AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.51 /5 (sur 96 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Saïda , le 30/03/1957
Biographie :

Georges-Marc Benamou est un producteur de cinéma et un journaliste français.

D'abord journaliste à La Provence puis au Quotidien de Paris à partir de 1980, dirigé par Philippe Tesson dans la ligne de Combat, Georges-Marc Benamou fonde ensuite un journal de gauche en 1985, le mensuel Globe. Globe marque profondément la fin des années 80 et de nombreux intellectuels y écrivent comme Bernard-Henri Lévy, Gérard Miller, Philippe Sollers ou Alexandre Adler. Le mensuel devient ensuite hebdomadaire, prend le nom de Globe Hebdo, et publie des textes de grands écrivains ainsi que des cahiers de photographies. Le Globe Hebdo cesse ses activités en 1994 et Georges-Marc Benamou dirige alors l'hebdomadaire L'Evénement jusqu'en 1999. Il devient ensuite éditorialiste à Nice Matin et chroniqueur à La Provence. Ayant rencontré plusieurs fois François Mitterrand, Georges-Marc Benamou livre des ouvrages sur l'ancien président : 'Mémoires interrompus' en 1996 et 'Le Dernier Mitterrand' en 2005. Ce dernier livre est adapté au cinéma par le réalisateur Robert Guédiguian sous le titre 'Le Promeneur du Champ de Mars', et Georges-Marc Benamou participe à l'écriture du scénario. Il est également l'auteur de 'Si la gauche savait', livre d'entretiens avec Michel Rocard paru en 2005, du 'Fantôme de Munich', roman dans lequel il mêle fiction et histoire, paru en 2007. Cette même année, il est nommé conseiller spécial du président de la République Nicolas Sarkozy pour la culture et l'audiovisuel. Georges-Marc Benamou suspend alors ses activités de chroniqueur à La Provence, journal non politisé.
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (29) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

À l'occasion des 60 ans de la mort d'Albert Camus, retour sur le parcours politique, littéraire et amoureux de l'écrivain. Pour le journaliste Georges-Marc Benamou, invité d'Olivia Gesbert, "ce n'est pas un intellectuel au sens convenu du terme, il choisit la voix du roman, il dit qu'on défend mieux des idées avec des images et des émotions. Avant tout, il est un artiste, il invente des formes romanesques nouvelles, il n'est pas sans proximité avec la littérature américaine par exemple, il réinvente réellement les formes." La Grande table Culture d'Olivia Gesbert – émission du 20 janvier 2020 À retrouver ici : https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-1ere-partie/saison-26-08-2019-29-06-2020 Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/¤££¤14DKToXYTKAQ5¤££¤6khzewww2g/?sub_confirmation=1 Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture

+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
Fleitour   29 juin 2020
Le Général a disparu de Georges-Marc Benamou
La caste des normaliens,

cette bande rivale avec à sa tête Pompidou, était responsable de la chienlit. Les ulmards étaient à l'origine de tout.

Ils avaient refusé le changement. Ils avaient salopé son ambition d'établir la sélection à l'université.

Ils ne veulent rien changer à leurs affaires, l'école, l'université, la sélection, car ils viennent tous de la rue d'Ulm.

Sartre et Pompidou même combat.

P 58
Commenter  J’apprécie          120
Fleitour   28 juin 2020
Le Général a disparu de Georges-Marc Benamou
Cette idée d'une France bistrotière, revenue à ses instincts,

le rebute plus que jamais, et le conforte dans sa décision.

Que la populace l'abandonne, après tout, c'est son affaire. Elle paiera.

Il ne reconnaît pas ces barbares à qui il avait offert un destin.

Comme disent les pompiers, devant l'inondation on évacue.

Page 89
Commenter  J’apprécie          60
julienraynaud   28 novembre 2014
Comédie française de Georges-Marc Benamou
Il n’a pas perdu, il lui a manqué une semaine.

D’ailleurs, il n’y a que ses ennemis pour ne pas le croire, des « ennemis de l’intérieur, ces nuls de l’UMP », des ennemis de l’extérieur, « la gauche, tes copains et leurs coups tordus », et « l’autre » (il parle de Hollande) qui, « rappelle-toi ce que je te dis, n’est pas du tout la sainte-nitouche qu’on veut bien croire ». Sans oublier l’ennemie allemande, Merkel, qui porte aussi la responsabilité de son échec à lui
Commenter  J’apprécie          40
DonaSwann   07 avril 2016
Le dernier Mitterrand de Georges-Marc Benamou
"En fait, je suis le dernier de grands présidents... (...) Enfin, je veux dire le dernier dans la lignée de De Gaulle. Après moi, il n'y en aura plus d'autres en France... A cause de l'Europe... A cause de la mondialisation... A cause de l'évolution nécessaire des institutions... Dans le futur, ce régime pourra toujours d'appeler la Vème République... Mais rien ne sera plus pareil. Le Président deviendra une sorte de super-Premier ministre, il sera fragile. Il sera obligé de cohabiter avec une Assemblée qui aura accumulé bien des rancœurs et des rivalités et qui, à tout moment, pourra se rebeller. Et ce sera la cohabitation permanente, une sorte de retour à la quatrième."
Commenter  J’apprécie          30
omarechal   17 novembre 2019
Le Général a disparu de Georges-Marc Benamou
Il y aurait une limite "supportable" relative à chaque époque : il s'agit de la trouver.

Il s'emploie donc à trouver ce chiffre de "morts supportables".

Il se lance dans un savant et acrobatique calcul. Etablit une péréquation entre le nombre de tués, le charisme du chef et l'âge du régime politique.

Fixe un quotient au XX° siècle. Corrige le premier chiffre, forcément faramineux, par ce quotient du siècle.

Un chiffre sort, on ne sait comment, de ce calcul inspiré.

Deux cent morts. Deux cent morts, c'est le maximum acceptable pour lui, mais tout compris.

Il comptait dans ce chiffre la totalité des actions de reprise de contrôle du pays, à Paris et en Province.

Au-delà, ce serait un "carnage"; et il ne s'en remettrait pas. Au terme de ce parcours arithmétique, il se trouve un peu dépité.

"Deux cent morts ... Même de Gaulle ne peut se permettre plus, hélas".

Son "hélas" est sincère, désolé, clinique.
Commenter  J’apprécie          10
DonaSwann   07 avril 2016
Le dernier Mitterrand de Georges-Marc Benamou
Le silence des intellectuels pendant ces grèves ? "La Bosnie, ça ne leur fait pas peur, mais dès qu'il faut s'exprimer sur la France, on ne les entend plus." (...) Le silence de la gauche pendant ces grèves ? "Cette incapacité à trouver le ton est un mauvais signe pour le futur." Est-ce la faute de Jospin ? "Pas seulement..."
Commenter  J’apprécie          20
philippraimbaud   27 avril 2015
Comédie française de Georges-Marc Benamou
"Au fond, les grands politiques sont comme les grandes actrices, apparemment inabordables. Ils sont très seuls."
Commenter  J’apprécie          30
AurelienHuet1   06 août 2016
Le dernier Mitterrand de Georges-Marc Benamou
Il parle, je l'observe, et je me souviens de ce montage photographique de Krystof Pruszkowski. […] L'artiste polonais avait superposé les négatifs des visages de tous les présidents de la Ve République, qui ne formaient plus qu'un portrait. Il avait empilé de Gaulle, Pompidou, Giscard d'Estaing et Mitterrand. Mais on ne voyait qu'eux deux, de Gaulle et Mitterrand. En cherchant, on retrouvait le sourcil de Pompidou, mais de Giscard il ne restait rien, pas même un cil. Non, vraiment, on ne voyait qu'eux deux, de Gaulle et Mitterrand, qui ne faisaient plus qu'un, mais lequel ? On n'aurait su dire.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   20 août 2019
Le Général a disparu de Georges-Marc Benamou
Pour la première fois, depuis trente ans qu’il avait à faire avec l’Histoire, les Français ne l’avaient ni entendu, ni suivi. C’était fini. Il les avait perdus.

 

La France sans lui, ce sera la fin de la France – il ne pouvait s’empêcher de le penser. Entre eux et lui, cela avait été une religion étrange, une fusion prédestinée, une passion. Et cette histoire extraordinaire avait pris fin sur les barricades, les usines à drapeaux rouges, dans les convulsions d’un peuple ingrat… Il les a répudiés, le sort en est jeté, mais il ressasse. Il redoute la France sans lui ; ce qu’ils appellent l’après-de Gaulle qu’il voit, lui, comme une nuit dangereuse. Il s’inquiète, non pas de sa mort, il s’en moque ; elle viendra bien assez tôt. Mais il pense au chaos après lui. La France, livrée à ses démons : les querelles, la médiocrité, le goût du panache, pas de l’effort ; ce syndrome de zizanie que Jules César et lui avaient diagnostiqué. Comme on le fait avec ses propres enfants, il avait souvent cherché, par-delà les montagnes du temps, le démenti qui viendrait le rassurer. Sans le trouver ; à chaque fois, il s’effraye de ces visions où la France se perd dans un monde hostile…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Fleitour   29 juin 2020
Le Général a disparu de Georges-Marc Benamou
Chapitre huit le cabinet noir.

Depuis le début de la crise, Foccart était en effet à la tête d'une petite armée de l'ombre, bricolée dans l'urgence et sur le pied de guerre.

Des anciens de la France libre, encore verts ;

une tripotée de barbouzes, ceux qui n'avaient pas été tués en Algérie par l'OAS ; les voyous de la bande de Jo Attla,

et quelques karatékas Viêt-cong recalés par la CIA.

page 51
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Lire avec Gérard Philipe

En 1946, Gérard Philipe incarne le prince Mychkine face à Edwige Feuillère dans L’Idiot de Georges Lampin Il est une adaptation du roman éponyme de:

Alexandre Pouchkine
Léon Tolstoï
Fiodor Dostoïevski

14 questions
29 lecteurs ont répondu
Thèmes : gérard philipe , adapté au cinéma , adaptation , littérature , cinema , théâtre , acteur , acteur français , cinéma français , engagement , communismeCréer un quiz sur cet auteur

.. ..