AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782707311634
62 pages
Éditeur : Editions de Minuit (01/02/1988)
4.13/5   89 notes
Résumé :
Ce texte, écrit en 1977, a été créé au festival d’Avignon (off) en juillet 1977, à l’Hôtel des Ventes, dans une mise en scène de l’auteur, avec Yves Ferry. Création à la Comédie-Française (Petit-Odéon), en 1981, dans une mise en scène de Jean-Luc Boutté, avec Richard Fontana.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
4,13

sur 89 notes
5
6 avis
4
5 avis
3
1 avis
2
2 avis
1
0 avis

CorinneCo
  14 octobre 2014
Ce grand monologue, soliloque, qu'importe, cette grande respiration âpre et rythmée est un appel au secours. Une bouée de mots jetée dans l'océan de solitude, d'errance et de désillusion du personnage central de ce texte.
A l'instar de Patrice Chéreau, la première fois que j'ai lu Koltes, je n'ai rien compris, aussi bien le sens, que la forme. Cela m'a découragée car je sentais dans cette écriture une richesse et une palpitation unique. Donc, j'ai respiré un grand coup et je m'y suis remise. Epouser le rythme, les mots, sans forcément vouloir absolument comprendre, juste ressentir. Se laisser envahir par le mystère de cette langue et en même temps l'éblouissante clarté du propos. Une gemme brute qui se doit d'être sertie telle quelle.
Dans cette pièce (mais aussi les autres ?) la rage présente ne peut s'allier qu'à la désespérance et à la sublimation des mots.
Ce jeune homme, anonyme parmi les anonymes, veut retenir pour un instant, une nuit, quelques heures, la silhouette accostée dans une rue. Il parle, parle… Il déverse sur cet inconnu des mots, des idées, des défaites, des espoirs. Qu'importe ce qu'il dit, entrechoqué d'émotion il ne veut pas être seul dans cette nuit pluvieuse et sordide ou les hommes se moquent, s'agressent, se frappent, s'oppressent. Ou l'amour n'a plus sa place, lui qui le réclame tant. Il s'agite, s'emporte, réclame la pitance de l'attention pour retarder la venue du vide. le néant de sa vie, dans cette ville hostile, étrangère et pourtant sienne où on veut l'asservir. Lui, l'esclave, lui l'homme démuni et bafoué. C'est une révolte amère, presque stérile, mais qu'importe. Un bras d'honneur à la vie et son miroir sans tain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          293
BookShellFairy
  19 novembre 2014
Je n'aurais jamais cru aimer ce genre d'ouvrage ! le texte est dense, sans aucun point. Les seules ponctuations venant rythmer notre lecture sont les virgules, les tirets et certaines parenthèses.
Je ne connaissais pas Bernard-Marie Koltès. Je ne l'aurais sans doute jamais connu si mon compagnon n'avait pas commencé à m'en parler et son frère de m'offrir ce livre.
Avant toutes choses, si vous n'avez pas l'habitude de ce style d'écriture : accrochez-vous ! Les six premières pages vous paraîtront un calvaire. Vous ne saurez pas comment le lire, quel rythme adopter... Et puis, vous allez reconnaître ce personnage, penser que vous l'avez déjà rencontré, que son discours vous semble familier...
Ce livre est vraiment bon, il me tarde d'en lire d'autres de ce même auteur.
Commenter  J’apprécie          170
Yunnlith
  06 septembre 2015
Cette oeuvre, je l'ai vu sous quatre aspects : trois pièces de théâtre et le texte original. Chaque pièce interprétait le texte de manière unique et semblait donner corps à une oeuvre différente, prouvant les multiples interprétations possibles de cette unique phrase. Et pourtant, si les pièces seront certainement moins "lourdes" et difficiles à suivre, c'est la pièce qui l'emporte.
Non pour son côté "agréable", car il faut bien le dire, lire un texte de 64 pages doté d'une seule et unique phrase n'est pas de tout repos pour notre cerveau (personnellement je l'ai lu d'une traite). Mais par sa force stylistique, car cette unique phrase se justifie pleinement dans son écriture ; utilisant tous les outils possibles pour rendre le point final uniquement justifiable à la dernière page. C'est cela qui m'a charmé ; j'aime les essais stylistiques. le fond en lui-même, n'avait que peu d'intérêt pour moi.
Cependant, cette "lourdeur" pour notre cerveau explique aussi pourquoi un tel écrit sera loin de plaire à tous. Conseillez-le à la majorité, la majorité l'estimera indigeste et ce sera parfaitement compréhensible. Conseillez-le à des personnes appréciant les exercices de style ou tout autre essai de forme et là vous ferez mouche.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
Mirliton
  18 avril 2012
Ce long monologue, d'une traite, est une mise à nu.
Le personnage nous semble tout d'abord anodin - et puis, qu'est-ce qu'il nous veut, avec ses histoires un peu banales, un peu sordides? C'est ce que se demande le spectateur qui se fait interpeler par cet inconnu qui n'attend aucune réponse. Mais, peu à peu, les mots cessent de se bousculer, et la souffrance parle, à vif. La solitude surtout, le désir irrépressible d'être entendu, écouté, compris, aimé, désir qui se sait d'emblée voué à l'échec.
Koltès pousse un long cri qui résonne profondément en nous: le solitaire trouve écho en chaque solitaire qui l'écoute.
Commenter  J’apprécie          80
Sivoj
  27 mars 2016
C'est l'histoire d'un type qui aborde un inconnu dans la rue. Il lui parle de tout et de rien pour essayer de le retenir, pour ne pas passer la soirée seul ; il lui raconte ce qu'il a vu, ou fait, ou subit, et ce qu'il pourrait faire, aimerait faire, ou voudrait pouvoir faire.
C'est un monologue écrit du début à la fin en une seule phrase – techniquement ; en fait on pourrait remplacer les virgules par des points sans que cela ne change rien à la syntaxe. Écrire en "une" phrase n'a pas pour but d'impressionner le lecteur en concurrençant Marcel Proust ou Claude Simon, mais (à mon avis) de créer une impression de continuité dans le discours, de rendre compte d'un flot de paroles ininterrompu, langoureux, évitant l'intonation marquée que forcerait le couple Majuscule/point.
Hélas, cette nouvelle (ou cette pièce) n'aborde pas un thème particulier mais s'éparpille dans toutes les directions ; sont évoqués le communisme, les jolies femmes, les vols dans le métro, la vie dans la rue, les voyous qui trainent, sans se fixer sur rien de précis ; notre héro aborde son inconnu pour lui servir digression sur digression, puis c'est fini.
Koltès m'avait bien plus impressionné avec Dans la solitude des champs de coton, dont le style est plus poussé, le rythme moins immobile, l'histoire plus fixée sur un thème, et donne matière intéressante à interprétation.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
calicles30calicles30   26 octobre 2017
« Tu tournais le coin de la rue lorsque je t’ai vu, il pleut, cela ne met pas à son avantage quand il pleut sur les cheveux et les fringues, mais quand même j’ai osé, et maintenant qu’on est là, que je ne veux pas me regarder, il faudrait que je me sèche, retourner là en- bas me remettre en état, les cheveux tout au moins pour ne pas être malade – mais en bas sont les cons, qui stationnent, il faudrait être ailleurs, personne autour de soi, plus cette question d’argent et cette saloperie de pluie, à l’aise, qu’on n’ait plus à bouger, tout son temps devant soi, avec l’ombre des arbres, mais le travail est ailleurs, c’est toujours ailleurs qu’il faut aller le chercher – pas le temps de s’expliquer, pas le temps de planer, pas le temps de se coucher dans l’herbe, le travail est là-bas, et encore là-bas, plus loin et encore plus loin, pas question de parler, pas question de dormir, pas question de planer, si tu veux travailler, déménage : c’est toujours, toujours le désert, mais qu’on s’arrête un bon coup et qu’on dise : allez vous faire foutre, je ne bougerai plus et vous allez m’entendre : AILLEURS, TOUT EST PAREIL !, je voudrais être comme n’importe quoi qui n’est pas un arbre, caché dans une forêt au Nicaragua, comme la moindre colombe qui voudrait s’envoler au-dessus des feuilles, avec tout autour des rangées de soldats avec leurs mitraillettes, qui le visent, et guettent son mouvement, oui, toute ma vie je voudrais me balader, courir de temps en temps, m’arrêter sur un banc, marcher lentement ou plus vite, sans jamais parler – si j’avais pu imaginer, je l’aurais inventer comme cela, telle que je la voyais quand je l’ai abordée : petite, pas solide, toute blonde avec des reflets et des boucles, pas trop de boucles et pas trop blonde, juste ce qu’il fallait pour y croire, et que ce ne soit pas possible de ne pas courir derrière : tu n’as pas du feu, s’il te plait, camarade, pardon, des yeux qui regardent comme on peut seulement l’inventer, et que cela brille exactement comme je l’aurais inventé, pour planer, un soir où c’est désert et où rien ne se passe – mais il y a d’autres soirs, malgré la pluie, malgré cette saleté de lumière et la nuit qui encombrent tout, où il traine des filles, non pas une par hasard, mais plusieurs l’une après l’autre, de plus en plus belles, mais pas belles comme tu crois, belles comme c’est pas possible, à vous rendre cinglé, d’heure en heure des filles plus impossibles, on ne sait pas quand ça va s’arrêter, cela monte, on se met à planer, on n’imagine plus rien, et quand on a fini de croire que cela peut être mieux, qu’on peut devenir encore plus cinglé à les regarder, il en débarque une comme celle-là, où il faut tout lâcher pour courir derrière, obligatoirement, oubliant que la pluie et le manque d’argent vous ôtent des moyens, mais celle-là, on est obligé de courir l’aborder, avec ses cheveux, ses yeux par en dessous, son air pas solide et pas trop de boucles : camarade, camarade !,alors c’est justement là : camarade,camarade !, là qu’ils nous attendent, c’est par là qu’ils nous prennent, là qu’on va se faire avoir comme le dernier des cons, alors, la principale idée, c’est s’empêcher de bander, pour toujours et partout, s’empêcher de bander et de jouir, se tenir à tout prix, car c’est là qu’ils nous guettent et qu’ils nous baiseraient, de toutes nos forces possibles et par tous les moyens, il faut se l’attacher, se priver même de cela, pour être bien certain de pas se faire niquer !, nous autres, camarade, il faut se priver de tout et se l’attacher solidement, et ce sera aux rats de jouir, camarade, et moi, l’exécuteur, ce sera mon heure à moi de cogner – alors, tout d’un coup, moi, j’en ai ma claque, cette fois ça y est, je ne me retiens plus, j’en ai ma claque, moi, de tout ce monde-là, de chacun avec sa petite histoire dans son petit coin, de leurs gueules à tous, j’en ai ma claque de tous, et j’ai envie de cogner, et moi, je vais cogner, j’ai envie de taper, mec, jusqu’à ce que tout finisse, jusqu’à ce que tout s’arrête, et alors, tout d’un coup, tout s’arrête pour de bon : o.k, je me lève, je cavale à travers les couloirs, je saute les escaliers, je sors du souterrain, et dehors je cours, je rêve de bière, je cours, de bière, de bière, je me dis : quel bordel, les airs d’opéra, la terre froide, les putes et les cimetières, et je cours, je ne me sens plus, je cherche quelque chose qui soit comme de l’herbe, les colombes s’envolent au-dessus de la forêt et les soldats les tirent, je cours, je cours, je cours, camarade, je te trouve et je te tiens le bras, j’ai tant envie d’une chambre et je suis tout mouillé, camarade, camarade, j’ai cherché comme un ange au milieu de ce bordel, et tu es là, ne dis rien, ne bouge pas, je t’aime, je te regarde et le reste, de la bière, de la bière, quel bordel, camarade, et puis toujours la pluie, la pluie, la pluie, la pluie. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
CorinneCoCorinneCo   04 novembre 2014
Lorsque je t al vu, J al couru, couru, couru, mais personne n'a fait obstacle, je m'étais préparé, je m'étais mis de leur côté, je les avais écouté, cachant ma différence, et à présent ma fuite les surprend, je suis déjà au coin de la rue quand ils se réveillent, qu’ils me reconnaissent comme étranger, qu'ils mettent leur connerie à mes trousses, se préparant à me surprendre ailleurs, en bas, tout à l'heure, cependant moi, déjà je t'abordais, je disais : je t'ai aperçu tournant le coin de la rue, pardon, je suis à moitié ivre, je ne dois pas être à mon avantage, mais j'ai perdu ma chambre, je cherche une chambre pour cette nuit seulement, une partie de la nuit, car dans peu de temps je ne serai plus ivre, je demande cinq minutes...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
marionlyonmarionlyon   13 avril 2014
Pourtant de toute façon, ils finissent tous par vous coller à l'usine, tandis que l'idée que je te dis, c'est: un syndicat à l'échelle internationale - c'est très important, l'échelle internationale (je t'expliquerai, moi-même, c'est dur pour bien tout comprendre), - mais pas de politique, seulement de la défense, moi, je suis fait pour la défense, et alors là, je me donnerai à plein, je serai celui qui exécute, dans mon syndicat international pour la défense des loulous pas bien forts, fils directs de leur mère, aux allures de jules plein de nerfs, qui les roulent et qui tournent, tout seuls, en pleine nuit, au risque d'attraper les maladies possibles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
BehematBehemat   11 mars 2016
(...) parce que, mec, qu'est-ce que tu crois ? comment avoir une idée sur quelqu'un sans avoir baisé avec elle ? cent mille ans avec elle sans baiser, et tu ne sais toujours rien, que les grandes phrases qui te rendent dingue, qu'est-ce que tu connais d'elle avec les grandes phrases, si tu ne sais pas comment elle est avant, si tu ne sais pas comment elle bouge, comment elle respire, si elle parle et fait des histoires, ou si au contraire tu lui plais vraiment bien, et qu'elle ne dit rien, se retient, garde tout en secret juste pour toi et pour elle, qu'est-ce qu'on connaît de quelqu'un si on ne sait pas comment elle respire après avoir baisé, si elle garde les yeux ouverts ou fermés, si on n'écoute pas, longtemps, le bruit et le temps qu'elle met pour une respiration, où elle pose son visage et comment il est maintenant, plus le temps est long où elle respire et que tu l'écoutes, sans bouger, respirer, plus tu connais tout d'elle, (...)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
YunnlithYunnlith   06 septembre 2015
Tu tournais le coin de la rue lorsque je t’ai vu, il pleut, cela ne met pas à son avantage quand il pleut sur les cheveux et les fringues, mais quand même j’ai osé, et maintenant qu’on est là, que je ne veux pas me regarder, il faudrait que je me sèche, retourner là en bas me remettre en état - les cheveux tout au moins pour ne pas être malade, (...)
Commenter  J’apprécie          40

Video de Bernard-Marie Koltès (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Bernard-Marie Koltès
Extraits DANS LA SOLITUDE DES CHAMPS DE COTON (Théâtre 2010)
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Couples célèbres de la litterature

Julien Sorel

Louise de Renal
Maguerite Gautier
Ariane
Camille
Celimene

10 questions
540 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , théâtreCréer un quiz sur ce livre

.. ..