AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070744027
Éditeur : Gallimard (15/05/2004)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 19 notes)
Résumé :
« Après une existence bien remplie - de quoi ? -, un homme s'était cru libre de décider de se retirer. Il estimait avoir fait le tour des choses et des gens. Cette résolution était prématurée car, en vérité, on n'en a jamais entièrement terminé. (...)
Qui est cet homme ? C'est lui qui entreprend de le dire dans une sorte de testament, ou plutôt de confession, qu'il destine à son fils : Monsieur Paul (...)
Il parle, il montre ce qu'a été sa vie, il ne... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
raton-liseur
  21 juillet 2012
Ai-je lu le même auteur à propos duquel j'avais vu de belles critiques, ai-je lu le même livre que celui qui a écrit la quatrième de couverture ? Je finis par en douter. Je m'attendais à un livre d'une tristesse poétique, qui saurait faire du sublime avec du quotidien. Non, je n'ai trouvé que du sordide et je n'ai pu me forcer au-delà de la moitié du livre. Quel gâchis pour un auteur que je croyais injustement oublié, mais j'ai maintenant changé d'avis…
Ce livre est une longue lettre qu'un père adresse à son fils qui n'a que quelques mois, pour lui laisser un témoignage sur les conditions de sa venue au monde, en espérant qu'il les lira quand il sera aussi âgé que son père et pourra donc le comprendre. Pris par le démon de midi, ce père a en effet quitté sa femme pour une jeunette qui ne la valait pas, qu'il n'aimait pas et avec qui les relations ont fini par dégénérer au-delà de l'acceptable.
Quelle littérature glauque et sordide que celle où un homme étale ses turpitudes sexuelles à son fils. Cette mise en scène de ces confidences m'a mise mal à l'aise pendant toute ma lecture. Je n'ai rien contre les romans qui décrivent des vies ternes ou des vies ratées, mais pas décrites sans relief et avec une sorte de complaisance qui veut faire croire que c'est la norme et que donc cela excuse tout.
Au vu d'autres avis de lecture, je me dis que je n'ai rien compris à ce livre, qui serait l'un des chefs-d'oeuvre de Calet. Si c'est le cas, j'espère que des lecteurs mieux disposés que moi ne se laisseront pas rebuter par ces lignes, mais pour moi c'est suffisant, et c'est un auteur que je préfère oublier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Beatrice64
  25 février 2011
Il y a des livres comme ça, qui vous cueillent sans prévenir. Des auteurs qui vous serrent le coeur immédiatement, et dont certaines phrases, d'une force peu commune, vous accompagneront toute votre vie. Henri Calet est de ceux-là. Discret homme de lettres, distrait et mélancolique (« Ne me secouez pas. Je suis plein de larmes »), il a attardé son regard sur les petits, les humbles, sur les côtés les moins spectaculaires et les plus touchants de la vie. Avec une lucidité parfois brutale, une poésie un peu cocasse, avec ironie et tendresse, sans complaisance, il écrit les cheminements de son existence sur le ton de la confidence.
Une lecture qui fait l'effet d'un baume d'une infinie douceur
Commenter  J’apprécie          94
michdesol
  18 novembre 2017
Henri Calet, ou le désespoir magnifique.
Un grand écrivain, trop méconnu. Lisez-le !
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
raton-liseurraton-liseur   21 juillet 2012
Je pense que j’ai eu tort de te faire venir en ce monde. Tu verras, ce n’est pas très drôle, quoi qu’on en dise. Te voilà, par ma faute, condamné à la peine de vie. Mais rassure-toi, ce n’est pas si long qu’il y paraît : tout a une fin. (p. 60, Chapitre 2, “2 Septembre 1949”).
Commenter  J’apprécie          160
michdesolmichdesol   18 novembre 2017
Mes dernières larmes remontaient à cinq ans, à ma rupture avec Cécile... Je ne suis pas plus pleurard qu'un autre ; je pourrais compter les fois où j'ai pleuré : à Lausanne sur le banc du jardin ; à Puerti-Cerro, le lendemain de mon débarquement... mais, le plus souvent, sans l'océan, dans des fleuves, de telle façon que l'on ne s'en aperçoive pas. J'ai pleuré dans la Tamise, dans le Tage aussi, dans le Rio de la Plata... Les larmes ne laissent aucune trace dans l'eau ; c'est de l'eau. Une goutte ou deux de plus dans la mer, cela ne compte pas. C'est de l'eau salée également. Je croyais être complètement à sec.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MusikantMusikant   13 juin 2014
J'entends les exclamations des passants et leurs remarques miséricordieuses sur le pauvre type qui gigote encore spasmodiquement ; je sais par expérience, de quelle nature est la satisfaction qu'ils ressentent, au fond d'eux mêmes. Ils l'ont, ce coup-ci, échappé belle. La mort des uns redonne un peu de saveur à la vie des autres.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Henri Calet (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henri Calet

Chronique de Laurence Goullieux : Henri Calet
Laurence Goullieux, directrice de la Bibliothèque Municipale de Liévin, évoque la vie et l'oeuvre de l'écrivain Henri Calet. le site internet de la Bibiothèque Municipale de Liévin :...
autres livres classés : littératureVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15567 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre