AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.51 /5 (sur 111 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Kiev, Ukraine , 1967
Mort(e) à : Angers , le 30/12/2017
Biographie :

Professeur agrégé de philosophie, Christophe Prince s'est consacré à l’écriture depuis 2009.

Il a publié sous le pseudonyme de Boris Dokmak deux romans: un polar très remarqué, "La femme qui valait trois milliards" (Ring, 2013) et "Les Amazoniques" (Ring, 2015).

Il a signé, avec sa femme Nathalie Prince, "Nietzsche au Paraguay", un roman qui s’inspire de faits réels qui a été sélectionné pour le prix Françoise Sagan 2019.

Père de quatre enfants, il est mort prématurément le 30 décembre 2017.

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Retrouvez votre livre dans notre librairie en ligne ! : Nietzsche au Paraguay de Christophe Prince et Nathalie Prince aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/145218-romans--nietzsche-au-paraguay.html La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com #soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
Citations et extraits (10) Ajouter une citation
Marti94   06 avril 2019
Nietzsche au Paraguay de Christophe Prince
Il faut comprendre ce qu'était la nouvelle Germanie. La misère y était permanente et la détresse multiple : les maladies, la vermine, l'humidité, le dénouement, l'isolement, la crétinerie du couple Förster, leurs entêtements moraux et politiques, les Indiens, la faim et l'interdiction de manger de la viande, de faire appel à une quelconque aide extérieure, l'angoisse omniprésente...
Commenter  J’apprécie          30
Rubinowy   17 novembre 2013
La femme qui valait trois milliards de Christophe Prince
Il se tenait le ventre, le comprimait, mais sa douleur se faisait plus vive, plus aiguë:il souleva sa chemise, et regarda son nombril, ou plutôt le fin trou brunâtre auréolé d'un bleu vinaigre qui s'y était substitué.Il n'avait jamais su combien mesurait son ancien nombril, mais il connaissait pour sur le format du nouveau ; un bon 9 mn .
Commenter  J’apprécie          30
tonpdg   22 juin 2016
La femme qui valait trois milliards de Christophe Prince
Ce que les gens aiment dans Paris Hilton, c’est la « transvaluation des valeurs ». En adorant sa médiocrité, ils se disent que leur propre médiocrité est aimable. Je n’ai aucun talent ? Oui, mais elle non plus. Et pourtant on l’aime ; et pourtant on l’admire. C’est peut-être la première fois que les esclaves se sont pris eux-mêmes pour modèles, se sont projetés sur cette immense toile blanche et vide qu’est Paris Hilton. Elle est un miroir aux alouettes. Je le répète : elle est la reproduction même du rien.
Commenter  J’apprécie          20
beeshop   08 décembre 2015
Les amazoniques de Christophe Prince
Tu es flotte et tu retournes à la flotte…. La forêt va te bouffer petit… Les gars qui viennent ici ne devraient pas avoir d’entrailles. Dans une forêt aussi dense, il n’y a pas d’air, pas de vent qui souffle. Tout est stagnant : l’eau croupit, tu respires l’humidité, t’étouffes, tu bouffes des moustiques. Et un boucan du tonnerre : les piafs, les perroquets, les singes… Tu sais pas où tu dois mettre les pieds, tu sais jamais dans quel sens tu dois aller, ni même où regarder. (page 75)
Commenter  J’apprécie          20
collectifpolar   11 novembre 2019
Les amazoniques de Christophe Prince
Il a eu du mal à fendre la foule, mais maintenant la ville s'offre à lui, presque déserte, lui laissant la liberté de la parcourir. Première remarque : la ville pue. Elle pue l'essence et le kérosène. Il avait noté la même odeur à Cayenne : certains génies imbibaient le bois de leur baraque de gasoil pour qu'il ne pourrisse pas. Mais ici, à Santa Margarita, ça a l'air d'atteindre un niveau industriel, et il a l'impression de se balader dans un réservoir de bagnole.

Après une cinquantaine de pas, ses yeux lui font voir des volutes et des tournicots.

Au sol, du sable fin et rouge, des ornières profondes, des herbes hautes. Il compte une maison sur trois en sale état, et vraisemblablement abandonnée. Toutes en bois, elles portent des reliefs baroques et extravagants : des visages indiformes, des grandes têtes de rapaces, des serpents. Une ville bestiaire et floue. Et manifestement une ville-champignon, aussi nostalgique d'un bref âge d'or fait de caoutchouc et d'essences rares, dans les années 20, avant une longue déshérence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
hcdahlem   06 avril 2015
Les amazoniques de Christophe Prince
« Saint-Mars, le bec dans le sable, parce qu’il n’est pas le dernier des crétins, retient trois informations et développe autant de questionnements : primo, il faut faire gaffe en choisissant son campement et éviter les fourmilières et autre tanière de bestioles rampantes. Interrogation : Y a-t-il un endroit dans cette fichue forêt qui échappe aux insectes les plus sordides ? Deuxio, les Indiens et Loiseau sont visiblement comme cul et chemise ; mieux, les sauvages lui mangent dans la main. Qulle influence réelle a-t-il sur eux ? Tertio, Loiseau sait désormais qu’il n’a pas les intentions les plus aimables à son encontre. Quelle va être son opposition ? Car c’est une chose de venir mettre les menottes aux poignets de Loiseau, pour peu qu’il soit réellement coupable, c’en est une autre de l’exfiltrer d’une forêt où des Indiens féroces et sanguinaires lui sont dévoués et soumis. » (p. 311)
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolar   10 juillet 2019
La femme qui valait trois milliards de Christophe Prince
La blonde conductrice, encore impeccablement coiffée et maquillée, dont la bouche saignait lentement, comme un trait de rouge à lèvres qui progressait sur la joue, avait rendu l'âme au moment où les secouristes accédaient enfin à elle.
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolar   11 novembre 2019
Les amazoniques de Christophe Prince
Kourou, 2014, une femme fait son jogging et se retrouve subitement nez à nez avec un Indien qui s’effondre devant elle. C’était le dernier des Arumgaranis.
Commenter  J’apprécie          10
Marti94   06 avril 2019
Nietzsche au Paraguay de Christophe Prince
Un Allemand qui, simplement parce qu'il est allemand, prétend être plus qu'un juif, à sa place dans tous les asile d'aliénés du monde.
Commenter  J’apprécie          00
Marti94   06 avril 2019
Nietzsche au Paraguay de Christophe Prince
Le couple et aussi peu apparié qu'une colombe empapaoutée par un rhinocéros.
Commenter  J’apprécie          00
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Trouvez l'intrus dans les séries policières !

Agatha Christie : les enquêteurs

Miss Marple
Irène Adler
Tuppence Beresford
Hercule Poirot

13 questions
32 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , policier français , policier anglaisCréer un quiz sur cet auteur