AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.83 /5 (sur 241 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) à : Kaufbeuren , le 11/11/1929
Biographie :

Hans Magnus Enzensberger est un poète, écrivain, traducteur et journaliste allemand.

Il est également connu sous les pseudonymes de Andreas Thalmayr et Linda Quilt ("De sacrés petits prodiges : Sept contes à l'usage des parents qui ne se méfient pas de leur progéniture", en allemand "Schauderhafte Wunderkinder")

H. M. Enzensberger appartient à cette génération dont l'enfance et l'adolescence ont été marquées par le nazisme et la guerre.

Poète et essayiste, mais aussi auteur dramatique et romancier, Hans Magnus Enzensberger s'est illustré dans tous les genres littéraires, y compris les pièces radiophoniques, les livrets d'opéra, les livres pour la jeunesse et les scénarios de films.

Après des études de littérature et de philosophie dans différentes universités allemandes et étrangères, dont la Sorbonne, il se tourne vers la dramaturgie, soutient une thèse sur la poétique de Clemens Brentano, puis devient rédacteur à la radio (Südwestfunk à Stuttgart), sous la houlette de l'écrivain Alfred Andersch qui le présente en 1957.

Il séjourne à New York en 1974-1975 et quitte la revue Kursbuch et se met à l'écriture du livret de l'opéra La Cubana sur une musique de Hans Werner Henze.

La première de sa pièce Le naufrage du Titanic a lieu en 1980. Après avoir adapté le Misanthrope de Molière, il écrit Le Philanthrope joué pour la première fois en 1984.

Il a écrit avec grand succès des livres pour la jeunesse: Der Zahlenteufel (1997) et Wo warst du Robert? (1998).

Écrivain engagé, se méfiant de l'ordre établi et des pensées toutes faites, il est l'intellectuel contestataire par excellence.

Couronné à trente-quatre ans par l'un des plus prestigieux prix littéraires allemands, le prix Büchner, il est depuis ses jeunes années un représentant incontournable de la littérature allemande de l'après-guerre. D'autres prix ont récompensé l'inépuisable activité de H.M. Enzensberger, entre autres le prix Heinrich-Böll en 1985, le Prix de la paix Erich-Maria-Remarque en 1993, le prix Heinrich Heine en 1998, la Médaille d'Or du Círculo de Bellas Artes en 2001 ou encore le prix Princesse des Asturies en 2002.
+ Voir plus
Source : www.universalis.fr/
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Hammerstein ou l'intransigeance Marque-page 26-02-2010
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (99) Voir plus Ajouter une citation
Hans Magnus Enzensberger
carre   09 mai 2013
Hans Magnus Enzensberger
"On peut oser dire qu'il serait impossible de mener une guerre sans la force des femmes".

Interview Lire
Commenter  J’apprécie          360
steka   02 octobre 2013
Médiocrité et folie de Hans Magnus Enzensberger
L'analphabétisme, que nous avons enfumé dans ses repaires, est revenu, vous le savez tous, sous une forme qui n'a cette fois plus rien de respectable. J'ai nommé le personnage qui domine depuis longtemps la scène sociale : l'analphabète secondaire. (...) Notre technologie a développé, en même temps que les données du problème, la solution adéquate : la télévision, média idéal pour l'analphabète secondaire. On verra, en règle générale, des analphabètes secondaires occuper les premières places dans la politique et l'économie ...
Commenter  J’apprécie          141
Nastie92   03 décembre 2013
Le démon des maths de Hans Magnus Enzensberger
- Attends ronchonna le bonhomme, c'est une véritable pagaille... Quelle malédiction ! Tu as raison, ça ne marche pas ! Comment le savais-tu ?

- Je ne savais rien du tout, répondit Pierre, j'ai simplement deviné. Je ne suis pas stupide au point de calculer une chose pareille !

- Espèce de malappris ! En mathématiques, on ne devine pas, compris ? En mathématiques on travaille dans l'exactitude.

- Mais c'est toi qui m'as dit que ça continue jusqu'à perpète ! Ça ne s'appelle pas deviner peut-être ?

-Tu te prends pour qui ? Qui es-tu ? un pauvre débutant, rien de plus ! Et tu prétends me dire comment faire ?

À chaque mot qu'il éructait, le démon des maths grandissait et grossissait. Il cherchait de l'air. Pierre finit par avoir peur de lui.

- Espèce de nain des nombres ! Tête de piaf ! Nullité pointée ! hurle le vieux diable, et à peine eut-il lâché ce dernier mot qu'il explosa de pure fureur dans un grand boum !

Pierre se réveilla. Il était tombé du lit. Il avait un peu le vertige, mais il ne put s'empêcher de rire en pensant à la manière dont il avait mis K.-O. le démon des maths.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
carre   18 mai 2012
Hammerstein ou l'intransigeance : Une histoire allemande de Hans Magnus Enzensberger
Comme tout criminaliste l'apprend à ses dépens, les déclarations des témoins oculaires ne sont pas toujours à prendre pour argent comptant. Même les rapports faits de bonnes volontés présentent plus d'une fois des lacunes et des contradictions. Le désir de se faire valoir ou d'enjoliver les choses peut créer autant de confusion qu'une mémoire défaillante ou d'insolents mensonges.
Commenter  J’apprécie          130
michelekastner   03 octobre 2013
Hammerstein ou l'intransigeance : Une histoire allemande de Hans Magnus Enzensberger
Au demeurant, la dictature se heurtait aussi, dans ces années trente et quarante, à des limites techniques. Les possibilités de surveillance qui font aujourd'hui partie de la vie quotidienne dans les sociétés les plus démocratiques étaient encore inimaginables à l'époque. Cela explique peut-être l'impression étonnante de franchise et d'imprudence que nous donnent beaucoup de journaux intimes et de lettres de ces années-là, et l'impunité relative de la "rouspétance" générale. La principale source qu'exploitait la Gestapo, ce n'était pas un système omniprésent d'écoutes et de surveillance, c'était le phénomène épidémique de la dénonciation.
Commenter  J’apprécie          120
carre   17 mai 2012
Hammerstein ou l'intransigeance : Une histoire allemande de Hans Magnus Enzensberger
Les époques normales, ça n'existe pas. Savez-vous ce que disent les italiens ?

dans le pire, il n'y a pas de fin.
Commenter  J’apprécie          130
deuxquatredeux   09 décembre 2016
Le perdant radical : Essai sur les hommes de la terreur de Hans Magnus Enzensberger
On est conduit à penser que ce que voulaient profondément Hitler et ses fidèles, c'était moins la victoire que la radicalisation et la perpétuation de leur statut de perdants. Certes, la rage accumulée s'est déchaînée dans une guerre d'extermination sans précédent contre tous ceux qu'ils tenaient pour responsables de leurs propres défaites - il s'agissait d'abord d'anéantir les Juifs et le camp qui avait imposé sa loi en 1919 -, mais ils ne songeaient pas un seul instant à épargner les Allemands. Leur véritable but n'était pas la victoire, mais l'extermination, l'effondrement, le suicide collectif, la fin dans l'effroi. Il n'y a pas d'autre explication au fait qu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale les Allemands ont continué à se battre à Berlin, jusqu’au dernier bâtiment en ruines. Hitler lui-même a confirmé ce diagnostic en affirmant que le peuple allemand ne méritait pas de survivre. Au prix de sacrifices inouïs, il a obtenu ce qu'i voulait : perdre. Mais malgré tout, les Juifs, les Polonais, les Russes, les Allemands et tous les autres sont encore là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
cprevost   16 avril 2012
Hammerstein ou l'intransigeance : Une histoire allemande de Hans Magnus Enzensberger
Un jour qu’on lui demandait de quels points de vue il jugeait ses officiers, il dit : « Je distingue quatre espèces. Il y a les officiers intelligents, les travailleurs, les sots et les paresseux. Généralement, ces qualités vont par deux. Les uns sont intelligents et travailleurs, ceux-là doivent aller à l’état-major. Les suivants sont sots et paresseux ; ils constituent 90% de toute armée et sont aptes aux tâches de routine. Celui qui est intelligent et en même temps paresseux se qualifie pour les plus hautes tâches de commandement, car il y apportera la clarté intellectuelle et la force nerveuse de prendre des décisions difficiles. Il faut prendre garde à qui est sot et travailleur, car il ne provoquera jamais que des désastres. »
Commenter  J’apprécie          100
Piling   07 août 2010
Le perdant radical : Essai sur les hommes de la terreur de Hans Magnus Enzensberger
Le fait que l'énergie destructrice des activistes islamistes se tourne essentiellement, au contraire de ce que semble croire l'Occident, contre les musulmans eux-mêmes n'est donc de ce point de vue ni une erreur tactique ni un "dommage collatéral". Rien qu'en Algérie, leurs actes terroristes ont coûté la vie à au moins 50 000 de leurs concitoyens ; d'autres sources évoquent jusqu'à 150 000 assassinats, auxquels toutefois ont également participé les militaires et les services secrets. En Irak et en Afghanistan aussi, le nombre des victimes musulmanes dépasse largement celui des victimes étrangères. D'ailleurs, la susceptibilité hystérique dont ils font preuve dans leurs rapports au monde extérieur disparaît comme par enchantement lorsqu'il s'agit de conflits internes au monde arabe. Lorsqu'en Irak, au Tchad, au Darfour ou en Afghanistan des musulmans tuent d'autres musulmans, on s'en soucie comme d'une guigne, pas l'ombre d'une fatwa ne se profile à l'horizon. Tout comme l'unité panarabique, la solidarité de l'oumma conjurée dans le Coran se révèle être un pieux mensonge.



Le projet des perdants radicaux consiste, comme en ce moment en Irak ou en Afghanistan, à organiser le suicide de toute une civilisation. Il est peu probable qu'ils réussissent à étendre indéfiniment et à perpétuer leur culte de la mort. Leurs attentats représentent un risque toujours présent en arrière-plan, comme la mort quotidienne sur les routes, à laquelle nous sommes habitués. Il faudra bien qu'une société globalisée, qui dépend de combustibles fossiles et qui produit constamment de nouveaux perdants en prenne son parti.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Cath36   23 janvier 2011
Hammerstein ou l'intransigeance : Une histoire allemande de Hans Magnus Enzensberger
"Je ne suis pas un héros, tu te trompes sur mon compte. Je fais face quand il le faut. Mais je ne me bouscule pas pour empoigner la roue de l'Histoire, comme vous autres !" Et vint alors un mot complètement désarmant : "Je suis trop paresseux pour ça !" L'explication qui suivit, sur la belle qualité qu’était la paresse, qui permettait à ;l'homme de développer sa raison et d'agir avec réflexion, culmina dans cette sentence : "On a le temps de penser. L'application au travail ne fait que gêner."
Commenter  J’apprécie          100

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Le démon des maths

Comment s'appelle le démon?

TEPLOTAXL
TEXPLOTAL
Il n'a aucun nom
Le démon des maths

10 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Le démon des maths de Hans Magnus EnzensbergerCréer un quiz sur cet auteur