai fini par décrocher. Chacun parlait de son travail, de ses soucis, de politique et même de foot...
    Après ce repas impossible à digérer - ma première raclette - je tombais de sommeil. Nous sommes enfin passés au café et le couple qui nous invitait est allé voir si leur bébé dormait bien? Au bout de quelques instants nous avons entendu distinctement la voix de la maîtresse de maison dans le petit haut-parleur du baby-phone : "quand est-ce qu'ils se cassent, tous ces cons ? J'ai qu'une envie, c'est d'aller me coucher..." Je vous laisse imaginer la fin de la soirée...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par fabienne2909, le 10 mars 2013

    Personne ne fantasme autant sur Paris qu'un Japonais. Et personne n'est plus choqué par Paris qu'un Japonais. Le choc est tellement violent que certains de mes compatriotes tombent malades, une maladie étrange que le professeur Hiroaki Ota, médecin aux urgences psychiatriques de l'hôpital Sainte-Anne a identifiée comme "le syndrome de Paris". Il provient du décalage entre le Paris rêvé et le Paris réel et touche principalement des Japonais qui visitent la capitale pour la première fois. Hallucinations, chaleurs intenses, accès de folie, sentiments de persécution : chaque été, une centaine de touristes japonais sont victimes du "syndrome de Paris". Certains sont même rapatriés d'urgence au Japon avec ce conseil du professeur Ota : "Ne revenez plus jamais à Paris".
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par elobe, le 18 mars 2012

    J'ai aussi découvert en allant au village l'après-midi qu'il y avait deux types de Français. Les Parisiens, et les autres. C'est fou comme les gens sont plus gentils dès qu'on s'éloigne de Paris! Parfois, je me demande si les Parisiens n'aiment pas aller à la campagne pour se prendre quelques petites doses de gentillesse et d'attentions avant de recommencer une semaine...

    Commenter     J’apprécie          0 4         Page de la citation

  • Par SednaX, le 17 décembre 2013

    J'ai aussi découvert en allant au village l'après-midi, qu'il y avait deux types de Français. Les Parisiens, et les autres. C'est fou comme les gens sont plus gentils dès qu'on s'éloigne de Paris ! Parfois, je me demande si les Parisiens n'aiment pas aller à la campagne pour se prendre quelques petites doses de gentillesse et d'attentions avant de recommencer une semaine ...

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation







Sur Amazon
à partir de :
16,39 € (neuf)
13,80 € (occasion)

   

Faire découvrir Nââândé !? : Les tribulations d'une Japonaise à Paris par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (77)

> voir plus

Quiz