AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Citations de Federico Garcia Lorca (291)


Federico Garcia Lorca
Nastasia-B   01 juillet 2013
Federico Garcia Lorca
Se taire et brûler de l'intérieur est la pire des punitions qu'on puisse s'infliger.
(Callar y quemarse es el castigo más grande que nos podemos echar encima.)

NOCES DE SANG.
Commenter  J’apprécie          1803
Federico Garcia Lorca
Nastasia-B   03 mai 2014
Federico Garcia Lorca
Que te dirais-je de la poésie ? Que dirais-je de ces nuages, de ce ciel ? Les voir, les voir, les voir... et rien de plus. Tu comprendras qu'un poète ne peux rien dire de la Poésie. Laissons cette tâche aux critiques et aux professeurs. Mais ni toi, ni moi, ni aucun poète, nous ne savons ce qu'est la Poésie.
La voici ; regarde. je porte le feu dans mes mains. je le comprends et je travaille parfaitement avec lui, mais je ne peux en parler sans littérature.

Dialogue avec Gerardo Diego.
Commenter  J’apprécie          920
Federico Garcia Lorca
blanchenoir   18 avril 2016
Federico Garcia Lorca
Dans ce monde, moi je suis et serai toujours du côté des pauvres. Je serai toujours du côté de ceux qui n’ont rien et à qui on refuse jusqu’à la tranquillité de ce rien.
Commenter  J’apprécie          890
Nastasia-B   12 novembre 2013
Poésies de Federico Garcia Lorca
Aujourd'hui tremble en mon cœur
Un vague frisson d'étoiles
Et toutes les roses sont
Aussi blanches que ma peine.

CHANSON D'AUTOMMNE.
Commenter  J’apprécie          830
Federico Garcia Lorca
fredho   07 janvier 2016
Federico Garcia Lorca
Rien n'est plus vivant qu'un souvenir.
Commenter  J’apprécie          780
Federico Garcia Lorca
Piatka   28 avril 2014
Federico Garcia Lorca
Je veux pleurer parce que ça me plait,
comme pleurent les enfants du dernier banc,
car je ne suis pas un poète, ni un homme, ni une feuille,
mais un pouls blessé qui tourne autour des choses de l'autre côté.

Poème double du lac edem
Commenter  J’apprécie          760
Federico Garcia Lorca
lamauvaiseherbe   02 février 2019
Federico Garcia Lorca
En ces moments dramatiques que vit le monde, l'artiste doit pleurer et rire avec son peuple. Il faut laisser là le bouquet de lys et se plonger dans la boue jusqu'à la ceinture pour aider ceux qui cherchent les lys.
Commenter  J’apprécie          676
Federico Garcia Lorca
Piatka   23 février 2015
Federico Garcia Lorca
Celui qui danse chemine sur l'eau et à l'intérieur d'une flamme.
Commenter  J’apprécie          651
Nastasia-B   19 juillet 2014
Poésies II (1921-1927) : Chansons, Poèmes du Cante Jondo, Romancero gitan de Federico Garcia Lorca
Rumeur.
Dût-il ne rester que la rumeur.

Arôme.
Dût-il ne rester que l'arôme.

Mais arrache-moi le souvenir
et la couleur des heures anciennes.

CHANSONS, Chansons Pour Finir : Angoisse de statue.
Commenter  J’apprécie          590
genou   04 août 2018
Noces de sang : Suivi de La maison de Bernarda Alba de Federico Garcia Lorca
La mauvaise langue n'est jamais à court d'inventions !
(p. 80) La maison de Bernarda Alba
Commenter  J’apprécie          580
Federico Garcia Lorca
Piatka   05 mai 2017
Federico Garcia Lorca
Toutes les choses ont leur mystère, et la poésie, c’est le mystère de toutes choses.
Commenter  J’apprécie          530
Nastasia-B   14 juillet 2014
Poésies II (1921-1927) : Chansons, Poèmes du Cante Jondo, Romancero gitan de Federico Garcia Lorca
Que fais-tu, toi, peuplier ?
Je ne veux rien te dire.
Je ne puis que trembler !

CHANSONS, Chansons Pour Finir : Onde, où t'en vas-tu ?...
Commenter  J’apprécie          510
Federico Garcia Lorca
carre   22 octobre 2013
Federico Garcia Lorca
« Moi, si j’avais faim et me trouvais dans la rue, je ne demanderais pas un pain mais un demi-pain et un livre. »
Commenter  J’apprécie          491
Nastasia-B   29 juillet 2014
Poésies II (1921-1927) : Chansons, Poèmes du Cante Jondo, Romancero gitan de Federico Garcia Lorca
Tu voulais que je te dise
le secret du renouveau.
Mais je garde le secret
tout autant que le sapin.

Arbre dont les mille doigts
indiquent mille chemins.

Je ne te dirai jamais, mon amour,
pourquoi si lentement le fleuve coule.

Mais je mettrai en ma voix d'eau dormante
le ciel cendré de tes regards.

Tourne autour de moi, ma brune,
et prends bien garde à mes feuilles.
Tourne encore, tourne toujours
jouant à la noria de l'amour.

Quand je le voudrais, je ne puis te dire,
hélas, le secret du renouveau.

CHANSONS, Amour : Idylle.
Commenter  J’apprécie          460
Federico Garcia Lorca
Piatka   28 février 2019
Federico Garcia Lorca
La poésie, c’est quelque chose qui marche par les rues.
Commenter  J’apprécie          450
Nastasia-B   06 novembre 2013
Oeuvres complètes - La Pléiade 01 : Poésie de Federico Garcia Lorca
CARREFOUR

Ô la douleur de sentir
Son poème à la distance
De la passion, son cerveau
Maculé de taches d'encre !

La douleur de n'avoir point
La fantastique chemise
De l'homme heureux : une peau
— Robe de soleil — brunie !

(Tout autour de mes regards
Un essaim de lettres tourne.)

Quelle douleur que la vieille
Douleur de la poésie,
Cette douleur insistante
Et si loin de l'eau limpide !

Douleur de se lamenter
Pour aspirer le lyrisme !
Douleur de fontaine aveugle
Et de moulin sans farine !

Douleur d'être sans douleur,
Tandis que s'en va la vie
Sur les herbes incolores
D'une venelle indécise !

La douleur la plus profonde
Est la douleur de la joie,
Soc qui ouvre les sillons
Où fructifient les larmes !

(Sur un sommet de papier
La froide lune se penche.)
Douleur de la vérité !
Hélas, douleur du mensonge !


ENCRUCIJADA

¡ Oh, qué dolor el tener
versos en la lejanía
de la pasión, y el cerebro
todo manchado de tinta !

¡ Oh, qué dolor no tener
la fantástica camisa
del hombre feliz : la piel,
alfombra de sol, curtida !

(Alrededor de mis ojos
bandadas de letras giran.)

¡ Oh, qué dolor el dolor
antiguo de la poesía,
este dolor pegajoso
tan lejos del agua limpia !

¡ Oh dolor de lamentarse
por sorber la vena lírica !
¡ Oh dolor de fuente
ciega y molino sin harina !

¡ Oh, qué dolor no tener
dolor y pasar la vida
sobre la hierba incolora
de la vereda indecisa !

¡ Oh el más profundo dolor,
el dolor de la alegría,
reja que nos abre surcos
donde el llanto fructifica !

(Por un monte de papel
asoma la luna fría.)
¡ Oh dolor de la verdad !
¡ Oh dolor de la mentira !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          433
Nastasia-B   07 juillet 2014
Poésies II (1921-1927) : Chansons, Poèmes du Cante Jondo, Romancero gitan de Federico Garcia Lorca
Haute pinède !
Quatre colombes s'élèvent dans l'air.

Quatre colombes
sont revenues.
À leurs quatre ombres
une blessure.

Basse pinède !
Quatre colombes gisent à terre.

CHANSONS, Théories : Chasseur.
Commenter  J’apprécie          403
Nastasia-B   10 novembre 2013
Poésies de Federico Garcia Lorca
PAYSAGE

Les étoiles éteintes
Emplissent de cendres la rivière
Froide et verte.

La source n'a plus de tresse
Et se sont brûlés les nids
Invisibles.

Les grenouilles font du filet d'eau
Une syrinx enchantée
Désaccordée.

La lune sort de la montagne
Avec sa face débonnaire
De grosse mère.

Une étoile lui fait la nique
De sa logette de saphir
Enfantine.

La lumière rose pâle
Rend touchant l'horizon
Du mont.

Je note que le laurier en a
Assez d'être poétique
Et prophétique.

Comme nous l'avons toujours vu,
L'eau s'écoule en dormant
Et souriant.

Tout pleure, par habitude,
La campagne se lamente sans
S'en rendre compte.

Moi, pour rester dans le ton,
Je dis, poseur :
Mon pauvre cœur !

Mais une lourde tristesse
Teint mes lèvres souillées
De péchés.

Au-delà du paysage
Je vois en moi un trou profond
Comme la tombe.

Une chauve-souris m'apprend
Que le soleil se couche dolent
À l'occident.

Pater Noster pour mon amour
(Plainte des peupliers
Et des futaies.)

Dans la braise du soir
Je vois mes yeux au fond
Tels des milans.

Et je dépeigne mon âme
Tuée à coups d'égratignures
De regards perdus.

Voici la nuit et les étoiles
Qui transpercent la rivière
Froide et verte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
Federico Garcia Lorca
Nuageuse   30 mai 2016
Federico Garcia Lorca
Les yeux du lecteur sont deux petits génies qui cherchent les fleurs spirituelles pour les offrir à ses pensées. Tout livre est un jardin. [...] Les lampes de l'imagination s'allument en recevant le baume parfumé de l'émotion.
Commenter  J’apprécie          371
genou   04 août 2018
Noces de sang de Federico Garcia Lorca
LA MÈRE : Tu sais ce que c'est le mariage, petite ?
LA FIANCÉE : Je le sais.
LA MÈRE : C'est un homme, des enfants, et un mur épais de deux mètres entre toi et tout le reste.
(p. 169) Le LP
Commenter  J’apprécie          361



Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Federico Garcia Lorca (986)Voir plus


Quiz Voir plus

Que aventura tendra Federico ?

Je suis né le 5 juin 1898 en Andalousie à Fuente ...?... Naci el 5 de junio de 1898 en Andalucia en el pueblo de Fuente ...?... precisamente.

Ovejuna
Vaqueros

10 questions
11 lecteurs ont répondu
Thème : Federico Garcia LorcaCréer un quiz sur cet auteur
.. ..