AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.22/5 (sur 1113 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1976
Biographie :

Christophe Galfard est physicien, écrivain et conférencier. Son travail consiste à expliquer le monde tel que les scientifiques le comprennent aujourd'hui.

Docteur en physique théorique, ancien étudiant de Stephen Hawking, le très grand astrophysicien et cosmologiste, Christophe Galfard a collaboré à l’intrigue, aux détails et aux images scientifiques du livre "Georges et les secrets de l’univers" de Lucy et Stephen Hawking.

Il publie par la suite la trilogie romanesque du Prince des nuages avec "Le Blueberry" (2009), "Le Matin des trois soleils" (2012) et "La Colère du ciel et du vent" (2013).

En 2015, il sort "L'univers à portée de main".

Il vit aujourd’hui en France, où il a à cœur d’enseigner la science de manière ludique.


+ Voir plus
Source : www.france-info.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Christophe Galfard   (8)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

L'astrobiologiste Nathalie Cabrol et le physicien Christophe Galfard partagent leurs connaissances inspirées par la contemplation de l'univers, avec leur talent habituel pour la vulgarisation scientifique. En présence de Nathalie Cabrol (L'énigme cosmique de la vie, Seuil) et de Christophe Galfard (Voyage vers l'infini, Michel Lafon). Une rencontre animée par Mathier Vidard, journaliste à France.TV Notre site internet : https://www.festivaldulivredeparis.fr/

+ Lire la suite

Citations et extraits (273) Voir plus Ajouter une citation
" Vos yeux vous empêchent parfois de voir" avait dit monsieur Boicard.
Myrtille se concentra sur sa respiration, sur sa peau. Puis elle fit tomber peu à peu les barrières de son esprit en essayant de ne penser à rien, pour écouter, juste écouter, ce que lui disait la nature.
Commenter  J’apprécie          250
Ouvrons maintenant une petite parenthèse pour dire qu'il se pourrait bien que tout ceci soit totalement faux. Le but de la physique est de découvrir le meilleur modèle possible pour décrire la réalité, et non de trouver une vérité absolue ou quelque chose de parfait. En physique (ou dans la nature telle qu'on la connaît), une telle notion de perfection n'existe pas. Tous les résultats et toutes les découvertes sont liées à la technologie qui peut confirmer, ou infirmer, leur validité. Mais aucune technologie n'est infiniment précise. Donc aucune théorie n'est infiniment exacte.
Commenter  J’apprécie          221
Imaginez-vous assis dans un fauteuil bien confortable, mais constitué non pas de matière, mais de lumière, se déplaçant à la vitesse de la lumière.

Vous vous rendez à un rendez-vous amoureux de l'autre côté de la galaxie.

Soucieux de votre apparence, vous sortez un miroir de votre poche et le tenez devant vous pour vérifier votre coiffure. La question est la suivante: voyez-vous votre reflet dans ce miroir ? Une question importante, s'il en est.

Pour que vous vous voyiez, vous auriez besoin de lumière se déplaçant plus vite que vous. Sans cela, elle n'atteindrait jamais le miroir, ne se réfléchirait donc pas vers vous, et vous ne vous verriez pas.

Mais pour que cette lumière aille plus vite que vous, qui allez à la vitesse de la lumière, il vous faudrait émettre une lumière qui se déplacerait plus vite que la lumière. Et ça, c'est impossible. La réponse est donc non, vous ne vous verriez pas. Conclusion épatante ; en voyageant à la vitesse de la lumière, il vous est impossible de vérifier votre coiffure.


À vrai dire, la véritable raison pour laquelle vous ne pourriez pas vous voir, nous le savons aujourd'hui, est bien plus troublante : à la vitesse de la lumière, votre temps s'arrêterait.

Votre cœur ne battrait plus.

Vos cellules ne vieilliraient plus.

Votre montre ne tournerait plus.

Le temps se figerait et les distances se réduiraient. Vous ne pourriez pas sortir un miroir de votre poche. Et vous ne verriez d'ailleurs pas votre poche... car vous ne verriez rien du tout.

Pourtant, vous vous déplaceriez. Très vite. Et vous croiseriez des endroits merveilleux. Mais vous ne vous en rendriez pas compte.

C'est décevant, je sais.

Un peu comme quand un enfant prend l'Eurostar pour la première fois, pour aller en Angleterre, et s'attend à voir des poissons sous la Manche.

Mais il y a un autre obstacle à la possibilité même d'un pareil voyage : en réalité, vous ne serez jamais capable de vous déplacer à la vitesse de la lumière. Pour cela, il faudrait que vous soyez constitué non pas de matière, mais de lumière. Les particules (dont vous êtes composé) ne peuvent atteindre la vitesse de la lumière. Seules les particules qui, telles celles de la lumière, n'ont pas de masse en sont capables. Il s'agit là d'une conséquence de E= mc²
Commenter  J’apprécie          200
- Et c'est là que cela devient drôle, sourit le tyran, dont les traits se radoucirent. N'est-ce pas injuste ? Les adultes grondent les enfants pour des broutilles, alors que ce sont eux qui commettent des erreurs catastrophiques et irréparables.
Commenter  J’apprécie          220
- Ce supplice est d’une cruauté sans nom, lâcha l’homme, abattu. On tombe et on tombe, et on voit défiler son passé. Une longue chute vers une mort certaine. Un peu comme la vie elle-même, remarque.
Commenter  J’apprécie          220
L’histoire ne garde en mémoire que les noms des découvreurs, pas des échecs. C’est malheureux, car c’est à partir d’échecs que des réussites se forgent.
Commenter  J’apprécie          210
Personne ne sait réellement comment ni pourquoi la nature agit ainsi, mais cela ne change rien. Le résultat est là. Lorsque nous interagissons avec le monde quantique, ce qui était multiple devient unique. C'est un peu comme lorsque, répondant un peu vite à une question qui vous est posée par surprise, toutes les idées inexprimées et parfois même contradictoires que vous avez pu avoir à propos d'un sujet se figent en une réponse hâtive. Une réponse qu'il n'est plus possible de corriger.
Commenter  J’apprécie          190
Ce moment, ce lieu du passé de notre Univers où l'espace-temps est devenu suffisamment vaste pour que la lumière y circule librement, nous l'avons appelé surface de dernière diffusion.
L'Univers avait alors une température de 3000 degrés Celsius.
Avant cet instant, l'Univers était opaque.
Depuis, il est transparent.
Ce qu'il reste aujourd'hui de la température qui rayonnait lors de cette transition est le fameux rayonnement du fond diffus cosmologique.
C'est dans ce rayonnement que résident des traces, des indices, une sorte d'empreinte de ce qu'était notre tout jeune Univers.
Commenter  J’apprécie          170
L'Univers n'a pas été fait pour notre convenance.

Edward Witten, physicien théoricien.
Commenter  J’apprécie          180
Être et ne pas être, plutôt.
Certains pensent que les possibilités non observées n’ont pas disparues mais se sont fondues, comme des gouttes d’encre dans un lac – le lac étant ici la réalité dans laquelle nous vivons -, comme si des perles de réalités possibles non réalisées s’étaient diffusées dans la seule et unique réalité qui prévaut, celle dont nous faisons partie.
D’autres estiment pour leur part, que notre conscience joue un rôle dans tout cela, que l’acte même d’expérimenter ou de seulement penser gèle la réalité qui nous entoure dans un état unique, et le crée donc. Pas très modeste comme idée, mais elle est sympa.
[…] Selon Everett, la physique quantique impose qu’il devrait exister une incroyable multitude d’univers parallèles où toutes les possibilités, toutes les alternatives et toutes les interactions possibles, soit réalité.
[…]Les possibilités qui nous échappent sont bien réelles, mais se trouvent ailleurs.
Commenter  J’apprécie          130

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Christophe Galfard (1555)Voir plus

Quiz Voir plus

Les figures de style dans la littérature

"Adieu veaux, vaches, cochons, couvée" Quelle figure ici utilisée par La Fontaine et marquée par la juxtaposition de mots vise généralement à donner du rythme à la phrase ou à mettre en valeur l'abondance.

L'allitération
L'énumération
L'anacoluthe
L'anaphore

10 questions
847 lecteurs ont répondu
Thème : Les figures de style de Henri SuhamyCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..