AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070465098
Éditeur : Gallimard (2016)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 55 notes)
Résumé :
« Le récit des Petites Fées de New York démarre avec Morag et Heather, deux petites fées hautes de cinquante centimètres, portant épée, kilt vert et cheveux mal teints, qui volettent par la fenêtre du pire violoniste de New York, un type antisocial et obèse nommé Dinnie, et vomissent sur sa moquette. Qui sont-elles et comment sont-elles arrivées à New York, et en quoi tout cela concerne-t-il l’adorable Kerry, qui vit dans l’immeuble d’en face, est atteinte de la mal... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
BlackWolf
BlackWolf23 janvier 2014
  • Livres 4.00/5
En Résumé : J'ai vraiment passé un très bon moment de lecture avec ce livre qui offre plusieurs lignes d'intrigues qui se croisent et dont le tout se révèle complètement déjanté, plein d'humour, avec des personnages marginaux qui se révèlent vraiment attachants, humains et cohérents, dont on suit avec grand plaisir leurs péripéties. Surtout l'auteur offre aussi pas mal de réflexions efficaces sur différents sujets comme par exemple la quête de l'amour, l'image de soi, le racisme, l'industrie,etc… et traite aussi de sujets graves de façon légère et efficace évitant la surenchère. La plume de l'auteur se révèle vraiment simple, familière et directe. Alors bien sûr tout n'est pas parfait, par exemple parfois l'auteur cherche à trop en faire, le fait qu'il passe d'une intrigue à l'autre rapidement fait qu'il faut un léger temps d'adaptation au début, ou encore sur la fin l'auteur va beaucoup trop vite selon moi, mais rien de vraiment gênant. Au final un livre qui m'a bien fait marrer et m'a détendu. Je lirai sans soucis d'autres écrits de l'auteur.
Retrouvez ma chronique complète sur mon blog.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
MonsieurLoup
MonsieurLoup15 août 2016
  • Livres 4.00/5
Le punk n'est pas mort. Au contraire, il est encore bien vivace notamment chez deux petites fées venues d'Écosse et débarquées à New York bien malgré elles après une nuit de cuite au whisky et aux champignons hallucinogènes. Notez que d'un côté, ça les arrange : elles ne sont plus tellement en odeur de sainteté dans leur pays, et New York n'a qu'à bien se tenir !
Le ton est donné.
Et c'est exactement ce qu'il me fallait : quelque chose de court, léger, pas prise de tête, et franchement marrant.
Les frasques de Morag et Heather, nos deux fées écossaises, susceptibles et portées sur l'alcool, la musique et le sexe, feront forcément sourire, prêtes qu'elles sont à bouleverser la vie d'un obèse désagréable qui passe trop de temps devant les programmes hot de la télé et d'une jeune femme isolée à cause d'une grave maladie, ainsi que d'un tas de fées jusqu'alors bien tranquilles ; et les répliques colorées qui ne manquent pas de jaillir feront assurément rire (oreilles chastes éventuellement s'abstenir).
La galerie de personnages rencontrés est à l'avenant : souvent assez barrés mais plutôt sympathiques.
New York et l'atmosphère particulière de Central Park et des quartiers bien typiques et différents sont bien mises en scène, autant dans la diversité de la ville que dans ses sombres travers, avec ces clochards qui meurent dans l'indifférence générale, dans un monde où tout va trop vite, surtout les chauffeurs fous new yorkais.
En effet, sous l'humour se cache également une critique d'un certain mode de vie, abordant au passage des aspects politiques sociaux intéressants en arrière-plan.
Ça fourmille de chassés-croisés et d'intrigues, dont les passages des uns aux autres parfois un peu abruptes et rapides peuvent au départ légèrement déconcerter le lecteur, avant qu'ils ne finissent par s'entremêler et converger vers une résolution finale tout en fanfare.
Ça se lit vite et bien, il y a une vraie fluidité dans l'écriture qui rend le tout très léger et sans prétention mais fait passer un bon moment de détente.
En bref, un bouquin qui vous donnera envie de jouer des morceaux punk rock au violon avec des amplis, de donner une pièce aux clochards, et de vous imbiber au Fitzroy ou au whisky avec nos amies ailées.
Mais rassurez-vous : il paraît que le vomi de fée sent la rose pour les humains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
Cylhis
Cylhis19 février 2016
  • Livres 4.00/5
Morag et Heather sont deux fées écossaises, qui portent le kilt et manient le archet de violon avec grande dextérité. Elles sont également expertes pour s'embrouiller et provoquer des catastrophes sans précédents, au point de se retrouver en plein New York. Mais s'il n'y avait que ça… car d'autres fées ont également débarqué à New York sans crier gare, dont les enfants du roi Tala de Cornouailles, ce dernier étant très mécontent et prêt à tout pour les retrouver. Quant aux humains, ils ne voient pas les petites fées normalement, mais Dinnie et Kerry ne peuvent très vite plus se passer de leur service, parfois à leurs dépens. Et que dire des autres fées, les newyorkaises, chinoises, italiennes et ghanéennes qui trouvent Morag et Heather très douées pour le grabuge en tout genre… il semblerait que la guerre soit déclarée, ou comment voir les fées de l'autre côté du miroir.
En voilà un roman qui ne paye pas de mine et qui se lit vite et bien ! du kilt, du pure malt, du violon, de la gigue et des fleurs, un soupçon de bataille pas très rangée et beaucoup de confusion, voilà un bon résumé de cette histoire qui vous montre les fées comme vous ne les avez jamais lues : tantôt petites pestes, tantôt musiciennes hors pair, mais surtout accroc au whisky. Qu'elles soient d'Écosse, d'Irlande, de Cornouailles ou de New York, elles sont toutes différentes et se ressemblent. Petits êtres de 15 cm de haut, elles ont l'art et la manière de se faire aimer par tous, humains compris, surtout ceux qui ont le privilège de les voir. Mais ne vous attendez pas à de petits anges ailés, ce serait plutôt de petits diables sans les cornes mais bouillonnants de vie.
C'est assez frais et sympathique, ça part un peu dans tous les sens, et ça nous montre un New York différent de celui de Lisa Minelli ^_^ Je regrette juste que certains personnages n'aient pas plus de profondeur, car on ne s'attache pas vraiment à eux. Les deux petites fées espiègles peuvent sembler agaçantes, mais sont finalement juste maladroites et au final très sympathiques. le tout est un bon cocktail pour se détendre mais reste, à mon goût, un peu trop à la surface des choses. C'est dommage car on sent clairement pointer une critique sociale sous les dehors simplistes de cette histoire, qui aurait gagné à être plus approfondie, ne serait-ce que pour ressentir un petit pincement au coeur de ne pas pouvoir les voir… ces "bonnes" fées ! Là, on a juste le sentiment d'avoir passer un moment, ma foi, agréable, mais pas inoubliable. Peut-être que mes attentes étaient trop fortes, surtout avec une préface de Neil Gaiman. À lire, pourquoi pas, pour voir les fées autrement que celles de Disney.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Owlygirl
Owlygirl23 février 2016
Vous ne regarderez plus les fées comme avant …
Lancez-vous si : vous en avez marre des fées clochette, vous aimez New York/l'Ecosse, le whisky, les fleurs
Passez votre chemin si : vous détestez le rock n roll, les cheveux teints
Selon moi :
C'est d'abord la couverture qui m'a attirée vers ce livre : un tartan écossais bien vert, qui est particulièrement bien choisi quand on connaît l'histoire. Puis le titre m'a plu et puis surtout la petite mention « Préface de Neil Gaiman », là forcément je me dis que si ce livre est approuvé par cet auteur il faut que je sache de quoi il retourne et je n'ai pas été déçue !
L'histoire se déroule de nos jours moitié à New York moitié en Écosse, et l'on suit tour à tour les fées Morag, Heather, les fées écossaises/chinoises/ghanéennes/italiennes, le musicien Johnny Thunders, Magenta la clocharde…au cours de leurs aventures assez mouvementées. Il faut s'accrocher pour suivre, les mini-intrigues entremêlées entre elles. Celles-ci parlent d'alcool, de sexe, de fleurs, rock and roll, de théâtre et de Grèce Antique (oui oui tout est lié vous verrez).
Avec ce livre vous allez donc vous retrouver nez à nez avec des fées pas particulièrement jolies et polies mêmes si ce sont des bombes pour les autres fées, la plupart du temps elles sont alcoolisées et ont des cheveux teints avec des couleurs étranges, qui rappellent un peu le mouvement punk. En plus elles sont pas très douées pour la diplomatie c'est le moins qu'on puisse dire et sont un peu, voire beaucoup, gaffeuses mais c'est ce qui les rend attachantes à la longue. Côté humains on a des personnages originaux de par leur façon d'être, avec des prénoms pour le moins originaux eux aussi : Dinnie, Kerry, Cal.
Chacun, que ce soit humain ou fée, doit faire face à ses problèmes et ses rêves dans une ville où ils se côtoient sans se regarder, sans interagir entre eux, sans se comprendre jusqu'à ce qu'un but commun les rapproche petit à petit malgré leurs différences initiales.
J'avais au début une sensation de n'importe quoi, mais où va-t-on, mais pourquoi ? et puis au final je dirai que c'est un beau roman sur la tolérance et l'amitié sur un fond anti-conformiste.
Lien : http://bookowlic.fr/les-peti..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
valeriane
valeriane28 avril 2016
  • Livres 3.00/5
Et une note de lecture tardive, une! "Les petites fées" est mon dernier livre de 2009, et le premier de 2010. de quoi passer le changement d'année avec un peu de féérie... et beaucoup d'humour! Tout le monde a en tête l'image des jolies petites fées, gracieuses, douces, magiques, avec des petites étincelles autour de leurs petites ailes... ou... il y a aussi Clochette, une belle jalouse celle-là, mais avec un capital sympathie non négligeable... Vous effacez vos apriori dictés par les contes. Ici, on n'est pas dans la Belle au bois dormant. Imaginez deux fées, 50 cm (jusque là...) écossaises, portant une épée, un kilt (pourquoi pas), des cheveux mal teints et complètement ivres.... voilà un aperçu de ces deux fées écossaises échouant sur le bord d'une fenêtre du pire violoniste new-yorkais. Arrivée en fanfare, vu que l'une d'entre elle inaugure le tapis d'une jolie... flaque de vomi. Rotant et jurant, les deux demoiselles, Morag et Heather, finissent par se disputer (ce qu'elles font le mieux d'ailleurs -après le violon). Morag lève l'ancre et se retrouve chez Kerry, une jeune femme habitant l'immeuble d'en face et atteinte de la maladie de Crohn. Dans ce joyeux bordel, il sera question de la réalisation d'un alphabet des fleurs celtiques de Kerry, de l'apprentissage du violon, de la mise en scène du "Songe d'une nuit d'été" de Shakespeare, de la recherche de la guitare de Johnny Thunders des New York Dolls. Il y a sera également question d'une guerre de fées, de règlements de compte et de bastondes... Difficile de relier tout le fil de l'histoire. Quoiqu'il en soit, même si l'histoire peut-être un peu répétitive, on peut y voir un certain comique de répétition. de l'humour, du cynisme et du grand n'importe quoi. Un livre qui m'a fait sourir et ricaner. Un livre qui m'a transporté dans une joyeuse aventure féérique mais où les petits papillons et les étincelles sont remplacés par les pots d'échappement et le whisky. Un style qui se lit facilement. Petit bémol pour certains passages un peu décousus où je me perdais. Fans de fées, fans de fantastique, fans d'histoire loufoque et de répliques cinglantes et tordues... plongez dans ce bouquin!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Citations & extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
BlackWolfBlackWolf22 janvier 2014
- Alors laissez-moi mettre un truc au clair, dit Spiro, le chef des écureuils de Central Park qui, alerté par les rapports de ses subordonnés, rendait visite à ces nouvelles créatures plutôt étranges.
- Vous dites que vous êtes des fées. Vous êtes invisibles pour la plupart des humains. Vous venez d'un endroit qu'on appelle Cornouailles. Vous y avez vécu heureux jusqu'à ce qu'un lutin porté sur la technique appelé Magris invente la machine à vapeur et précipite la société des fées dans la révolution industrielle. Conséquemment Tala, votre roi, commença à transférer des fées, qui jusqu'à présent trouvaient leur bonheur dans les champs et les jardins, vers des ateliers, créant par là-même, en un rien de temps, un royaume des fées misérable et opprimé. Le tout aggravé par une sécurité policière et des permis de voyage. Vous êtes d'accord jusque là?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
BlackWolfBlackWolf23 janvier 2014
Plus tard, lorsqu'elles demandèrent poliment à Callum MacHardie, célèbre luthier, de bien vouloir leur confectionner des amplis électriques, il les dénonça ni plus ni moins à leurs chefs de clan, les condamnant par là-même à de longues leçons de morale sur ce qui était ou non convenable pour des fées.
- Gambader dans la prairie, c'est bien, leur avaient dit leurs chefs. Ainsi qu'aider les petits enfants des humains à rentrer chez eux. Ou encore, augmenter le rendement laitier des vaches des fermiers amis. Mais une rébellion de la jeunesse à large échelle est tout à fait hors de question. Alors rentrez chez vous et tenez-vous à carreau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
UnMondeLivresqueUnMondeLivresque29 mai 2016
"- Gambader dans la prairie, c'est bien, leur avaient dit leurs chefs. Ainsi qu'aider les petits enfants des humains à rentrer chez eux. Ou encore, augmenter le rendement laitier des vaches des fermiers amis. Mais une rébellion de la jeunesse à large échelle est tout à fait hors de question. Alors rentrez chez vous et tenez-vous à carreau."
Commenter  J’apprécie          30
UnMondeLivresqueUnMondeLivresque29 mai 2016
"- Bonjour, dit poliment Brannoc malgré sa terrible gueule de bois.
- Vous sortez d'où, vous? demanda l'écureuil
- Nous sommes des fées, répondit Brannoc, et l'écureuil s'écroula de rire sur la pelouse, parce que les écureuils de New York sont cyniques et ne croient pas aux fées."
Commenter  J’apprécie          10
BlackWolfBlackWolf22 janvier 2014
- Bonjour, dit poliment Brannoc malgré sa terrible gueule de bois.
- Vous sortez d'où, vous? demanda l'écureuil
- Nous sommes des fées, répondit Brannoc, et l'écureuil s'écroula de rire sur la pelouse, parce que les écureuils de New York sont cyniques et ne croient pas aux fées.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : new yorkVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
702 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre