AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.98 /5 (sur 574 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Nuneaton , le 22/11/1819
Mort(e) à : Londres , le 22/12/1880
Biographie :

George Eliot, de son vrai nom Mary Anne Evans, est une romancière britannique.

Elle passe son enfance dans une ferme du Warwickshire où son père travaille comme régisseur. Elle reçoit une éducation religieuse et conformiste. Fervente lectrice de Bunyan, Defoe et Scott, elle apprend aussi l'allemand et l'italien. Elle quitte l'école à dix-sept ans pour se consacrer à ses devoirs familiaux, accrus à la mort de sa mère.

La famille s'installe à Coventry où elle rencontre le libre-penseur Charles Bray qui contribue à l'éloigner d'une religion chère à son père. À la mort de celui-ci, en 1849, Mary Ann devient directrice adjointe de la Westminster Review. Elle rencontre alors George Henry Lewes, déjà marié, avec lequel elle vivra cependant jusqu'à la mort de celui-ci.

L'adultère à cette époque n'était pas rare, mais le fait que le couple Lewes-Evans s'affiche ouvertement comme un couple en dehors des liens du mariage scandalise leur entourage. Marian (c'est le nouveau prénom qu'elle prend) se tient à l'écart des sociétés littéraires de Londres et se consacre désormais à devenir une romancière à part entière. Une volonté qu'elle affiche dans un de ses derniers billets pour le Review. Elle adopte le pseudonyme de George Eliot.

À l'instigation de Lewes, elle se consacre à l'écriture, publiant d'abord "Scènes de la vie du clergé" en 1858, inspiré de souvenirs d'enfance et de la vie provinciale. Viennent ensuite "Adam Bede" (1859), "Le Moulin sur la Floss" (1860), une histoire d'amour entre un frère et une sœur, qui n'est pas sans évoquer le lien privilégié qui l'unissait, enfant, à son frère Isaac, "Silas Marner" (1861) et "Middlemarch" (1871-1872).

En 1876, elle publie son dernier roman "Daniel Deronda". Après la mort de Lewes en 1878, elle fait de nouveau scandale en se mariant avec John Cross, de vingt et un ans son cadet.

La finesse de l'analyse psychologique et le souci d'éveiller la sympathie du lecteur pour une « humanité ordinaire » peinte sans fard dans ses occupations quotidiennes la rattachent à l'école « réaliste ». La hauteur de la réflexion qui nourrit une création tout entière portée par une foi en l'homme qui a remplacé la foi chrétienne tôt perdue autant que la pénétration de l'analyse font de George Eliot un des plus grands écrivains anglais et de "Middlemarch", son chef-d'œuvre, un des sommets du roman classique.
+ Voir plus
Source : ww.universalis.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de George Eliot   (19)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Pour son dernier livre, Mona Ozouf rend hommage à l?écrivain britannique George Eliot. le portrait d?une femme affranchie et talentueuse, à l?image de sa contemporaine George Sand. Retrouvez « L?autre George » aux éditions Gallimard.

Podcast (7) Voir tous


Citations et extraits (237) Voir plus Ajouter une citation
juliette2a   31 juillet 2013
Middlemarch de George Eliot
Si les choses ne vont pas aussi mal pour vous et pour moi qu’elles eussent pu aller, remercions-en pour une grande part ceux qui vécurent fidèlement une vie cachée et qui reposent dans des tombes que personne ne visite plus.
Commenter  J’apprécie          620
PiertyM   06 novembre 2014
Middlemarch de George Eliot
L'orgueil vient à notre aide ; et l'orgueil n'est pas une mauvaise chose quand il se contente de nous pousser à cacher nos propres blessures, et non à blesser autrui.

Commenter  J’apprécie          430
George Eliot
Hubble   11 septembre 2020
George Eliot
Les étoiles sont le fruit doré d'un arbre hors d'atteinte.
Commenter  J’apprécie          390
Marple   14 mars 2014
Middlemarch de George Eliot
Voici la recette précise

Pour assaisonner la viande exquise

Qu'on appelle oisiveté et que beaucoup dégustent

Par choix en la qualifiant de savoureuse :

Commencer par guetter les morceaux comme un chien

Mêlez-y des rebuffades et remuez bien

Avec une bonne huile épaisse de flatteries

Puis faites mousser avec de vilaines vanteries mensongères

(...)
Commenter  J’apprécie          340
charlottelit   20 juillet 2012
Middlemarch de George Eliot
Les instants d'or pur du torrent de la vie

filent sous nos yeux

et nous n'y voyons que du sable ;

les anges viennent nous rendre visite

et nous les reconnaisssons

seulement quand ils sont repartis.
Commenter  J’apprécie          340
Gwen21   13 octobre 2016
Middlemarch de George Eliot
- [...] Par ma foi, je crois que la vérité est le plus terrible projectile avec lequel on puisse nous lapider.
Commenter  J’apprécie          330
Austral   05 décembre 2012
Le Moulin sur la Floss de George Eliot
Nos vies sont tellement liées entre elles qu'il est absolument impossible que les fautes des uns ne retombent pas sur les autres ; même la justice fait ses victimes, et nous ne pouvons concevoir aucune punition qui ne s'étende en ondulations de souffrances non méritées bien au delà de son but.
Commenter  J’apprécie          300
Gwen21   13 octobre 2016
Middlemarch de George Eliot
- Oh j’ai relativement une vie facile. J’ai essayé d’être institutrice et je ne suis pas faite pour cela, j’ai l’esprit trop indépendant. N’importe quelle tâche pénible vaut mieux, je trouve, que de faire une chose pour laquelle on est payé et qu’on ne fait pourtant jamais bien.
Commenter  J’apprécie          280
Gwen21   18 octobre 2016
Middlemarch de George Eliot
- [...] Le sentiment d’être un gentleman ne devrait faire qu’un avec le sentiment d’être un homme.
Commenter  J’apprécie          290
cmpf   02 novembre 2015
Middlemarch de George Eliot


C’était une excellente pâte d’homme que sir James, et il avait le rare mérite de n’être nullement infatué de sa valeur ni de croire que son influence put jamais mettre le feu au plus petit coin de la province ; aussi était-il heureux à la pensée d’avoir une femme qu’il pourrait consulter à propos de tout, une femme capable en toute circonstance de tirer son mari d’embarras avec de bonnes raisons. Quant à la piété exagérée qu’on reprochait à miss Brooke, il ne savait que très imparfaitement en quoi elle consistait, et il pensait qu’elle disparaîtrait avec le mariage. En un mot, il trouvait Dorothée tout à fait charmante, il sentait son amour bien placé et était tout disposé à se laisser dominer, puisqu’après tout un homme, quand il lui plaît, peut toujours s’affranchir de cette domination-là. Sir James n’avait pas l’idée qu’il pût être jamais las du joug de cette belle jeune fille dont l’esprit le ravissait. Pourquoi l’eût-il pensé ? L’esprit d’un homme, quel qu’il soit, a toujours cet avantage sur celui d’une femme qu’il est du genre masculin, comme le plus petit bouleau est d’une espèce supérieure au palmier le plus élevé, et son ignorance même est de plus haute qualité.





+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Eliot on TV

Ce roman a été adapté par la BBC en 1991 avec Iain Glen, Susannah Harker et Patsy Kensit :

Middlemarch
The Mill on the Floss (Le Moulin de la Floss)
Adam Bede
Silas Marner

9 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : George EliotCréer un quiz sur cet auteur

.. ..