AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.8/5 (sur 57 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1963
Biographie :

Charlie Buffet est écrivain et journaliste.

Il couvre l’actualité de l’alpinisme pour la presse généraliste dans "Libération" jusqu’en 2000, dans "Le Monde" depuis.

Il a aussi collaboré à plusieurs magazines spécialisés (Montagnes Magazine, Vertical, Alpinisme et Randonnée) et a écrit une biographie de l’alpiniste Claude Kogan, "Première de cordée" (Robert Laffont, 2003), qui a reçu le grand prix du salon du livre de Passy, ainsi que "La folie du K2" (Éditions Guérin, 2004).

Il est aujourd’hui écrivain, traducteur (anglais, italien) et éditeur : il est membre du comité éditorial de la collection Guérin aux Éditions Paulsen. En 2015, il a joué les chefs d’orchestre pour "100 Alpinistes", l’encyclopédie anniversaire des vingt ans des éditions Guérin.
+ Voir plus
Source : www.editionsguerin.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Charlie Buffet   (15)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Soirée rencontre à l'espace Guerin à Chamonix autour du livre : Vers l'Everest de George Mallory traduit par : Charlie Buffet enregistré le 24 février 2024 Résumé : Inédits du célébrissime George Mallory, premier disparu de l'Everest. «Une masse triangulaire incongrue a surgi des profondeurs; son côté se perdait dans les nuages. Très progressivement, nous avons vu apparaître les flancs d'une grande montagne, ses glaciers et ses arêtes, tantôt un éclat, tantôt un autre à travers les échancrures mouvantes, jusqu'à ce que, bien plus haut dans le ciel que ce que l'imagination avait osé suggérer, apparaisse le sommet blanc de l'Everest. C'était comme la création la plus folle d'un rêve.» En 1921, un homme marche vers l'Himalaya, fasciné. Il est le premier Occidental à approcher le plus haut sommet du monde, à le décrire, à le photographier, et à s'élever sur ses pentes. Cet homme, c'est George Mallory. Britannique, dandy, courageux dans l'effort et l'inconfort, il est alpiniste par passion, écrivain et artiste par vocation: «Les alpinistes n'admettent aucune différence sur le plan émotionnel entre l'alpinisme et l'Art. Ils prétendent que quelque chose de sublime est l'essence même de l'alpinisme. Ils peuvent comparer l'appel des cimes à une mélodie merveilleuse, et la comparaison n'est pas ridicule.» Mallory écrivait. Ses textes racontent au plus intime ce que fut l'exploration exaltante de l'Everest jusqu'à ce 8 juin 1924 où il disparut sur les dernières pentes du Toit du monde, qu'il fut peut-être le premier à atteindre. Et où son corps momifié a été découvert le 1er mai 1999. Tous les écrits de George Mallory sont rassemblés pour la première fois dans ces pages: textes de réflexion, récits d'ascension, lettres à sa femme Ruth, jusqu'au dernier message confié à un Sherpa… Bio de l'auteur : George Mallory, né le 18 juin 1886 en Angleterre, fils d'un pasteur anglican, proche du « groupe de Bloomsburry » (Keynes, Virginia Woolf) pendant ses études, alpiniste élégant (une voie porte son nom à l'aiguille du Midi), disparu à l'Everest le 8 juin 1924.

+ Lire la suite

Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
Erhard a souvent raconté, et toujours dans les mêmes termes, ce qu'il avait ressenti sur ce sommet. Ces conditions extraordinaires, ce moment de douceur inattendue contrastant avec la violence de l'effort fourni pour y accéder lui ont permis de goûter ces sensations, de les laisser tourner en bouche, imprégner sa mémoire comme un nectar inoubliable : «On en a tellement bavé qu'il y a un moment, dix, vingt secondes où, je ne peux pas le dire autrement : c'est le bonheur total. On oublie tout, on vit ces secondes présentes. Pour moi, je crois c'est le bonheur total.»
Commenter  J’apprécie          230
"Partir pour un 8 000 c'est mettre un pied dans l'au-delà."
[Phrase qui revient souvent dans les interviews d'Erhard Loretan]
Commenter  J’apprécie          230
On lui apprend qu'un des sherpas de Chamoux a fait une chute mortelle. Rikou, compagnon des quatre dernières expéditions de Chamoux, s'est assis dans la pente et il a glissé, sans parvenir à enrayer sa chute. Chamoux s'est arrêté, le temps d'attendre des nouvelles par radio. Puis il a repris sa progression. Erhard ne comprend pas. Ceux qui suivent Chamoux depuis le camp de base ne comprennent pas. Ceux qui apprennent la nouvelle en direct sur France Info ne comprennent pas. Rikou est mort, Chamoux continue.
Commenter  J’apprécie          210
Un drame, c'est toujours une addition de coïncidences malheureuses.
Commenter  J’apprécie          230
La nature est la plus forte et nous lance sans arrêt son défi à nous, petits êtres sans arme.
Commenter  J’apprécie          210
Dans ce climat de bataille, au contact des difficultés, des inconnues et des mille dangers de la montagne, l'alpiniste se révèle tel qu'il est réellement, dépouillé avec une sincérité impitoyable, avec ses qualités et ses défauts, à ses propres yeux et à ceux des autres.
Walter Bonatti, À mes montagnes
Commenter  J’apprécie          190
La montagne est toujours juste, elle n'est pas sournoise.
Commenter  J’apprécie          190
Les 8 000 aujourd'hui ont presque tous une voie dite «normale». C'est généralement la voie de la première ascension, la moins difficile techniquement. Elle s'élève au-dessus de camps de base équipés de tentes spacieuses et de groupes électrogènes, qui peuvent accueillir plusieurs centaines de personnes au pic de la saison. Dans ces villages éphémères et multicolores posés sur des moraines poussiéreuses, les expéditions commerciales dorlotent des clients à qui l'on promet, sinon le sommet, du moins un service très complet : des camps d'altitude équipés par des sherpas qui vous réveillent le matin avec un mug de thé fumant, des bouteilles d'oxygène, des cordes fixes dans tous les passages où le client, pas toujours expérimenté, risquerait de se perdre ou de se tuer − ce qui serait dommage quand on a déboursé quelques dizaines de milliers de dollars pour tweeter son premier 8 000 en direct.
Commenter  J’apprécie          160
La nuit est tombée. «Une nuit éternelle, écrit Erhard. Par une température qu'un congélateur aurait du mal à atteindre, nous attendons le retour du soleil. Le bruit du vent est terrible. Seul le claquement de nos dents nous prouve que nous faisons encore partie du monde des vivants.»
Commenter  J’apprécie          160
Le 24 décembre 1985, Jean et Erhard arrivent à Genève de retour de leur ascension hivernale du Dhaulagiri. Jean se souvient d'un choc partagé avec Erhard : "On a regardé autour de nous, les gens tiraient de ces gueules ! C'est Noël, ils font la fête ou ils font la tête ? Ils ne sont pas heureux ? La veille à Katmandou, on avait dîné avec un gamin qui ne savait pas s'il aurait à manger le lendemain et là : l'opulence et la tristesse... On s'est dit qu'on allait reprendre un billet et repartir aussitôt !"
Commenter  J’apprécie          132

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Charlie Buffet (78)Voir plus

Quiz Voir plus

Titres gruyère (1)

" Les Hauts de ...... " d' Émily Brontë

Manderley
Hurle-Vent
Tara

18 questions
781 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , titres , motsCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}