AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.64 /5 (sur 1077 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 08/10/1948
Biographie :

Catherine Hermary-Vieille est une romancière et biographe française.

Après des études classiques, elle passe deux ans à l'École nationale des langues orientales en arabe classique. Elle se marie avec l'ingénieur Jean Vieille et part aux États-Unis pour l'accompagner dans la région de New York.

Après le retour à Paris et la naissance d'un fils, en 1978, suivent plusieurs voyages au Liban alors en guerre, en tant que journaliste, et plus tard l'adoption d'une petite fille libanaise, en 1985. Elle retourne aux États-Unis, au sud de Washington, avec son mari et leurs deux enfants, puis ils s'installèrent au Texas, en Floride, à Washington et enfin à Charlottesville, en Virginie, ou ils résident.

En 1981, son premier roman, "Le Grand Vizir de la nuit", inspiré du conte "La Fin de Giafar et des Barmakides" des Mille et Une Nuits, remporte le Prix Femina.

En 1986, elle signe "Romy", une biographie de l'actrice Romy Schneider.

Depuis, Catherine Hermary-Vieille alterne les biographies et les romans avec le même succès. Parmi les plus connus, "La Marquise des ombres" (1983), biographie romancée de la marquise de Brinvilliers, "L'Infidèle" (1987), Grand Prix RTL, "Un amour fou" (1991), Prix des Maisons de la Presse, "La Bourbonnaise" (2003), "Les Années Trianon" (2009), "Merveilleuses" (2011), "Le siècle de Dieu" (2013), "La Bête", paru en 2014, se base sur l'histoire de la Bête du Gévaudan. En 2016, elle évoque la grande saga des Valois, de Catherine de Medicis à la reine Margot dans « D'or et de sang » chez Albin Michel.

La plus grande part de son œuvre romanesque appartient à la veine du roman historique.

Catherine Hermary-Vieille a obtenu le Prix Georges-Dupau 1984 pour l'ensemble de son œuvre. Elle a été chroniqueuse à Télématin.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Parution le 7 mars 2018 : Un Bagdad féerique digne des Mille et Une Nuits Au soir de sa vie, Ahmed se souvient. Après tant d?années, le temps est venu pour le vieux mendiant de conter l?histoire de son maître Djafar al-Barmaki, jadis condamné à la mort et à l?oubli. Trop souvent, il est passé sans rien dire devant la dépouille du proscrit, cet homme qu?il aima passionnément. Mais qui se souvient encore, en ce milieu du ixe siècle, du grand vizir Djafar, favori du calife Haroun al-Rachid, et de sa brutale disgrâce ? On dit qu?il offensa le souverain en consommant son mariage avec la princesse Abassa. Mais cet amour méritait-il la mort ? le calife était-il donc jaloux? de sa s?ur ? Ou soucieux de soumettre l?ambitieux Djafar ? À Bagdad, sur la grand-place des artisans, Ahmed se dresse. Dix soirs de suite, au péril de sa vie, il va ressusciter le passé de la ville d?or. Inspirée par la légende des vizirs barmakides, cette histoire d?amour et de mort aux couleurs de miniature persane ressuscite la splendeur de l?Empire abbasside, comme le ferait un conte des Mille et une nuits. ** Née à Paris en 1943, Catherine Hermary-Vieille alterne les biographies et les romans avec succès. Elle a obtenu de nombreuses récompenses littéraires, dont le prix des Maisons de la presse pour Un amour fou (1991) et le Grand Prix RTL pour L?Infidèle (1987). On lui doit aussi La Bourbonnaise (2003), Merveilleuses (2011), La Bête (2014). Elle vit aujourd?hui à Charlottesville (Virginie).
+ Lire la suite
Citations et extraits (201) Voir plus Ajouter une citation
Aela   29 mai 2013
Les années Trianon de Catherine Hermary-Vieille
Lors de leur entretien enfin aménagé, Marie-Antoinette avait reçu sans broncher les coups que son frère lui portait. Croyait-elle que Dieu l'avait faite reine pour se consacrer à des plaisirs futilesn danser, dilapider de l'argent au pharaon, marivauder, souper, jouer à colin-maillard?

La Cour l'ennuyait? Eh bien, elle devait souffrir ces désagréments, bien des reines l'avaient fait avant elle sans se plaindre.

Savait-elle seulement ce que le mot "devoir" voulait dire?

Pensait-elle à son peuple, à son bonheur, à sa prospérité?
Commenter  J’apprécie          260
FredMartineau   08 janvier 2017
Le Crépuscule des rois, tome 1 : La Rose d'Anjou de Catherine Hermary-Vieille
Seul, Richard restait de glace. Dans un moment, il se rendrait à la Tour avec quelques autres pour assister à l'assassinat de Henry VI. Il n'hésiterait pas, mais ce devoir de prince lui déplaisait. Du fond de l'ombre, il lui semblait percevoir le regard des morts posés sur lui. Edouard de Lancastre avait son âge, il avait épousé la petite Anne de Middleham qui jouait à la poupée à côté de lui tandis qu'il étudiait et il lui avait porté le premier coup. Son adolescence était achevé désormais, il était homme, une main au pommeau de son épée, l'autre sur sa dague. Le monde était violence. Qui ne l'acceptait pas se perdait.
Commenter  J’apprécie          180
BazaR   02 mai 2020
Louves de France de Catherine Hermary-Vieille
Yolande sait que la reine et le roi, lorsque celui-ci retrouve ses esprits, s'éloignent d'un fils qui tantôt pêche par excès d'humilité, tantôt par un orgueil insensé. Ne signe-t-il pas désormais ses lettres : "Charles, fils du roi de France, régent du royaume, dauphin du Viennois, duc de Berry et de Touraine, comte de Poitou" ? Trop de lard sur la tartine, admet Yolande. Les quatre mots "Charles dauphin de France" suffiraient.
Commenter  J’apprécie          173
BazaR   01 mai 2020
Louves de France de Catherine Hermary-Vieille
Charles VI n'a pas plus tôt retrouvé son bon sens quelques mois plus tard qu'un autre drame provoque une nouvelle crise de démence. Lors d'un bal donné à la cour, des courtisans déguisés en démons se sont enduits de suie. L'étincelle d'une torche les embrasse et les transforme, sous les yeux épouvantés du roi, en torches vivantes.
Commenter  J’apprécie          170
pyrouette   19 avril 2014
Le gardien du phare de Catherine Hermary-Vieille
Enfant, j’avais vite compris le pouvoir de mes colères avaient sur mon entourage, plus tard, l’effet des mots méchants ou blessants. Ils étaient une arme, la seule que je possédais et dont je constatais l’efficacité. En réalité, je ne savais pas comment me comporter ou m’exprimer.
Commenter  J’apprécie          150
Annette55   01 février 2020
Le Grand Vizir de la nuit de Catherine Hermary-Vieille
«  Le verbe arabe, imagé, précis, poétique et cru donnait à la grand - place de Bagdad , l’espace de chaque soir, une vie nouvelle où tout pouvait survenir.

Le vent et les pluies avaient usé les remparts et usé le palais, l’argile se fissurait , laissant passer les vents de l’est et de l’ouest ; et du Palais d’OR d’Haroun, ne restaient que de grands murs de marbre blanc enserrant le silence et l’oubli.... »
Commenter  J’apprécie          140
Magenta   28 janvier 2013
Les années Trianon de Catherine Hermary-Vieille
Un La Fayette donnerait-il sa fille à un commerçant? Les idées généreuses étaient une chose, l'abolition des classes sociales, une autre.
Commenter  J’apprécie          150
jeunejane   22 juillet 2019
L'infidèle de Catherine Hermary-Vieille
Jusqu'à ce jour précis, Carol s'était donnée à ses enfants corps et âme... Elle subissait son existence, elle ne la maîtrisait pas.

Le téléphone sonna au moment où les enfants rentraient à la maison. C'était la première fois qu'ils la gênaient, qu'elle ne désirait pas leur présence.
Commenter  J’apprécie          140
pyrouette   19 mars 2014
Le gardien du phare de Catherine Hermary-Vieille
Je pense à moi. Ce ne sont pas des mots qui m'ont étouffée mais le silence des jours et des heures.
Commenter  J’apprécie          150
Catherine Hermary-Vieille
ludhum   22 décembre 2012
Catherine Hermary-Vieille
Qu'est-ce donc aimer si ce n'est rechercher désespérément d'être plus grand?
Commenter  J’apprécie          150
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Catherine Hermary-Vieille (1054)Voir plus


Quiz Voir plus

Monarchies

C’est un Béarnais qui ouvre le bal, monarque du trône de Suède, l’actuel Charles XVI Gustav en est le descendant ! Cocorico . . . Napoléon en serait vexé et furieux !

Aramis
Athos
Bernadotte
François Bayrou

13 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , rois , reinesCréer un quiz sur cet auteur