AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.78 /5 (sur 1239 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Saint-Cloud , le 14/12/1955
Mort(e) à : Clamart , le 27/12/1991
Biographie :

Hervé Guibert est un journaliste, romancier et photographe.

Au départ, il rêvait d'être cinéaste. A 17 ans, recalé au concours de l'Idhec, il se rabat sur la photo, expose et publie plusieurs ouvrages.

Après quelques faux pas vers la carrière de comédien, qui lui font rencontrer Patrice Chéreau - plus tard, il écrira avec lui le scénario de L'Homme blessé - à 21 ans, il intègre la rédaction du Monde, critique à la rubrique photographie pendant huit ans.

Petit prince aux dons multiples, il n'a que 21 ans quand il publie, en 1977, grâce à Régine Deforges, son premier livre, "La Mort propagande".

Écrivain précoce, il est remarqué très vite par la critique et suivi par un noyau de lecteurs qui saluent son audace et sa férocité.

Après plusieurs livres au succès d'estime, il atteint la gloire en 1990 en révélant son sida dans A l'ami qui ne m'a pas sauvé la vie. Ce roman sera le premier d'une trilogie, composée également du Protocole compassionnel et de l'Homme au chapeau rouge. Dans ces derniers ouvrages, il décrit de façon quotidienne l'avancée de sa maladie.

Homosexuel, atteint du sida, suicidé à 36 ans, Hervé Guibert a placé la maladie au cœur de son œuvre.
+ Voir plus
Source : www.lexpress.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Hervé Guibert   (40)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Mathieu Lindon Hervelino éditions P.O.L - où Mathieu Lindon tente de dire comment et de quoi est composé son nouveau livre "Hervelino", et où il est notamment question de son séjour à la Villa Médicis à Rome en 1988 et 1989 en compagnie d'Hervé Guibert, de l'amitié et de l'amour, de l'écriture et de la lecture, d'Hervé Guibert bien sûr, et de Michel Foucault, de la vie et de la mort, de "A l'ami qui ne m'a pas sauvé la vie" et de "Ce qu'aimer veut dire", ainsi que du "Livre de Jim-Courage", de l'année 1978 et 1986, à l'occasion de la parution de "Hervelino" et de la ré-édition de "Le LIvre de Jim-Courage" aux éditions P.O.L, à Paris le 4 janvier 2021. Avec trois photographies de Hans Georg Berger d'Hervé Guibert et de Mathieu Lindon. "« Vous êtes puni, Hervé Guibert ? » l'abordai-je alors qu'il se tenait à l'écart lors d'une petite réception, et nous devînmes amis. À la fin de sa vie, nous nous sommes retrouvés ensemble un an durant, en fait deux, à la Villa Médicis, à Rome.Je n'ai pas l'ambition de raconter toute notre amitié – mais ces années romaines, soudain, oui."

+ Lire la suite
Podcasts (12) Voir tous


Citations et extraits (199) Voir plus Ajouter une citation
cicou45   30 novembre 2012
A l'ami qui ne m'a pas sauvé la vie de Hervé Guibert
"L'homosexualité dans ce monde, c'est possible tant qu'on n'en parle pas."
Commenter  J’apprécie          310
Fabinou7   17 février 2019
Les aventures singulières de Hervé Guibert
“Trouvant la narration ennuyeuse, il décida de résumer ainsi leur rencontre:

En fait, je m’étais enflammé sur sa proposition, du désir qu’il avait de ma bouche, de l’éventualité d’un sentiment amoureux.”
Commenter  J’apprécie          260
Hebephrenie   08 avril 2012
A l'ami qui ne m'a pas sauvé la vie de Hervé Guibert
David n'avait peut-être pas compris que soudain, à cause de l'annonce de ma mort, m'avait saisi l'envie d'écrire tous les livres possibles, tous ceux que je n'avais pas encore écrits, au risque de mal les écrire, un livre drôle et méchant, puis un livre philosophique, et de dévorer ces livres presque simultanément dans la marge rétrécie du temps, et de dévorer le temps avec eux, voracement, et d'écrire non seulement les livres de ma maturité anticipée mais aussi, comme des flèches, les livres très lentement mûris de ma vieillesse.
Commenter  J’apprécie          240
julienraynaud   21 décembre 2014
Mauve le vierge de Hervé Guibert
le lacet défait d'un rêve ne peut faire sérieusement trébucher.
Commenter  J’apprécie          261
Spilett   28 avril 2018
A l'ami qui ne m'a pas sauvé la vie de Hervé Guibert
Le jeune médecin me demanda qui j'étais, il me dit, allusivement, comme si j'étais parfaitement au courant de ce qu'il évoquait, ce qui n'était pas du tout le cas: "Vous savez, avec une maladie de ce type, dont on ne sait pas grand-chose pour être franc, il vaut mieux être prudent." Il me refusa la permission de revoir Muzil vivant, il invoqua la loi du sang qui privilégiait les membres de la famille par rapport aux amis, ce n'était pas du tout qu'il remît en cause que j'étais un de ses proches, j'avais envie de lui cracher à la gueule.

Commenter  J’apprécie          200
Hervé Guibert
saphira44   13 décembre 2013
Hervé Guibert
à l'envoûtement de l'écriture succède un désenvoûtement, le vide. Quand je n'écris plus je me meurs.



Le Paradis
Commenter  J’apprécie          211
Spilett   30 avril 2018
A l'ami qui ne m'a pas sauvé la vie de Hervé Guibert
Le plus douloureux dans les phases de conscience de la maladie mortelle est sans doute la privation du lointain, de tous les lointains possibles, comme une cécité inéluctable dans la progression et le rétrécissement simultanés du temps.
Commenter  J’apprécie          200
wellibus2   19 juin 2016
L'Autre Journal: Articles intrépides 1985-1986 de Hervé Guibert
Je crois à ce qu'on appelle journal, ou à ces notes qu'on prend sans croire écrire.

Quelquefois je me dis : ne publie pas, mais ne cesse jamais d'écrire un moment, d'écrire ce papillon jaune qui traverse le jardin et qui, en volant, devient un archéologue du jardin, laisse mieux voir l'herbe et les arbres.

Toute ma vie, je la voudrais faite de petits poèmes , ou de descriptions sans ces cohésions auxquelles on s'applique dans les romans.

Je crois à la poésie du chaque jour qui est toujours présente dans les journaux des poètes



(Entretien avec Peter Handke)
Commenter  J’apprécie          171
coco4649   26 octobre 2015
Cytomégalovirus : Journal d'hospitalisation de Hervé Guibert
L'autre matin, un brancardier qui vient

m'emmener en ophtalmo alors que je n'ai pas

besoin de lui puisque je peux marcher seul est

excessivement irrité par mon chapeau bleu, il

veut me le faire retirer, il dit : « Vous n'avez pas

besoin de ça pour aller en ophtalmo.» Je lui dit :

« Qu'est-ce qu'il a bien pu vous faire, mon cha-

peau ? » Il rechigne toujours. J'arrive à le calmer

en lui donnant la fausse clé de l'énigme : « Je

caille du crâne. »



p.86

Commenter  J’apprécie          160
wellibus2   19 juin 2016
L'Autre Journal: Articles intrépides 1985-1986 de Hervé Guibert
A l'hôpital de Ljubljana,la capitale, où l'on m'a transféré, j'ai connu quantité de garçons et de filles qui avaient des blessures plus graves, qui étaient devenues aveugles à cause du matériel de guerre.

Dans ma classe, à l'Institut des jeunes aveugles, un garçon qui avait perdu ses bras devait lire l'écriture Braille avec sa lèvre inférieure.

(Rencontre Evguen Bavcar)
Commenter  J’apprécie          150

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Montaigne et Rabelais

Je fus ordonné prêtre à l'issue de mes études chez les Franciscains

Montaigne
Rabelais

10 questions
51 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , écrivain , oeuvresCréer un quiz sur cet auteur

.. ..