AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.62 /5 (sur 57 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 30/12/1945
Mort(e) le : 02/09/2013
Biographie :

Alain Testart est un anthropologue social, né le 30 décembre 1945.

Après l’obtention d’un diplôme d’ingénieur de l’École Nationale Supérieure des Mines de Paris, et une courte insertion dans l’entreprise, Alain Testart recommence des études en ethnologie. Il obtient sa thèse, « Des classifications dualistes en Australie », en 1975, sous la direction de Jacques Barrau. Il entre au CNRS en 1982, successivement membre de l’équipe « Appropriation sociale de la nature » du Muséum national d’histoire naturelle et du Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative à l’université Paris X – Nanterre, où il assume plusieurs enseignements. Actuellement il est membre du Laboratoire d'Anthropologie Sociale au Collège de France et directeur de recherche au CNRS.

Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Alain Testart (la femme et la chasse)
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Henri-l-oiseleur   12 octobre 2019
L'esclave : La dette et le pouvoir de Alain Testart
[Pouvoir despotique et esclavage]

Un tel pouvoir n'est tel que s'il a abattu tout autre pouvoir émanant de la société sur laquelle il règne, s'il fait échec à leur émergence, s'il se les subordonne et les contrôle. Il combat toute forme de pouvoir autonome, politique, économique et religieux. Mais il doit tout aussi nécessairement combattre cet autre pouvoir tout à fait évident, mais pour lequel nous n'avons pas de qualificatif : le pouvoir de domination que certains hommes détiennent sur d'autres hommes, tel celui des maîtres sur les esclaves. Ce pouvoir possède un certain nombre de caractéristiques de nature à porter ombrage à un monarque.



Premièrement, il est analogue dans son principe à celui que détient le despote vis-à-vis de ses sujets : c'est un pouvoir direct sur les hommes, un pouvoir de commandement qui implique la possibilité de les contraindre contre leur gré et le droit d'exiger d'eux prestations et contributions.



Ensuite, il est, parmi tous ceux qu'un homme peut détenir sur un autre, le plus extrême. La marque la plus évidente de cet excès, c'est le droit de vie et de mort absolu et arbitraire du maître sur l'esclave, un droit qui ne se retrouve nullement dans d'autres relations de dépendance (...) Aucun souverain n'a jamais traité ses sujets comme un maître ses esclaves. A moins d'être limité donc, le pouvoir du maître sur ses dépendants est plus grand que celui d'un roi sur ses sujets.



Enfin, ce pouvoir est un pouvoir autonome. L'esclave, par son statut, échappe à l'emprise du pouvoir central. Il ne paye pas d'impôt. Il n'est pas sujet du roi, pas plus que dans les cités antiques il n'est citoyen. Il n'est pas astreint au service militaire. L'esclave n'a qu'un seul maître, ne dépend que de lui et n'obéit qu'à lui. La possession d'esclaves représente une puissance privée et une menace potentielle pour toute puissance publique.



C'est pour remédier à ces inconvénients que le pouvoir despotique intervient dans ce qui n'est autrement que le rapport purement privé entre le maître et l'esclave. Il limite le pouvoir de l'un et s'érige en protecteur de l'autre. Il fait d'une pierre deux coups. La menace de mort supprimée, le pouvoir du maître est rogné, sa force de contrainte émoussée. Le rapport de maître à esclave perd son autonomie, le maître devant désormais rendre compte de sa gestion et l'esclave ayant désormais comme un second maître, le roi, répressif ou protecteur selon les cas, à l'image du premier... Dans l'idéal, le pouvoir despotique transforme si profondément le statut des esclaves qu'ils ne semblent plus être que des sujets, de seconde catégorie il est vrai, mais des sujets néanmoins. Ce pouvoir y gagne que plus personne n'échappe à son emprise. Dans l'idéal, le despotisme supprime l'esclavage.



p. 66
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Henri-l-oiseleur   09 octobre 2019
L'esclave : La dette et le pouvoir de Alain Testart
Les deux exemples ethnographiques que nous avons choisis [royaume Ashanti (1701-1896) et la société lignagère non étatique Bëti du Cameroun] sont certes des exemples extrêmes, l'un pour sa clémence, l'autre pour sa dureté. Néanmoins nous verrons que cette opposition, sans être partout aussi nette, tient : on rencontre en général dans les sociétés lignagères un pouvoir absolu de vie et de mort du maître sur l'esclave tandis que dans les royaumes il existe une tendance à limiter ce pouvoir. La comparaison des sociétés antiques nous donne à penser une opposition similaire : les pouvoirs forts protègent l'esclave tandis que le régime de la cité ne le fait pas forcément... C'est dans les sociétés que nous avons l'habitude de considérer comme les moins hiérarchisées et les moins oppressives que se rencontre la pire condition de l'esclave, et c'est dans celles que nous avons tendance à qualifier de despotiques que se rencontre la plus favorable.



p. 52
Commenter  J’apprécie          68
Henri-l-oiseleur   03 octobre 2019
L'esclave : La dette et le pouvoir de Alain Testart
Qu'est-ce qu'une société sans esclavage ?

C'est très simple, c'est une société qui ne fait pas de prisonnier. Les Australiens ignorent l'institution de l'esclavage : ils tuent. C'est cohérent avec tout ce que l'on connaît par ailleurs des Aborigènes, car ils n'emmènent pas en captivité ni les hommes ni les animaux ; il n'y a pas de domestication animale, pas non plus d'animaux "captifs", ainsi que l'on en connaît en différents points de l'Amérique du Nord et de la Sibérie. Les Aborigènes ne connaissent pas non plus le sacrifice, car on ne sacrifie en général que les animaux domestiques ou des êtres humains, vaincus ou esclaves.

p. 31
Commenter  J’apprécie          62
Tipee   22 octobre 2016
L'amazone et la cuisinière : Anthropologie de la division sexuelle du travail de Alain Testart
La structure symbolique de toutes ces croyances est la même : le versement de vin, de sang ou de sel, se rachète par un versement de vin, de sang ou de sel.L'équivalence entre les trois substances est encore attestée par cette coutume, beaucoup plus rare que les autres, que l'on peut conjurer le malheur du sel du sel renversé sur une table en versant dessus un peu de vin. Si, donc,. les femmes ne pouvaient descendre au saloir sans susciter la grogne de leur père ou mari, c'est parce que le sel évoquait le sang. C'est parce que le saloir (appelé à l'occasion "mère") est comme une femme - on ne peut cumuler les deux. L'analogie est clairement inscrite dans le parler populaire, puisqu'une femme de la Bourgogne d'autrefois dit : "Que ça tourne [le saloir], c'est rapport à la salaison de la femme." On ne pouvait dire plus explicitement menstruation = salaison, soit encore sang = sel.
Commenter  J’apprécie          40
Apoapo   27 octobre 2019
L'amazone et la cuisinière : Anthropologie de la division sexuelle du travail de Alain Testart
« […] partout où l'émergence d'un pouvoir économique, même limité, d'une classe d'artisans est envisageable, les outils et le travail ont été accaparés par les hommes ; partout où l'émergence d'un tel pouvoir est impensable, outils et travaux ont été laissés aux mains des femmes. On voit combien on est loin de la thèse du sous-équipement féminin car ce n'est pas de technique qu'il s'agit, mais bien de pouvoir. Même pas du pouvoir des hommes sur les femmes, car il n'y a guère de traces démontrant que les hommes auraient eu du mal à s'approprier les travaux des femmes. Dans des mondes où c'est l'homme qui est vu comme le chef de famille, c'est lui qui décide. Et si les hommes ont dépouillé leurs femmes de leur savoir-faire traditionnel, ce n'est pas pour avoir plus de pouvoir contre elles, c'est pour en avoir plus contre d'autres hommes. » (pp. 130-131)
Commenter  J’apprécie          20
JCLDLGR   16 janvier 2019
L'amazone et la cuisinière : Anthropologie de la division sexuelle du travail de Alain Testart
Beaucoup pensent, enfin,  que la modernité - l'industrialisation, la généralisation du travail salarié, la séparation du domicile et du lieu de travail - à bouleversé de fond en comble la vieille division du travail entre les sexes. La modernité à sans doute, un peu, modifié l'antique répartition des tâches entre les hommes et les femmes au sein de l'univers domestique. Car il est de bon ton aujourd'hui que les hommes gardent les enfants et fassent la vaisselle, et il arrive qu'ils le fassent. Mais sortons de la sphère domestique pour considérer les métiers et les emplois,  et voyons ce qui a changé entre hier et aujourd'hui.
Commenter  J’apprécie          20
Tipee   09 avril 2016
Avant l'histoire: L'évolution des sociétés, de Lascaux à Carnac de Alain Testart
Elles n'en posent pas moins un problème assez grave, que l'euphorie de certains tout comme la méfiance ou la méconnaissance des autres ne contribuent guère à examiner en toute lumière. C'est que des critères biologiques, archéobotaniques, de l'agriculture ne sont pas superposables à ceux d'une archéologie, science sociale qui se pose des questions sur l'agriculture, s'interroge sur l'économie et la société des hommes du passé. C'est la même chose de dire qu'une définition biologique de la domestication n'est pas, et ne peut pas être, une définition archéologique.
Commenter  J’apprécie          20
Henri-l-oiseleur   22 février 2016
La Servitude volontaire, tome 1 : Les Morts d'accompagnements de Alain Testart
Les esclaves. Il s'agit là d'une catégorie sociale bien repérée par mains travaux ethnologiques ou historiques et il ne fait pas de doute qu'en Afrique, en Asie du Sud-Est ou sur la Côté nord-ouest américaine les esclaves sont mis à mort pour accompagner leurs maîtres ... Rappelons que par "esclave" nous entendons tout dépendant dont le statut (juridique) est marqué par l'exclusion d'une dimension considérée comme fondamentale par la société et dont on peut, d'une façon ou d'une autre, tirer profit.



tome I, p. 205
Commenter  J’apprécie          20
Tipee   20 octobre 2016
L'amazone et la cuisinière : Anthropologie de la division sexuelle du travail de Alain Testart
De tous ces chiffres, ce n'est pas tant leur permanence qui nous étonne. La force sociale de l'inertie, le poids des préjugés suffisent à l'expliquer. Ce n'est pas non plus que nous pensions que tout cela ne puisse changer. A moyen terme, ce changement est plus que probable, je le crois même certain, ne serait-ce qu'en raison de la volonté actuelle des femmes de montrer, de démontrer, leur capacité à faire autant, aussi bien, sinon mieux que les hommes. Même si cette répartition traditionnelle des activités sera bientôt une chose du passé, elle ne laisse pas d'étonner par sa constance, sa quasi-universalité jusque dans les temps présents. Pourquoi, partout, les femmes ont-elles été exclues de la chasse ? Pourquoi n'ont-elles pas pu monter à bord des navires ? Pourquoi leurs travaux se sont-ils attachés à filer et à tisser la laine ou la soie, à modeler l'argile ou à tanner les peaux ?
Commenter  J’apprécie          10
Xian_Moriarty   06 mars 2013
La déesse et le grain : Trois essais sur les religions néolithiques de Alain Testart
C'est en effet que partout, dans toutes les sociétés connues, ce sont les hommes qui manipulent les images de femmes, tout particulièrement de femmes dénudées, et ceci n'est pas un signe d'une quelconque prépondérance féminine, mais seulement une des traductions les plus ordinaire de la domination masculine.
Commenter  J’apprécie          20
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Inventions et découvertes

Confronté à une situation l'empêchant de lire et d'écrire, ce très jeune homme a mis au point un astucieux système d'écriture qui se lit du bout des doigts et qui s'écrit avec une tablette et un poinçon.

l'écriture cyrillique
l'écriture morse
l'écriture braille
l'écriture musicale
l'écriture cunéiforme

10 questions
22 lecteurs ont répondu
Thèmes : Inventeurs , ScientifiquesCréer un quiz sur cet auteur
.. ..