AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.45 /5 (sur 2621 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : South Woodford, Essex , le 17/02/1930
Mort(e) à : Londres , le 02/05/2015
Biographie :

Ruth Barbara Rendell, née Ruth Barbara Grasemann, est une auteure de romans policiers et de romans psychologiques criminels.

Elle a écrit également sous le pseudonyme de Barbara Vine.

Née de parents enseignants, sa mère est une danoise, née en Suède. Après ses études à Loughton, Essex, elle travaille comme journaliste dans des journaux locaux, dont "Chigwell Times" (1948-1952). En 1950, elle épouse Don Rendell avec lequel elle a un fils né en 1953. Le couple divorce en 1975, puis se remarie en 1977. Don Rendell décède en 1999.

Ruth Rendell écrit deux romans non publiés avant "Un amour importun" ("From Doon With Death"), un premier roman, paru en 1964, où apparaît son héros récurrent, le commissaire de police Reginald Wexford.

Parallèlement à la série des Wexford (1964-2013), Ruth Rendell écrit de nombreux romans psychologiques criminels dans lesquels elle explore des sujets tels que les obsessions sexuelles, les effets des malentendus, le hasard et l’humanité des criminels dont "L'Analphabète" ("Judgment in Stone", 1977).

Elle crée une troisième branche à son œuvre en publiant en 1986 "Vera va mourir" ("A Dark Adapted Eye") sous le pseudonyme de Barbara Vine. Les titres produits sous cette signature appartiennent au même territoire que ses romans psychologiques, tout en approfondissant des thèmes comme les malentendus familiaux et les effets secondaires des secrets et des crimes.

Plusieurs de ses livres ont été adaptés à la télévision et au cinéma, notamment "L’Homme à la tortue" par Pedro Almodóvar ("En chair et en os", 1997), "L'Analphabète" ("La Cérémonie", 1995) et "La Demoiselle d'honneur" (2004) par Claude Chabrol, "Un enfant pour un autre" ("Betty Fisher et autres histoires", 2001) par Claude Miller, "La Maison du lys tigré" ("Valentin Valentin", 2014) par Pascal Thomas ainsi que "Une amie qui vous veut du bien" ("Une nouvelle amie", 2014) par François Ozon.
Elle a obtenu deux fois le Prix Edgar-Allan-Poe : en 1984 de la meilleure nouvelle pour "Une amie qui vous veut du bien" ("The New Girlfriend") et en 1987 du meilleur roman pour "Vera va mourir" ("A Dark-Adapted Eye"). Elle est le seul auteur à avoir reçu trois fois le Golden Dagger Award (1976, 1986 et 1987) la plus grande récompense accordée aux romans policiers anglais.
Faite commandeur de l'ordre de l'Empire britannique en 1996 et baronne de Babergh, elle siège à ce titre à la Chambre des lords comme député du parti travailliste.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Ruth Rendell   (104)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Pedro Almodovar - "En chair et en os"


Citations et extraits (434) Voir plus Ajouter une citation
palamede   31 mai 2017
L'Analphabète de Ruth Rendell
... l'égoïsme n'est pas de vivre comme on a envie mais d'y contraindre les autres.
Commenter  J’apprécie          362
Zebra   20 mai 2013
Portobello de Ruth Rendell
page 145

[...] Les commerçants proposaient de la viande, du poisson, du fromage, du pain et des fleurs, et un tas de cochonneries de toute provenance et de tout aspect. Les étalages vendaient aussi toute une camelote, et puis aussi des objets qui n'en étaient pas, des gravures et des aquarelles; des bijoux véritables et de la pacotille, des parapluies, des sacs à main, des chapeaux, des vestes en cuir, des abat-jour, des masques, des bas résilles, et des minijupes, des miroirs et des pare-feu, des étuis à cigarettes et de longs gants blancs. Les jeunes pouvaient s'acheter des articles inconnus de leurs grands-parents de l'époque du flower power : caramboles et pommes cannelles, flocons d'amarante, riz sauvage, des aubergines rayées comme des dahlias, cristes-marines, chorizo et choux chinois. Les champignons hallucinogènes étaient proscrits depuis quelques années, mais certaines herbes dans leurs emballages de cellophane à l'aspect inoffensif remplissaient aussi bien cet office.

Certains camelots débitaient des commentaires sans fin sur leurs produits, pendant des heures sans interruption, c'étaient les cris des rues du vingt et unième siècle, et ils ne se cassaient jamais la voix. L'un d'eux déblatérait sur les vertus d'un substitut de cigarette avec pile incorporée ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
bilodoh   10 octobre 2018
Jeux de mains de Ruth Rendell
… papier et encre ont toujours l’air inoffensif. Il n’existe rien au monde de plus perfide. Pensez à ce qu’un texte imprimé peut déclencher…



(Calman-Lévy, p.391)
Commenter  J’apprécie          230
iris29   02 avril 2017
Les coins obscurs de Ruth Rendell
Tom avait observé avec intérêt que lorsque votre enfant vit au domicile parental, le soir, vous vous inquiétez de ce qu'elle ne soit pas rentrée, disons, après onze heures. Si elle est encore dehors après minuit, vous faites un sang d'encre. Vous regardez la pendule, vous tournez en rond, vous ouvrez la porte d'entrée toutes les dix minutes pour essayer de voir si elle n'arrive pas au bout de la rue. Il est hors de question de dormir. Mais quand elle n'habite plus à la maison, vous avez beau savoir qu'elle sort tout autant le soir, qu'elle rentre tout aussi tard, si ce n'est plus tard, vous ne vous inquiétez guère ou presque . Vous vous couchez et vous vous endormez.
Commenter  J’apprécie          215
bilodoh   20 mai 2015
La treizième marche de Ruth Rendell
Vivre ici trop longtemps, il y avait de quoi rendre fou. Vous sentiez les lieux se désagréger et lentement pourrir autour de vous, le bois et les suspensions, et les vieux tapis se désintégrer de minute en minute. Si vous restez immobile, et si vous écoutez, vous pouvez presque entendre le bois se fendiller, la rouille et la moisissure se transformer en poussière.



(Libre Expression, p. 324)

Commenter  J’apprécie          210
iris29   03 avril 2017
Les coins obscurs de Ruth Rendell
(...) ,selon lui, la présence des femmes dans le clergé était une erreur, et que les ordonner évêques constituait le début de la fin de l'anglicanisme dans ce pays.

" Vous n'aimez pas les femmes, alors? fit-elle.

- Bien sûr que si, se défendit-il. Mais à leur place.
Commenter  J’apprécie          210
bilodoh   26 juin 2015
Un enfant pour un autre de Ruth Rendell
…il comprit que toute sa vie, il continuerait à être tenaillé par la peur, à vivre dans la peur, à en être paralysé, et que le monde ne contenait pas assez de Valium ni de whisky pour la tenir en échec. Cela ne valait pas le coup, pensait-il, en aucune façon. Mai qu’entendait-il par là? Qu’est-ce qui valait quoi? Voulait-il dire que la vie ne valait pas la peur qu’on éprouvait à la vivre?



(France Loisirs, p.285)

Commenter  J’apprécie          170
Shan_Ze   20 novembre 2016
Voleurs de Ruth Rendell
Etre avec lui changea la vie de Polly. Ou plutôt elle crut que cela lui avait changé la vie. Elle s’aperçut qu’Alex lui faisait confiance. Il tenait pour acquis qu’elle lui disait la vérité. Il croyait tout ce qu’elle disait. Et comme elle l’aimait, elle lui disait presque toujours la vérité. Avec lui, ce n’était pas difficile d’être dans le vrai.
Commenter  J’apprécie          160
Fortuna   10 octobre 2017
L'Analphabète de Ruth Rendell
Elle ne savait pas, n'aurait jamais imaginé qu'en fait, Eunice était bien plus effrayée par sa patronne qu'elle-même intimidée par sa domestique. Que l'incident de l'historique des Coverdale l'avait fait rentrer complètement dans sa coquille, persuadée que si elle leur parlait ou se laissait adresser la parole, son ennemi mortel, le mot imprimé, se lèverait et viendrait l'assaillir. Quand Jacqueline, après avoir tiré un fauteuil à côté du radiateur, lisait dans son coin afin de ne pas gêner Eunice et lui laisser le champ libre, elle était loin de se douter qu'elle ne pouvait justement rien faire de mieux pour la gêner encore plus et attiser sa haine.
Commenter  J’apprécie          120
bilodoh   24 novembre 2018
Jeux de mains de Ruth Rendell
Je crois qu’on ne s’intéresse pas vraiment à ceux qui nous inondent de leur amour. Car l’intérêt qu’ils nous portent occupe alors tout notre temps, et remplit pour ainsi dire tout notre espace. Nous étions pour papa une source d’émerveillement, et cette fascination nous comblait, nous n’éprouvions nul besoin de nous soucier de, disons, de celui qui le dispensait.



(Calman-Lévy, p.228)
Commenter  J’apprécie          121

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Promenons-nous dans les bois" de Ruth Rendell

Comment s'appelle la femme qui devait garder les deux enfant du couple Dade ?

Paula
Joanna
Tania

10 questions
7 lecteurs ont répondu
Thème : Promenons-nous dans les bois de Ruth RendellCréer un quiz sur cet auteur