Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

> Jean Orizet (Éditeur scientifique)

ISBN : 2862747041
Éditeur : Le Cherche midi (1999)


Note moyenne : 3/5 (sur 2 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
De " L'amour lointain " des troubadours jusqu'aux " Yeux d'Elsa ", si profonds qu'Aragon y perdait la mémoire, notre poésie française porte en elle tout l'amour du monde.
Amour de jeunesse ou de maturité, amour-passion, amour-tendresse, amour perdu et retrouvé, a... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

Critiques, analyses et avis (2)

> Ajouter une critique

    • Livres 3.00/5
    Par ladesiderienne, le 24 avril 2012

    ladesiderienne
    J' aime de temps en temps relire quelques poèmes, sans doute pour me rappeler mes années d' école où il fallait les apprendre et les réciter devant la classe entière....
    Dans ce recueil, certains bien sûr sont anthologiques mais j' ai apprécié à la fin "l' histoire du sonnet par le sonnet "avec quelques commentaires explicatifs sur les diverses polémiques réglées à coups de tirades verbales.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la critique

    • Livres 3.00/5
    Par Derwijes, le 17 novembre 2014

    Derwijes
    Une anthologie à lire si on veut simplement relire quelques sonnets.
    Néanmoins, les néophytes n'apprendront pas grand-chose à la lecture de cette anthologie, et les férus de poésie ne manqueront pas de pester contre la place importante laissé aux poètes les plus célèbres (Baudelaire, Joachim du Bellay...), au mépris d'autres auteurs.
    Un ouvrage presque de vulgarisation, à lire seulement pour relire vos sonnets favoris.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la critique

> voir toutes (2)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par ladesiderienne, le 19 avril 2013

    Pierre de RONSARD (1524-1585)


    Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle

    Quand vous serez bien vieille, au soir, à la chandelle,
    Assise auprès du feu, dévidant et filant,
    Direz, chantant mes vers, en vous émerveillant :
    Ronsard me célébrait du temps que j’étais belle.

    Lors, vous n'aurez servante oyant telle nouvelle,
    Déjà sous le labeur à demi sommeillant,
    Qui au bruit de mon nom ne s'aille réveillant,
    Bénissant votre nom de louange immortelle.

    Je serai sous la terre et fantôme sans os :
    Par les ombres myrteux je prendrai mon repos :
    Vous serez au foyer une vieille accroupie,

    Regrettant mon amour et votre fier dédain.
    Vivez, si m'en croyez, n'attendez à demain :
    Cueillez dés aujourd’hui les roses de la vie
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 6         Page de la citation

  • Par ladesiderienne, le 23 avril 2012

    "On dit, à ce propos, qu’un jour ce dieu bizarre,
    Voulant pousser à bout tous les rimeurs françois,
    Inventa du Sonnet les rigoureuses lois ;
    Voulut qu’en deux quatrains, de mesure pareille,
    La rime, avec deux sons, frappât huit fois l’oreille ;
    Et qu’ensuite six vers, artistement rangés,
    Fussent en deux tercets par le sens partagés.
    Surtout, de ce Poème il bannit la licence ;
    Lui-même en mesura le nombre et la cadence ;
    Défendit qu’un vers faible y pût jamais entrer,
    Ni qu’un mot déjà mis osât s’y remontrer.
    Du reste, il l’enrichit d’une beauté suprême :
    Un sonnet sans défauts vaut seul un long Poème..."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 1         Page de la citation










Sur Amazon
à partir de :
8,00 € (neuf)
4,49 € (occasion)

   

Faire découvrir Les plus beaux sonnets de la langue française par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Quiz