AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.51/5 (sur 359 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Mesnil-sur-Oger , le 07/05/1948
Biographie :

Daniel Rondeau est un écrivain, éditeur, journaliste et diplomate français.

Après des études de droit à Nancy et à Paris où il obtient sa licence, il devient militant d’extrême gauche, rejoint la Gauche prolétarienne et travaille comme ouvrier dans des usines en Lorraine. C’est de Nancy qu’il commence à collaborer au journal "Libération" à la fin des années 1970. À la même époque, il travaille pour la radio et la télévision et réalise des films sur des écrivains ou sur l’histoire ouvrière.

En sortant de l'usine, il étudie l’histoire des ouvriers lorrains. Il publie en 1979 son premier essai intitulé "Chagrin lorrain, la vie ouvrière en Lorraine (1870-1914)", co-écrit avec François Baudin, unanimement salué par les spécialistes, et qui fait aujourd’hui référence. Suit un roman, "L’Âge - Déraison" (1982), véritable biographie imaginaire de Johnny H.

Daniel Rondeau s’illustre ensuite en presse écrite; il devient rédacteur en chef des pages culture du quotidien "Libération" entre 1982 et 1985, puis grand reporter pour l’hebdomadaire "Le Nouvel Observateur" entre 1986 et 1998. Il collabore ensuite au magazine "L’Express" (1999–2006), ainsi qu’à l’hebdomadaire "Paris-Match".

Il ajoute une corde à son arc en devenant éditeur à la fin des années 80, lorsqu’il co-fonde les éditions Quai Voltaire. Entre 2004 et 2008, il est directeur de la collection Bouquins des éditions Robert Laffont.

Il est aussi l'auteur de romans, d’essais politiques et littéraires, de récits autobiographiques, de livres de voyage. Il collabore épisodiquement avec la télévision. Il est notamment l’auteur de "Malraux ou la grande vie" (diffusé par Arte), "Le Phare d’Alexandrie, la merveille engloutie" (diffusion France 2).

En 1998, il décroche le Prix Paul-Morand de l’Académie française pour l’ensemble de son œuvre. La même année, il se voit décerner le Prix des Deux Magots pour "Alexandrie". En 2017, son roman "Mécaniques du chaos" reçoit le Grandi prix du roman de l'Académie Française.

De 2008 à 2011 il est nommé ambassadeur de France à Malte puis, à partir de 2011 délégué permanent de la France auprès de l’Unesco jusqu’en 2013.

En juin 2019, il est élu à l’Académie française au fauteuil de Michel Déon.

+ Voir plus
Source : www.bibliomonde.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Daniel Rondeau   (33)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Daniel Rondeau vous présente son ouvrage "Arrière-pays" aux éditions Grasset. Entretien avec Sylvie Hazebroucq. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2254081/daniel-rondeau-arriere-pays Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (127) Voir plus Ajouter une citation
Caronpaul avait assisté à la lente paupérisation,de notre métier. Il m’a refait toute l'histoire. Les exigences racoleuses, le goût pour les titres vendeurs et tant pis s'ils sont mensongers, l'exemple étant venu d'en haut, de nos quotidiens dits de référence, mais aussi du meilleur de la presse américaine, la prolétarisation des journalistes de plus en plus mal payés et astreints à la double contrainte du papier et du site qu'ils devaient alimenter, l'acculturation de la génération montante, l'effacement progressif de toute idée de nuance.

« Ce qui est le plus gênant, ce n'est pas seulement l'ignorance des jeunes journalistes, mais leur mépris des faits, ils se pensent au service du Bien. »

Je ne me sentais pas très différente de mes confrères qu'il dénonçait. Mon niveau de culture n'était pas brillant, et ce n'était pas l'Ecole qui l'avait relevé.
Commenter  J’apprécie          310
«En préparant la messe, ce matin, je me suis souvenu d'un détail qui m'avait échappé.

— Je vous en prie.

— Ça n’a peut-être aucune importance, mais... Voilà, le jour où j'ai découvert le corps à l'hôpital Mater Dei, en arrivant, j’ai vu un homme courir, entrer dans sa voiture et démarrer en trombe.. .

— Vous n’avez pas noté le numéro...

— C'était une Range Rover d'un modèle ancien, couleur marron, assez fatiguée. Et sa plaque: MAT 2 11.

— Pour un homme qui ne se souvenait de rien. ..

— Ce matin, j’ai cherché une référence à l'Évangile de saint Matthieu, l'histoire des mages, qui arrivent dans la maison où Marie vient d'accoucher, et lui offrent de l'encens, de la myrrhe et de l’or. Pour nous, ce texte est référencé Mat, 2-11. J'ai repensé à cette voiture... »
Commenter  J’apprécie          303
L'employée, une petite brune de son âge, cheveux courts, assez forte, l'accueille avec un demi-sourire professionnel, adapté aux circonstances :

«Vous avez réfléchi au cercueil ? Quel âge avait votre père?

— Soixante-quatorze ans.

— Nous avons des cercueils pour les baby-boomers. En général, ils aimaient le rock et le football. Nous avons un modèle Azur foot, qui touche avec brio les amoureux du stade. Un modèle Gibson éternité, très étonnant, pour les fans de guitare... Dans le même genre, nous avons un modèle Vagabond, en forme de camping-car, les gens de cette génération aimaient les voyages et la liberté. Ils avaient raison d'ailleurs...

— Je préférerais plus classique.

— Nous avons un modèle très simple, il s'appelle Papa.

— Papa conviendra.
Commenter  J’apprécie          300
À l'intersection du decumanus et du cardo, je me suis arrêté sous l'arc de triomphe édifié en 203 à l'occasion d'une visite de l'empereur Septime Sévère dans sa ville natale.

Leptis Magna vivait alors à l'heure de Rome, et sur le même tempo. Leptis est l'un de ces «îlots d'orgueil civique dont les Romains avaient parsemé l'Afrique du Nord», comme l'écrit Peter Brown. Big business, art de vivre, thermes, salute per aqua (spa), orateurs, juristes, gladiateurs. L'autre arc de Septime, l'une des merveilles de la Ville éternelle, au pied du Capitole, avait d'ailleurs été construit exactement la même année, en 203.

Rome s’était choisi un prince africain. Carthage était vengée.
Commenter  J’apprécie          300
Daniel Rondeau
Cette sortie d'usine coïncida avec l'autodissolution de la Gauche prolétarienne. J'étais deux fois dehors. Nos belles idées refroidissaient d'un seul coup. Les événements leur avaient mis du plomb dans l'aile. L'énergie ne m'avait jamais fait défaut. Après cette douloureuse matinée, j'en manquais. J'imaginais difficilement l'avenir.
J'avais tenté d'être un militant concret de la démocratie directe. Je retrouve aujourd'hui dans Péguy une citation qui nous serait allée comme un gant: "Nous voulions qu'un assainissement du monde ouvrier, remontant de proche en proche, assaînit le monde bourgeois et ainsi toute la société, et la cité même." (" L'Enthousiasme", quai Voltaire, mai 1988, p. 128)
Commenter  J’apprécie          270
Il y a beaucoup de femmes au rond-point du soir. Elles commentent l’actualité du jour et les petites phrases des politiciens, elles rient, jettent des palettes dans le feu et chantent La Marseillaise. Domitilla, une étudiante italienne installée à Bar, leur apprend les paroles de Bella Ciao. Des habitués les rejoignent tous les soirs. Pour discuter. Domitilla explique : « Notre petit rond-point, c'est un peu comme la Sorbonne en 68...» Beaucoup d'interrogations dans ces discussions. Quel avenir pour nos enfants ? Comment vont-ils vivre ? Comment vaincre le chômage ? Faire revenir notre industrie ? Beaucoup d'angoisses aussi, pas toujours formulées très clairement. La vie chère, l’impression d'étouffer, de ne plus reconnaître son pays, l’Europe qui décide tout à notre place et impose ses normes à nos fromages et à notre sexualité.
Commenter  J’apprécie          260
Lambertin s'exprime d'une voix un peu éraillée, bienveillante, sans arrogance, en jouant de son physique d'homme à la fois énergique et las, qui en a vu beaucoup et qui sait qu'un certain désespoir est le prix à payer pour accepter la réalité. Il commence par faire un point rapide sur le débat juridique qui pollue tous les esprits depuis la mise en place de l'état d'urgence.

«Vous savez tous que nous avons deux armes juridiques à notre disposition. La justice administrative, qui agit de façon préventive, la justice pénale, qui se met en branle après le passage à l'acte criminel. Au fil des décennies, la justice administrative a été vidée de son contenu au profit du juge pénal qui serait seul garant des libertés individuelles. Admissible en temps de paix, cet équilibre ne répond plus à la situation à laquelle nous contraint l'urgence terroriste. »

Le Premier ministre, qui l'écoute avec des hochements de tête approbateurs, l'interrompt :

«Monsieur le conseiller spécial, vous voulez dire que nous les connaissons mais nous ne les arrêtons ou mettons hors detat de nuire qu'une fois qu'ils ont commis leurs crimes ?

— Affirmatif, monsieur le Premier ministre. »
Commenter  J’apprécie          250
L'aube s'étendait sur les champs de part et d'autre de la nationale. On apercevait toute la plaine, couverte d'une forêt d'éoliennes. Leurs troncs de ferraille, leurs pales puissantes qui chatouillaient le plafond bas des nuages, les faisaient ressembler à des monstres squelettiques et blancs.

« Franchement, s'exclama Didier, non seulement ils nous empêchent de travailler et de vivre, mais ils massacrent notre pays. Pour rien. »
Commenter  J’apprécie          260
Le conteur allume une Gitane, il commence en douceur. Récit géographique. On est loin de Bayel. Une mer violette, une ville, une île, Venise, Murano. Des pâtes de verre lumineuses. Puis le sombre d'une forêt, « la nôtre ! », la forêt d'Orient, Clairvaux. Une histoire s'anime. Il fait sortir des frondaisons les générations de braves qui allument le feu et qui l'entretiennent, ceux qui travaillent douze heures par jour, sept jours par semaine, puis il passe à l'énoncé de la matière, le sable, la potasse, le plomb.

Baïonnette ménage ses effets avant l’entrée en scène de ceux qui affrontent la matière en fusion, lui donnent forme et vie, à main levée ou dans un moule, et la soufflent au bout de leur canne. Il tient les deux gamines en haleine, leurs visages rayonnent. Il termine en évoquant des verriers, « mes anciens copains... », qu'il appelle l'un après l'autre, d'une voix solennelle, comme s’il lisait l'obituaire de la Cristallerie : « Piot, Perrin, Ogier, Avril, Mouilleron, Jacquot, Caïmen, Racoillet, etc. » Et puis c'est la chute. Chaque mot détaché, pour ne rien perdre de sa densité : « Disparus au champ d'honneur du travail français. »
Commenter  J’apprécie          250
Jeannette appelle du bus son collègue de l’AFP à Rome, côtoyé à Libé dans les années héroïques. Elle lui explique la situation. Il la laisse parler sans faire de commentaire.
«Ça vaut peut-être une dépêche, non ? conclut-elle.

— Tu me réveilles pour deux clandestins, qui sont vivants en plus ? Franchement, où est l'info ?

— Tout le monde les pensait morts depuis une semaine, c'est un miracle.

— Je crois que tu es complètement déconnectée. Tu sais combien de migrants ont crevé en mer depuis dix ans ? Tu le sais ? Non tu ne le sais pas ! Eh bien je vais te le dire : vingt mille ! Tu sais combien j'ai fait de dépêches pour l'Agence ? Trois ! Alors, avec tes deux enfants du miracle ! Je te le répète : tu ne sais plus ce que c'est que le journalisme ! Déconnectée, t'es complètement déconnectee. AFP, cela ne veut pas dire Agence Femme Presse. »

Une façon de lui rappeler qu'elle est une has been. Quand je pense qu’à Libé, ce minable me léchait les bottes pour arriver à passer un petit papier, la plupart du temps sans intérêt, dans les pages du service étranger.
Commenter  J’apprécie          250

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Daniel Rondeau (541)Voir plus

Quiz Voir plus

Métro Quiz

🎬 Film français réalisé par François Truffaut sorti en 1980, avec Catherine Deneuve et Gérard Depardieu, c'est ...

Le premier métro
Le dernier métro
L'ultime métro

10 questions
62 lecteurs ont répondu
Thèmes : métro , chanson , romans policiers et polars , cinema , romanCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..