AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.86/5 (sur 193 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Lesneven , le 18/02/1913
Mort(e) à : Saint-Germain-en-Laye , le 31/05/1999
Biographie :

Auguste Montfort, dit Le Breton, est un écrivain.

Son père, qui est un acrobate et un clown, un auguste (d'où le prénom de son fils), meurt à la Première Guerre mondiale en 1915. Il sera adopté par les Pupilles de la Nation, et de la ferme bretonne où il garde les vaches, on le conduit, à huit ans, dans un orphelinat de guerre. À quatorze ans, ces évasions lui valent d'être transféré dans un Centre d'Éducation surveillée. Ensuite, les choses ne s'arrangent pas : il est couvreur, terrassier, il fréquente la pègre. Là, il noue de solides amitiés avec les voyous de Saint-Ouen qui, logiquement le baptisent "Le Breton".
Lorsque la guerre survient, puis l'Occupation, il fait le bookmaker, possède des parts dans des tripots et des restaurants, affronte parfois les gangsters de la Gestapo française. À la Libération, on lui attribue la Croix de Guerre. Il raconte cette biographie sous l'Occupation dans "2 sous d'amour" (1986).

En 1947, il a 34 ans, sa fille Maryvonne naît. Il prend alors la plume pour raconter les années de maison de correction de sa jeunesse dans "Les hauts murs" (1954), qu'il dédie à sa fille. Il écrit par la suite "La loi des rues" (1955), mais c'est "Du rififi chez les hommes" (1953) édité à la Série noire qui fait de lui une vedette du polar à la française. Il est l'un des auteurs qui ont introduit l'argot, langue de la rue, en littérature. Il crée le terme "verlan" en 1942.

S'enchaînent alors plus de 80 livres, dont certains seront portés à l'écran : les mythiques "Razzia sur la chnouf" (1955), "Du rififi chez les hommes" (1955), et le célèbre "Le Clan des Siciliens" (1969). Ces films lui ont permis de côtoyer des monstres du cinéma français: Gabin, Ventura, Delon, Hossein. Son livre "Les hauts murs", est adapté à l'écran en 2008.

À 85 ans, en 1998, il publie "Du vent… et autres poèmes", révélant au public un autre aspect de son talent.

site : https://www.auguste-le-breton.com/
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Auguste Le Breton   (69)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Razzia sur la chnouf - Bande-annonce


Citations et extraits (52) Voir plus Ajouter une citation
" Chasse à l'enfant ' Poème de Jacques Prévert écrit en 1938, lors de la révolte des pensionnaires du bagne pour enfants à Belle-Ile-en-Mer

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !

Au-dessus de l'île on voit des oiseaux
Tout autour de l'île il y a de l'eau

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !

Qu'est-ce que c'est que ces hurlements ?

Bandit ! Voyou ! Voyou ! Chenapan !

C'est la meute des honnêtes gens
Qui fait la chasse à l'enfant

Il avait dit "J'en ai assez de la maison de redressement"
Et les gardiens, à coup de clefs, lui avaient brisé les dents
Et puis, ils l'avaient laissé étendu sur le ciment

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !

Maintenant, il s'est sauvé
Et comme une bête traquée
Il galope dans la nuit
Et tous galopent après lui
Les gendarmes, les touristes, les rentiers, les artistes

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !

C'est la meute des honnêtes gens
Qui fait la chasse à l'enfant
Pour chasser l'enfant, pas besoin de permis
Tous les braves gens s'y sont mis
Qui est-ce qui nage dans la nuit ?
Quels sont ces éclairs, ces bruits ?
C'est un enfant qui s'enfuit
On tire sur lui à coups de fusil

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !

Tous ces messieurs sur le rivage
Sont bredouilles et verts de rage

Bandit ! Voyou ! Voleur ! Chenapan !

Rejoindras-tu le continent ? Rejoindras-tu le continent !

Au-dessus de l'île On voit des oiseaux
Tout autour de l'île il y a de l'eau
Commenter  J’apprécie          270
Ici, les traits paraissaient burinés par la misère et le vice. Même ceux qui n'avaient pas le crâne tondu n'offraient guère un meilleur aspect.
Commenter  J’apprécie          230
- la société a les criminels qu'elle mérite.
elle les engendre elle même par la mauvaise éducation donnée à ses enfants.
Commenter  J’apprécie          190
Le Ciudad-Real était à quai, noir de coque et blanc de structure. A ses pieds c'était le fourmillement habituel de dockers sur lesquels planaient les cris, les jurons et le claquement des ordres. Pris dans les élingues, les fûts de bière s'élevaient six par six au bout des grues, se balançaient un instant au dessus de la lisse, puis disparaissaient dans la profondeur des cales.
Commenter  J’apprécie          170
Son crâne n'avait pas dû souvent voir la Silvikrine ! Passé au papier de verre qu'il était !
Commenter  J’apprécie          162
Puis, comptant les étoiles comme autant de raisons d'espérer, comme autant de morceaux de pain blanc à manger, il promènerait ses yeux ravis sur l'infini du ciel, sans crainte qu'ils ne se heurtent à de hauts murs gris.
Commenter  J’apprécie          150
- Que vas-tu faire ?
Richard Tubiek ne répondit pas.
- Cette situation ne peut s'éterniser, poursuivit la femme. Quinze jours que tu es là et tu n'es pas sorti une seule fois. Tu ne te rases même plus. Il faut prendre une décision, ma sœur et son mari finissent par trouver ça drôle !
De sa main velue qui tremblait, Tubiek attrapa son verre de Cinzano blanc. La femme soupira.
- Et tu devrais cesser de boire. Toi qui avant était si sobre. Toi qui disais qu'un homme qui commence à trop boire doit être éliminé sans pitié.
Il avala son apéritif d'un trait et le cube de glaçon tinta joyeusement dans le verre vide. Au lieu de reposer celui-ci il l'emplit de nouveau. A ras bord.
Irène Chevalier hocha sa tête fine, triangulaire aux yeux bleu foncé qui remontaient vers les tempes, ce qui lui donnait un air félin, asiatique.
- Comme tu as changé ! On dirait que tu as peur, toi qui pourtant...jadis...
Il haussa sur elle des yeux bouffis, au blanc strié de filaments pourpres, confessa d'une voix que l'alcool et le tabac râpaient.
- C'est exactement ce que j'ai. Exactement ça. La peur.

(incipit).
Commenter  J’apprécie          130
Appareils photos en bandoulière, des touristes allaient et venaient, regards et bouches ouverts d'admiration devant la cathédrale Saint-Guy dont le style gothique projetait vers le ciel vide de nuages son sommet de dentelle et ses coupoles au cuivre verdi par les siècles.
La fraîcheur régnait à l'intérieur dont la première pierre avait été posée en 1344 par Mathias d'Arras, un architecte français.
Commenter  J’apprécie          130
Son cadet, le Bug, la punaise en argot américain, n'était attelé qu'à trois gonzesses. Ça lui suffisait. Il n'était pas hareng pour un rond.
Commenter  J’apprécie          140
Des immenses tablées disposées en fer à cheval s'élevait à présent un brouhaha confus où dominait le cliquetis des couverts. Parfois, un rire fusait. Automatiquement, 1'une des blouses noires se dressait. La surveillante prenait un air soupçonneux et tragique, à croire qu'un crime était dans 1'air. Le responsable, baissant immédiatement la tête, enterrait sa gaieté sons une pelletêe de pois cassés.
Commenter  J’apprécie          120

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Auguste Le Breton (259)Voir plus

Quiz Voir plus

Le brigand dans son spencer cherche affidé en éclusant sa bibine, pas bégueule...

Ah! elle a débauché Delphin. Du tonnerre de Dieu si je ne la fais pas emballer par les gendarmes! − Essaye donc, brigand ! (Indice : Gordon)

Théophile Gautier
Honoré de Balzac
Frédéric Dard
Emile Zola
Georges Perec

10 questions
18 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..