AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.07 /5 (sur 804 notes)

Nationalité : Chili
Né(e) à : Parral , le 12/07/1904
Mort(e) à : Santiago , le 23/09/1973
Biographie :

Pablo Neruda, Neftalí Ricardo Reyes Basoalto, est un poète, écrivain, diplomate, homme politique et penseur chilien.

À dix-neuf ans, il publie son premier livre "Crépusculaire"et un an plus tard, "Vingt Poèmes d'amour et une chanson désespérée". À partir de 1927, Pablo Neruda occupe plusieurs postes consulaires, c'est ainsi qu'il entretient des relations amicales avec Federico García Lorca, alors qu'il est consul en Espagne. En 1933, il publie "Résidence sur la Terre".

En 1950, on lui décerne le prix Staline de la paix. En 1969, il est désigné par le Parti communiste comme candidat à la présidentielle. Avec la mise en place de l'Unité populaire (1970), négocié avec le parti socialiste, il s'efface devant Salvador Allende, qu'il soutient. Pablo Neruda est nommé ambassadeur à Paris par le nouveau président.

En 1971, Neruda reçoit le prix Nobel de Littérature « pour une poésie qui par l’action d’une force élémentaire donne vie à la destinée et aux rêves de tout un continent » ; et il se rend à New-York pour dénoncer le blocus organisé par les États-Unis visant à mettre en difficulté le gouvernement de gauche.

Le poète est mis en résidence surveillée par les putschistes du 11 septembre 1973, lors du coup d'état fasciste du Général Pinochet. Il meurt 12 jours plus tard, officiellement d'un cancer (cette mort a suscité de nombreuses enquêtes). Ses maisons de Santiago (surnommée "La Chascona"), de Valparaiso ("La Sebastiana"), et d’Isla Negra, sont plusieurs fois perquisitionnées et saccagées. Ses obsèques sont l'occasion d'une grande manifestation d'opposition à la junte qui vient de prendre le pouvoir.

Neruda est l'auteur d'une œuvre poétique majeure teintée de lutte politique et de révolte ("Chant général") mais aussi de lyrisme, car elle est aussi un hymne à l'histoire, à l'identité, à la beauté tellurique de tout le continent latino-américain. Il est aussi l'auteur de plusieurs recueils de poèmes d'amour charmants, qui seront mis en musique et chantés par les plus grands chanteurs poètes de la "Nueva Canción chilena". Il a aussi écrit un recueil de poèmes pour les enfants (et les grands ! ) : "Le livre des questions", et plusieurs ouvrages de réflexions existentielles, politiques ou autobiographiques ("J'avoue que j'ai vécu", paru à titre posthume en 1974).
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (17) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Pablo NERUDA – Un siècle d'écrivains : 1904–1973 (DOCUMENTAIRE, 1998) Émission « Un siècle d'écrivains », numéro 167, diffusée sur France 3, le 23 septembre 1998, et réalisée par Amalia Escriva.

Podcasts (15) Voir tous


Citations et extraits (680) Voir plus Ajouter une citation
Pablo Neruda
milamirage   28 janvier 2013
Pablo Neruda
... Il meurt lentement

Celui qui ne change pas de cap

Lorsqu'il est malheureux

Au travail ou en amour,

Celui qui ne prend pas de risques

Pour réaliser ses rêves

Celui qui, pas une seule fois dans sa vie,

N'a fui les conseils sensés.



Vis maintenant.

Risque-toi aujourd'hui...
Commenter  J’apprécie          7445
Pablo Neruda
Sly   05 octobre 2010
Pablo Neruda
Pourquoi ne pas lui dire que vous savez qu'il est là, pensant à vous, se préoccupant de vous, et que vous vous sentez en sécurité ? Que vos peurs, votre passé s'évanouissent. Et que le seul espoir est la promesse d'une étreinte. Je remercie Dieu pour chaque erreur que j'ai faite, parce que chacune d'elles m'a indiqué le chemin qui m'a mené à vous.Et quand, finalement, on sera ensemble, je veux que tu m'enlaces. Enlace-moi toute la nuit. Caresse mes cheveux. Dis-moi que je suis une femme et montre-moi que tu es un homme. Jusqu'à ce qu'il y ait que maintenant. Toi et moi... et maintenant. Je ne demande pas qu'on m'explique la nuit. Je l'attends et elle m'enveloppe. Et tu es comme le pain, la lumière et l'ombre.
Commenter  J’apprécie          3406
Pablo Neruda
Kittiwake   14 décembre 2015
Pablo Neruda
Il meurt lentement celui qui ne voyage pas, celui qui ne lit pas, celui qui n'écoute pas de musique, celui qui ne sait pas rire de lui-même
Commenter  J’apprécie          2935
Lali   06 février 2011
La Centaine d'amour de Pablo Neruda
Je t’aime parce que je t’aime et voilà tout

et de t’aimer j’en arrive à ne pas t’aimer

et de t’attendre alors que je ne t’attends plus

mon cœur peut en passer du froid à la brûlure.



Je ne t’aime que parce que c’est toi que j’aime,

et je te hais sans fin, te hais et te supplie,

et la mesure de mon amour voyageur

est de ne pas te voir, de t’aimer en aveugle.



Et si, lumière de janvier, tu consumais

ton rayon cruel, et mon cœur tout entier,

me dérobant la clef de la tranquillité?



En cette histoire je m’arrive qu’à mourir

et si je meurs d’amour, c’est parce que e t’aime,

parce qu’amour, je t’aime, et à feu et à sang.
Commenter  J’apprécie          2460
Pablo Neruda
Piatka   01 avril 2015
Pablo Neruda
L'enfant qui ne joue pas n'est pas un enfant, mais l'homme qui ne joue pas a perdu à jamais l'enfant qui vivait en lui et qui lui manquera beaucoup.
Commenter  J’apprécie          2290
araucaria   22 septembre 2013
La Centaine d'amour de Pablo Neruda
Parmi les étoiles admirées, mouillées

par des fleuves différents et par la rosée,

j'ai seulement choisi l'étoile que j'aimais

et depuis ce temps-là je dors avec la nuit.



Parmi les vagues, une vague, une autre vague,

vague de verte mer, branche verte, froid vert,

j'ai seulement choisi l'unique et seule vague

et c'est la vague indivisible de ton corps.



Vers moi toutes les gouttes, toutes les racines

et tous les fils de la lumière sont venus,

que ce soit aube ou crépuscule ils sont venus.



Je n'ai voulu que ta chevelure pour moi.

Et de toutes les offrandes de la patrie

je n'ai choisi que celle de ton coeur sauvage.
Commenter  J’apprécie          1761
Malaura   24 octobre 2012
Cahiers de Temuco de Pablo Neruda
Etre arbre. Un arbre ailé. Dénuder ses racines

Dans la terre puissante et les livrer au sol

Et quand, autour de nous, tout sera bien plus vaste,

Ouvrir en grand nos ailes et nous mettre à voler.

Commenter  J’apprécie          1350
marina53   28 septembre 2013
Vingt poèmes d'amour et une chanson désespérée : Les Vers du Capitaine de Pablo Neruda
Je peux écrire les vers les plus tristes cette nuit.



Écrire, par exemple: "La nuit est étoilée

et les astres d'azur tremblent dans le lointain."



Le vent de la nuit tourne dans le ciel et chante.



Je puis écrire les vers les plus tristes cette nuit.

Je l'aimais, et parfois elle aussi elle m'aima.



Les nuits comme cette nuit, je l'avais entre mes bras.

Je l'embrassai tant de fois sous le ciel, ciel infini.



Elle m'aima, et parfois moi aussi je l'ai aimée.

Comment n'aimerait-on pas ses grands yeux fixes.



Je peux écrire les vers les plus tristes cette nuit.

Penser que je ne l'ai pas. Regretter l'avoir perdue.



Entendre la nuit immense, et plus immense sans elle.

Et le vers tombe dans l'âme comme la rosée dans l'herbe.



Qu'importe que mon amour n'ait pas pu la retenir.

La nuit est pleine d'étoiles, elle n'est pas avec moi.



Voilà tout. Au loin on chante. C'est au loin.

Et mon âme est mécontente parce que je l'ai perdue.



Comme pour la rapprocher, c'est mon regard qui la cherche.

Et mon coeur aussi la cherche, elle n'est pas avec moi.



Et c'est bien la même nuit qui blanchit les mêmes arbres.

Mais nous autres, ceux d'alors, nous ne sommes plus les mêmes.



je ne l'aime plus, c'est vrai. Pourtant, combien je l'aimais.

Ma voix appelait le vent pour aller à son oreille.



A un autre. A un autre elle sera. Ainsi qu'avant mes baisers.

Avec sa voix, son corps clair. Avec ses yeux infinis.



je ne l'aime plus, c'est vrai, pourtant, peut-être je l'aime.

Il est si bref l'amour et l'oubli est si long.



C'était en des nuits pareilles, je l'avais entre mes bras

et mon âme est mécontente parce que je l'ai perdue.



Même si cette douleur est la dernière par elle

et même si ce poème est les derniers vers pour elle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1151
Piatka   19 février 2014
Les Premiers Livres : Poésie et prose de Pablo Neruda
Je veux faire de toi

ce que fait le printemps avec les cerisiers.





Extrait Les vingt poèmes d'amour - XIVème
Commenter  J’apprécie          1011
araucaria   04 novembre 2013
La Centaine d'amour de Pablo Neruda
Tu te rappelleras ce ravin capricieux,

c'est là que palpitaient les arômes grimpants,

de temps en temps passait un oiseau revêtu

de lenteur et de pluie : son costume d'hiver.



Tu te rappelleras les présents de la terre :

l'irascible parfum, avec la fange d'or,

les herbes du buisson et les folles racines,

sortilège d'épine et pareil à l'épée.



Tu te rappelleras le bouquet apporté

par toi, bouquet fait d'ombre et d'eau et de silence,

bouquet pareil à la pierre entourée d'écume.



Ce fut alors comme jamais, comme toujours :

nous partons tous les deux vers le lieu sans attente

pour y trouver tout ce qui est en train d'attendre.
Commenter  J’apprécie          990

CONVERSATIONS et QUESTIONS sur Pablo Neruda Voir plus
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Merveilles à dire ou à chanter !

En sortant de l’école / nous avons rencontré / un grand chemin de fer / qui nous a emmenés / tout autour de la terre / dans un wagon doré… est un poème de Jacques Prévert qui a été chanté par :

Charles Trenet et les frères Jacques
Mireille et Jean Nohain
Yves Montand et Renan Luce
Gilbert Bécaud et Alain Souchon

10 questions
35 lecteurs ont répondu
Thèmes : poèmes , chanson , musiques et chansonsCréer un quiz sur cet auteur

.. ..