AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.04 /5 (sur 82 notes)

Nationalité : Grèce
Biographie :

Poétesse grecque, Sappho, ou plus exactement en éolien Psapphô ou Psapphâ, appartenait à une famille noble de Mytilène, dans l'île de Lesbos. Son père s'appelait Scamandronyme et son frère Charoxus.

Bannie vers ~ 600, elle fut exilée en Sicile puis revint au pays natal pour y finir ses jours. Ovide, dans les Héroïdes, la dépeint « petite et noire », tandis qu'Alcée, qui peut-être l'aima, évoque une « pure Sappho, aux tresses de violettes, au sourire de miel ».

Elle dirige aussi une sorte de confrérie religieuse où les jeunes filles nobles, destinées à participer aux cérémonies des cultes locaux, apprennent le chant, la danse, le jeu de la lyre et lisent les poètes.

Son mariage avec Cercolas ou Cercylas est une invention des poètes comiques athéniens : en fait, il semble qu'elle ne se soit pas mariée. De même paraît légendaire son amour malheureux pour Phaon, pour qui elle se serait jetée à la mer du haut du rocher de Leucade.

Au nom de Sappho reste attachée l'idée d'amours homosexuelles. Malgré l'opinion de nombreux critiques qui ont plaidé pour sa « vertu » en faisant valoir la dignité de sa réponse aux propositions d'Alcée, ses inquiétudes pour son frère séduit par une courtisane, ou ses élans d'amour maternel, il est indéniable que les poèmes d'amour de Sappho sont adressés à des femmes.
+ Voir plus
Source : /www.universalis.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Sapphô   (17)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

SAPPHÔ de Mytilène — La musique sapphique selon Marguerite Yourcenar (France Culture, 1984) Un extrait de l’émission « Les musiques des hommes », par Jacques Erwan, diffusée le 18 janvier 1984 sur France Culture. Présence : Marguerite Yourcenar.


Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
 Sapphô
sabine59   13 mars 2021
Sapphô
Ah! ce désir d'aimer qui passe dans ton rire.

C'est pour cela qu'un grand frisson saisit mon coeur.

Dès que je te regarde, je ne peux plus parler.





Écrit sur une jolie carte trouvée en librairie, célébrant le 23 ème Printemps des Poètes consacré cette année au désir...
Commenter  J’apprécie          326
Piatka   15 janvier 2014
Quelqu'un plus tard se souviendra de nous de Sapphô
Une fleur est accrochée à ma poitrine ;

Qui me l'a accrochée ? - Je ne sais plus.

Ma faim est insatiable

De tristesse, de passion, de mort.



Par le violoncelle, le grincement

Des portes et le tintement des verres,

Et par le cliquetis des éperons

Et le cri des trains de nuit —



Par le coup tiré à la chasse,

Par le grelot des troïkas —

Vous m’appelez, vous m’appelez,

Vous, que je n’aime pas !



Il est pourtant un délice :

J’attends celui qui le premier

Me comprendra enfin

Et tirera à bout portant.



M. TSVÉTAÏEVA - 22 octobre 1915
Commenter  J’apprécie          292
Piatka   12 janvier 2014
Quelqu'un plus tard se souviendra de nous de Sapphô
SOLITUDE



On m'a jeté tant de pierres,

Que plus aucune ne m’effraie,

Le piège s’est fait haute tour,

Haute parmi les hautes tours.

Je remercie ceux qui l’ont construite,

Qu’ils cessent de s’inquiéter, de s’attrister.

De tous les côtés je vois l’aube plus tôt.

Et le dernier rayon du soleil triomphe ici.

Souvent dans les fenêtres de mes chambres

Entrent les vents des mers du nord,

Et le pigeon mange dans mes mains du grain…

Cette page que je n’ai pas finie,

La main brune de la Muse,

Divinement calme et légère,

Y inscrira le dernier mot.



A. AKHMATOVA
Commenter  J’apprécie          240
Piatka   17 janvier 2014
Quelqu'un plus tard se souviendra de nous de Sapphô
ÉLÉGIE



Je m’ignorais encor, je n’avais pas aimé.

L’amour ! si ce n’est toi, qui pouvait me l’apprendre ?

À quinze ans, j’entrevis un enfant désarmé ;

Il me parut plus folâtre que tendre :

D’un trait sans force il effleura mon cœur ;

Il fut léger comme un riant mensonge ;

Il offrait le plaisir, sans parler de bonheur ;

Il s’envola. Je ne perdis qu’un songe.



Je l’ai vu dans tes yeux, cet invincible amour,

Dont le premier regard trouble, saisit, enflamme ;

Qui commande à nos sens, qui s’attache à notre âme

Et qui l’asservit sans retour.

Cette félicité suprême,

Cet entier oubli de soi-même,

Ce besoin d’aimer pour aimer,

Et que le mot amour semble à peine exprimer :

Ton cœur seul le renferme, et le mien le devine ;

Je sens à tes transports, à ma félicité,

Qu’il veut dire à la fois bonheur, éternité,

Et que sa puissance est divine.



Marceline DESBORDES-VALMORE
Commenter  J’apprécie          230
Piatka   11 janvier 2014
Quelqu'un plus tard se souviendra de nous de Sapphô
Ôtez tout - reste

La seule chose digne d'un larcin -

L'Immortalité -



Emily DICKINSON
Commenter  J’apprécie          240
Piatka   27 janvier 2014
Quelqu'un plus tard se souviendra de nous de Sapphô
RYMES XXI



Si le servir mérite récompense,

Et récompense est la fin du désir,

Toujours voudrais servir plus qu'on ne pense,

Pour non venir au bout de mon plaisir.



Pernette du GUILLET - 1518-1545
Commenter  J’apprécie          160
TiriNoiret   26 février 2020
Quelqu'un plus tard se souviendra de nous de Sapphô
Rafale, rafale

Aux mille pétales,

Aux mille coupoles,

Rafale-la-Folle !



Toi une, toi foule,

Toi mille, toi râle,

Rafale-la-Saoule

Rafale-la-Pâle

De’bride, de’telle,

De’sole, de’tale,

À grands coups de pelle,

À grands coups de balle.



Cavale de flamme,

Fatale Mongole,

Rafale-la-Femme,

Rafale: raffole.



Marina Ivanovna Tsvétaïéva
Commenter  J’apprécie          150
Erik35   21 mars 2019
L'Egal des dieux de Sapphô
Elle s'endort. (...) Elle voudrait pousser un cri, mais le son s'arrête à la gorge. Le chat-huant immobile la regarde toujours. Elle a peur. Un tremblement nerveux la secoue. Son cœur n'est qu'un frissonnement continu. (...) A demi-soulevée elle n'ose se dresser entièrement ni se recoucher dans l'herbe. Son corps est couvert dune froide sueur. Si au moins Phaon venait (...) Elle écoute. Rien. Pas un bruit. Rien que les heurts précipités de son cœur dans sa poitrine. (...) Il lui semble percevoir, très loin, une rumeur indistincte et monotone. C'est comme le bourdonnement d'une abeille, de milliers d'abeilles voltigeant autour d'invisibles ruches...



Gabriel-Auguste Faure, La dernière journée de Sapphô, 1900.
Commenter  J’apprécie          140
Erik35   14 février 2019
L'Egal des dieux de Sapphô
Je vis, je meurs : je me brule et me noye.

J'ay chaut estreme en endurant froidure :

La vie m'est et trop molle et trop dure.

J'ay grans ennuis entremeslez de joye:



Tout à un coup je ris et je larmoye,

Et en plaisir maint grief tourment j'endure :

Mon bien s'en va, et à jamais il dure :

Tout en un coup je seiche et je verdoye.



Ainsi Amour inconstamment me meine :

Et quand je pense avoir plus de douleur,

Sans y penser je me treuve hors de peine.



Puis quand je croye ma joye estre certeine,

Et estre au haut de mon désiré heur,

Il me remet en mon premier malheur.



Louise Labbé
Commenter  J’apprécie          130
Erik35   20 mars 2019
L'Egal des dieux de Sapphô
Il me parait égal aux dieux, le mortel qui, assis près de toi, peut entendre ta douce parole, et voir ton gracieux souris. C'est là le charme qui jette le trouble dans ton ame. Dès que je te vois, je ne puis plus parler, ma langue se glace, un feu subtil circule dans mes veines ; mes yeux ne voient plus ; un bruit confus bourdonne dans mes oreilles ; une sueur froide coule de mon corps ; toute tremblante, plus pâle que l'herbe flétrie, je respire à peine ; il me semble que je vais mourir.

Mais il faut tout oser, puisque, dans la nécessité...



M. Bréghet du Lut, Odes d'Anacréon suivies de Poésie de Sapho, traduites en français et en prose, Paris, 1835.
Commenter  J’apprécie          120

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Il fait chaud, on a soif ...

L'ivrogne Buvons à ta santé Toi qui sais si bien dire Que tout peut s'arranger Qu'elle va revenir Tant pis si tu es menteur Tavernier sans tendresse Je serai saoul dans une heure Indice : belge

Graeme Allwright
Jacques Brel
Claude Nougaro
Boris Vian

12 questions
34 lecteurs ont répondu
Thèmes : boire , chanson , français , humourCréer un quiz sur cet auteur

.. ..