AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.61 /5 (sur 121 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : New York , le 17/04/1928
Biographie :

Cynthia Ozick est une essayiste, critique littéraire, nouvelliste et romancière américaine.

Elle est issue d'une famille d'émigrants russes juifs, qui se sont réfugiés aux États-Unis pour fuir les pogroms. Elle est la nièce de l'écrivain Abraham Regelson (1896–1981).

Ces parents étaient établis comme pharmaciens dans le Bronx. Cynthia acquiert sa vocation de conteuse en écoutant les anecdotes et les confessions que les clientes venaient raconter à sa mère.

Elle a obtenu un Bachelor of Arts (diplôme universitaire en lettres et sciences humaines) à l'Université de New York en 1949, suivi d'un Master of Arts (maîtrise de lettres) à l'Université d'État de l'Ohio en 1950.

Son premier roman, "Trust" (1966), raconte l'histoire d'une femme qui rejette sa famille juive américaine fortunée et part à travers l'Europe à la recherche de son père, un traître.

Les séquelles psychologiques de la Shoah sont un autre thème central de son œuvre, en particulier dans "Lévitation" (Levitation : Five Fictions, 1982) et les romans "La Galaxie cannibale" (The Cannibal Galaxy, 1983) et "Le Châle" (The Shawl, 1989). Ozick s'appuie fréquemment sur le mysticisme juif traditionnel pour développer ses thèmes de prédilection.

Cynthia Ozick est en outre une essayiste reconnue et un grand nombre de ses essais ont été regroupés dans les recueils.

Cynthia Ozrick est l'écrivain ayant gagné le plus de premiers prix à l'O. Henry Award : 1975, 1981, 1984 et 1992.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Vidéo de Cynthia Ozick


Citations et extraits (53) Voir plus Ajouter une citation
Under_the_Moon   20 janvier 2013
Le châle de Cynthia Ozick
Je te scandaliserais si je te parlais ne fût-ce que d'un seul des jeux horribles que je suis contrainte de jouer avec elle. Pour apaiser sa démence, pour la faire taire, je fais comme si tu étais morte. Si! c'est vrai! il n'est rien, pas une folie, que je ne dirais pour l'obliger à tenir sa langue. C'est une calomniatrice. Partout il y a des calomnies, et parfois - mes lèvres éclatantes, ma chérie! - les calomnies touchent jusqu'à toi. Ma pureté, ma reine des neiges!

J'ai honte de donner un exemple. Pornographie. Ce que Stella, cette pornographe, a fait de ton père. Elle vole toute la vérité, elle la dérobe, elle la subtilise. Le vol demeure impuni. Elle ment, et c'est le mensonge qui est récompensé. Le Nouveau Monde! C'est pourquoi j'ai démoli ma boutique! Parce qu'ici on fabrique des théories mensongères. Les gens de l'université en font autant : ils prennent les êtres humains pour des spécimens. En Pologne il y avait la justice ; ici ils ont des théories sociales. Leur système n'a presque rien hérité des Romains, c'est la raison. Faut-il s'étonner que les avocats ne soient que des charognards qui se nourrissent des excréments des voleurs et des menteurs ? Dieu merci tu as suivi le penchant de ton grand-père et étudié la philosophie et non le droit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Sachenka   20 janvier 2019
Corps étrangers de Cynthia Ozick
À l'inverse de toi, je n'ai aucun descendant, et par conséquent personne sur qui me lamenter.
Commenter  J’apprécie          170
Sachenka   02 novembre 2019
Lévitation de Cynthia Ozick
Ils se nourrissaient de pitié, et par conséquent de potins [...].
Commenter  J’apprécie          140
Sachenka   18 novembre 2019
La galaxie cannibale de Cynthia Ozick
- Mais votre mère dit...

- Ma mère ment beaucoup. (Rires du public.) C'est son métier. (Rires du public.)

- Et de quel métier s'agit-il?

- Le métier de mère. (Rires du public.)
Commenter  J’apprécie          120
Rebka   05 octobre 2017
Le châle de Cynthia Ozick
Autrefois je pensais que le pire était le pire, après ça rien ne pouvait être le pire. Mais maintenant je vois que même après le pire il y a encore plus.
Commenter  J’apprécie          123
Sachenka   26 mars 2019
Les papiers de Puttermesser de Cynthia Ozick
«Nulle réalité ne dépasse la pensée», écrivit le golem.
Commenter  J’apprécie          120
nadejda   21 mai 2012
Corps étrangers de Cynthia Ozick
Marvin l'inexorable, qui avait la logique dans le sang. C'était sa nature, il avait monté une affaire, il savait ce qu'était l'avidité, il trempait dans une connaissance innée de la mauvaise foi.
Commenter  J’apprécie          100
Kirsikka   11 octobre 2017
Un monde vacillant de Cynthia Ozick
Ils le combattaient. Ils étaient venus pour le combattre. Ils étaient venus parce qu'il les avait convoqués au combat, et qu'ils ressentaient le pouvoir vestigial de son appel ; ou parce qu'ils obéissaient à la noire curiosité qui attire les esprits vers les êtres grotesques, évincés, laissés pour compte ou ouvertement pervers ; ou parce qu'il subissait une impitoyable et mortelle éclipse ; ou parce que c'étaient eux — leur camp, le parti de la victoire — qui l'avaient précipité dans cette éclipse ; ou enfin parce qu'ils étaient mus par leur propre colère volcanique. Ils enrageaient contre sa volonté, son obsession, son désir — sa pensée. C'était un profanateur (mais lui-même se croyait profané par le bouleversement mondial, par leurs accusations, leur animosité dubitative) ; son but, disaient-ils, était la subversion, le renversement. Il avait déserté le sillon vert et fertile, il s'était passionné, il avait abandonné le désintéressement, il avait crevé la surface olympienne du désintéressement érudit, il avait submergé la distinction entre l'enquêteur et l'objet de son enquête, le chasseur et le gibier, il avait cessé d'être un historien à la traque, il se voyait traqué, il s'était jeté dans le coeur de sa proie. Il avait battu en brèche et franchi le mur, ce mur qu'il avait professé — le mur entre la croyance et l'examen de la croyance. Il l'avait faussement professé. Il puait le renégat.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Sachenka   25 mars 2019
Les papiers de Puttermesser de Cynthia Ozick
Puttermesser marmonna : «Je n'aime pas ta prose. Ton style ressemble à une mauvaise traduction du moyen finnois. Fais un effort» [...]
Commenter  J’apprécie          100
Sachenka   31 mars 2019
Les papiers de Puttermesser de Cynthia Ozick
[..] elle pensait aussi au fait que les noms ont leur propre destin, qu'ils influencent sur quiconque les prononce ou les porte. Par exemple le poète Wordsworth - words, les mots, worth, digne -, sa vie ayant épelé toutes les lettres de son patronyme. Ou bien Mann, lui-même - man, l'homme, l'humain, parti à la recherche des origines de l'humaine nature dans la préhistoire israélite. Ou encore cette façon dont un Eliot en corrige un autre : «le juif se tapit sur le rebord de la fenêtre» - ça, c'est de Tom - blâmé par la Jérusalem visionnaire de Deronda - et cette fois, c'est George qui parle. Et James, l'aristocratie jacobite, prétendant au trône. La Molly de Joyce, se réjouissant. Bellow, le soufflet, qui ranime les feux ; Updike, comme un écho à dyke qui signifie doigter - travaillant ses ouvertures avec la précision d'un pianiste ; Oates, l'avoine, qui sème au vent ; Roth, comme wroth (courroucé). Etc.
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Des cinéastes français inspirés par des auteurs anglophones ...

"L'heure zéro" d'Agatha Christie a été adaptée sous le même titre par ...

Guillaume Canet
Claude Chabrol
Pascal Thomas
François Truffaut

16 questions
28 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinéma français , romans policiers et polars , américainCréer un quiz sur cet auteur