AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.95 /5 (sur 261 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 3/03/1904
Mort(e) à : Vence , le 14/07/1956
Biographie :

Henri Calet, de son vrai nom Raymond-Théodore Barthelmess, est un écrivain français né le 3 mars 1904 à Paris et décédé le 14 juillet 1956 à Vence. Journaliste, il a collaboré , entre autres, à Combat.

Les romans de Calet mettent souvent en scène un Paris populaire de la première moitié du XX° siècle.

Ces dernières années révèlent un regain d'intérêt pour cet auteur, l'un des spécialistes est Jean-Pierre Baril.

Deux jours avant sa mort, Calet écrira dans son agenda ces mots émouvants : « C’est sur la peau de mon cœur que l’on trouverait des rides. Je suis déjà un peu parti, absent. Faites comme si je n’étais pas là. Ma voix ne porte plus très loin. Mourir sans savoir ce qu’est la mort, ni la vie. Il faut se quitter déjà ? Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes. »
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Chronique de Laurence Goullieux : Henri Calet Laurence Goullieux, directrice de la Bibliothèque Municipale de Liévin, évoque la vie et l'oeuvre de l'écrivain Henri Calet. le site internet de la Bibiothèque Municipale de Liévin :...
Citations et extraits (100) Voir plus Ajouter une citation
Henri Calet
Carosand   07 septembre 2015
Henri Calet
Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes.
Commenter  J’apprécie          720
Henri Calet
blanchenoir   03 septembre 2016
Henri Calet
C’est sur la peau de mon cœur que l’on trouverait des rides. Je suis déjà un peu parti, absent. Faites comme si je n’étais pas là. Ma voix ne porte plus très loin. Mourir sans savoir ce qu’est la mort, ni la vie. Il faut se quitter déjà ? Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes.
Commenter  J’apprécie          560
Trissotin   30 mai 2011
Peau d'ours de Henri Calet
Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes.
Commenter  J’apprécie          421
moravia   23 juin 2015
La belle lurette de Henri Calet
- C'est un grand nerveux...

A quoi, pour la rassurer Madame Slache, répondit :

- Il sera traité comme notre propre fils.

Je reconnais que, durant mon séjour chez ces gens très convenables, les gifles furent réparties avec une indiscutable équité.
Commenter  J’apprécie          330
Trissotin   30 mai 2011
Peau d'ours de Henri Calet
La vie est un tapis roulant qui ne s'arrête jamais, la vie est un verre d'eau dans lequel on se noie, la vie est un mur de prison sur lequel on écrit avec ses ongles, la vie est une poêle dans laquelle on frit.
Commenter  J’apprécie          280
moravia   24 juin 2015
La belle lurette de Henri Calet
Il m'a mené par le bout du nez et surnommé son petit cochon. En un tour de main je fus initié aux mystères de la masturbation. Seul et à deux.

Cela devait me servir plus tard.

A la fin, il éjaculait dans ma bouche, le fils du directeur.

La connaissance entrait en moi.

J'allais de révélation en révélation. Parallèlement, je parfaisais mon éducation religieuse.

Un prêtre me faisait réciter des fragments du catéchisme. Il me fut permis de préparer ma première communion. J'allais me confesser.

Dans la boîte, le curé essayait de me tirer les vers du nez. Il voulait savoir si j'avais " des sales manières" - les Belges ont de ces formes - et précisait : " Est-ce que vous vous touchez la nuit ? "

Il perdait son temps.

J'ai fait ma première communion en état de péché mortel, avec les fillettes sous gaze et les garçonnets noirs, le cierge d'une main et le missel protégé par un mouchoir brodé dans l'autre main moite.

On nous avait dit : " Ouvrez la bouche et fermez les yeux ! "

J'ai fait un acte de contrition intérieure et ultime.

" Tirez la langue et ne mordez pas ! "

En prenant eau et pain bénits, j'entendais l'œil de Dieu me dire : "Ton compte est bon, mon petit cochon ! "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          221
nadejda   06 juillet 2011
Poussières de la route de Henri Calet
Je m'aperçois que je me suis peu étendu jusqu'ici sur le paysage. C'est l'occasion de tâcher de m'expliquer, une fois pour toutes, sur mes rapports avec la nature, en général. Si je ne trouve jamais rien, ou à peu près, à en dire ni à lui dire, c'est sûrement pour les mêmes raisons profondes qui vous font demeurer coi dans l'intimité d'un être bien-aimé. On reste là, muet -- comme un peu engourdi -- mais bourré de sentiments intransmissibles et dans une pareille qualité de silence. C'est lorsqu'on se tait qu'on a le plus à dire. p130
Commenter  J’apprécie          220
moravia   21 juin 2015
La belle lurette de Henri Calet
Nous avons retrouvé le village du bord de l'eau. Sous la botte de l'envahisseur, les habitants avaient décroché leurs petits drapeaux des fenêtres, pour se les planter dans le cœur. Le premier émoi passé, les choses s'étaient très bien arrangées. Les vieux de la "Landsturm" s'envoyaient les veuves éplorées et les épouses des héros qui faisaient leur devoir sur le lambeau de terre sacrée. Le pain était rare.
Commenter  J’apprécie          210
moravia   15 juin 2015
La belle lurette de Henri Calet
J'ai constitué, peu à peu, un répertoire sans bergères ni petits moutons. J'aimais " La grosse Mélie du faubourg Saint-Martin ", une chanson vécu et " Maria, la terreur des Batignoles", vécu aussi, mais amère...



Elle connut pas son père

Et quand mourut sa mère,

Elle resta seule sur la terre

Sans gîte et sans pain.

Dès sa plus tendre enfance,

Elle connut la souffrance,

Pour gagner son existence

Elle se fit catin.



Ça continuait... " en vendant le bonheur, elle sème le malheur "...,c'était prenant jusqu'à la fin.

Et ron, et ron, petit patapon.
Commenter  J’apprécie          180
Pluemch   23 septembre 2010
Le tout sur le tout de Henri Calet
Je demeure chez moi autant que je le peux, dans ma soupente, au huitième étage, où il fait très froid l'hiver, trop chaud l'été. Je suis revenu aux mansardes de mon enfance. Ma soupente ressemble par ses dimensions à une cellule, à une cabine de transatlantique, à un belvédère, ou bien, quelquefois, à une dunette... Elle est meublée d'une armoire blanche, d'une table de sapin teinte au brou de noix, sur quoi j'écris, d'une chaise, d'un lit-divan où je dors, où je rêve les yeux ouverts, ou fermés, pendant que le réveil-matin grignote ce qui reste de la nuit.
Commenter  J’apprécie          180
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Effeuillons la marguerite

Pour Pierre Desproges, cette Marguerite n'a pas écrit que des conneries. Elle en a aussi filmé.

Marguerite de Navarre
Marguerite Monnot
Victor Margueritte
Marguerite Duras
Marguerite Gauthier
Marguerite de France

12 questions
22 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , musique , chanson , écrivain , demi-mondaines , histoireCréer un quiz sur cet auteur
.. ..