AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782729103194
Éditeur : Editions de La Différence (18/08/1988)

Note moyenne : 3/5 (sur 1 notes)
Résumé :
Nous n’avons pas encore dans notre base la description de l’éditeur (quatrième de couverture)
Ajouter la description de l’éditeur

Vous pouvez également contribuer à la description collective rédigée par les membres de Babelio.
Contribuer à la description collective
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
coco4649coco4649   23 mai 2016
RÉPONSE DE MAME AU SONNET D'ALBERT P.
SOUHAITANT LA STE FÉLICITÉ.


« C'est vrai, mon cher ami, la vieillesse est venue,
Et l'enfant qui riait et dansait, en chantant
Les jolis mots patois de la ronde connue,
Est aujourd'hui l'aïeule au sourire apaisant.

Où mes quinze ans dorés ? Ma joie insouciante ?
Le bonheur d'être belle et d'ignorer le mal ?
Où les printemps naïfs, — quand vous disiez : " charmante !... " —
Où le Peyrou d'alors au parfum provençal ? …

Tout cela est bien mort, mon ami, et je rêve
Au rêve de la vie et de sa douceur brève
Qui charme seulement pour mieux faire souffrir…

— Mais je sens sur ma main une main très petite,
Une voix me dit : " Mame, amuse bébé, vite ! "
Et deux yeux purs d'enfant m'éclairent l'avenir ».
                   (Ms. inédit, hiver 1898-1899)

p.85-86

  Ce sonnet fut sans doute écrit à la demande de la grand-mère de Catherine ( « Mame »). Agée de quinze ans, Catherine emprunte la voix de sa grand-mère pour remercier Albert P. de ses vœux le jour de sa fête. Le bébé dont il est question est Jacques Pozzi, « la voix », celle de Catherine elle-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
coco4649coco4649   18 mai 2016
        Si tu veux
Nous irons ensemble
        Tous les deux
Vers le vieux figuier.
        Il aura
Des fruits noirs qui tremblent
        Sous le vent
Qui vient d'Orvillers.


        Tu iras
L'âme renversée
        Sur ta vie
Et je te suivrai.
        Le ciel bas
Tiendra nos pensées
        Par la lie
D'un malheur secret.


        Tu prendras
L'un des fruits de l'arbre
        Et soudain
Le fera saigner
        Et ta main
Morte comme marbre
        Jettera
Le don du figuier.


        Le vent vert
Plein du bruit des hêtres
        Ouvrira
La geôle du ciel
        Je crierai
Comme un chien sans maître
        Tu fuiras
Dans le grand soleil.
            (Ms., 25août 1915)

p.117-118


Catherine Pozzi envoie ce poème, en août 1915, à André Fernet, jeune aviateur dont elle est amoureuse, avec l'indication suivante : « C'est une espèce de rêve que je me suis récité exactement dans ces mots-là dans la première fièvre de la nuit. Naturellement, je ne le comprends plus du tout. » Son sens ne deviendra clair que l'année suivante : en juin 1916, André Fernet trouvera la mort dans un duel aérien près de Weiher, en Lorraine.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
coco4649coco4649   21 mai 2016
LE LOTUS


Sur le lac pâle inondé de lueurs,
Sur le lac triste où l'eau froide frissonne,
Bien loin des bords où le chant monotone
Des grillons noirs, égrène sa douceur,

Seul et divin, planant sur l'eau dormante,
Eblouissant, pur, et mystérieux,
Un lotus blanc, magique, radieux,
Étale au ciel brumeux sa splendeur languissante.

Tu t'ouvriras peut-être ainsi, une nuit sombre,
Ô Fleur de mon amour suprême et désolé !
Et tu endormiras mon cœur désespéré
Dans un rêve alangui de volupté et d'ombre.

                           Edmond Bahut
                        ( alias Catherine Pozzi )

Catherine signe ce sonnet dédié « A Madame L. de L. [Lecomte de Lisle] respectueusement et admirativement » du nom d'un ami de jeunesse, Edmond Bahut.

p.87
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
coco4649coco4649   19 mai 2016
« À JACQUES »
(vers libres)


« Sous la gaze blanche de ton gentil berceau
Tu dors, oh petit Jacques si charmant et si beau ! »

Dors, oh dors bien longtemps
Mon joli baby rose
Plus tard, il n'en sera plus temps
Car les tempêtes et les vilains vents
S'acharneront au lit où tu reposes…

Si tu pouvais rester toujours ainsi
Heureux et pur, sans un souci
Et blanc comme la neige est blanche !
Mais non, hélas, la vie prendra aussi
Ta petite âme, car il faut qu'elle tranche
Tes Espérances, et les change en Dépits.

Dors, oh dors pendant qu'il est temps
Ce moment là, vois-tu, ne dure pas longtemps
Car au réveil on est un homme !
Le sommeil c'est le temps béni
C'est le moment divin qui nous donne l'oubli
L'oubli de la vie et des Hommes !

Sous la gaze blanche de ton gentil berceau
Tu dors, oh petit Jacques si charmant et si beau !

                    (Journal inédit, 22juin 1896)

p.77-78
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Catherine Pozzi (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Catherine Pozzi
Scopolamine, texte © Catherine Pozzi, tous droits réservés musique, instruments, voix, mise en images © Franklin Hamon, tous droits réservés
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox


Lecteurs (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
922 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre