AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.61/5 (sur 578 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Dallas, Texas , le 06/06/1952
Biographie :

Deborah Crombie, née Deborah Darden, est auteur de roman policier.

Elle a vécu au Royaume-Uni en compagnie de son premier mari, Peter Crombie, tout d'abord à Édimbourg en Écosse, puis à Chester en Angleterre.

Son premier livre, "Meurtres en copropriété" (A Share in Death, 1993) met en place une série d'intrigues élucidées par l'inspecteur Duncan Kincaid et sa collaboratrice, le sergent Gemma James.

Elle vit actuellement à McKinney au Texas, en compagnie de son mari Rick Wilson.

son site : http://www.deborahcrombie.com/

Source : www.bibliopoche.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Deborah Crombie   (15)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

3 janvier 2008 — Mystery author Deborah Crombie is interviewed by Barbara Peters of Poisoned Pen Press and Bookstore, Arizona (Part 6/6)


Citations et extraits (92) Voir plus Ajouter une citation
Nous craignons constamment les accidents et les chutes, ou bien d'attraper des maladies. La trahison de l'intérieur est la dernière chose à laquelle nous nous attendons. Et le cancer est l'ennemi le plus insidieux. Le corps se retourne contre lui-même, tel un cannibale tapi en nous.
Commenter  J’apprécie          282
En réalité, j'ai la chance d'éprouver ce singulier sentiment que le temps ralentit et s'ouvre, permettant simultanément l'expérience et la réflexion. Un caprice de la nature, une modification de l'état de conscience.
Commenter  J’apprécie          210
J'ai dit que je t'aimais avec fougue ;
c'est faux.
De telles marées vives et durables n'agitent pas
Une mer close.
Aux dieux comme aux imbéciles échoient
les plus grands risques.
A toi
L'aigre-doux clair et limpide qui n'est pas
pour moi.

Rupert BROOKE,
Sonnet (janvier 1910)
Commenter  J’apprécie          150
Mon sang fougueux repose à présent, frémit,
Il sait que toujours, de manière exquise
Ce crépuscule d'avril sur la rivière
Eveille l'angoisse dans mon cœur.


Rupert BROOKE,
Soir bleu.
Commenter  J’apprécie          120
Nous étions si exaltés, si déterminés,
une foi si belle brillait,
Et le chemin s'étalait devant nous
avec une telle certitude,
Mais, après mon départ,
Qu'est-ce qui t'est passé par la tête ?
Était-ce un bruit entendu,
Ou un cri soudain, qui t'a fait,
humblement et sans un mot,
rompre ton serment et, de manière bizarre,
veule, t'esquiver ?

Rupert BROOKE,
Désertion.
Commenter  J’apprécie          110
Margery Lester avait une voix aussi argentée que ses cheveux coiffés en un chignon classique. A soixante-dix ans bien sonnés, elle donnait parfois l'impression à son fils de se "condenser" plutôt que de vieillir. Les qualités qui faisaient d'elle une femme unique - vive intelligence, confiance en soi, dévouement à son art - paraissaient plus solides à mesure que son corps rétrécissait.
Ce jour-là, elle avait l'air encore plus authentique qu'à l'ordinaire.
Commenter  J’apprécie          100
… Crois-tu qu'il existe une ville frontière,
loin, très loin,
La lisière du désert, dernière terre, que nous
connaissons,
Quelque limite lugubre, ultime, de notre lumière,
Où je te trouverai à m'attendre ; et
Nous partirons ensemble,
Main dans la main, comme avant,
Là-bas, vers ces terres désolées
que nous ne connaissons pas, vers la nuit ?

Rupert BROOKE,
Les voyageurs.
Commenter  J’apprécie          90
Et je retrouve, perds, saisis, oublie encore,
Et me rappelle pourtant un conte que j'ai
entendu ou su,
Un conte futile d'oisiveté et de douleur
De deux êtres qui se sont aimés - ou pas -
et de celle dont le cœur perplexe a fait du
mal, stupidement,
Il y a très longtemps, au bord d'une autre mer.


Rupert BROOKE,
Waikiki.
Commenter  J’apprécie          90
Et parce que moi,
Malgré toutes mes réflexions,
Je ne pourrai jamais retrouver
Une minute de ces merveilleuses heures
passées,
Je suis triste, malade et veux mourir.


Rupert BROOKE,
Pins et Ciel : Soir.
Commenter  J’apprécie          90
Ce chiot noir, grassouillet et remuant, lui avait donné une raison de se lever le matin. Finn était plus qu'un compagnon, c'était un partenaire. Le lien qui les unissait avait rendu à Kieran ce qu'il croyait avoir définitivement perdu : un job utile.
Commenter  J’apprécie          90

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Deborah Crombie (540)Voir plus

Quiz Voir plus

Encore une potacherie

Scène de la vie quotidienne - Bonjour chéri, tu n'as pas oublié des passer au supermarché j'espère - désolé chérie, j'ai complétement zappé, j'ai eu une journée de M.... Mon boss a encore pété un câble... - on se passera de spaghetti dans les carbonara ! Question à 100 balles Quelle est la nationalité du monsieur de cette saynète ?

Polonais
Tchèque
Roumain
Italien

1 questions
22 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}