AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 4 /5 (sur 103 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 30/08/1955
Biographie :

Didier Fassin est un anthropologue, sociologue et médecin français.

Après des études de médecine, il devient chef de clinique assistant des Hôpitaux de Paris, spécialisé en médecine interne et maladies infectieuses à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Titulaire d’un master d’épidémiologie et de santé publique, il enseigne ensuite ces disciplines à la faculté de médecine de l’Université Pierre-et-Marie-Curie.

Parallèlement, il s’intéresse de manière croissante aux questions morales et politiques posées par la prise en charge de personnes confrontées à des situations de précarité ou de domination : pauvres, chômeurs, migrants, réfugiés, orphelins du sida en Afrique, victimes de catastrophe au Venezuela, populations opprimées en Palestine.

Professeur de sociologie à l’Université Paris Nord en 1997 puis directeur d’études en anthropologie politique et morale à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS) en 1999, il y crée le Cresp, Centre de recherche sur la santé, le social et le politique, puis, avec Alban Bensa, l’Iris, Institut de recherche interdisciplinaire sur les enjeux sociaux, qui dépend du CNRS et de l’Inserm et qu’il dirige jusqu’en 2010.

Didier Fassin a été professeur à l'Université de Paris-XIII de 1991 à 2009.

En 2009, il est nommé professeur à la chaire de sciences sociales James D. Wolfensohn de l’Institute for Advanced Study de Princeton.

En 2019, il est élu au Collège de France sur la Chaire annuelle de santé publique.

Auteur de nombreux ouvrages, il intervient dans divers médias et forums sur les questions d’asile, d’immigration, de discriminations, de justice sociale et de politique sécuritaire.
+ Voir plus
Source : Bibliomonde
Ajouter des informations
Bibliographie de Didier Fassin   (35)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Didier Fassin vous présente son ouvrage "La société qui vient" aux éditions Seuil. Entretien avec Nicolas Patin. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2600698/la-societe-qui-vient Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
Podcasts (6) Voir tous


Citations et extraits (70) Voir plus Ajouter une citation
Didier Fassin
TerrainsVagues   04 mai 2021
Didier Fassin
Même s’il ne faut aucunement en minimiser la gravité, le Covid-19 n’est exceptionnel ni par son infectiosité ni par sa létalité. La rougeole, par exemple, est plus contagieuse et fut, avant la vaccination, plus mortelle. Le caractère unique de la situation actuelle ne tient donc pas tant à la maladie elle-même qu’à la réponse qui lui a été apportée.



Source journal du CNRS





https://lejournal.cnrs.fr/articles/la-pandemie-a-montre-que-toutes-les-vies-nont-pas-la-meme-valeur
Commenter  J’apprécie          193
julspirit   25 août 2021
La force de l'ordre de Didier Fassin
Que la police doive mesurer son efficacité en termes de faits constatés et de faits élucidés au regard d'un but chiffré est, après tout, raisonnable. Le problème est moins théorique (comment faire une bonne évaluation d'une politique ?) que pratique (comment augmenter le nombre de délits et de crimes constatés et élucidés lorsqu'ils sont de fait en diminution et souvent commis dans des conditions laissant peu la possibilité de trouver les coupables ?). (...)

La solution logiquement trouvée par les policiers, c'est de compléter leurs prises en rapport avec des atteintes aux biens et aux personnes, qui sont la raison d'être principale de leur métier, par des faits à la fois aisés à réaliser et faciles à élucider, mais éloignés de leur mission première. Il s'agit essentiellement de deux types de délits : les infractions à la législation sur les stupéfiants (ILS), et les infractions à la législation sur les étrangers (ILE), autrement dit des "shiteux" et des "sans-papiers". Un agent de la BAC m'expliqua : "En principe, on est censé faire trente interpellations. C'est ce que le major nous demande. Le mois dernier, mon équipage en a fait seulement vingt-quatre. Alors on a fait des ILS et des ILE pour compléter. C'est le commissaire lui-même qui nous l'a dit." (...) Les fonctionnaires considèrent les ILS et les ILE comme des "situations intéressantes", car non seulement elles sont aisées à "faire", mais elles sont par définition élucidées puisque la découverte du délit suppose l'identification du coupable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Ziliz   15 novembre 2020
La force de l'ordre de Didier Fassin
Deux grands modèles de police se sont longtemps opposés.

En Grande-Bretagne, c'était le 'Bobby', non armé, circulant souvent à pied, bien implanté dans son environnement et respecté pour son sens civique.

Aux Etats-Unis, c'était le 'Cop', toujours armé, patrouillant en voiture, entretenant peu de relations avec les habitants et redouté pour sa brutalité et son racisme.

C'est ce modèle qui s'est imposé presque partout dans le monde.

Cette évolution a un coût humain.

En Grande-Bretagne, trois personnes sont tuées par la police chaque année.

Aux Etats-Unis, trois meurent chaque jour dans les mêmes circonstances.

---------

[ même en rapportant ces chiffres (de 2007) à la population de chaque pays, la différence reste considérable :

GB : 63.7 millions - USA : 316.1 millions en 2013 ]
Commenter  J’apprécie          173
julspirit   18 juillet 2021
La force de l'ordre de Didier Fassin
Souvent, [mes compagnons de patrouille de la BAC] me confiaient avec satisfaction que, lorsqu'une opération de la police en tenue se passait mal, leur arrivée calmait immédiatement les individus concernés. Ils n'hésitaient pas à user de la force bien plus que ne le faisaient leurs collègues, mais en général leur présence était suffisamment menaçante et leur réputation suffisamment établie pour couper court à toute velléité de réaction de la part de leur public (...).

Leur dureté faisait peur : ils le savaient et s'en flattaient. Il y avait d'ailleurs, dans leurs interventions, une performance plus ou moins consciente, une façon de jouer un rôle de méchant comme au cinéma ou à la télévision. Si les gardiens de la paix avaient un point commun avec les adolescents des quartiers, c'était leur fascination pour les sites d'hébergement de films amateurs de poursuites et de rodéos, pour les jeux vidéo de guerre et de violence, enfin pour les séries et les films policiers.
Commenter  J’apprécie          140
julspirit   04 juillet 2021
La force de l'ordre de Didier Fassin
La relation ethnographique, c'est-à-dire le lien qui se constitue en situation d'enquête entre l'enquêteur et les enquêtés, met en effet toujours en tension complicité et duplicité : d'un côté, on cherche à induire une proximité artificielle qui finit cependant par devenir réelle ; de l'autre, on s'efforce de maintenir une certaine réserve sur un projet intellectuel qui se constitue du reste au fur et à mesure que la recherche progresse. Généralement, la complicité prévaut, ne serait-ce que pour des raisons pratiques de meilleur rendement scientifique (on dit plus de choses à un chercheur avec lequel une certaine connivence est établie), mais aussi par un biais misérabiliste assez répandu dans les sciences sociales (la plupart des recherches portent sur des groupes dominés [...]).
Commenter  J’apprécie          140
julspirit   15 juillet 2021
La force de l'ordre de Didier Fassin
L'action judiciaire engagée contre les forces de l'ordre pour des faits de violence (...) est le résultat d'une conjoncture qui n'est que très rarement réalisée puisqu'il faut que la victime porte plainte, que la doléance soit enregistrée, que le parquet soit saisi, qu'une instruction soit diligentée, qu'un non-lieu soit évité et qu'une condamnation soit prononcée. À chaque étape de cet enchaînement de faits improbables, le nombre d'affaires diminue jusqu'à ne donner que quelques dizaines de sanctions dont on a vu qu'elles n'étaient même pas nécessairement exécutées.
Commenter  J’apprécie          140
Ziliz   15 novembre 2020
La force de l'ordre de Didier Fassin
Les sympathies pour le leader de l'extrême-droite [JM Le Pen] m'étaient déjà apparues à plusieurs reprises.

A l'approche de l'élection présidentielle [2007], les indices de la xénophobie se firent toutefois plus manifestes sur les murs du bureau de la BAC.

(...)

Les tenues de certains policiers se modifièrent, et ils parcouraient les cités vêtus d'un tee-shirt noir arborant sans ambiguïté des signes de leurs affinités.

A côté du mot PATRIOT et du casque franc à l'intention explicite, les trois chiffres [732] évoquant la date de la défaite de l'armée arabe à Poitiers étaient devenus le symbole de ralliement de l'extrême-droite.

L'institution policière, qui avait saisi la justice et fait condamner pour outrage un fabricant de tee-shirts détournant ironiquement le sigle des brigades anti-criminalité [B.A.K. - Brigade Anti Keuf] se montrait au contraire très indulgente à l'égard de ses agents qui livraient au regard des habitants leurs opinions hostiles aux immigrants et aux minorités.

(p. 85)



-----



https://www.liberation.fr/societe/2003/02/14/bak-93-des-vetements-qui-froissent-la-police_430917
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          113
ErnestLONDON   04 janvier 2021
La force de l'ordre de Didier Fassin
Les policiers sont convaincus que les juges sont trop cléments. “On arrête des délinquants et le lendemain ils sont remis en liberté“, répètent-ils sans cesse. Punir dans la rue leur apparaît donc comme une manière de se substituer à une justice qu’ils pensent défaillante.
Commenter  J’apprécie          120
julspirit   29 août 2021
La force de l'ordre de Didier Fassin
Paradoxe que cette inversion des rôles : contrairement à l'opinion répandue, selon laquelle les jeunes provoquent les policiers qui ne peuvent que répondre pour manifester l'autorité de la force publique, ce sont souvent, dans certains quartiers, les policiers qui provoquent les jeunes en anticipant une réaction qui pourra justifier leur riposte musclée. Ainsi, lors d'une patrouille dans une cité, le véhicule de la BAC roule au pas derrière un adolescent d'origine africaine âgé d'une quinzaine d'années qui, à considérer le sac qu'il porte en bandoulière, rentre du collège. Les gardiens de la paix baissent la vitre du véhicule et lui lancent en riant des insultes racistes. Au bout d'une vingtaine de secondes, excédé, les larmes aux yeux, l'adolescent, qui avait pu se contenir jusqu'alors, éclate : "Mais laissez-moi tranquille!" Immédiatement, la voiture s'arrête, les trois policiers en sortent et entourent le garçon, menaçants. L'ayant contrôlé et fouillé avec rudesse, ils se préparent à l'emmener au poste, mais l'intervention d'une passante qui assure qu'il est un garçon sans problème et supplie les policiers de le laisser rentrer chez lui permet in extremis d'éviter l'interpellation. Heureusement pour le collégien, l'affaire se termine donc par une simple intimidation, qui lui aura inculqué, à moindres frais, la leçon que ne cessent de lui rappeler ses parents et ses aînés : il faut toujours se taire face aux forces de l'ordre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Didier Fassin
thedoc   12 février 2018
Didier Fassin
De l'assimilation entre immigration et délinquance, nous sommes passés dans les années 2000 à l'assimilation entre immigration et terrorisme.
Commenter  J’apprécie          120

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Songe à la douceur

Dans le chapitre 1, quelle question revient souvent dans les pensées d'Eugène ?

Est-ce qu'elle l'aime ?
Est-ce qu'il couche avec elle ?
A-t-elle un copain ?

14 questions
148 lecteurs ont répondu
Thème : Songe à la douceur de Clémentine BeauvaisCréer un quiz sur cet auteur