AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2707135178
Éditeur : La Découverte (2001)

Note moyenne : 5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Les épidémiologues n'ont jamais vu cela : en 1970, il y avait cent millions de déprimés dans le monde. Aujourd'hui, ils sont près d'un milliard. Entre 1980 et 1989, les consultations pour dépression sont passées aux États-Unis de 2,5 à 4,7 millions. En France, sur les trente dernières années, le chiffre a été multiplié par sept. Jamais aucune pathologie n'a autant fait s'envoler les chiffres. Que se passe-t-il ? L'ampleur du phénomène conduit naturellement à s... >Voir plus

Les critiques presse (1)
Lexpress18 juillet 2012
En 1952 on trouve par hasard une molécule qui améliore certains schizophrènes. Quelque chose marche, mais comment ? La question reste en suspens. Il s'ensuit ce grand bricolage que Philippe Pignarre nomme "petite biologie" par lequel cette psychiatrie naissante voudrait bien se hisser à la dignité de véritable science médicale.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations & extraits (1) Ajouter une citation
lanardlanard23 août 2010
p. 114 :
Le rapport de la psychiatrie à la biologie est généralement conçu sous trois formes possibles. Le premier modèle est celui du déterminisme absolu : nous connaîtrons bientôt la cause biologique nécessaire et suffisante qui explique la survenue d'un quelconque trouble mental ; c'est un droit de la raison. Le deuxième modèle est celui de la "prédisposition". Ce modèle privilégie la recherche génétique dans le but de mettre au point des tests de dépistage prédictifs. Dans cette conception, la biologie constitue une sorte d'infrastructure sur laquelle peuvent s'élever les superstructures psychologiques. Il s'agit fondamentalement du même modèle que le précédent, mais teinté de prudence :le mot "prédisposition" a l'avantage de rarement pouvoir être démenti. Le troisième modèle est le refus de la prise en compte de tous les travaux des biologistes, comme cela peut être le cas de certains psychanalystes, au nom de l'indépendance structurelle de la notion de psychisme par rapport à toute notion physiologique et biologique. Les travaux biologiques seraient, par nature, étrangers au débat sur le psychisme et ses troubles dont la science existe déjà avec la psychanalyse. Il faudrait donc mettre en garde les patients contre tout usage de psychotropes, car ils ne feraient que masquer le véritable trouble et rendraient impossible la véritable prise en compte de ce qui relève du psychisme.
+ Lire la suite
Commenter    J’apprécie          40
>Maladies du système nerveux. Troubles psychiques>Névroses et troubles apparentés>Anxiété, dépression, neurasthénie (85)
autres livres classés : dépression nerveuseVoir plus





Quiz Voir plus

J'apocalypse

Comment s'appelle la soeur de Jonathan?

Léonie
Léa
Lionne
Lou

10 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : L'Apocalypse de Jonathan de Samuel DockCréer un quiz sur ce livre