AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.01 /5 (sur 64 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Henri Godard, Docteur ès lettres (Paris 4, 1984). - Professeur de littérature aux universités de Paris 7-Denis Diderot, de Paris-Sorbonne ainsi qu'à Harvard et à Stanford aux États-Unis (en 1991) professeur émérite à la Sorbonne, spécialiste du roman, est connu pour avoir beaucoup travaillé sur certains des écrivains majeurs du XXe siècle : Céline, dont il a établi et annoté quatre tomes de romans dans la Bibliothèque de la Pléiade et sur lequel il a écrit plusieurs essais ; Giono, qu’il a aussi publié en collaboration dans la Pléiade (publication accompagnée de l’Album Giono, dont il est l’auteur, ainsi que du fameux D’un Giono l’autre) ; Malraux, qui fait l’objet de L’autre face de la littérature, Essai sur Malraux et la littérature ; Louis Guilloux, le « romancier de la condition humaine » ; Queneau, dont il dirige la publication des romans dans la Bibliothèque de la Pléiade…
+ Voir plus
Source : http://www.sitartmag.co
Ajouter des informations
Bibliographie de Henri Godard   (37)Voir plus

étiquettes
Video et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo

Sartre et Céline
Bernard PIVOT reçoit Annie COHEN SOLAL, Anna BOSCHETTI, François GIBAULT et Henri GODARD qui viennent de publier des ouvrages consacrés à Sartre et Céline, et en grand témoin de l'émission Maurice NADEAU qui connut Sartre. - "Sartre" : Annie COHEN SOLAL a écrit cette biographie sur commande d'un éditeur américain. "Sartre est un bien culturel très important du xxème siècle"....
+ Lire la suite
Podcasts (1)


Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24   07 avril 2018
Erri de Luca: Entre Naples et la Bible de Henri Godard
Un homme qui, à l'âge où il en aurait le plus besoin, dans son enfance et son adolescence, ne s'est senti faire partie d'aucune communauté- ni sa famille, ni les jeunes de son âge, ni sa ville, pourtant petit monde en lui-même pourvu d'un fort sentiment identificateur-, s'il a passé ces années à lire et s'il a ressenti dans le même temps le besoin d'écrire lui-même, sa véritable appartenance, c'est la littérature. (p. 168)
Commenter  J’apprécie          80
Williamine   29 mars 2020
Album Giono de Henri Godard
Tout pour Giono commence dans cette petite ville provençale de Manosque, auprès d'un père exceptionnel et dans le souvenir d'un grand-père autrefois venu d'Italie, dont l'histoire mal connue laissait le champ libre à l'imagination de son fils et de son petit-fils.

(page 13)
Commenter  J’apprécie          60
ahasverus   21 octobre 2012
Céline de Henri Godard
L'antisémitisme de Céline se situe au terme de spéculations millénaires. Elles trouvent leur origine dans l'évidence des grandes races, associées chacune à un des continents de la terre et fondées sur des caractères physiques externes. Au-delà de cette évidence, commencent deux séries de spéculation. Les premières consistent à procéder à une subdivision des continents en pays ou en territoires ; les secondes à attribuer à chacune des "races" ainsi distinguées des caractères non plus seulement physiques mais psychologiques, et même, au-delà de la psychologie, des visions particulières du monde et des manières propres de les exprimer. Il y a là un point de départ pour des rêveries infinies, toutes aussi puissantes sur l'imaginaire, dont certaines pourraient être inoffensives, n'était que le mot de race est en lui-même un piège par la fragmentation qu’il introduit dans l'espèce humaine et par l'antagonisme dont cette fragmentation est grosse.
Commenter  J’apprécie          40
SaintExplosif   28 février 2021
Céline de Henri Godard
Céline anti-sémite peu importe dans le contexte qui fut, tout le Monde l'était: Francais, Américains, Britanniques ou Allemands, parmi les hautes sphères financières, industrielles, du spectacle ou de l'édition on l'était souvent anti-sémites. Le contexte des deux guerres mondiales étaient liés intrinsèquement à la spéculation et malheureusement pour une majorité de la population Juive, les grandes familles de spéculateurs n'étaient pas Auvergnates. Bizzarement, la spéculation et toute forme d'enrichissement commis sur le dos de la guerre et souvent au profit de la machine de guerre Nazie, n'ont jamais été traduit en Justice telle une forme de collaboration. Quid des Juifs collabos. On peu dès lors comprendre l'agacement de ceux qui la subissent de plein fouet et de plein front cette guerre. Voir ses frères de faire crever pour que d'autres s'enrichissent en rendrait plus d'un mauvais. L'accession d'Hitler au pouvoir fut accélérée par les profiteurs sans frontieres dont aucun ne fut envoyé dans les camps puisque les victimes sont toujours du cote des pauvres ou de la classe moyenne. Les milliardaires ne font pas la guerre, ils la commanditent, la financent et en tirent un profit. Juger Céline pour son anti-sémitisme acerbe revient à distribuer des contraventions pour excès de vitesse aux pilotes de Grand Prix. Et d'ailleurs qui sommes-nous pour juger, la guerre et le sang versé nous sont inconnus. Si cet attribut de Céline n'est certes pas à passer sous silence, il ne devrait en rien occulter son oeuvre majeure et se replacer dans son contexte. Céline est à mon sens l'écrivain Francais le plus réaliste qui soit. Si ce n'était pour sa maitrise de la langue Francaise, dans le style direct et sans ménagement je dirais que son descendant d'écriture le plus proche fut l'Américain Henry Miller. Les deux auteurs ont marqué ma jeunesse d'une facon remarquablement similaire, c'est plus particulièrement vraie dans un systeme éducatif ou l'on néglige toute notion d'effort et de labeur manuel et ou l'on sacrifie la pratique à la théorie. Céline n'aurait peut etre pas aimé cette forme de servilité au domaine du tertiaire, l'absence de noblesse liée au travail tactil, l'absence de courage aussi puisque les victimes de nos transactions ne sont jamais que des chiffres. La vision des hommes et des femmes, le langage cru, l'abstence d'attache ou le refus de se voir sédentariser, le sens du vécu et une controverse indiscutable qui dépasse l'oeuvre pour s'installer dans les chairs, ce sont les grands traits de l'auteur. Céline était sans aucun doute en avance sur son époque et lucide quant à la tragédie humaine avec un certain attachement à l'homme de la terre qui représentait somme toute une majorité des Francais de l'époque. Céline écrivit le plus bel hommage qui fut à ses compagnons de guerre, un hommage aux hommes de peu qui firent l'Histoire de France bien plus que ceux qui la dirigèrent. Ces hommes sont bien plus que des soldats inconnus, ils sont nos pères, nos fils, nos frères, comme chacun de nous des passagers de l'inconnu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nkazinski   06 mars 2015
À travers Céline, la littérature de Henri Godard
Je fus frappé, entre autres témoignages, par un texte de J.M.G. Le Clézio qui écrivait : "On ne peut pas ne pas lire Céline. Un jour ou l'autre on y vient, parce que c'est ainsi, parce qu'il est là et qu'on ne peut l'ignorer. La littérature française contemporaine passe par lui, comme elle passe par Rimbaud, par Kafka et par Joyce." Il faisait, lui aussi, un sort particulier à "l'extraordinaire Mort à Crédit" et allait jusqu'à conclure - c'est la formule, étonnante de sa part, qui avait été retenue pour titre de l'article dans le journal : "Comment peut-on écrire autrement ?"
Commenter  J’apprécie          30
fanfanouche24   06 juin 2018
Erri de Luca: Entre Naples et la Bible de Henri Godard
J'écris ce que j'ai oublié . [...] L'écriture vient et c'est comme une seconde rencontre avec les êtres. (p. 25)
Commenter  J’apprécie          30
SZRAMOWO   11 juillet 2016
À travers Céline, la littérature de Henri Godard
Tandis que je me mettais à explorer comme étudiant l’univers de la littérature, une planète dont j’avais à peine entendu parler jusqu’alors s’y inscrivait avec tout l’éclat de sa nouveauté. Elle était non seulement en rupture avec mes lectures antérieures, mais à l’opposé des études universitaires de littérature (…) dans lesquelles je m’engageais alors. D’un château l’autre m’avait donné un incomparable sentiment de présent : présent permanent de la prose, présent d’un auteur toujours vivant qui devait continuer à écrire à ce moment même où je le lisais, présent des réactions qu’il provoquait, dont je prenais peu à peu conscience chaque fois que je prononçais son nom. Ce présent faisait reculer les objets de mes études encore plus loin dans le passé.
Commenter  J’apprécie          10
claudeparis   15 novembre 2013
L'amitié : André Malraux, souvenirs et témoignages de Henri Godard
L'antimilitarisme de Malraux... A l'avoir vu sous tant d'uniformes -et déjà en Espagne-, ceux qui ne l'ont pas connu de près pourraient douter que l'écrivain entretînt une telle méfiance à l'endroit de tout ce qui ressortait à la chose militaire. Il ne faut pas confondre l'acceptation de la discipline et des contraintes librement consenties par souci d'efficacité, au service de la cause qu'on défend, avec le culte du métier des armes tel que le promeut d'ordinaire la mentalité militaire. Notre génération a appris qu'on peut faire la guerre, même en volontaire, sans l'aimer, et qu'on ne peut la gagner sans un minimum d'organisation.
Commenter  J’apprécie          10
JeromeJeanJacques   29 janvier 2020
Céline de Henri Godard
Voici de la belle haine bine nette, bien propre, de la bonne violence à manches relevées, à bras raccourcis, du pavé levé à plein biceps !

C'est une barricade individuelle avec, au sommet, un homme libre qui gueule, magnifiquement.
Commenter  J’apprécie          20
Sepo   30 mai 2014
À travers Céline, la littérature de Henri Godard
Chez Céline, cet autre français était devenu la langue même du narrateur, dès la première phrase du roman et jusqu'à la dernière. La révolte se disait ainsi dans la langue que subissent cette injustice. Ce seul choix avait valeur d'une prise de parti. Céline allait m^me plus loin dans sa revalorisation d'un français à tonalité populaire. A tout moment, dans Voyage, la révolte dépasse sa première cible sociale pour viser d'autres formes d'écrasement, métaphysiques celles-là, à commencer par la mort. A être formulée dans la langue des opprimés de la société et chargée ainsi de tout un poids de vécu, cette protestation aussi vieille que le monde prenait une force nouvelle, et, en retour, cette langue prenait une autre portée. C'est sans nul doute d'abord à cette dimension sociale de la langue que le roman dut de faire, lors de sa publication, l'effet d'une bombe dans la littérature.p.158
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox