AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266172492
Éditeur : Pocket (2007)

Note moyenne : 4.22/5 (sur 433 notes)
Résumé :
L'Hégémonie gouverne plus de trois cents mondes. Quant aux Extros, ils ont pris le large après l'Hégire. Reviendront-ils? Un de leurs essaims, depuis trois cents ans, se rapproche d'Hypérion. Les habitants de cette planète ont fini par devenir nerveux; ils réclament l'évacuation. Pour l'Hégémonie, le jeu n'en vaut pas la chandelle.

Mais, sur la même planète, on annonce l'ouverture prochaine des Tombeaux du Temps. Le TechnoCentre n'arrive pas à produir... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr
Critiques, Analyses & Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
charlitdeslivres
charlitdeslivres02 juin 2016
  • Livres 5.00/5
Une saga digne de toutes mes espérances ! Une fin riche qui ne laissera personne sur sa faim. Je vous recommande cette lecture d'une envergure exemplaire.
Comme pour les premiers tomes, je les ai lus dans une version intégrale. Il sera donc difficile pour moi de vous donner mon avis sur chacun des romans qui constituent ma version. Dans un premier temps, revenons sur l'ensemble de cette oeuvre. Ces romans sont remarquables et permettent au lecteur de rentrer dans un univers hors du commun. La science fiction permet toujours cette richesse de détails, d'histoires, de personnages, de planètes, tous plus fous les uns que les autres. Avec Dan Simmons vous serez servi. Si vous aimez les personnages hauts en couleur et les retournements de situation dans tous les sens, vite, venez !
Dans « Hypérion » on nous annonçait un malheur à venir. Ici on est en plein dedans. Les tomes d'Hypérion étaient beaucoup plus calmes et nous amorçaient le récit à venir. C'était donc à travers les histoires de nos pèlerins que l'on entamait cette saga. On ne comprenait pas encore la puissance du Gritch, ni l'étendue des problèmes que l'on allait rencontrer.
Dans le premier tome, on continue à suivre ces pèlerins chacun en quête de leurs vérités. Chacun a sa raison égoïste de vouloir voir le Gritch pour réaliser enfin ce qu'il avait décidé. Mais une solidarité nouvelle se construit également. Les personnages semblent comprendre que leurs jours sont comptés et que le nombre peut parfois faire la force. Ici ils auront surtout besoin de réfléchir ensemble pour trouver les meilleures solutions d'avancer main dans la main. Ce tome commence à amorcer les véritables intentions de chacun, les masques commencent à tomber. le tout avec l'écriture de Dan Simmons, qui amène grâce à la richesse de son texte, à nous perdre dans des méandres inattendus. On ne sait plus à qui faire confiance et on adore cela.
Lien : https://charlitdeslivres.wor..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
boubously
boubously10 janvier 2016
  • Livres 5.00/5
De nombreuses critiques ont été faites avant donc je vais être bref...
Le tome est divisé en deux. Nous suivons l'évolution de la guerre apocalyptique qui fait rage entre les Extros et le Retz vu par la présidente régnant sur des milliards d'habitants constituant les planètes du Retz et un autre cybride appelé H.Severn à qui on a implanté lui aussi la conscience de Keats. Ce cybride par ses rêves et l'intermédiaire de Brawne Lamia arrivent à voir ce qu'il se passe dans les tombeaux. Nous suivons aussi bien évidement les mésaventures des pèlerins qui arrivent aux portes des tombeaux du temps afin de rencontrer ce semi Dieu appelé " le Gritche" afin d'y trouver des réponses. C'est avec passion et une certaine tension que nous vivons avec ces personnages tout au long du roman ayant tous un passé et un rapport avec le Gritche différent qui dans ses apparitions nous fait penser à Alien.
Encore une fois un très bon mélange entre la science fiction, le Space opéra, le fantastique voir l'horreur pour certaines scènes du roman.
Meme si parfois je l'avoue j'ai trouvé au roman certaines longueurs je n'ai pas décroché à partir des 150 dernières pages car l'auteur arrive à nous transmettre une tension palpable et arrive surtout à titiller notre curiosité à chaque page tournée.
Nous voulons toujours en savoir plus...
Je comprends vraiment pourquoi ce cycle est devenu un classique de la science fiction et j'attaque de ce pas le 4ème tome indispensable afin de savoir la fin et surtout comprendre ou Dan Simmons veut en venir avec cette histoire tout à la fois passionnante et intrigante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Tesrathilde
Tesrathilde05 juillet 2015
  • Livres 5.00/5
J'avais dû laisser mes personnages enfin arrivés sur Hypérion, en route vers les Tombeaux du Temps, avec un temps très limité pour trouver les réponses à leurs questions (pour certains du moins). Je les ai tous retrouvés avec bonheur, en me rendant compte aussi que j'arrivais à trouver plus d'attrait à certains qui ne me plaisaient pas trop au début mais ont été largement développés (le consul), tandis que certains continuent à me laisser plus ou moins de marbre (Kassad, qui je trouve a une histoire et des motivations beaucoup plus stéréotypées que les autres !). La suite et fin du cycle respecte le ton et le rythme de ce que j'ai lu au début, je n'ai pas constaté de baisse de qualité sur la longueur comme cela arrive parfois. Tout au plus ai-je trouvé que la fin allait un peu vite, mais en même temps vu les buts de chacun il aurait sans doute été difficile de faire traîner certaines conclusions en longueur sous peine d'une certaine pesanteur. J'ai aussi été satisfaite des conclusions de manière générale – les personnages ne sont pas tous « servis » de la même manière, l'auteur est arrivé à me faire croire à un savant mélange de prédestination et de hasard qui ne m'a pas laissée sur ma faim.
Je ne peux résister à l'envie de vous vendre le livre une nouvelle fois : je suis toujours très fan du gritche, je trouve le « personnage » fascinant (Simmons le compare à Grendel dans le vieux poème épique Beowulf, on sent qu'il s'en est inspiré); la narration et description ne cesse de changer d'échelle : de la politique et des visions extra-planétaires (le sénateur Gladstone, l'Hégémonie, le Retz, le Technocentre) on passe par des extraits à dimension plus humaine, plus régionale, jusqu'à se concentrer sur notre petit groupe de pèlerins et leurs questions internes, ce qui donne beaucoup de dimensions à l'histoire et à l'univers, autant SF qu'humain.
Les Tombeaux du Temps continuent à me fasciner, c'était une salement bonne idée de détournement de Gizeh, et ils font partie intégrante de l'arrière-plan panoramique et atmosphérique tout au long de cette seconde partie – ce que j'espérais bien.
J'aime beaucoup aussi l'humour de l'auteur, ses références culturelles et historiques (une note de bas de page m'a fait rire… parce qu'il y en a très peu quand je croise beaucoup de références !!) L'intrigue se passe plusieurs siècles après notre ère, d'où un décalage régulièrement rappelé. Je trouve que l'auteur a également très bien placé et créé ses néologismes en lien avec les technologies du futur : les portes distrans, les « vieux films bidim », le simstim… En contexte, et parce qu'il n'invente pas totalement de nouveaux mots mais en crée à partir de bases linguistiques existantes, il m'a paru assez facile de les relier à leurs sens (bidimensionnel, simulation/stimulus pour les deux derniers). ça peut paraître un détail, mais les lexiques dans la Fantasy/ SF ça va deux minutes, j'aime aussi comprendre directement de quoi on me parle de temps en temps.
Simmons a également réussi à me bluffer sur deux points (la nature des Extros et celle de Monéta) – ce n'est que du demi-spoil mais je vous épargne au cas où ça vous permettrait de tout comprendre, que j'aurais pourtant peut-être pu voir venir, car il n'est pas non plus avare de détails dans le livre, c'est juste que je n'ai pas dû être attentive à tout mais être plus concentrée sur les pèlerins en eux-mêmes ! En tous cas voilà je finis cette référence de SF et je suis enchantée parce que c'était une très bonne lecture pleine de choses agréables et divertissantes, et en plus bien construites dans l'ensemble.
Lien : https://croiseedeschemins.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Myrelingues
Myrelingues19 juin 2015
  • Livres 5.00/5
J'imagine le nombre de fois auquel Hypérion (avis n°6) a dû être chroniqué depuis sa sortie en France en 1991. Mais j'ai éprouvé le besoin de l'ajouter à mon blog, de saluer sa valeur littéraire, et d'apporter ma pierre à l'édifice en partageant ce qui m'a fait aimer ce livre. La chute d'Hypérion en est la suite directe. Ces deux livres forment les Cantos d'Hypérion. Ce dernier, avec les Voyages d'Endymion forment le cycle d'Hypérion. Compris ?
Ici, la structure redevient plus classique. On suit deux trames : un autre cybride de John Keats voit en rêve le périple des pèlerins sur Hypérion. Sous le pseudonyme de Joseph Severn, le cybride rapporte ce qu'il rêve à Meina Gladstone, la présidente de l'Hégémonie, qui doit affronter la pire crise qu'ait connue l'Hégémonie : les Extros – humains adaptés à la vie dans l'espace – lancent une invasion massive sur ses planètes.
Sur Hypérion, tout ne se passa pas comme prévu. Les pèlerins sont séparés au fur et à mesure. le prêtre Lénar Hoyt trouve le Gritche dans un des Tombeaux du Temps, puis meurt et ressuscite en la personne du père Paul Duré. le soldat Fedmahn Kassad, guidé par Monéta, la fille de ses rêves, part se battre contre le Gritche et ainsi bâtir sa légende. La Voie de l'Arbre Authentique Het Masteen parvient à rejoindre les autres pèlerins dans la vallée des Tombeaux. le poête Martin Silenus est emporté par le Gritche sur l'Arbre aux Epines. le Gritche, toujours, câble la détective Brawne Lamia et l'envoie, elle et le cybride originel de John Keats, dans la Métasphère pour parler à Ummon, l'une des IA du TechnoCentre. le Consul part sur son tapis volant pour récupérer le vaisseau et placer le bébé du lettré Sol Weintraub en stase et ralentir son vieillissement inversé.
Il y a donc beaucoup de péripéties à suivre. Impossible de s'ennuyer. Les héros vont devoir rassembler tout leur courage pour affronter de dures épreuves. Tout se met en place et, lentement, la conspiration qui motive tout est dévoilée. Les arcanes du pouvoir, les mystères de l'histoire. L'univers est vraiment sublimé grâce aux histoires des pèlerins du roman précédant : l'enjeu est ressenti puisement, ça devient épique et les images marquantes. En parlant d'image, La division de chaque livre en deux tomes nous permet de profiter de davantage des merveilleuses illustrations de couverture de Jean-Sébastien Rossbach sur l'ensemble du cycle d'Hypérion. Voilà de quoi répondre à ceux qui se plaignent de l'aspect mercantile de cette division. Avant de passer à la suite, Endymion, je vais laisser passer du temps, vu que cette suite se déroule 400 ans plus tard.
La chute d'Hypérion conclut à merveille l'histoire commencée dans Hypérion. Ces deux livres m'auront marqué pour toujours par leur univers aux splendides couleurs baroques et leurs histoires finement ciselées dans des styles irréprochables. Je ne vois pas comment je pourrai lire mieux que les Cantos d'Hypérion, le phare de ma bibliothèque !
Lien : https://jmbsf.wordpress.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Beatson
Beatson14 août 2016
  • Livres 4.00/5
Après Hypérion qui permet de présenter 6 des personnages principaux et leurs motivations pour participer au pèlerinage, Dan Simmons trouve une autre astuce, celle de mettre en scène un personnage capable de rêver ce qui se passe sur Hypérion pour les protagonistes du pèlerinage. le scénario se passe donc sur deux lieux simultanément : le siège du pouvoir de l'humanité et dans la vallée des tombeaux du temps.
Cette première partie de la Chute d'Hypérion met en place la guerre qui s'annonce avec les "extros" ces humains, nomades de l'espace" qui ont évolué à part de l'humanité sédentaire et les premiers contacts avec le Gritche.
On attend de comprendre où veut en venir Dan Simmons.
Commenter  J’apprécie          40
Citations & extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
BeatsonBeatson14 août 2016
Malgré les énergies considérables qui étaient déployées, la première réaction que l’on avait devant une bataille spatiale authentique était de se dire que l’espace était bien vaste comparé à la petitesse des flottes humaines et de leurs dérisoires engins de guerre. C’est du moins ce que je me disais en contemplant, dans le Centre d’Informations Tactiques, appelé aussi Salle de Guerre, en compagnie de Gladstone et de ses zèbres militaires, les quatre murs de vingt mètres de large, transformés en trous béants sur l’infini, qui nous entouraient de leur imagerie en trois dimensions tandis que les haut-parleurs de la salle nous emplissaient les oreilles de mégatransmissions : échanges radio entre chasseurs, crépitement incessant des communications du centre de commandement tactique, messages d’un vaisseau à l’autre sur large bande, faisceaux de communication laser, mégatransmissions codées, le tout accompagné des cris, des injonctions et des obscénités qui ont toujours régné sur les champs de bataille depuis que l’homme existe. Ce que j’avais sous les yeux, c’était une représentation théâtrale du chaos total, une définition fonctionnelle du concept de confusion, une danse désordonnée à la gloire de la violence sinistre. C’était la guerre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
BeatsonBeatson14 août 2016
En tant que Présidente de l’Hégémonie, elle était le chef symbolique de cent cinquante milliards d’âmes humaines. Et elle se préparait à les trahir toutes, sous prétexte de sauver l’humanité.
Commenter  J’apprécie          10
SeraphitaSeraphita30 juin 2010
Avant même que les derniers feux du soleil aient tout à fait disparu, les éclairs dans le ciel confirmèrent que les combats se poursuivaient encore dans l’espace. Les trois hommes s’assirent sur les marches du Sphinx pour contempler le spectacle. Des explosions d’un blanc étincelant succédaient à des corolles rouges et à de soudaines traînées vertes ou orangées qui laissaient longtemps leur écho sur la rétine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
SeraphitaSeraphita30 juin 2010
Six adultes et un bébé au milieu d’un paysage hostile. Les flammes dansantes de leur foyer semblent bien peu de chose contre l’obscurité qui tombe. Au-dessus d’eux et devant eux, les collines environnantes se dressent comme des murailles tandis que, plus près, plongées dans les ténèbres de la vallée elle-même, les formes massives des Tombeaux du Temps semblent se rapprocher lentement au ras du sol, telles des apparitions dinosauriennes surgies de quelques époque antédiluvienne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
euphemieeuphemie13 février 2015
-Connaître Dieu, fit le prêtre. Ou bien, faute de pouvoir le connaître, le créer.
-C'est une idée que j'ai un peu contribué à faire admettre au sein de mon église, reprit-il.
- J'ai lu vos traités sur saint Teilhard, murmura Sol. Vous y défendez brillamment le concept de nécessité d'une évolution vers le point Omega et la divinité, sans tomber dans l'hérésie socinienne.
-Dans quoi? demanda le consul.
-Socin, expliqua le prêtre avec un sourire, était un hérétique italien du XVI siècle de l’ère préhégirienne . Sa doctrine lui valut l'excommunication- était que Dieu est une créature limitée, capable d'apprendre et d'évoluer à mesure que le monde -l'univers- devient plus complexe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Dan Simmons (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Dan Simmons

DAN SIMMONS parle de COLLINES NOIRES
Du général Custer à Sitting Bull, du mont Rushmore au pont de Brooklyn, le grand roman de l'Amérique de Dan Simmons.
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
1586 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre
. .