AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.65 /5 (sur 370 notes)

Nationalité : Pays-Bas
Né(e) à : Batavia (Jakarta) , le 2 Février 1918
Mort(e) à : Amsterdam , le 29 Nov. 2011
Biographie :

Hélène Serafia Haasse, dite Hella S. Haasse est une écrivaine néerlandaise.

Elle a grandi aux Indes néerlandaises, sauf de 1924 à 1928, années où sa mère suivait une cure au Sanatorium néerlandais à Davos, Suisse. Passionnée de lecture et de théâtre, elle écrit à 11 ans son premier roman historique. Pendant ses années de lycée, elle découvre la poésie.

En 1938, elle part aux Pays-Bas pour des études de littérature et d'art dramatique à Amsterdam. Elle termine l'école de théâtre en 1943, mais déjà en 1944, année où elle se marie avec Jan van Lelyveld, rédacteur de Propria Cures, elle abandonne cette voie pour se vouer à plein temps à l'écriture, d'abord de la poésie (Stroomversnelling, 1945), des petites pièces de théâtre et des textes de cabaret, mais très vite elle se tourne vers la prose.

Elle occupe des postes universitaires prestigieux en obtenant en 1986/1987 une chaire de professeur invitée de littérature à l'université catholique de Brabant à Tilburg; puis elle est nommée membre d'honneur de l'Académie royale belge de linguistique et de lettres néerlandaises à Gand. Elle devient docteur honoris causa à l'université d'Utrecht en 1988, et en 1991, membre honoraire de la Société des lettres néerlandaises à Leyde.

En 1949, Hella Haasse écrit "En la forêt de longue attente" sur le prince, poète et prisonnier Charles d'Orléans. Dans ce livre se rencontrent trois de ses intérêts principaux : la poésie, le roman historique et la France.

De 1981 à 1990, Hella et son mari habitent en France, à Saint-Witz au nord de Paris. Elle écrit alors plusieurs romans et récits qui se situent en France, mais c'est surtout la période des grands romans-documentaires historiques.

Elle est déjà de retour à Amsterdam quand le ministère de la Culture de France lui remet les décorations d'abord d'officier, puis de commandeur dans l’Ordre des Arts et des Lettres, et ensuite celle d'officier de la Légion d'honneur.

Comparée à Marguerite Yourcenar, elle reçoit le Prix du Meilleur livre étranger (essai), en 2003, pour "La Récalcitrante".
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Hella Serafia Haasse   (24)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

La chasse aux étoiles d'Hella Haasse Marque-Page 17-02-2011


Citations et extraits (54) Voir plus Ajouter une citation
LydiaB   18 mars 2014
En la forêt de longue attente de Hella Serafia Haasse
Après la mort d'Isabelle, Charles avait été rempli d'un étonnement amer plus que d'un vrai chagrin ; il se demandait, morose, si c'était ainsi que devait s'écouler sa vie : un long voyage sans autres escales que le deuil et la catastrophe. Parmi les documents ayant appartenu à son père, il avait trouvé une poésie ; il se souvenait qu'à l'époque le ménestrel Herbelin avait mis ces vers en musique. C'était le chant où était décrite la forêt de Longue Attente, ce lieu désolé, pareil à un labyrinthe ; au milieu des dangers et des horreurs de l'existence, l'homme s'égare, il erre et cherche, mais ne trouve pas l'issue. Lorsqu'il était enfant, Charles n'avait pas compris cette image ; maintenant, il était frappé par la comparaison et aussi par la manière dont elle avait été formulée. Il trouvait les vers harmonieux, ils éveillaient en lui un sentiment pour lequel il n'avait pas de nom, qui lui apportait le réconfort, mais en même temps le chagrin et l'agitation intérieure. Souvent, il répétait en pensée ou à mi-voix les premiers vers du chant ; sans en savoir lui-même la raison, cela lui procurait une étrange satisfaction, comme si quelque chose venait frapper à son cœur pour y pénétrer, mais qu'était-ce ?



"En la forêt de Longue Attente

Chevauchant par divers sentiers... "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
isanne   25 novembre 2021
Les seigneurs du thé de Hella Serafia Haasse
Rudolf avait l'impression de ne pas avoir assez de ses cinq sens. Il était subjugué par la lumière, les odeurs qu'exhalaient les buissons chauds, la majesté du paysage qui s'étendait à ses pieds et dans le lointain. Dans la plaine scintillaient les rizières inondées ; la ligne de faîte des collines semblait décolorée sous le soleil de midi. Mais par-delà les cimes glissait l'ombre, d'un bleu intense, de nuages surgis comme par enchantement des hautes couches d'air opaques.
Commenter  J’apprécie          272
isanne   27 novembre 2021
Les seigneurs du thé de Hella Serafia Haasse
Tout au fond du terrain, derrière la maison, il y a un figuier banian. De jour, c'est pour moi le plus bel arbre du monde, si large, touffu et riche, avec toutes ses feuilles et ses fruits, ses racines aériennes qui retombent et se fixent à l'aide de petites ventouses et forment de nouveaux troncs - et aussi avec les oiseaux et les chauves-souris, les cigales qui le peuplent et les guêpes qui vrombissent autour des figues ; c'est un arbre qui bouillonne de vie. Mais le soir, je n'ose m'en approcher (...), la nuit ce n'est plus le même arbre, ou plutôt même plus un arbre mais une chose très différente pour laquelle les hommes n'ont pas de nom. Il faut se tenir sur ses gardes. La nature a cette force, nous sommes impuissants.
Commenter  J’apprécie          230
isanne   27 novembre 2021
Les seigneurs du thé de Hella Serafia Haasse
Quelle étrange expérience ! Des sons familiers éveillaient en moi de vieux souvenirs et, surtout le chant des oiseaux me replaçait totalement dans l'entourage d'autrefois, alors qu'en réalité peu de choses de cet entourage ont subsisté. (...) Ce qui m'a particulièrement frappé, c'est la beauté de la nature à Gamboeng. Je peux mieux en juger aujourd'hui qu'autrefois, quand je ne connaissais au fond que notre propre cadre.
Commenter  J’apprécie          232
isanne   20 juin 2022
La source cachée de Hella Serafia Haasse
En été, le feuillage murmure, il semble qu'il n'existe pas de plus riche mélodie pour celui qui est allongé dans l'herbe tiède ; mais l'on change d'avis en automne, lorsque les feuilles roussâtres bruissent dans le vent ; et pendant les longs mois d'hiver l'on entend, encore plus ému, le bois gelé craquer et le givre tomber de branche en branche. Infinie est la diversité des images d'un solstice à l'autre ; (...)
Commenter  J’apprécie          212
Bookycooky   24 novembre 2016
Les jardins de Bomarzo de Hella Serafia Haasse
....les âmes bigotes,ignorantes et pusillanimes soupçonnent toujours des excès chez ceux qui ont une pensée indépendante et que,toujours des éléments ambitieux et autoritaires savent exploiter au bon moment et au bon endroit des dispositions négatives de ce genre . P. 103
Commenter  J’apprécie          190
isanne   23 novembre 2021
Aloe ferox : Et autres nouvelles de Hella Serafia Haasse
Mais la seule idée des grands magasins en décembre, surchauffés et violemment éclairés, me remplit de dégoût. Des cages de verre gigantesques, des machines à vendre qui aspirent les consommateurs ; des espaces où tout bourdonne et résonne sans interruption.(...) C'est plus qu'un phénomène physique, j'en ai des suées froides, quand je songe à cette force aspirante qui évide les personnes, les réduit à l'état de figures sur un graphique, unités constitutives de la masse qui a une importance économique.
Commenter  J’apprécie          1810
isanne   23 juin 2022
Viser les cygnes de Hella Serafia Haasse
Depuis qu'il avait pénétré dans le bois, il n'avait rencontré personne, et n'avait rien entendu, sinon le chant des oiseaux, ainsi que les bruissements et les craquements familiers dans les frondaisons et les broussailles. Au cours de ces dix-neuf années de vie, rien n'avait jamais égalé le plaisir intense qu'il avait à séjourner dans le bush. Il éprouvait la nature comme "sienne" tout en sachant qu'elle gardait un élément d'impénétrable altérité.
Commenter  J’apprécie          180
isanne   24 juin 2022
Viser les cygnes de Hella Serafia Haasse
Il revit sa chambre d'autrefois : les boomerangs au mur, le poster d'une star de la pop music, morte depuis longtemps mais qui le fascinait toujours, Jim Morrison.

Son visage, pareil à celui d'un ange exterminateur, crinière au vent, sur fond de nuées orageuses et d'éclairs. En dessous, ce texte : "No one here gets out alive*."

Il identifiait ce poster à l'image du chaman faiseur de pluie dans la culture des Aborigènes, chantant nu sous un ciel chauffé à blanc, jusqu'à ce que le vent se lève, que les nuages s'amoncellent et que l'eau salvatrice déferle du ciel avec la violence d'un raz-de-marée.





* Personne n'en sortira vivant.
Commenter  J’apprécie          172
Myriam3   05 octobre 2014
Locataires et sous-locataires de Hella Serafia Haasse
Qu'avait-elle à faire avec un Dupleix, une Cornette, un Walter, avec les citadins et les paysans d'un pays où, hormis les peines et malheurs du quotidien, il ne se passait rien, rien qui fût digne d'être retracé par une plume vouée à Clio, la Grande Histoire?
Commenter  J’apprécie          170

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4058 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur cet auteur