Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 2848654686
Éditeur : Sarbacane (2011)


Note moyenne : 3.79/5 (sur 24 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Rousseau, rescapé d’un attentat, se réveille couvert de
bandelettes dans une chambre d’hôpital. Côté mémoire,
c’est le blanc total. Question identité, il découvre sur ses
papiers qu’il fait partie des “chiens”, tandis que les “chats”
sont les... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (13)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

  • Par khtulu4, le 20 décembre 2014

    khtulu4
    Dans une chambre d'hôpital un chien essaie de se souvenir de sa vie passée. Pourquoi était il là ? Pourquoi a t'il la tête bandée ? Les mains aussi ? Qui est ce chien policier qui lui crie dessus ?
    Il ne sait plus qui il est. On lui dit qu'il est autre mais le chien n'est pas fou il a des réminiscences, il sait que cette image qu'on lui donne n'est pas lui.

    Bd totalement atypique dans la narration et magnifique dans les dessins. le discours de fait quasiment introspectif, on suit les pensées du chien. Pas de phylactères mais une page écrite et l'autre où on trouve les dessins. C'est beau et je regrette de ne pas avoir mis la main sur cette bd avant.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

  • Par raton-liseur, le 19 janvier 2012

    raton-liseur
    Une histoire étrange, qui ne se laisse pas qualifier facilement, celle d'un homme qui se réveille à l'hôpital, couvert de bandelettes et sans mémoire de qui il est et de son passé. Il devra se réinventer et redécouvrir la ville dans laquelle il vit. Un cheminement étrange, entre réel obscur, sombre poésie et fantasmagorie triste.
    Dans ce monde policé et étouffant, où les rêves sont des crimes et les espoirs une folie, quelle sera la portée de ce regard neuf, comment ce personnage qui a tout oublié d'avant se moulera-t-il ou pas dans ce monde si désespéré ?
    Un livre où alternent texte et dessins, racontant l'histoire simultanément ou chacun à leur tour. Un livre plein de non-dits, qui ne délivre pas un message clair, mais où il est question d'identité, de liberté, de résistance aussi. Les images, qui chacune sont des huiles sur toile, sont pour une grande part dans la réussite de ce livre, illustrant et renforçant l'atmosphère d'oppression et de malaise et, malgré les murs, abolissant la frontière entre réel et imaginaire.
    Je suis ressortie de cette lecture avec un petit vague à l'âme, et sans savoir où l'auteur voulait en venir. A conseiller à ceux qui s'intéressent à l'évolution récente de nos sociétés, et à ceux qui aiment les livres dessinés et de poésie, ce livre est les deux.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par zazy, le 05 février 2013

    zazy
    Le livre est beau, la couverture intrigue. Ce n'est pas une bande dessinée, mais un album avec des dessins splendides et des phrases profondes.
    Au début, c'est blanc dans ma tête. Je ne pense à rien et ce rien paraît blanc. Pareil à la page où l'on a envie de dessiner. Ou semblable aux nuages les plus lents. J'ai un poids un milieu du cerveau où les pensées ne passent pas.
    Premiers dessins sur fond blanc, un plan de moins en moins flou, on voit une main bandée.
    Seconde page, nous passons au fond noir qui continuera jusqu'à la fin de l'album. Les bandages de la tête laissent deviner des oreilles, chien ou chat ?
    L'être se réveille. Il est dans une chambre d'hôpital. Un policier l'interroge et lui apprend qu'il a été victime d'un attentat et qu'il est un chien. Il va pouvoir retourner chez lui. « Chienne de vie, que fais-je dans cette ville ? On dirait que la haine commence ici ». Il retourne dans un monde où le voisin pourrait être son ennemi, où le chien domine et extermine le chat, tiens, ça titille du côté des réminiscences, un pays où les rêves de jour sont interdits !!
    Nous traversons des dessins qui pourraient faire penser, au ghetto de Varsovie, tout au moins comme je me l'imagine. L'angoisse et la peur suent, les regards sont fuyants.
    Chaque phrase de cet album est un coup de poing dans le plexus ou dans la mémoire. Peu de texte, mais, il va droit au but, sans fioriture. Carl Norac, en phrases très courtes, nous fait sentir le malaise de Rousseau, sa quête, son angoisse. Carl Norac et Stéphane Poulin nous parlent de tolérance, du racisme, de la peur, de la quête et que ce soit les pages dessins ou les pages textes, l'émotion est toujours omniprésente et nous happe.
    La mémoire blanche permet d'écrire un nouveau livre de sa vie, de regarder les autres sans aucun à priori ni sectarisme.
    Oui, vraiment un très, très bel et bon album emprunt de beaucoup de poésie. Vous le relisez, une autre face apparaît. Maintenant, il faut que je le rende à la bibliothèque, mais je l'aurais bien gardé celui-là aussi.
    Je vous en recommande vivement la lecture.


    Lien : http://zazymut.over-blog.com/article-carl-norac-stephane-pouin-au-pa..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par Lagagne, le 16 décembre 2011

    Lagagne
    Très beau livre. Album? Bande dessinée? le genre n'est pas aisé à définir, mais peu importe. Les illustrations (si on peut encore parler d'illustrations à ce niveau) sont tout simplement sublimes. Les couleurs, la finesse des traits, l'expressivité (même sous les bandages), la puissance et l'émotion qui s'en dégage m'ont scotché. La scène de bataille m'a complètement submergé!
    Le texte n'est pas en reste. L'écriture de Carl Norac sonne juste. Il y a de la poésie là-dessous. Alors je dois avouer que j'ai parfois été un peu perdu dans cette quête d'identité, mais le personnage aussi je pense. Nous avons été tous les deux emportés dans un peu de confusion, mais sans crainte et sans gêne pour la part.
    Il est question d'identité, de tolérance, de racisme...des thèmes rabâchés maintes et maintes fois, mais si joliment traités ici.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 5         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par Tomie, le 06 avril 2012

    Tomie
    Rescapé d'un attentat Rousseau ne se souvient de rien et ne reconnait rien. Il découvre un milieu hostile où les chiens chassent les chats. C'est un monde onirique, plein de violence, où des murs apparaissent le temps d'un rêve et où les chats luttent contre l'oppression.
    Rousseau avec sa mémoire blanche s'interroge sur la possibilté de changer ce monde et de libérer les chats.
    Le texte est écrit par le poète belge Carl Norac et les illustrations sont du dessinateur québécois Stéphane Pouli.
    Plein de poésie, très belles illustrations, et la dénonciation du racisme et de l'intolérance
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la critique

> voir toutes (5)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par raton-liseur, le 21 janvier 2012

    Ici, les rêves de jour sont interdits, il faut les cacher. Certains chats les tiennent sous la langue, prêts à les avaler. D’autres matous les chantent ou les dessinent. (…)
    Des chats plus audacieux veulent voir pour de vrai les rêves vivre. Ils s’enfoncent dans les lignes interdites, esquissent un tag ou osent un graffiti. Leur espérance de vie dure le temps d’un songe. Sur le pavé, ils crèvent. Le rêve était leur seul trésor. (p. 65)
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par zazy, le 05 février 2013

    Au début, c’est blanc dans ma tête. Je ne pense à rien et ce rien paraît blanc. Pareil à la page où l’on a envie de dessiner. Ou semblable aux nuages les plus lents. J’ai un poids un milieu du cerveau où les pensées ne passent pas.

    Commenter     J’apprécie          0 3         Page de la citation

  • Par zazy, le 05 février 2013

    Dans la rue, le coeur des gens bat à l'envers. Tout le monde s'épie. Un voisin est un ennemi. Les murs n'ont pas seulement des oreilles, ils cachent des yeux

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par zazy, le 05 février 2013

    Toutes les nuits, je suis à la trace ces snipers qu'on appelle les tueurs de rêves.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

  • Par zazy, le 05 février 2013

    Des chats plus audacieux veulent voir pour de vrai les rêves vivre.

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (5)

Videos de Carl Norac

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Carl Norac

J'ai adoré "Les petites histoires pour les enfants qui s'endorment très vite" que Carl Norac a publié chez Tourbillon en duo avec Thomas Baas. Découvrez-les ici, dans une vidéo rienalire.fr








Sur Amazon
à partir de :
23,62 € (neuf)
21,10 € (occasion)

   

Faire découvrir Au pays de la mémoire blanche par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz

    Petites guerres

    Cet auteur anglais a publié Little Wars, le tout premier wargame pour figurines de l'histoire, pour jouer avec ses soldats de plomb et ses canons à ressort. Et ça donne son nom à ce quiz !

    •   H. G. Wells
    •   J.R.R. Tolkien
    •   Agatha Christie

    7 questions - 38 lecteurs ont répondu
    Thème : guerre , jeux , stratégie militaire

    Créer un quiz sur ce livre.