AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.57 /5 (sur 217 notes)

Nationalité : Israël
Né(e) à : Tel-Aviv , le 27/08/1967
Biographie :

Etgar Keret est un écrivain, scénariste de bande dessinée, acteur, cinéaste, israélien né en 1967 à Tel-Aviv. Son œuvre littéraire, principalement composée de nouvelles, est publiée en français aux éditions Actes Sud.

Il a réalisé le film Les Méduses avec son épouse, Shira Geffen. Ils ont un enfant ensemble.

Il a coécrit le scénario du film d'animation Le Sens de la vie pour 9.99$, le film est inspiré de ses nouvelles.

Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Chronique confinée 6 : Etgar Keret, un recueil de micro-nouvelles et une série télé
Podcasts (4) Voir tous

Citations et extraits (60) Voir plus Ajouter une citation
viou1108   22 septembre 2016
7 années de bonheur de Etgar Keret
- "Naturel! interrompt-il avec un petit ricanement. Qu'est-ce qu'il peut bien y avoir de naturel à ce qu'un nabot avec un tuyau qui lui sort du nombril émerge du vagin de votre femme?"

Evidemment, je n'essaie même pas de répondre.

Il continue: "Moi, j'ai dit à ma femme, "Si tu dois accoucher un jour, ce sera par césarienne, point barre, comme en Amérique. Pas question qu'un chiard te distende et te laisse toute déformée pour moi." De nos jours c'est seulement dans les pays primitifs comme le nôtre [Israël] que les femmes accouchent comme les bêtes".
Commenter  J’apprécie          230
LoloKiLi   02 septembre 2014
7 années de bonheur de Etgar Keret
Pour ceux que ça intéresse, voici un aspect curieux de ma pitoyable personnalité que j’ai appris à connaître avec les années : quand il s’agit de prendre un engagement, il existe une relation directe, inversement proportionnelle, entre la proximité dans le temps de ce à quoi on me demande de m’engager et ma disposition à le faire. […] Je me porte volontaire sans hésiter pour aider un parent éloigné à déménager, du moment que c’est dans un mois, et si le délai de grâce passe à six mois, je serais prêt à me battre à mains nues contre un ours polaire. Le seul ennui – mais de taille – de ce trait de caractère, c’est que le temps passe inexorablement et qu’à la fin, quand on se retrouve tremblant de froid au beau milieu de la toundra gelée en Arctique, nez à nez avec un ours à la fourrure blanche qui montre les dents, on ne peut s’empêcher de se demander s’il n’aurait pas mieux valu tout simplement dire non six mois plus tôt.

Commenter  J’apprécie          210
mariech   05 mars 2012
Au pays des mensonges de Etgar Keret
A son travail , il expliqua un retard de deux heures en inventant un chien de berger écrasé sur le bord de la route , qu'il avait fallu conduire chez le vétérinaire . Dans le mensonge , le chien resta paralysé de deux pattes et l'excuse passa comme une lettre à la poste . .
Commenter  J’apprécie          120
mariech   06 mars 2012
Au pays des mensonges de Etgar Keret
Au lieu d'aller se coucher , il se met devant son ordinateur et regarde son courrier . L'unique mail qu'il a reçu vient d'un imbécile avec qui il était à l'école primaire et qui a trouvé son adresse électronique sur sur un site Internet .
Commenter  J’apprécie          110
Jean-Daniel   29 mars 2020
Incident au fond de la galaxie de Etgar Keret
Avant le spectacle, on m’a mis une combinaison argentée. J’ai demandé à un vieux clown avec un énorme nez rouge s’il fallait suivre un entraînement avant d’être tiré. « Ce qui compte, a-t-il marmonné, c’est de relâcher ton corps. Ou de le contracter, l’un ou l’autre. Je ne me souviens plus très bien. Et veiller à ce que le canon soit bien pointé en avant, pour ne pas rater la cible.

— C’est tout ? » ai-je demandé. Même dans la combinaison argentée, je puais encore la bouse d’éléphant.

Le directeur du cirque est venu me taper sur l’épaule. « N’oublie pas, m’a-t-il dit, après qu’on t’aura envoyé sur la cible, tu reviens aussitôt sur scène, tu souris et tu salues le public. Et si par hasard t’as mal ou t’as quelque chose de cassé, tu ne le montres pas, le public ne doit pas le voir.»

Ils avaient l’air vraiment heureux, dans le public. Ils ont applaudi les clowns qui m’ont poussé dans la gueule du canon et, une minute avant d’allumer la mèche, le grand clown avec la fleur qui crache de l’eau m’a demandé : « T’es sûr de vouloir le faire ? C’est le moment ou jamais d’y renoncer. » J’ai hoché la tête, il a dit : « Tu sais qu’Istvan, l’homme-canon avant toi, est à l’hôpital avec douze côtes cassées ?

— Mais non, j’ai dit, il est un peu soûl. Il dort dans sa caravane.

— Comme tu veux », a soupiré le clown à la fleur qui éclabousse, et il a craqué l’allumette.

Avec le recul, je reconnais que l’angle du canon était trop aigu. Au lieu d’atteindre la cible, j’ai volé en l’air, j’ai troué la toile tendue du chapiteau et j’ai continué de voler haut dans le ciel, un peu au-dessous du voile de nuages noirs. J’ai survolé le cinéma drive-in abandonné où Odélia et moi allions parfois voir des films ; j’ai survolé l’aire de jeux où des gens se promenaient avec leur chien et leur sac en plastique chiffonné, et parmi eux le petit Max en train de jouer au ballon, qui a regardé en l’air quand je suis passé au-dessus de lui, a souri et m’a fait un signe de la main ; j’ai plané au-dessus de la rue HaYarkon, tout au bout derrière le local à poubelles de l’ambassade américaine, où j’ai aperçu Tigre, mon gros chat, qui guettait un pigeon. Quelques secondes plus tard, en me voyant atterrir dans l’eau, des gens sur la plage m’ont applaudi, et quand je suis sorti, une jeune fille avec un piercing au nez m’a tendu sa serviette en souriant.

Quand je suis revenu sur l’esplanade du cirque, mes vêtements étaient encore mouillés et tout était obscur alentour. Le chapiteau était désert et au centre, à côté du canon d’où on m’avait tiré, Ijo était assis, en train de compter sa recette. « T’as raté la cible, a-t-il grogné, et t’es pas revenu saluer comme je te l’avais dit. Je te retire quatre cents shekels. » Il m’a tendu quelques billets froissés et, voyant que je ne les prenais pas, il m’a lancé un regard têtu de Slave et m’a dit : « Tu préfères quoi, mec ? Prendre l’argent ou te bagarrer avec moi ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
zellereb   26 août 2015
7 années de bonheur de Etgar Keret
"Alors quand tu étais petit, demande Lev, chaque fois que tu avais envie pleurer, tu chantais à la place ?"

À contrecoeur, je suis obligé de reconnaître que non.

"Je ne sais pas chanter. Alors le plus souvent, quand je sentais les larmes monter, je tapais quelqu'un.

- C'est bizarre, dit Lev, songeur. Moi d'habitude je tape quelqu'un quand je suis content."

Le moment paraît bien choisi pour aller jusqu'au frigo prendre des bâtonnets au fromage pour nous deux. On s'assied dans le salon et on se met à grignoter en silence. Père et fils. Deux mecs. Si vous frappez à la porte et que vous le demandiez gentiment, on vous offrirait un bâtonnet au fromage, mais si vous faisiez quoi que ce soit d'autre, qui nous rende triste ou content, il y aurait de forte chances pour que vous vous preniez une petite raclée
Commenter  J’apprécie          90
litolff   10 octobre 2014
7 années de bonheur de Etgar Keret
Et Israël réagit immédiatement en recourant à l'arme non conventionnelle qu'elle tient cachée en prévision de conflits de cette nature et de cette gravité : le boycott d'Ikea par les consommateurs.
Commenter  J’apprécie          100
nnb   22 septembre 2014
7 années de bonheur de Etgar Keret
Rien de tel que quelques jours en Europe de l'Est pour faire resurgir le juif en nous. En Israël, on peut très bien se balader toute une journée vêtu d'un T-shirt sans manches sous le soleil brûlant et se confondre quasiment avec le premier goy venu : quelques notes de techno ou d'opéra par-ci par là, un bon bouquin de Boulgakov, un verre de whisky irlandais. Mais sitôt qu'on a fait tamponner son passeport dans un aéroport polonais, on commence à se sentir différent. On garde encore sur les lèvres le goût de la vie à Tel-Aviv et Dieu ne nous est pas déjà apparu dans la lumière des néons qu'une panne fait clignoter au plafond de la zone des arrivées du terminal, mais à la moindre effluve de porc grillé on a soudain l'impression d'être une espèce de marrane. C'est une soudaine plongée dans la Diaspora.
Commenter  J’apprécie          70
mariech   05 mars 2012
Au pays des mensonges de Etgar Keret
Un briquet , un bonbon pour la toux , un timbre -poste , une cigarette un peu tordue , un cure-dents , un mouchoir en tissu , un stylo , deux pièces de cinq shekels . Et ce n'est qu'une partie de ce que j'ai dans les poches .
Commenter  J’apprécie          80
Luniver   20 juin 2018
Un homme sans tête et autres nouvelles de Etgar Keret
Chriki est exactement – et c'est ce qui suscite la jalousie – comme vous et moi. On se demande même comment il a pu aller si loin. Et ceux qui émettent des hypothèses d'opportunité ou de probabilité nous bassinent. Le secret de Chriki est autrement plus simple : il a réussi parce qu'il est allé au bout de sa personnalité ordinaire. Au lieu de la nier ou d'en avoir honte, il a dit : C'est moi, et voilà. Il ne s'est ni sous-évalué, ni surévalué, il s'est simplement maintenu à la surface tel quel, nature. Il est l'auteur d'inventions ordinaires, j'insiste, ordinaires. Pas brillantes, ordinaires, et c'est exactement ce dont l'humanité a besoin. Les inventions géniales sont peut-être profitables aux génies, mais les génies ne courent pas les rues. Alors que les inventions ordinaires sont bonnes pour tout un chacun.
Commenter  J’apprécie          50
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

De quoi briller en société... 🌞⭐️

Avoir de l'avance au gâteau :

avoir les dents du haut proéminentes
avoir les oreilles décollées

12 questions
34 lecteurs ont répondu
Thèmes : expressions françaises , vocabulaire , humour , baba yagaCréer un quiz sur cet auteur