AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Rosie Pinhas-Delpuech (Traducteur)
EAN : 9782742735488
90 pages
Actes Sud (06/11/2001)
3.55/5   32 notes
Résumé :
La colo de Kneller c'est cet endroit où arrivent tous les suicidés - en majorité des jeunes.
Certains ont mis fin à leurs jours pendant leur service militaire, d'autres ont succombé à une overdose ou n'ont pas surmonté une déception amoureuse. Hayyim ("vie"), le narrateur, est à la recherche d'Erga ("nostalgie"), dont il était son vivant amoureux.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
pile
  02 novembre 2011
Hayimi s'est suicidé. Depuis, il vit dans un monde parallèle peuplé uniquement de personnes qui ont mis fin à leurs jours. Il y habite une petite ville à l'image de celle qu'il a quittée. Il a un colocataire allemand et travaille à la pizzeria « Kamikaze ». le soir, il fréquente le pub « Mort subite ». C'est là qu'il croise un certain Kurt (qui n'est pas sans rappeler le chanteur de Nirvana), mais c'est surtout là qu'il rencontre Ari Ghelfend dont il se fait un ami. Hayimi pense souvent à Erga, celle qu'il aimait. Un jour, rencontrant une ancienne connaissance, il apprend qu'Erga s'est également suicidée. Comme elle aimait la nature, qu'elle rêvait d'une maison avec jardin, Hayimi quitte la ville avec son ami Ari, et part sur les routes à la recherche d'Erga. Leur chemin va les conduire dans une maison fréquentée par toutes sortes de gens de toutes les nationalités, qu'on appelle « la colo de Kneller »…
Ce court roman d'Etgar Keret est assez déroutant, le monde dans lequel vivent ses personnages très original. Dans ce monde le suicide d'un proche est une bonne nouvelle, car il annonce des retrouvailles. C'est ainsi que toute la famille Ghelfend se trouve réunie. Dans le monde des vivants, la mère d'Ari était très malade et avait préféré abréger ses souffrances. Son mari l'avait accompagnée dans la mort. Puis Ari s'est également suicidé quelque temps après, et son petit frère vient de les rejoindre. de ce qui a conduit les deux frères à commettre ce geste, nous ne saurons rien. Mais dans leur monde parallèle, toute la famille se réjouit de pouvoir de nouveau vivre ensemble. Dans le contexte d'Israël, le mot « kamikaze » a une résonance particulière. le périple d'Hayim à la recherche de son Eurydice est l'occasion de faire allusion à la cohabitation avec les Palestiniens, aux attentats, au service militaire des jeunes israéliens, etc. Mais ces questions ne sont qu'effleurées. Etgar Keret leur préfère la poésie, l'humour, et laisse le soin au lecteur de projeter sur son roman ses propres réflexions et émotions. C'est un joli roman, mais peut-être un peu trop court et surtout un peu trop superficiel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lizouzou
  06 août 2012
Hayim s'est suicidé. Il se retrouve dans un monde post-mortem qui ressemble étrangement au monde qu'il vient de quitter. Dans un bar, il rencontre Ari qui lui raconte qu'Erga, la fille aimée d'Hayim, s'est elle aussi suicidée, peu de temps après lui. Hayim décide donc de prendre la route accompagné d'Ari pour partir à la recherche de sa dulcinée...

Ce petit roman, sorti en poche dans la collection Babel chez Actes Sud, me faisait de l'oeil, déjà par sa couverture étrange mais aussi par sa 4e de couverture originale. Ce court roman d'à peine 90 pages a été lu en même pas une journée.
Ce livre est assez déroutant, voir un peu glauque ! Bon déjà le thème du suicide et d'un monde parallèle, bien que l'idée soit originale et bien trouvée, il n'en reste pas moins qu'elle me gêne un peu, surtout le côté "le suicide à la mode !". Mais bon étant d'un naturel curieux, je me suis plongée dans cette histoire.
Ce premier roman de l'auteur apporte son lot d'humour noir. Par exemple, le bar où Hayim rencontre Ari s'appelle "Mort subite", de quoi être rapidement dans l'ambiance !
J'ai bien aimé qu'à chaque début de chapitre, une phrase en italique nous expose le contenu sommaire du chapitre : "Où Ari essaie de ...". Un peu comme les titres des épisodes de Friends : "Celui qui ..." !
Enfin, malgré le début prometteur, je n'ai pas accroché du tout à la fin. Je l'ai d'ailleurs lu plusieurs fois sans forcément tout bien comprendre... La fin est trop bizarre à mon goût et me laisse donc un peu perplexe ...
Je vous laisse découvrir par vous même l'explication du titre ! Bah oui un peu de suspense, ça ne fait pas de mal ... ;)

Lien : http://lespetitslivresdelizo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Maelha
  11 octobre 2020
Habituellement j'aime bien les recueils de nouvelles de Keret qui oscillent entre loufoque , fantastique et quotidien . Mais là bof, bof, la mayonnaise ne prend pas . Cette vie dans l'au-delà entre grisaille routinière et quotidien ordinaire avec une grosse dose d'incohérences narratives ne tient pas la route. On sourit parfois mais l'ensemble est bien faiblard .
Commenter  J’apprécie          60
missk_paris
  15 février 2021
Suite une peine de coeur, Hayim s'est suicidé, comme tous ceux que nous croisons dans cette nouvelle d'Etgar Keret. Ils se retrouvent dans un lieu inconnu, mais qui ressemble malgré tout beaucoup à celui qu'ils viennent de quitter, à l'exception des noms de pub ou autre restaurant qui sont eux bien particuliers : le Kamikaze, le Mort Subite, le Ginn ... Les descriptions des personnes croisées sont rattachées à leurs cicatrices et autres séquelles de cette mort qu'ils ont choisie. Et de se retrouver dans cette colo qui n'en est pas vraiment une, qui ressemble à une arche de Noë avec des juifs, des arabes, ... une esquimo et des jeunes aux allures d'australiens. «  Ce n'est peut-être pas le paradis, mais ça aurait pu être pire. »
Bref ça pourrait être glauque mais c'est plutôt drôle et léger.
En revanche le format nouvelle fait que certains personnages manquent de profondeur et que certains sujets sont survolés. Ça n'en reste pas moins divertissant.
Commenter  J’apprécie          11
cathe
  12 septembre 2015
Voilà une idée vraiment folle pour un roman : et si les suicidés continuaient de vivre dans un autre monde, derrière le miroir qu'ils ont franchi ? Hayim découvre un monde presque semblable à celui des vivants, où il cherche, tel Orphée son Eurydice, Erga qui s'est suicidée juste après lui. Ce petit livre, où se mêlent humour et mélancolie se lit d'un trait.
L'auteur, porte-parole de la jeune génération israélienne, est aussi scénariste de bandes dessinées et cinéaste.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   01 mai 2018
Après son départ, j’ai de nouveau essayé de lire le livre que j’ai emprunté à mon colocataire allemand. Une histoire déprimante sur un tuberculeux qui part agoniser quelque part en Italie. À la page vingt-trois, j’ai craqué et j’ai allumé la télévision. C’était une émission de variétés où on faisait se rencontrer toutes sortes de gens qui avaient fini à la même date, chacun racontait sur un mode humoristique pourquoi il l’avait fait, et l’usage qu’il ferait du premier prix s’il le remportait. Alors je me suis dit qu’Ari avait raison, que rester à la maison ce n’était pas une affaire, et que s’il ne se passait pas très vite quelque chose, je péterais les plombs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Charybde2Charybde2   01 mai 2018
Où Kurt commence à pleurnicher et Hayim à se fatiguer.
Depuis que j’ai rencontré Ari, nous faisons la tournée des pubs tous les soirs. Il n’y en a que trois, et nous en faisons le tour pour bien nous assurer de n’avoir rien raté. Mais nous finissons toujours par atterrir au Mort Subite qui est à la fois le plus fréquentable et celui qui ferme le plus tard. Hier soir, c’était vraiment déprimant, Ari a amené son copain, Kurt, l’ancien chanteur de Nirvana, ce qui l’impressionne beaucoup, mais en fait le mec gonflant au possible. Bon, pour moi non plus ce n’est pas le Pérou ici, mais quand Kurt commence à se plaindre, on ne peut plus l’arrêter. Le moindre mot lui rappelle une de ses chansons, aussitôt il faut qu’il la récite et que nous l’admirions, parfois même il va demander au barman de mettre un de ses disques, et alors tu ne sais vraiment plus où te mettre. Je ne suis pas le seul, d’ailleurs : à part Ari, tout le monde le déteste ici. Une fois qu’on en a fini – avec toutes les douleurs qui vont avec, et je vous assure, vous ne pouvez pas savoir comme ça fait mal -, on n’a aucune envie d’écouter quelqu’un dont l’unique souci est de chanter à quel point il est malheureux. Si on en avait quelque chose à branler, au lieu d’arriver ici on serait encore en vie, avec un poster déprimant de Nick Cave au-dessus du lit. Mais hier soir, j’étais déjà déprimé, même sans lui. Le travail à la pizzeria, les tournées nocturnes, j’en ai un peu assez de tout ça. Voir toujours les mêmes têtes, boire du Coca sans bulles, avec leur air hagard même quand ils vous regardent droit dans les yeux. Je ne sais pas, peut-être que je suis négatif, mais quand on les observe en pleine action, quand ils s’embrassent, qu’ils dansent ou qu’ils rigolent avec vous, c’est toujours le même truc. Comme si rien n’avait d’importance, rien ne valait vraiment la peine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Charybde2Charybde2   01 mai 2018
Où Hayim trouve du travail et un bon pub.
Deux jours après m’être suicidé, j’ai trouvé du boulot ici, dans une pizzeria qui fait partie d’une chaîne, le Kamikaze. Le responsable de garde était vraiment gentil avec moi, il m’a aidé à m’installer dans un appartement avec un associé, un Allemand qui lui aussi bosse dans cette succursale. Ce n’est pas un boulot passionnant, mais pour du temporaire c’est plutôt pas mal du tout, pour ce qui est de l’endroit, comment dire, quand on parlait d’une vie après la mort, s’il y en avait une ou non, etc., je ne savais pas trop qu’en penser. Et même quand je pensais qu’il y en avait une, j’imaginais des sons, comme un sonar, et des gens qui flottaient dans l’espace, alors qu’ici, comment dire, ça me fait plutôt penser à Allenby. Mon colocataire, l’Allemand, m’a dit que c’est exactement comme Francfort. À croire que Francfort aussi est un trou. Le soir, je me suis trouvé un pub plutôt sympa, le Mort Subite. Bonne musique. Peut-être pas tout à fait branchée, mais de la perspective, et beaucoup de filles qui viennent seules. Certaines, rien qu’à les voir avec leurs cicatrices aux articulations, on imagine comment elles ont fini, mais d’autres ont l’air superbe. Il y en a une, elle m’a fait de l’œil dès le premier soir, une fille vraiment bien, juste la peau un peu fripée, relâchée, elle a sans doute fini par noyade, mais un corps parfait, et les yeux aussi. Je ne l’ai pas draguée. Je me suis dit que c’était à cause d’Erga, que cette histoire de mort me faisait l’aimer encore plus, mais va savoir, c’est peut-être du refoulement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DonaSwannDonaSwann   09 février 2016
La veille, quand Ari est venu installer les boules de billard sur la table, j'ai vu l'une d'elles se transformer en œuf. Je dois dire que je brûle d'envie d'accomplir mon premier miracle, peu importe lequel, même un miracle stupide.
Commenter  J’apprécie          10
DonaSwannDonaSwann   09 février 2016
Je lui ai raconté que le père d'Ari appelait l'endroit où nous avions atterri Ombredemort, parce que tous les gens qui se trouvaient ici ne désiraient plus rien, qu'en les côtoyant on avait l'impression que tout allait bien, alors qu'en fait on état déjà à moitié mort. Lihi a dit en riant que la plupart des gens qu'elle avait connus avant d'en finir étaient soit à moitié, soit complètement morts (...).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Etgar Keret (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Etgar Keret
Alors que la culture, l'art et la fiction relèvent notre quotidien monocorde, la matinale de France Culture reçoit lundi 16 novembre Etgar Keret, écrivain, scénariste et réalisateur. Il est notamment l'auteur du recueil de nouvelles "Incident au Fond de la Galaxie" et des chroniques intimes "7 années de bonheur", publiés aux éditions de l'Olivier.
Il est rejoint en deuxième partie d'émission par l'ancienne ministre de la Culture Aurélie Filippetti, pour s'interroger sur la création sous contraintes.
L'invité des Matins de France Culture. Comprendre le monde c'est déjà le transformer(07h40 - 08h00 - 16 Novembre 2020) Retrouvez tous les invités de Guillaume Erner sur www.franceculture.fr
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Littérature hébraïqueVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures afro-asiatiques>Littérature hébraïque (66)
autres livres classés : littérature israélienneVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Des titres approximatifs (n°3). A vous de trouver le bon !

Salut, cafard

Marie Nimier
Françoise Sagan
Albertine Sarrazin
Louise de Vilmorin

10 questions
32 lecteurs ont répondu
Thèmes : titres , modification , romanciersCréer un quiz sur ce livre