AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.76/5 (sur 80 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 13/07/1882
Mort(e) à : Paris , le 03/12/1934
Biographie :

Fille du docteur Samuel Pozzi - chirurgien, homme du monde et poète parnassien à ses heures -, Catherine Pozzi, née en 1882, a grandi dans le giron du Tout-Paris aristocratique et bourgeois de la fin du siècle dernier.

À vingt-cinq ans, elle épousa Édouard Bourdet, futur « auteur applaudi des Boulevards » ; très rapidement, le couple se déchira. Quelques années après la naissance, en 1909, de son fils Claude, elle devint tuberculeuse…

Elle apprit alors, avec la méthode et le désordre de qui sait son temps compté, l’histoire de la philosophie et des religions, les mathématiques, les sciences : elle passera son baccalauréat à trente-sept ans pendant la guerre, divorcera et rencontrera, en 1920, celui qui fut sa plus belle chance et son plus dur échec, son « très haut Amour » et son « Enfer », Paul Valéry.

Au terme de huit années d’une liaison presque secrète, mais terriblement exigeante, riche d’une réflexion commune et quotidienne, mais douloureuse et dévastatrice pour tous deux, Catherine Pozzi rompt avec le « Prince des Poètes » : elle perd ainsi son lien le plus puissant avec le Paris des Salons et avec le Paris de la politique, du journalisme et des lettres.

Désormais, c’est une solitude noire et fiévreuse, traversée de quelques amitiés amèrement fidèles : Julien Benda, Jean Paulhan, Pierre Jean Jouve, Jean Guéhenno… Désormais, c’est la maladie qui accentue ses ravages, exténuant à coups de morphine, de laudanum, le corps frêle et les nerfs à vif. Elle meurt en 1934.

Catherine Pozzi est l’auteur d’une nouvelle autobiographique anonyme, Agnès ( La NRF, 1927 ), que l’on attribua parfois à Paul Valéry, et de six Poèmes ( Mesures, 1935 ) que l’on compara à ceux de Louise Labé.

Elle travailla également à un essai philosophique, Peau d'Ame ( Corrêa,1935 ), resté inachevé. De 1913 à sa mort, elle tint son Journal : une quarantaine de cahiers écrits avec une intransigeance, une intelligence et une difficulté d’être absolues.

+ Voir plus
Source : www.arlindo-correia.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Catherine Pozzi   (12)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Retrouvez les derniers épisodes de la cinquième saison de la P'tite Librairie sur la plateforme france.tv : https://www.france.tv/france-5/la-p-tite-librairie/ N'oubliez pas de vous abonner et d'activer les notifications pour ne rater aucune des vidéos de la P'tite Librairie. Savez-vous quelle femme fit le tour de sa vie en six poèmes, juste après sa rupture avec l'un des plus grands poètes français ? « Très haut amour », de Catherine Pozzi, c'est à lire en poche chez Poésie/Gallimard.

Podcasts (1)


Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
Ave
Très haut amour, s'il se peut que je meure
Sans avoir su d'où je vous possédais,
En quel soleil était votre demeure
En quel passé votre temps, en quelle heure
Je vous aimais,

Très haut amour qui passez la mémoire,
Feu sans foyer dont j'ai fait tout mon jour,
En quel destin vous traciez mon histoire,
En quel sommeil se voyait votre gloire,
Ô mon séjour...

Quand je serai pour moi-même perdue
Et divisée à l'abîme infini,
Infiniment, quand je serai rompue,
Quand le présent dont je suis revêtue
Aura trahi,

Par l'univers en mille corps brisée,
De mille instants non rassemblés encor,
De cendre aux cieux jusqu'au néant vannée,
Vous referez pour une étrange année
Un seul trésor

Vous referez mon nom et mon image
De mille corps emportés par le jour,
Vive unité sans nom et sans visage,
Coeur de l'esprit, ô centre du mirage
Très haut amour.

Commenter  J’apprécie          380
   
Âme triste — demandais-tu — quel deuil tu portes...
C’est donc le prix de notre haut bonheur ?
Âme faible — je répondis — il est en larmes
Ce bien changé dont maintenant je meurs.
   
Âme pâle — demandais-tu — s’éteint la flamme
Pour toujours en toi qui te faisait dieu ?
Âme aveugle — je répondis — je brûle encore
Et ma douleur n’est qu’une soif en feu.
   
Âme dure — demandais-tu — quel don te faire ?
J'avais donné jeunesse et tout mon bien
Quel vœu plus haut le cœur peut-il donc faire
Que celui-ci : prends mon sang pour le tien !
   
Âme faible — je répondis — qu’est ton offrande
Ombre et semblant de ce que j’ai donné.
Âme sombre — ainsi dis-tu — il faut que j'aime
Même par toi si le songe a sombré.
      
*
   
Trübe seele — so fragtest du — was trägst du trauer ?
Ist dies für unser grosses glück dein dank ?
Schwache seele — so sagt ich dir — schon ist in trauer
Dies glück verkehrt und macht mich sterbens krank.
   
Bleiche seele — so fragtest du — dann losch die flamme
Auf ewig dir die güttlich in uns brennt?
Blinde seele — so sagt ich dir — ich bin voll flamme :
Mein ganzer schmerz ist sehnsucht nur die brennit.
   
Harte seele — so fragtest du — ist mehr zu geben
Als jugend gibt? ich gab mein ganzes gut..
Und kann von hüherem wunsch ein busen beben
Als diesem : nimm zu deinem heil mein blut !
   
Leichte seele — so sagt ich dir — was 1st dir lieben!
Eïn schatten kaum von dem was ich dir bot.
Dunkle seele, — so sagtest du — ich muss dich lieben
Ist auch durch dich mein schüner traum nun.
   
   
Traduction de Stefan George – pp. 38-41
Commenter  J’apprécie          100
Dans un monde au futur du temps où j'ai la vie
Qui ne s'est pas formé dans le ciel d'aujourd'hui,
Au plus nouvel espace où le vouloir dévie
Au plus nouveau moment de l'astre que je fuis
Tu vivras, ma splendeur, mon malheur, ma survie
​​​​​​​Mon plus extrême coeur fait du sang que je suis,
Mon souffle, mon toucher, mon regard, mon envie,
Mon plus terrestre bien, perdu pour l'infini.

"Nova", extrait
Commenter  J’apprécie          230
SCOPOLAMINE

Le vin qui coule dans ma veine
A noyé mon coeur et l'entraîne
Et je naviguerai le ciel
A bord d'un coeur sans capitaine
Où l'oubli fond comme du miel.

Mon coeur est un astre apparu
Qui nage au divin nonpareil.
Dérive, étrange devenu !
O voyage vers le Soleil -
Un son nouvel et continu
Est la trame de ton sommeil.

Mon coeur a quitté mon histoire
Adieu Forme je ne sens plus
Je suis sauvé je suis perdu
Je me cherche dans l'inconnu
Un nom libre de la mémoire.
Commenter  J’apprécie          220
NYX

O vous mes nuits, ô noires attendues
O pays fier, ô secrets obstinés
O longs regards, ô foudroyantes nues
O vol permis outre les cieux fermés.

O grand désir, ô surprise épandue
O beau parcours de l'esprit enchanté
O pire mal, ô grâce descendue
O porte ouverte où nul n'avait passé

Je ne sais pas pourquoi je meurs et noie
Avant d'entrer à l'éternel séjour.
Je ne sais pas de qui je suis la proie.
Je ne sais pas de qui je suis l'amour.
Commenter  J’apprécie          210
Mon cœur a quitté mon histoire
Adieu Forme je ne sens plus
Je suis sauvé je suis perdu
Je me cherche dans l'inconnu
Un nom libre de la mémoire.
Commenter  J’apprécie          200
AVE
«  Très haut amour , s’il se peut que je meure
Sans avoir su d’où je vous possédais,
En quel soleil était votre demeure
En quel passé votre temps , en quelle heure
Je vous aimais .

Très haut amour qui passez la mémoire ,
Feu sans foyer dont j’ai fait tout mon jour ,
En quel destin vous traciez mon histoire ,
En quel sommeil se voyait votre gloire ,
Ô mon séjour....

Vous referez mon nom et mon image
De mille corps emportés par le jour ,
Vive unité sans nom et sans visage ,
Cœur de l’esprit , ô centre du mirage
Très haut amour » ...
Commenter  J’apprécie          170
POÈMES RETROUVÉS


   Infusoire, infusoire,
Viens te poser sur ma main.
  Tu me diras le chemin
     De la gloire.
  Sous le soleil illusoire
  Du havre laboratoire,
  Ha, dirige ta nageoire
Vers mon transparent destin.
 Sois mon serin, mon carlin,
  Mon béguin enfin bénin
  Sois ma dernière victoire
       Infusoire !

p.78
Commenter  J’apprécie          170
RÉPONSE DE MAME AU SONNET D'ALBERT P.
SOUHAITANT LA STE FÉLICITÉ.


« C'est vrai, mon cher ami, la vieillesse est venue,
Et l'enfant qui riait et dansait, en chantant
Les jolis mots patois de la ronde connue,
Est aujourd'hui l'aïeule au sourire apaisant.

Où mes quinze ans dorés ? Ma joie insouciante ?
Le bonheur d'être belle et d'ignorer le mal ?
Où les printemps naïfs, — quand vous disiez : " charmante !... " —
Où le Peyrou d'alors au parfum provençal ? …

Tout cela est bien mort, mon ami, et je rêve
Au rêve de la vie et de sa douceur brève
Qui charme seulement pour mieux faire souffrir…

— Mais je sens sur ma main une main très petite,
Une voix me dit : " Mame, amuse bébé, vite ! "
Et deux yeux purs d'enfant m'éclairent l'avenir ».
                   (Ms. inédit, hiver 1898-1899)

p.85-86

  Ce sonnet fut sans doute écrit à la demande de la grand-mère de Catherine ( « Mame »). Agée de quinze ans, Catherine emprunte la voix de sa grand-mère pour remercier Albert P. de ses vœux le jour de sa fête. Le bébé dont il est question est Jacques Pozzi, « la voix », celle de Catherine elle-même.
Commenter  J’apprécie          150
Mercredi 2 mars 1898 : en écrivant ces pages, je ne voudrais pour rien au monde qu’elles fussent profanées par un regard indifférent, mais je voudrais qu’elles restent. Qu’elles restent, non pas comme un exemple de style - oh loin de moi cette idée ! je ne travaille pas ces lignes ; j’écris sans chercher ce qui me vient du cœur - mais comme un intéressant document psychologique sur ce que pouvait être l’état d’âme d’une petite fille, qui écrirait sincèrement, par cela même qu’elle écrirait pour elle, et qui dirait simplement tout ce qu’elle ressent, tout ce qu’elle souffre ou tout ce qu’elle pense. Je voudrais que ces livres restent, parce que je veux qu’on connaisse mieux les enfants - on ne les connaît pas : la plupart voient en eux de petits êtres frivoles incapables de penser - je veux dire aux indifférents combien un enfant peut souffrir, combien une jeune fille peut être seule.
Commenter  J’apprécie          150

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Catherine Pozzi (115)Voir plus

Quiz Voir plus

Créatures mythiques

A quelle mythologie appartiennent les Valkyries ?

nordique
maghrébine
slave

12 questions
65 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..