AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.41 /5 (sur 112 notes)

Nationalité : Argentine
Né(e) à : Buenos Aires , le 29/4/1936
Mort(e) à : Buenos Aires , le 25/9/1972
Biographie :

Alejandra Pizarnik est une poétesse argentine.

Elle est née au sein d’une famille d'immigrants juifs d'Europe Centrale. Après avoir passé son baccalauréat à Avellaneda, Argentine, elle est admise en 1954 à la faculté de philosophie de l'Université de Buenos Aires. Elle abandonne ce cursus pour suivre une formation littéraire avant d'intégrer la faculté de Journalisme. Finalement, afin de trouver sa vraie voie et sans avoir achevé aucune des formations qu'elle avait entreprises, elle travaille dans l'atelier de peinture de Juan Batlle Planas.

Entre 1960 et 1964, elle séjourne à Paris où elle travaille comme pigiste pour le journal Cuadernos para la liberacion de la culture. Durant cette période, elle participe à la vie littéraire parisienne, ce qui la conduit à multiplier les rencontres d'écrivains et à se lier d'amitié avec André Pieyre de Mandiargues, Octavio Paz, Julio Cortazar et Rosa Chacel. Au cours de son séjour à Paris, elle suit également des cours à la Sorbonne.

Durant les années suivantes, après être rentrée en Argentine, elle publie à Buenos Aires ses ouvrages les plus importants . En 1968, elle obtient une bourse Guggenheim et fait un bref séjour à New York et à Paris.

Après deux tentatives de suicide en 1970 et 1972, elle passe les cinq derniers mois de sa vie dans l'hôpital psychiatrique Pirovano de Buenos Aires. Elle se donne la mort à l'âge de 36 ans.

" Ecrire, c'est donner un sens à la souffrance, notait-elle dans son journal en novembre 1971. [...] Dans son journal, le 30 octobre 1962, après avoir cité Don Quichotte (Mais ce qui fit le plus plaisir à Don Quichotte fut le silence merveilleux qui régnait dans toute la maison... "), elle a écrit : Ne pas oublier de me suicider. " Le 25 septembre 1972, elle s'en est souvenue." Alberto Manguel.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Alejandra PIZARNIK – Introduction de Béatrice Leca (France Culture, 2012) L’émission « Atelier fiction », par Blandine Masson, Juliette Heymann, Chloé Mauduy et Béatrice Leca, diffusée le 19 septembre sur France Culture. Lecture : Béatrice Leca, Julie Denisse, Joaquina Belaunde et Christine Culerier. Contrebasse : Erwan Ricordeau.

Podcasts (7) Voir tous


Citations et extraits (175) Voir plus Ajouter une citation
nadejda   20 avril 2016
Correspondance (1955-1966) : Alejandra Pizarnik / Léon Ostrov de Alejandra Pizarnik
p 49 Je n'appartiens tout simplement pas à ce monde. J'habite la Lune avec frénésie. Je n'ai pas peur de mourir, j'ai peur de cette terre étrangère, agressive. Je n'arrive pas à penser aux choses concrètes, elles ne m'intéressent pas. Je ne sais pas parler comme tout le monde. Mes mots sont bizarres et viennent de loin, d'un endroit où personne ne se rencontre. Que ferais-je une fois plongée dans mes mondes fantastiques et incapable de remonter à la surface ? Parce que c'est bien ce qui risque de m'arriver. Je partirai et ne saurai pas revenir. Je ne saurai d'ailleurs pas qu'il existe un "savoir revenir". Et je n'en aurai peut-être tout simplement pas envie.
Commenter  J’apprécie          620
Alejandra Pizarnik
sabine59   08 mai 2019
Alejandra Pizarnik


Ivre du silence

des jardins abandonnés

ma mémoire s'ouvre et se ferme

comme une porte au vent



(" Approximations")





Commenter  J’apprécie          534
nadejda   27 novembre 2010
Oeuvre poétique de Alejandra Pizarnik
Rien que la soif

et le silence

nulle rencontre



prends garde mon amour prends garde

à la silencieuse dans le désert

la voyageuse au verre vide

prends garde à l'ombre de son ombre





sólo la sed

el silencio

ningún encuentro

cuídate de mí amor mío

cuídate de la silenciosa en el desierto

de la viajera con el vaso vacío

y de la sombra de su sombra
Commenter  J’apprécie          300
nadejda   25 avril 2016
Poesia Completa De Alejandra Pizarnik de Alejandra Pizarnik
Cuarto solo



Si te atreves a sorprender

la verdad de esta vieja pared;

y sus fissuras, desgarraduras,

formando rostros, esfingues,

manos, clepsidras,

seguramente vendrá

una presencia para tu sed,

problamente partirá

esta ausencia que te bebe.

p 193



Chambre seule



si tu oses surprendre

la vérité de ce vieux mur;

et ses lézardes, déchirures,

formant des visages, des sphinx,

des mains, des clepsydres,

sûrement une présence

arrivera pour ta soif

probablement partira

cette absence qui te boit



(Les travaux et les nuits--1965)
Commenter  J’apprécie          270
Alejandra Pizarnik
sabine59   11 décembre 2016
Alejandra Pizarnik




Ombres du jour à venir



Demain je m'habillerai de cendres à l'aube

Me remplirai la bouche de fleurs

Dans la simple mémoire d'un mur

J'apprendrai à dormir

Dans la respiration

D'un animal qui rêve.



( " Oeuvres poétiques")
Commenter  J’apprécie          270
nadejda   27 novembre 2010
Oeuvre poétique de Alejandra Pizarnik
J'ai sauté de moi jusqu'à l'aube

J'ai laissé mon corps près de la clarté

et j'ai chanté la tristesse de ce qui naît



He dado el salto de mí al alba.

He dejado mi cuerpo junto a la luz

y he cantado la tristeza de lo que nace.
Commenter  J’apprécie          230
nadejda   27 janvier 2011
Oeuvre poétique de Alejandra Pizarnik
VERT PARADIS

étrange que je fus

lorsque voisine de lointaines lumières

j'accumulais des paroles très pures

pour créer des silences nouveaux
Commenter  J’apprécie          210
nadejda   11 juillet 2014
Oeuvre poétique de Alejandra Pizarnik
ARBRE DE DIANE

(29) à André Pieyre de Mandiargues

Nous vivons ici-bas une main serrée sur la gorge.

Que rien ne soit possible était chose connue de ceux qui inventaient des pluies et tissaient des mots avec la torture de l'absence. C'est pourquoi il y avait dans leurs prières un son de mains éprises du brouillard.



(30) dans l'hiver fabuleux

la complainte des ailes sous la pluie

dans la mémoire de l'eau des doigts de brouillard.

Commenter  J’apprécie          210
nadejda   10 juillet 2014
Oeuvre poétique de Alejandra Pizarnik
Vie, ma vie, laisse-toi choir, laisse-toi endolorir, ma vie, laisse-toi prendre au noeud du feu, du silence ingénu, des pierres vertes dans la maison de la nuit, laisse-toi choir et endolorir, ma vie.
Commenter  J’apprécie          212
Lali   13 août 2011
Oeuvre poétique de Alejandra Pizarnik
La carence



Je ne connais pas les oiseaux,

je ne connais pas l’histoire du feu.

Mais je crois que ma solitude devrait avoir des ailes.
Commenter  J’apprécie          190

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Alejandra Pizarnik (71)Voir plus


Quiz Voir plus

Merveilles à dire ou à chanter !

En sortant de l’école / nous avons rencontré / un grand chemin de fer / qui nous a emmenés / tout autour de la terre / dans un wagon doré… est un poème de Jacques Prévert qui a été chanté par :

Charles Trenet et les frères Jacques
Mireille et Jean Nohain
Yves Montand et Renan Luce
Gilbert Bécaud et Alain Souchon

10 questions
33 lecteurs ont répondu
Thèmes : poèmes , chanson , musiques et chansonsCréer un quiz sur cet auteur

.. ..