AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.01/5 (sur 796 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Dieppe , le 20/06/1959
Biographie :

Christian Blanchard est écrivain de thrillers et romans noirs.

Il a été inspecteur, conseiller en formation, proviseur adjoint d'un lycée professionnel.

En 2004, il démissionne de l’Éducation nationale pour crée une petite maison d'édition : Les éditions du Barbu, fermée en décembre 2011.

Désormais il se consacre à temps plein à l'écriture.

Il vit à Brest (Finistère) depuis 1996.

Il obtient le PRIX du ROMAN NOIR 2020 des Bibliothèques et des Médiathèques de GRAND COGNAC. "Tu ne seras plus mon frère" (2021), Prix du Roman de la ville de Carhaix 2021. Christian Blanchard est lauréat du Prix Cognac 2023 du meilleur roman francophone, pour « Dis bonne nuit » .

Ses romans sont tous publiés chez Points.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Christian Blanchard   (44)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Aujourd'hui nous avons eu le plaisir d'accueilli Christian Blanchard pour son nouveau roman Tu ne seras plus mon frère aux Éditions Belfond. L'histoire de deux frères franco-syriens auparavant très unis, découvrent que l'amour fraternel n'est parfois pas assez fort. "Je voulais que le lecteur puisse découvrir la guerre syrienne mais vue de l'intérieur cette fois là".


Citations et extraits (236) Voir plus Ajouter une citation
On a les enfants que l’on mérite.
Commenter  J’apprécie          310
« Comment voulez-vous que le travailleur français qui habite le quartier de la Goutte-d’Or, qui travaille avec sa femme et  qui, ensemble, gagnent environ 15 000 francs, et qui voit sur le palier à côté de son HLM, entassée, une famille avec un père de famille, trois ou quatre épouses, et une vingtaine de gosses, et qui gagne 50 000 francs de prestations sociales, sans naturellement travailler ! Si vous ajoutez à cela le bruit et l’odeur, eh bien le travailleur français sur le palier devient fou.  Et il faut le comprendre, si vous y étiez, vous auriez la même réaction. Et ce n’est pas être raciste que de dire cela ».
Commenter  J’apprécie          266
Je me tourne,me retourne sur mon lit.Je me lève, fais des pompes,me recouche en sueur.La fièvre monte.Je ne tiens plus en place.Ma cellule est trop petite.La solitude est une ennemie insidieuse.Elle s'accroche à vous et ne vous lâche plus.Elle est en train de me bouffer de l'intérieur.
Je vais finir fou si je ne sors pas d'ici.L'année 2002 sera ma dernière dans cette prison.
Bientôt je serai libre.Peu importe de quelle façon. (p 201)
Commenter  J’apprécie          240
Qui ne rêve pas n’a pas d’avenir.
Commenter  J’apprécie          240
Chaque corps avait été nettoyé et revêtu de son uniforme de parade. Visage maquillé. Aucune trace de blessure visible. Leurs familles devaient garder un souvenir positif de leur fils ou de leur mari mort en héros, pour la défense de la paix..., disait-on.
(p. 170)
Commenter  J’apprécie          190
- On ne garde pas tout. Celui-là, par exemple il est pas assez gros. On le balance par dessus bord.
- Ils sont pourtant mangeables, non ?
- On n'a pas le droit. Les règlements sont ce qu'ils sont. Trop petit, on remet à l'eau.
- La plupart sont morts. C'est con !
Rien ne dit dans les textes qu'on trie et rejette à la mer du poisson vivant. Ils ne sont pas à la bonne taille, on remet à la baille. Si on a un contrôle et qu'on est chopé avec des poissons dans les cales en dessous de la dimension réglementaire, on paye un max. Tout le monde s’en fout de savoir s’ils sont vivants ou morts. T’as compris ?
- C’est con !
- Sûrement, mais c’est comme ça ! Hop ! Au boulot !
Commenter  J’apprécie          160
La nuit accentuait les peurs. De puissants spots éclairaient le pont mais aux alentours, le noir profond régnait en maître. Pas la moindre lueur pour se raccrocher à une terre. Pas une seule étoile pour donner de la profondeur à l'espace. L'éclairage du navire se reflétait sur l'écume des vagues qui enveloppaient les marins. Juste pour agrémenter un peu plus leur angoisse.
Commenter  J’apprécie          160
Je rejoins Cicéron : si je ne sais pas d'où je viens, je resterai à jamais un enfant. C'est ce qui s'est passé. Comment devenir adulte, un être équilibré, si je ne connais pas mon passé ?
Commenter  J’apprécie          160
- J'ai des histoires drôles sur les Juifs et les Arabes. En voulez-vous une ?
- T'es sûr que c'est bien le moment ? lui demanda Franck.
- Non, mais on saura au moins pourquoi on se fera la gueule, les uns et les autres.
Commenter  J’apprécie          153
Il racontait les faits, les blessures. Les plus terribles étaient celles laissées par l'explosion de bombes artisanales, de mines antipersonnel ou de grenades à fragmentation.
L'objectif était clairement d'amputer, de blesser. Un mort ne coûte pas cher. Par contre, un militaire mutilé, c'est de profondes blessures psychiques. Le handicap pose question à une population qui n'est pas en guerre. Les soldats occidentaux de retour au pays dans cet état interpellent le bon sens patriotique.
Commenter  J’apprécie          130

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Christian Blanchard (846)Voir plus

Quiz Voir plus

Comment te dire Adieu ?

Tous les garçons et les filles de mon âge Se promènent dans la rue deux par deux Tous les garçons et les filles de mon âge Savent bien ce que c'est d'être ...?...

deux
affreux
heureux
vieux

10 questions
71 lecteurs ont répondu
Thème : Françoise HardyCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..