AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.77 /5 (sur 292 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 22/11/1942
Biographie :

Françoise Lefèvre vit en Bourgogne et a quatre enfants.

C'est à l'âge de 32 ans que Françoise Lefèvre quitte son poste d'ouvreuse pour se lancer dans l'écriture, découverte par l'éditeur Jean-Jacques Pauvert.

"Première habitude" (1974), son premier roman lui vaut une reconnaissance publique et critique immédiate. Ce titre, consacré par le Prix des lectrices de 'Elle' lance totalement sa carrière.

En 1990, son livre « Le Petit Prince Cannibale » obtient le Prix Goncourt des Lycéens.

En 1993, elle anime un atelier d’écriture dans un collège d’un quartier populaire de Dijon durant trois ans. De ces trois années, pendant lesquelles les élèves ont posé des mots sur le papier, a été publié le livre « En nous des choses tues, pour une autre approche de l’écriture au collège« .

En 2005, elle obtient le Prix Marcel Aymé pour son livre « Se perdre avec les ombres«

Son fils Hugo Horiot a publié un récit de son autisme chez Flammarion: "L'empereur, c'est moi".
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (228) Voir plus Ajouter une citation
marina53   20 décembre 2013
La Grosse de Françoise Lefèvre
L'on sait que l'absence grossit dans la poitrine, fait le cœur énorme et qu'on la porte en plus de son propre poids. Elle est partout, remplit tout...
Commenter  J’apprécie          470
Ladybirdy   25 octobre 2019
La première habitude de Françoise Lefèvre
Je suis sûre qu’il y a des êtres qui passent leur vie à faire des ronds, d’autres des lignes droites, d’autres des points. Mais dans cette vie il faut bien s’arranger, et l’arrangement pour lequel nous prions le plus c’est sans doute celui qui consiste à regarder vivre et à être regardé, à aimer, à être aimé.
Commenter  J’apprécie          350
nadejda   15 octobre 2015
Se perdre avec les ombres de Françoise Lefèvre
C'est une expérience de l'extrême que d'attendre et d'espérer un improbable retour.

Qui n'a pas guetté de la sorte derrière une fenêtre, au point d'être changé en statue, ne sait rien de l'absence. Ni de l'attente. Ni de ce temps affreux où l'on finit par retourner à la raison, c'est-à-dire à la réalité.



Personne ne viendra p 128
Commenter  J’apprécie          340
Ladybirdy   17 décembre 2018
Le Petit Prince cannibale de Françoise Lefèvre
Nous sommes à une époque d’incessants bavardages, de stériles jacasseries. Dès le jardin d’enfants, la pression est très forte. Un enfant qui parle tôt, au regard des gens et des institutions, est intelligent. Un enfant qui se tait indispose.
Commenter  J’apprécie          340
Ladybirdy   26 novembre 2018
La Grosse de Françoise Lefèvre
Mais le corps de Céline, c’est un chêne en marche. Un arbre déchaîné balançant sa chevelure de feu. Elle est la mère, la sœur, l’amante. La figure de proue d’un bateau qui ne peut pas sombrer. Mozart et le blues. Des bras comme des branches pour porter, supporter, emporter. Tenir, soutenir, contenir. Des bras qui ne relâchent pas leur effort. Des bras d’éternité. Des épaules de bûcheronne taillées pour endurer les batailles, les sabres, les chars, les exils, les exodes, la misère, la mauvaise fortune des pauvres gens.
Commenter  J’apprécie          330
Ladybirdy   07 décembre 2019
Un soir sans raison de Françoise Lefèvre
Un voyage en calèche aux portières scellées par des initiales de feu.

Une promenade en traîneau sur une neige brûlante.

Ô l’enchantement des réverbères !
Commenter  J’apprécie          344
Ladybirdy   06 décembre 2018
Un album de silence de Françoise Lefèvre
Avant, au commencement de ma vie, je ne savais pas que la joie était un bien si précieux. Je ne savais pas que ce sentiment d’allégresse, mainte fois ressenti depuis l’enfance, c’était la joie. Je l’ai partagé sans jamais m’inquiéter d’en être dépossédée. Rien ne m’abattait. Seules la trahison et la duplicité m’auront mise à genoux.
Commenter  J’apprécie          330
Ladybirdy   04 décembre 2019
Un soir sans raison de Françoise Lefèvre
Serait-ce aussi cela vieillir : ouvrir une fenêtre sur son enfance et bien au-delà…

Serait-ce cela mourir… ouvrir une fenêtre pour laisser entrer les baisers non reçus… Les amours non vécues… Les années perdues… Les beaux insectes bleus…
Commenter  J’apprécie          315
Ladybirdy   05 décembre 2019
Un soir sans raison de Françoise Lefèvre
À force de renverser la tête pour scruter le ciel, les yeux vous piquent, on devient saoule de lumière, on s’accroche aux ailes de son enfance et on rit. On rit de cette farce immense.
Commenter  J’apprécie          300
santorin   18 novembre 2019
La Grosse de Françoise Lefèvre
La vie c'est parfois comme ça, il faut se quitter. Alors, on songe à tous les moments passés ensemble où l'on ne savait pas qu'on était heureux.
Commenter  J’apprécie          296
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

quyz ou quiz ?

Qu'est-ce qu'on s'ennuie à l'hôpital quand on doit subir une

dyalise
dialyse
dialise

11 questions
34 lecteurs ont répondu
Thèmes : vocabulaire , mots , lettre , langue française , humourCréer un quiz sur cet auteur