AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Frédéric Debomy (Autre)Didier Fassin (Autre)Jake Raynal (Autre)
EAN : 9782413012955
104 pages
Éditeur : Delcourt (21/10/2020)
4.1/5   36 notes
Résumé :
Fondé sur une enquête conduite quinze mois durant, des prémices des émeutes de l’automne 2005 jusqu’en 2007, auprès de la brigade anti-criminalité d’une banlieue parisienne, cet ouvrage met en lumière l’exception sécuritaire à laquelle sont soumises les « cités ». Au plus près du travail des policiers comme de l’expérience qu’en ont les populations, il montre que se déroulent au quotidien,près de chez nous, des scènes qui mettent en question le contrat social et la ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
4,1

sur 36 notes
5
7 avis
4
3 avis
3
0 avis
2
0 avis
1
0 avis

Ziliz
  22 novembre 2020
Police 👮‍♂️ and thieves 🏃‍♂️ in the streets ♪♫ - oh yeah eh eh ♪♫ 🎸
Scaring 😱 the nation with their guns and ammunition ♪♫ 🎸
(un petit coucou à Pierre du 79, dit aussi 'le people du 41 & du 49' 😉)
« Quand j'entends le mot violences policières, personnellement, je m'étouffe » (Ministre de l'Intérieur, juillet 2020).
D'abord il n'y a pas 1 mot, là, mais 2, mon gars.
Ensuite, comme réagit Laurence Rossignol (PS) à ces propos : « Reprendre les mots des victimes, les détourner puis les retourner contre elles... #LesMotsTuent" ».
« J'étouffe ! » sont en effet les derniers mots de Cédric Chouviat, mort à la suite d'un contrôle policier en janvier dernier, en France.
De même, 'I can't breathe' sont les dernières paroles prononcées par George Floyd lors de son interpellation violente et meurtrière en mai 2020, aux USA.
Dans l'actu brûlante : l'article 24 de la loi de 'Sécurité globale' a été approuvé à une large majorité parlementaire (146 voix pour et 24 contre). Il pourrait avoir pour effet d'empêcher de filmer les forces de l'ordre en opération et de diffuser par la suite les images. Rappelons qu'avec de tels principes, on n'aurait jamais identifié A. Benalla comme l'auteur de violences sur les vidéos d'un certain 1e mai. On ne va pas dire qu'il resterait impuni à ce jour, c'est un peu le cas... Mais il aurait poursuivi sa fulgurante ascension, à la droite de son maître.
Revenons à l'album. Il s'agit d'une adaptation d'un essai de l'anthropologue & sociologue Didier Fassin. Observateur déclaré (et non pas infiltré), il a rejoint la BAC (brigade anti-criminalité) d'une banlieue parisienne durant quinze mois, entre 2005 et 2007.
Ce service de la police nationale française, créé en 1994, appartient à la Direction centrale de la sécurité publique. Présent à Paris et en banlieue, ainsi que dans les grandes et moyennes villes de province, il se décline en modes diurne et nocturne.
L'essai, brillamment condensé ici, confirme les indélicatesses policières (désolée), au-delà des "quelques" faits divers médiatisés que certains prétendront à la marge.
'Délit de faciès' ; provocations pour interpeller, mettre en garde à vue et faire du chiffre ; impunité des 'forces de l'ordre' ; profil particulier d'une grande partie de ses agents (sympathisants décomplexés d'extrême-droite, xénophobes, bourrins, violents) - c'est ça la BAC... Avec un petit bonus dans l'horreur pour la BAC de nuit.
Les plus sceptiques pourront aussi voir le film de Ladj Ly 'Les Misérables', qui a "bouleversé" (sic) le Président et madame, fin 2019. Ok, Manu, c'est noté pour le 'bouleversement'... et ?
Pour conclure, ces mots de 'Diogene', trouvés sur Twitter :
« Vous aviez une mauvaise image de la police ? le gouvernement a réglé le problème. Vous n'aurez plus d'image du tout. » *
Merci qui ?
--------
* https://twitter.com/cynismes/status/1329934893258842123
♪♫ https://www.youtube.com/watch?v=NJK2tD4fpMo
voir aussi
https://www.youtube.com/watch?v=Gdzen0lVce4
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3916
Arthemyce
  12 mai 2021
Cette fois, pas de note de lecture, pas d'analyse ou synthèse personnelle, juste un florilège de citations, la plupart percutantes, et donnant à voir la police de l'intérieur, notamment une équipe de la BAC d'une grande agglomération. L'étude de terrain a été réalisée entre 2005 et 2007, à une époque assez chaude, suite au décès de Zyed et Bouna, qui se sont réfugiés dans un transformateur EDF pour échapper à la police qui les poursuivait. Deux ans après, un scandale du même genre éclatait et embrasait une fois de plus les cités, harassées de subir perpétuellement l'injustice des provocations, des discriminations et des abus en tout genre.
Il n'est pas précisé si les dialogues, crus pour la plupart, sont de véridiques citations. On peut cependant penser que, étant donné le contexte à voir, on est relativement proche des discussions réelles ayant lieu au sein de la BAC étudiées par Didier FASSIN.
Hormis l'indignation permanente que suscite l'ouvrage, sans parler de la frustration ou encore de la honte (d'avoir une police aussi gangrénée), ce qui m'aura le plus marqué – pour l'avoir découvert avec surprise – ce sont les écussons de différentes BAC, tous extrêmement symboliques, offrant au choix : armes, animaux prédateurs (tigres loup…), un squelette drapé de noir et sa faux… Au début je n'y croyais pas, mais les écussons présentés sont bien les vrais, on peut les trouver sur internet.
Il m'est incompréhensible que l'État puisse tolérer ce genre de symbolique au sein de la fonction qui a normalement pour but de protéger les citoyens, non de jouer les cow-boys.
Allez, j'arrête là et je vous laisse avec quelques extraits ô combien révélateurs.
« - Ta gueule ! »
« - Tiens, les singes sont de sortie »
Zyed & Bouna, Clichy-sous-bois, 2005
« le ministre de l'intérieur déclara que les adolescents n'étaient pas poursuivi par la police et qu'ils étaient impliqués dans un cambriolage »
« - En fai, les jeunes, quand on arrive, ils courent, mais ils ne savent même pas pourquoi. […] Ça doit être une réflexe pavlovien.
- C'est peut-être le même réflexe qui fait courir la policiers pour les poursuivre. »
« L'expérience avait appris à ces jeunes qu'il ne suffisait pas d'avoir rien à se reprocher pour échapper aux contrôles, aux fouilles et, parfois, aux interpellations. »
Moushin & Laramy, Villiers-le-bel, 2007
« La violence du choc fut telle que, devant l'état du véhicule, la police affirma qu'il avait été vandalisé après l'accident. Ce que l'expertise contredira. »
« L'ancien ministre de l'intérieur, devenu président de la république, accusa, cette fois encore, les victimes. »
« - Ce qui s'est passé n'a rien à voir avec une crise sociale. Ça a tout à voir avec la voyoucratie. »
« Entre les deux, le temps d'une enquête de sciences sociales […] sur le travail quotidien des policiers et leurs interactions ordinaires avec les habitants. Quinze mois passés à patrouiller dans une grande agglomération de la région parisienne avec les forces de l'ordre. »
« Les BAC ont été créées au milieu des années 1990, dans une période où le discours sécuritaire s'imposait de plus en plus dans le monde politique. »
« En France comme ailleurs, la police se laisse difficilement observer, en particulier par les chercheurs. »
« A voir le nombre de photos de Vic MACKEY collées sur leur placard, le personnage principal de The Shield était leur héros. »
« Mes compagnons de patrouille se reconnaissaient dans leur esprit de liberté et leur image de puissance. […] Les policiers de la BAC n'aspiraient pas à en imiter les pratiques corrompues et les méthodes brutales, mais rêvaient de leur vie trépidante. Leur quotidien monotone tranchait en effet avec les récits animés qu'ils en faisaient à leurs collègues. »
« - Y nous aiment pas les bâtards. Nous on les aime pas non plus. »
« le mot bâtard était généralement le terme qu'utilisaient les policiers pour parler des habitants des quartiers populaires. »
« - C'est bon mais tu ferais bien de rester chez toi. »
« - On les contrôle, même quand ils n'ont rien fait et qu'ils n'ont pas l'air de se préparer à faire quoique ce soit. C'est illégal, mais on le fait. »
« La mission des BAC, c'est en principe de faire du flagrant délit. Mais les infractions qui se prêtent à ces interventions sont rares. »
« - C'est pas en faisant du saute-dessus qu'on fera nos quotas. »
« - le mois dernier, mon équipage a fait seulement 24 interpellations alors que le major nous en demande 30. le commissaire nous a suggéré de faire des I.L.S. et des I.L.E. pour compléter. C'est pourtant pas pour ça que je me suis engagé dans la police. »
« Beaucoup de policiers se plaignent de cette politique du chiffre. »
« - Moi, je défends mon pays ! Je me plains toujours qu'il y a trop de sans-papiers. C'est pour ça que quand je peux en arrêter un, je le fais. »
« Il n'ignore pas que l'interpellation qu'il vient de faire est illégale puisqu'elle résulte d'un contrôle décidé sur la seule apparence physique. »
« - Regarde-moi ce connard ! »
« le quotidien des policiers est bien éloigné de la représentation de leur métier telle qu'elle apparait dans les fictions et telle qu'eux-mêmes l'imaginent. »
« - T'as vu la vidéo de l'interpellation du jeune à Rouen ? Au début tout se passe bien. T'entends même le un flic vouvoyer le mec. Je me suis dit : C'est pas possible. Il a vu qu'y avait une caméra, le gars… Mais pour une fois que ça se présentait bien pour nous… Y'a l'autre flic qui dit au bâtard : Si tu continues comme ça, tu vas cramer dans un transfo comme tes potes. le con ! »
« Dans ce contexte de désoeuvrement involontaire, des faits anodins peuvent donner lieu à des réponses disproportionnées qui génèrent artificiellement de l'action. »
« - Petit merdeux, je vais t'apprendre à parler aux policiers ! »
« - Fermez vos gueules les bougnoules !! »
« Au commissariat, le jeune homme est rapidement relâché lorsqu'on se rend compte qu'il est aveugle et ne peut guère être soupçonné d'avoir participé à l'altercation initiale. A l'hôpital, où sa soeur a été conduite [après s'être fait violentée durant l'interpellation, ndlr] les médecins diagnostiquent à la jeune fille une fracture du bras et des lésions cervicales. Les quatre jeunes blessés lors de l'intervention sont placés en garde-à-vue et accusés d'outrage et rébellion, de façon à neutraliser d'éventuelles plaintes contre les policiers. Les six autres sont libérés en chaussettes au milieu de la nuit et doivent parcourir à pied les 3 kilomètres qui les séparent de leur domicile. »
« Il y a eu beaucoup d'injures racistes, auxquelles se sont ajoutées des menaces de mort. » « Aucune suite juridique ne sera cependant donnée à l'affaire. »
« C'est difficile. On est pris entre la volonté des agents de ne pas perdre la face en s'affirmant sur un territoire et le risque de mettre la cité à feu et à sang. On n'arrive pas à les retenir. »
« Parfois, une provocation permet de justifier une interpellation. »
« - Alors p'tit branleur ! On se promène ?
- On va le faire chier celui-là !
- Tu fais pas ton malin, hein, bamboula ?
- Laissez-moi tranquille !
- Alors, sale nègre, c'est comme ça qu'on parle à la police ? On va t'embarquer pour outrage et rébellion. Tu vas voir comme c'est sympa, la garde-à-vue. »
« - J'ai été convoqué six fois par la commission de discipline. Ça vaut plus la peine dans ces conditions, d'arrêter ces bâtards : ça nous attire que des ennuis ! »
« Contrairement à ce qu'on pense, les outrages et rébellions ne sont pourtant pas un signe de violence du public. Ils sont un indicateurs des provocations des policiers. Même si l'institution policière a bien conscience de cette réalité, elle ne sanctionne qu'exceptionnellement les agents concernés, ou bien elle le fait à minima.
En revanche, pour les jeunes inculpés d'outrages et rébellion, la sanction est presque systématique. Les peines de prison ferme sont fréquentes. »
« Ta gueule ! »
« - Pour qui tu te prends, p'tite crevure, de te barrer sans la permission ? [lors d'un contrôle d'identité, un jeune d'un foyer proche est parti chercher ses papiers – et est revenu les montrer, ndlr] Tu vas voir, j'vais te percer les genoux ! Non mais regarde-toi, p'tit pédé ! T'es en échec familial, t'es en échec scolaire ! [Puis il s'explique avec la directrice du foyer] Si c'est comme ça que vous vous occupez de vos bâtards, bravo ! »
« - Non, c'est bon. C'est passé. C'est tout. »
« Les jeunes n'ignorent rien de la difficulté à se faire reconnaître victimes de brutalité policière. »
« le procureur m'expliqua qu'il était exceptionnel de porter une telle attention à ce type de dossier. Ais l'une des victimes était un turc dont la photographie du visage tuméfié avait fait la une d'un quotidien de son pays. le consulat avait interpellé la préfecture et le parquet avait été saisi. »
« - Les gars, on a perdu la guerre d'Algérie y a quarante ans, on a baissé notre froc. C'est pas aujourd'hui qu'on va le baisser de nouveau. Pas de prisonnier. On trique ! »
« - Mon client est victime de son dévouement comme policier. Il n'y avait pas chez lui de volonté de vengeance, mais une volonté de justice. »
« - Condamnation des cinq agents à quatre mois d'emprisonnement avec sursis sans inscription au deuxième bulletin du casier judiciaire… Et à verser solidairement 12.000€ de dommages et intérêts à la victime. »
« La condamnation, remarquablement clémente puisqu'elle n'affectait pas les carrières des fonctionnaires, ne fut cependant pas exécutée. La victime ne reçut jamais les dommages et intérêts prononcés par le magistrat. »
« - Ta gueule ! »
« le décalage observé entre la police et la population tient en bonne part à ce que 8 agents sur 10 viennent de milieu rural ou de petites villes et que leur première affectation se fait dans des circonscriptions urbaines les plus difficiles. de plus, dans les écoles nationales de police, les enseignants leur ont souvent dressé un tableau peu favorable des quartiers populaires en recourant volontiers à un langage racialisé. […] le manque d'expérience de cet environnement et les préjugés qui s'attachent à celles et ceux qui y vivent conduisent à des tensions et des heurts entre les forces de l'ordre et les résidents des quartiers populaires. »
« - Votre premier poste sera sûrement dans une banlieue. Là-bas, c'est la jungle ! Vous allez vous retrouver chez les sauvages. […] »
« Ces tensions et ces heurts sont attisées par certains responsables politiques, dont les propos stigmatisent les habitants des cités, surtout les jeunes »
« - Vous en avez assez de cette bande de racailles ? On va vous en débarrasser. »
« C'est que le dispositif français de sécurité publique a été progressivement détourné de ses objectifs originaux. National, il devait assurer l'égalité de tous devant la loi de la république et la neutralité des forces de l'ordre placées au seul service de l'État. Mais lorsque les questions de sécurité ont été politisées à partir des années 1970, la police est elle-même devenue un instrument du pouvoir. Plutôt qu'au service des citoyens, elle se met au service du gouvernement qui, en retour, a besoin d'elle. »
« Tous les policiers ne se reconnaissent […] pas dans les pratiques de ces unités spéciales. »
« - Rejoindre la BAC, non. Ce n'est pas le genre de travail que j'aime faire. On va trop au conflit. Moi j'aime parler avec les gens. Je préfère négocier pour résoudre les problèmes. »
« - Qu'est-ce qu'il a le bâtard ? »
« - Fallait y penser avant ducon ! »
« - J'étais à deux doigt de le frapper ! »
« Les sympathies pour le leader de l'extrême-droite au sein de la brigade m'étaient déjà apparues à plusieurs reprises. A l'approche de l'élection présidentielle, les indices de xénophobie se firent toutefois plus manifestes sur les murs du bureau de la BAC [illustration de J.M. LE PEN en poster dans le bureau, ndlr]. Même le racisme s'exprimait plus ouvertement et la parole se libérait. Les tenues de certains policiers se modifièrent, et ils parcouraient les cités vêtus d'un tee-shirt noir arborant sans ambiguïté des signes de leurs affinités [ tel les chiffres « 732 » évoquant la date de la défaite des Arabes à Poitiers, ndlr]. »
« - C'est vrai, je l'ai remarqué aussi. Tous ceux de nos agents qui sont à droite, et même à l'extrême-droite sont à la BAC. Mais je ne sais pas pourquoi. »
« Aux élections régionales, plus de la moitié des forces de l'ordre avait voté pour le parti d'extrême-droite : le double de la moyenne nationale. »
« Au sein de la brigade, certains avaient toutefois progressivement pris leur distances par rapport à cette évolution. »
« - J'en pouvais plus. »
« Les défections des policiers les moins enclins à manifester leur hostilité à l'encontre des immigrés et des minorités conduisent ainsi à une concentration des agents les plus xénophobes et racistes au sein des unités. »
« - Toutes ces saloperies qu'on entendait et auxquelles on assistait ! On supportait plus. »
« Même si elles attirent un certain profil de policier, les brigades anti-criminalité ne constituent pas des ensembles homogènes. »
« - Les noirs et les arabes, moi, j'les aime pas, et si je peux les faire chier, je les rate pas. »
« Ce qui fait souvent la différence entre les uns et les autres, c'est l'environnement dans lequel ils ont grandi. Plus il diffère de celui dans lequel ils travaillent, et plus ils en ressentent d'étrangeté et même d'hostilité à l'encontre de leur public. »
« Deux grands modèles de police se sont longtemps opposés. En Grande-Bretagne, c'était le « bobby », non armé, circulant souvent à pied, bien implanté dans son environnement et respecté pour son sens civique. Aux États-Unis, c'était le « cop », toujours armé, patrouillant en voiture, entretenant peu de relations avec les habitants et redouté pour sa brutalité et son racisme. C'est ce modèle qui s'est imposé presque partout dans le monde. Cette évolution a un coût humain. En Grande-Bretagne, trois personnes sont tuées par la police chaque année. Aux États-Unis, trois meurent chaque jour dans les mêmes circonstances. Mais plus encore, peut-être, que le compte des décès, c'est le harcèlement au quotidien des classes populaires et des minorités ethno-raciales par la police et donc l'expérience des humiliations, des discriminations et des violences, qui laissent les traces plus profondes dans ces populations. »
« Aux mesures de justice sociale a donc été préféré le renforcement de l'action policière. »
« L'autoritarisme apparait ainsi comme le nécessaire complément du néolibéralisme. »
P.S. : Personnellement, je ne suis pas fan du tout du dessin, ni des traits, ni des couleurs. Ce n'est pas du tout mon style. Mais c'est largement secondaire dans le cas présent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Erik_
  20 juin 2021
Je tiens à le dire d'emblée: je suis assez admiratif dans l'ensemble du travail qu'effectuent les forces de l'ordre dans un métier parfois très difficile car confrontés aux tristes réalités de terrain. Ils ne sont pas vraiment soutenus par leur hiérarchie, par la justice et par l'opinion publique de manière générale. Pour autant, le reste qui va suivre ne va pas forcément vous plaire.
En effet, l'auteur a demandé à être un observateur durant des mois afin de réaliser une enquête ethnographique sur le travail de la police dans les quartiers populaires. Il a partagé le quotidien des policiers d'une grande circonscription de la région parisienne alors que la police se laisse difficilement observer en particulier par les chercheurs. Il en résulte cette BD après avoir été un livre qui a été assez décrié car les conclusions sont hautement sensibles.
Ainsi, on voit des jeunes de quartier qui n'ont rien fait et qui sont accusés à tort et plutôt malmenés par les forces de l'ordre. Cela crée des tensions entre cette communauté issue de l'immigration nord-africaine et les autorités. On verra que les idées d'extrême droite ainsi que le racisme sont bien ancrés dans cette police.
On se souvient tous du soulèvement populaire sur tout le territoire suite au drame de Clichy sous Bois en 2005 où des jeunes avaient été électrocutés en tentant de fuir un simple contrôle d'identité. Je n'ai jamais subi de contrôle d'identité dans ma vie mais ces jeunes n'ont même pas encore la majorité qu'ils ont été contrôlés une dizaine de fois. Je m'interroge tout de même sur une telle discrimination opérée par les forces de l'ordre.
A noter que le ministère de l'intérieur avait déclaré que ces adolescents avaient été impliqués dans un cambriolage ce qu'une enquête allait démentir. Qu'importe, le ministre de l'intérieur de l'époque voulait à tout prix se faire élire président de la république sur le message de nettoyage de ces cités au karcher ce qui rencontrait une opinion plutôt favorable du reste du pays.
Quand les policiers arrivent; les jeunes courent immédiatement ce qui n'est pas une réaction normale mais c'est un réflexe instinctif chez eux même s'ils n'ont rien fait de répréhensible. L'expérience avait appris à ces jeunes qu'il ne suffisait pas de n'avoir rien à se reprocher pour échapper aux contrôles, aux fouilles et parfois aux interpellations.
En 2007, rebelote avec une voiture de police qui tue deux jeunes sur un scooter qu'on allait encore accuser alors que la violence du choc prouvait un excès de vitesse de la part des policiers. Là encore, relaxe des policiers. A noter que le syndicat des policiers en rajoute encore en parlant de violences perpétrées d'une incroyable sauvagerie inqualifiable à l'encontre des forces de l'ordre. Sur le terrain, la réalité semble différente.
A noter que ces unités d'élite n'hésitent pas à enfoncer des portes de logement quand on pouvait se contenter de sonner pour qu'on leur ouvre. Bref, ils ne font pas dans la dentelle. Ils font même dans la provocation tant ils haïssent ces jeunes des cités qu'ils surnomment pas très affectueusement les bâtards. Quand un jeune invoque une raison à un acte répréhensible, ils pensent que c'est un foutage de gueule et peuvent leur coller jusqu'à sept infractions pour se venger.
Les Brigades anti-criminalités seront passées au peigne fin par l'auteur qui a répertorié tous leurs inconvénients. Ils doivent faire du chiffre et pour cela, ils sont prêts à tout. Ce sont ces agents qui sont redoutés par les habitants des cités. En effet, ils prennent souvent des libertés avec la loi dans les quartiers populaires surtout vis à vis des jeunes. C'est assez arbitraire et ce sont des vexations répétées qui ne concourent pas au vivre ensemble.
J'avoue que cette enquête menée de manière objective m'a fait assez froid dans le dos même si toutes les forces de l'ordre ne pratiquent pas ainsi mais la police est d'ores et déjà noyautée par les idées d'extrême-droite (tout comme l'armée d'ailleurs). Ainsi, ils peuvent mettre leurs pratiques en conformité avec leurs opinions politiques. Et ceux qui ne partagent pas ces idées sont souvent écartés ce qui conduit à une concentration des agents les plus xénophobes et racistes au sein de ces unités.
Il y a un véritable profilage par couleur de peau qui leur permet d'interpeller des personnes en situation irrégulière quitte à les pousser à la faute pour y parvenir sans paraître enfreindre la loi. Des exemples assez iniques nous seront montrés sur leurs pratiques. Les outrages et rebellions contre personne dépositaire de l'ordre publique ont connu une croissance spectaculaire au cours de ces trois dernières décennies car ils sont encouragés à déposer des plaintes. Pour autant, ceux qui désirent porter plainte contre leur brutalité font l'objet d'épouvantables pressions. Et puis, leur parole est de peu de poids face à celle d'un agent assermenté dont les collègues viennent confirmer la version des faits à l'audience.
On est loin d'une police nationale qui concourt à la garantie des libertés, à la protection des personnes et des biens.
La police se donne parfois pour mission de protéger la jeunesse dorée (ceux qui vont dans des écoles à 10.000€ l'année) de l'éventualité d'un vol ou d'une agression par la jeunesse des quartiers.
Sans aller plus loin,l'auteur va montrer pourquoi les policiers agissent de la sorte. Et ce n'est pas triste. Il y a comme une action de légitimation de leur agressivité en retour. Punir dans la rue leur apparaît comme une manière de se substituer à la justice qu'ils pensent défaillante.
Des études sérieuses révèlent que dans les quartiers populaires, les délits sont commis par un très petit nombre d'individus et reprouvés par la majorité des habitants. Cependant, les policiers ne savent plus faire la différence entre ces voyous et les honnêtes gens pauvres. Et puis, il y a les politiques qui hâtisent les tensions en stigmatisant ces habitants de cités.
Par ailleurs, dans le recrutement des policiers, il y a des erreurs de casting. On envoie ceux issus des milieux ruraux en première ligne dans les circonscriptions urbaines difficiles malgré le manque d'expérience. Or, il est prouvé que si on envoyait des policiers issus de ces quartiers urbains, cela se passerait autrement car ils privilégient le dialogue et la négociation pour résoudre les problèmes et non l'affrontement. Bref, la diversité sociale serait une solution pour s'en sortir.
Il est vrai qu'on se situe actuellement dans un contexte où l'on a accordé à la police des prérogatives de plus en plus larges. Dans cette période de crise sanitaire, ces quartiers ont été les premiers à être contrôlés ainsi qu'en terme d'amende infligée alors que les beaux quartiers n'étaient pas en reste pour organiser des fêtes clandestines.
Je n'aime pas ce pouvoir discrétionnaire car il permet de pratiquer la discrimination en fonction de la classe sociale, de la couleur de peau, de leur lieu de résidence et parfois de leur religion.
La conclusion est sans appel à savoir le glissement de l'état social vers l'état pénal en réponse politique à l'aggravation des inégalités économiques. le renforcement de l'action policière n'est pas la bonne solution mais bon. Au final, il convient de s'interroger sur les dérives policières de notre société car le maintien de l'ordre n'excuse pas tout. Une excellente BD qui ouvre à ce genre de réflexions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
Apikrus
  22 novembre 2020
Didier Fassin a été autorisé à suivre des policiers d'une Brigade Anti Criminalité (BAC) pendant plus d'un an. On ne peut que rendre hommage à ceux qui autorisèrent cette observation, qui aboutit à une étude ethnologique, d'abord publiée sous la forme d'un essai de 400 pages.
Pour en rendre compte de manière plus synthétique et accessible, l'auteur a retravaillé son texte avec Frederic Debomy, et Jake Raynal l'a illustré.
Le résultat est plutôt effrayant : on y voit beaucoup de policiers frustrés, racistes, aux idées d'extrême-droite aussi courtes que leurs cheveux rasés, et quelques-uns plus sensés mais qui doivent se taire pour ne pas être tenus à l'écart ou quitter cet environnement quand ils n'en peuvent plus.
A la décharge des premiers (comme le souligne l'ouvrage), il s'agit souvent de jeunes policiers en début de carrière, placés dans un environnement qu'ils ne connaissent pas et qu'ils perçoivent comme hostile (sans comprendre que le comportement même de leurs collègues ne peut que générer une telle hostilité), de surcroît souvent obligés comme leurs collègues de faire du chiffre (entendez par là d'interpeller des personnes en nombre).
Le passage de Sarkozy au Ministère de l'Intérieur puis à la Présidence a fait beaucoup de dégâts sur la cohésion nationale, notamment par l'instrumentalisation des services de l'Etat à des fins de propagande politique. Ses derniers successeurs n'arrangent pas la situation…
En lisant les pages 24 et 25 de l'ouvrage, j'ai pensé que les auteurs exagéraient, que les policiers de la BAC ne pouvaient pas être aussi dénués du sens du ridicule !
Pour en avoir le coeur net, je suis allé voir les écussons des BAC sur internet. Résultat : en effet, les représentations d'animaux y sont fréquentes, et significatives. On y trouve beaucoup de tigres, quelques crocodiles, des loups, des aigles, et des serpents. C'est dire le niveau de frustration des gars (les femmes sont peu représentées dans les BAC), fiers de recourir à ces symboles de force.
J'ai trouvé un peu dommage que le graphisme ne soit pas à la hauteur de la richesse du texte et de l'analyse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
ErnestLONDON
  04 janvier 2021
L'anthropologue Didier Fassin a partagé la vie d'un commissariat de la région parisienne entre 2005 et 2007, entre le drame de Clichy-sous-bois et celui de Villiers-le-Bel. Son enquête ethnographique éclaire l'ordinaire du travail de la police et ses relations avec son public, ainsi que les violences et le racisme présentent en son sein. Parue en 2001, elle est aujourd'hui adaptée en bande dessinée.
(...)
Excellente transcription en bande dessinée d'une recherche en sciences sociales qui brosse un portrait intelligent et intelligible d'une police nationale gangrénée par le racisme et le recours quasi systématique à la violence, et par l'impunité qui la conforte dans ses pratiques. Un juste équilibre a été trouvé entre les anecdotes rapportées par l'auteur et ses analyses, en évitant à la fois de se mettre en scène et de tomber dans l'exposé désincarné. Nous ne manquerons pas de rendre compte de l'essai originel dès que possible.
Article complet sur le blog :
Lien : https://bibliothequefahrenhe..
Commenter  J’apprécie          280


critiques presse (3)
NonFiction   19 décembre 2011
Alors que l'élection présidentielle réactive l'agenda sécuritaire, l’anthropologue Didier Fassin dresse un portrait suffocant d’une brigade anti-criminalité (BAC) en banlieue parisienne, qu'il a pu accompagner au quotidien pendant quinze mois.
Lire la critique sur le site : NonFiction
NonFiction   15 décembre 2011
Alors que l'élection présidentielle réactive l'agenda sécuritaire, l’anthropologue Didier Fassin dresse un portrait suffocant d’une brigade anti-criminalité (BAC) en banlieue parisienne, qu'il a pu accompagner au quotidien pendant quinze mois.
Lire la critique sur le site : NonFiction
LaViedesIdees   30 novembre 2011
L’enquête qu’a menée Didier Fassin dans une brigade anti-criminelle fait froid dans le dos : violence, abus, racisme y règnent sans frein. Mais peut-on sans autre forme de procès élargir le constat à l’ensemble de la situation française ? Le sociologue Fabien Jobard s’interroge sur la méthode appliquée par son collègue anthropologue.
Lire la critique sur le site : LaViedesIdees
Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
julspiritjulspirit   25 août 2021
Que la police doive mesurer son efficacité en termes de faits constatés et de faits élucidés au regard d'un but chiffré est, après tout, raisonnable. Le problème est moins théorique (comment faire une bonne évaluation d'une politique ?) que pratique (comment augmenter le nombre de délits et de crimes constatés et élucidés lorsqu'ils sont de fait en diminution et souvent commis dans des conditions laissant peu la possibilité de trouver les coupables ?). (...)
La solution logiquement trouvée par les policiers, c'est de compléter leurs prises en rapport avec des atteintes aux biens et aux personnes, qui sont la raison d'être principale de leur métier, par des faits à la fois aisés à réaliser et faciles à élucider, mais éloignés de leur mission première. Il s'agit essentiellement de deux types de délits : les infractions à la législation sur les stupéfiants (ILS), et les infractions à la législation sur les étrangers (ILE), autrement dit des "shiteux" et des "sans-papiers". Un agent de la BAC m'expliqua : "En principe, on est censé faire trente interpellations. C'est ce que le major nous demande. Le mois dernier, mon équipage en a fait seulement vingt-quatre. Alors on a fait des ILS et des ILE pour compléter. C'est le commissaire lui-même qui nous l'a dit." (...) Les fonctionnaires considèrent les ILS et les ILE comme des "situations intéressantes", car non seulement elles sont aisées à "faire", mais elles sont par définition élucidées puisque la découverte du délit suppose l'identification du coupable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
julspiritjulspirit   29 août 2021
Paradoxe que cette inversion des rôles : contrairement à l'opinion répandue, selon laquelle les jeunes provoquent les policiers qui ne peuvent que répondre pour manifester l'autorité de la force publique, ce sont souvent, dans certains quartiers, les policiers qui provoquent les jeunes en anticipant une réaction qui pourra justifier leur riposte musclée. Ainsi, lors d'une patrouille dans une cité, le véhicule de la BAC roule au pas derrière un adolescent d'origine africaine âgé d'une quinzaine d'années qui, à considérer le sac qu'il porte en bandoulière, rentre du collège. Les gardiens de la paix baissent la vitre du véhicule et lui lancent en riant des insultes racistes. Au bout d'une vingtaine de secondes, excédé, les larmes aux yeux, l'adolescent, qui avait pu se contenir jusqu'alors, éclate : "Mais laissez-moi tranquille!" Immédiatement, la voiture s'arrête, les trois policiers en sortent et entourent le garçon, menaçants. L'ayant contrôlé et fouillé avec rudesse, ils se préparent à l'emmener au poste, mais l'intervention d'une passante qui assure qu'il est un garçon sans problème et supplie les policiers de le laisser rentrer chez lui permet in extremis d'éviter l'interpellation. Heureusement pour le collégien, l'affaire se termine donc par une simple intimidation, qui lui aura inculqué, à moindres frais, la leçon que ne cessent de lui rappeler ses parents et ses aînés : il faut toujours se taire face aux forces de l'ordre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
julspiritjulspirit   18 juillet 2021
Souvent, [mes compagnons de patrouille de la BAC] me confiaient avec satisfaction que, lorsqu'une opération de la police en tenue se passait mal, leur arrivée calmait immédiatement les individus concernés. Ils n'hésitaient pas à user de la force bien plus que ne le faisaient leurs collègues, mais en général leur présence était suffisamment menaçante et leur réputation suffisamment établie pour couper court à toute velléité de réaction de la part de leur public (...).
Leur dureté faisait peur : ils le savaient et s'en flattaient. Il y avait d'ailleurs, dans leurs interventions, une performance plus ou moins consciente, une façon de jouer un rôle de méchant comme au cinéma ou à la télévision. Si les gardiens de la paix avaient un point commun avec les adolescents des quartiers, c'était leur fascination pour les sites d'hébergement de films amateurs de poursuites et de rodéos, pour les jeux vidéo de guerre et de violence, enfin pour les séries et les films policiers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
ZilizZiliz   15 novembre 2020
Deux grands modèles de police se sont longtemps opposés.
En Grande-Bretagne, c'était le 'Bobby', non armé, circulant souvent à pied, bien implanté dans son environnement et respecté pour son sens civique.
Aux Etats-Unis, c'était le 'Cop', toujours armé, patrouillant en voiture, entretenant peu de relations avec les habitants et redouté pour sa brutalité et son racisme.
C'est ce modèle qui s'est imposé presque partout dans le monde.
Cette évolution a un coût humain.
En Grande-Bretagne, trois personnes sont tuées par la police chaque année.
Aux Etats-Unis, trois meurent chaque jour dans les mêmes circonstances.
---------
[ même en rapportant ces chiffres (de 2007) à la population de chaque pays, la différence reste considérable :
GB : 63.7 millions - USA : 316.1 millions en 2013 ]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          173
ZilizZiliz   15 novembre 2020
Les sympathies pour le leader de l'extrême-droite [JM Le Pen] m'étaient déjà apparues à plusieurs reprises.
A l'approche de l'élection présidentielle [2007], les indices de la xénophobie se firent toutefois plus manifestes sur les murs du bureau de la BAC.
(...)
Les tenues de certains policiers se modifièrent, et ils parcouraient les cités vêtus d'un tee-shirt noir arborant sans ambiguïté des signes de leurs affinités.
A côté du mot PATRIOT et du casque franc à l'intention explicite, les trois chiffres [732] évoquant la date de la défaite de l'armée arabe à Poitiers étaient devenus le symbole de ralliement de l'extrême-droite.
L'institution policière, qui avait saisi la justice et fait condamner pour outrage un fabricant de tee-shirts détournant ironiquement le sigle des brigades anti-criminalité [B.A.K. - Brigade Anti Keuf] se montrait au contraire très indulgente à l'égard de ses agents qui livraient au regard des habitants leurs opinions hostiles aux immigrants et aux minorités.
(p. 85)

-----

https://www.liberation.fr/societe/2003/02/14/bak-93-des-vetements-qui-froissent-la-police_430917
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          113

Lire un extrait
Videos de Didier Fassin (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Didier Fassin
Didier Fassin, professeur invité sur la chaire annuelle Santé publique introduit son cours de l'année 2020-2021 : "Les mondes de la santé publique : excursions anthropologiques". La suite de cet enseignement est à découvrir ici : https://www.college-de-france.fr/site/didier-fassin/course-2020-2021.htm Avec la pandémie de covid, la santé publique a fait irruption dans le monde. Tout ce qui fait le mouvement des sociétés s'est brusquement mis à tourner autour des questions sanitaires. Pour saisir cette expérience, le cours propose un détour en partant d'une scène ordinaire et méconnue pour, au fil des leçons, en décliner les différents enjeux à travers une série d'études de cas conduites sur trois continents. La vérité du chiffre invite à réfléchir sur la manière dont le travail de quantification représente les faits sociaux et sanitaires. Les frontières épistémiques interrogent la confrontation de conceptions profanes et savantes de la maladie adossées à des légitimités concurrentes. Les thèses conspirationnistes révèlent des réactions de défiance à l'égard des savoirs autorisés et des pouvoirs officiels. Les crises éthiques dévoilent des mécanismes de violation des droits et de détournement des communs au bénéfice d'intérêts privés. Quant aux enquêtes portant sur les exils précaires et les épreuves carcérales, elles permettent d'appréhender, à travers deux catégories, les migrants et les prisonniers, la généalogie et la sociologie de l'administration des populations vulnérables. Chacun de ces enjeux jette un éclairage singulier sur la pandémie de covid et permet de l'appréhender autrement. Au terme de ces excursions anthropologiques, la santé publique peut apparaître simultanément comme un miroir tendu à la société et un reflet que cette dernière lui renvoie.
+ Lire la suite
autres livres classés : Violence policièreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4127 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre